Aller au contenu

Animations et accueils de groupes en temps de covid


Bibette

Messages recommandés

Bonjour,

Question qui crée débat dans la médiathèque où je travaille : les décrets des mois d'octobre et novembre accordent-ils la possibilité de faire des animations avec plus de 6 personnes, inscrites séparément et individuellement (ex : club de lecture, atelier brico...). Comment pratiquez-vous dans vos établissements, en dehors des accueils scolaires ?

Merci !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

les bibliothèques ont le droit d'accueillir des groupes scolaires en évitant les brassages de public sans limitation en nombre.

Pour les autres publics la jauge est fixée à 6 pour les accueils, ateliers et en respectant les distances... Autant dire que c'est très compliqué.

Dans mon réseau nous avons fait le choix de suspendre toute les activités hors scolaire car cela aurait été ingérable

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour cette réponse. Ma lecture allait dans ce sens, mais le texte laisse il me semble place à interprétation (ou c'est parce que je ne suis pas spécialiste du décryptage de textes officiels ?) et donc à des façons de faire différentes en fonction. Et je vois sur les réseaux des anims sans distanciation, avec un nombre de personnes accueillies aléatoire... qui prêtent à confusion.

En ce qui concerne les accueils de classe, le texte est explicite au moins !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir. 

Je retrouve tout à fait la situation de notre équipe dans ces interrogations, avec les mêmes doutes sur l'interprétation, pour le terme de "groupe" et de "places assises". Un groupe étant considéré comme des personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble, s'agit-il d'un groupe de connaissances, qui arrivent ensemble ou qui se rejoignent sur le lieu, ou aussi groupe constitué par une autre structure (similaire aux périscolaires mais avec des adultes)  ? ou bien plus simplement tout regroupement de personnes pour une même animation (hors scolaires et périscolaires) ? 

 

La question des places assises est ambiguë : pour un spectacle par exemple, même dans une salle non équipée, il y a des chaises : suffit-il de les éloigner d'une place entre chaque personne ou chaque "groupe" (dans le 1er sens ci-dessus) pour permettre la représentation ? Toute autre animation serait alors possible si c'est dans une telle configuration assise avec distanciation, quel que soit le nombre (dans la limite de 1000...). Ou s'agit-il juste des places assises hors animations, type places de travail ou de lecture ? 

Distanciation d'ailleurs d'1 m ou de 2 m ? 

 

Toutefois en effet beaucoup de bibliothèques semblent considérer le maximum fixe de 6 personnes, quelle que soit la configuration. Ou annulent toute programmation. 

 

Ce flou laisse beaucoup de malaise dans notre équipe : notre autorité nous a indiqué fin novembre au "déconfinement" de maintenir un spectacle prévu début décembre et la suite de notre programmation, en préservant toutefois la distanciation. Ce qui nous a d'emblée étonnés, vu l'actualité, mais consigne que nous avons suivie. Aujourd'hui la direction générale semble nous reprocher d'en proposer encore, en nous demandant de nous justifier.

Et tous tiraillés entre l'envie de proposer au public de quoi nourrir les liens sociaux en maintenant des rendez-vous culturels sur place, et la crainte de leur faire courir des risques et de participer à la chaîne de contagions.

 

Merci si vous avez des conseils, ou orientations vers des références qui assurent une interprétation sans ambiguïté. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 Bonjour,

 

Seuls les groupes scolaires peuvent être accueillis,  cela ne concerne donc pas le périscolaire. 

Pour les places assises, il nous est demandé de maintenir les distances.

Dans un souci de gestion plus simple, dans mon réseau nous avons ôté toutes les assises de confort (fauteuils, poufs...) et gardé uniquement les chaises aux tables en veillant à  ce qu"il y ait une distance.

Nous demandons aux publics (sauf pour les parents avec leurs enfants) de maintenir la distance car nous n'avons pas les moyens de savoir s'ils sont ensemble ou non en dehors de la bibliothèque.  Cela a un peu fait grincer des dents les lycéens et collégiens qui veulent travailler ensemble mais nous n"avons guère d'autre solutions.

Pour les spectacles,  dans la mesure où les salles de spectacle sont fermées pour cause de respect des distances,  nous ne cherchons pas à  biaiser donc pas d'accueil de plus de 6 personnes même en espaçant les chaises.  Soit annulation (ou report à  plus tard....) de toute notre programmation et proposition d'actions différentes notamment à distance. Le texte est clair à ce sujet : groupes de 6 personnes maximum. 

De fait nos bibliothèques sont plus des lieux de passage qu'autre chose. Le concept de 3ème lieu n'est plus d'actualité pour le moment. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Louve a dit :

 

C'est clair que le document d'aide à la reprise d'activité du 28/10, disponible notamment sur bibliocovid, manque de clarté... Ou peut être sujet à interprétations...

 

Page 13 : "L’accueil de groupes de plus de six personnes n’est pas autorisé en bibliothèques(art. 3,III, du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 modifié). Néanmoins, cette règle ne s’applique pas aux mineurs reçus dans le cadre d’activités scolaires ou périscolaires(§ suivant). Ce décompte de six personnes pour les activités en groupes porte sur uniquement des personnes physiques, et non sur les unités sociales. En effet, la prise en compte des unités sociales se limite aux flux de lecteurs dans les espaces de libre accès(voir p. 10)."

 

Mais page 10 : "Pour les espaces disposant de places assises,«un siège est laissé entre les sièges occupés par chaque personne ou chaque groupe dans la limite de six personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble»,avec un plafond maximum de 1000 personnes à l’instant t.;la prise en compte des unités sociales telles que définies ci-dessus ne s’applique pas aux espaces de places assises,ni à l’accueil de groupes,pour lesquels les groupes sont limités à six personnes physiques(voir p. 13)."

 

Il faut peut-être entendre les espaces disposant de places assises comme les espaces de travail ?

 

Surtout que pour la Nuit de la Lecture, le Guide des règles et pratiques sanitaires applicables pour l’organisation d’événements dans le cadre des Nuits de la lecture à la date du 8 janvier 2021. disponible sur Bibliocovid également indiquait :

"Bibliothèques :

L’accueil de groupes est possible dans la limite d’une jauge de six personnes, ce décompte portant sur les personnes physiques et non les unités sociales."

Mais à aucun moment le guide n'évoquait (ni ne proposait) la possibilité du spectacle avec plus de 6 personnes. C'est peut être un signe. Et un élément de réponse à la question.

 

Aujourd'hui, vu le contexte, il convient peut-être d'être prudent mais, avis personnel, les documents officiels ne nous aident pas beaucoup (depuis des mois, on se sent un peu seuls au quotidien, coincés entre les élus, le public, le personnel, etc.).

 

 

 

 

Modifié par CharlesB
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 53 minutes, CharlesB a dit :

avis personnel, les documents officiels ne nous aident pas beaucoup (depuis des mois, on se sent un peu seuls au quotidien, coincés entre les élus, le public, le personnel, etc.).

 

 

 

 

Je plussoie!

Beaucoup sont fatigués,  agacés. Entre l'annonce de la fermeture de tous les lieux culturels sans préciser haut et fort que les bibs sont ouvertes,  les injonctions paradoxales (teletravailler le plus possible et continuer d'accueillir), la programmation qui doit avancer au risque de faire, défaire,  refaire moult fois, l'ambiance est un peu morose en ce moment. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, et merci bien de vos retours et partages. 

CharlesB retranscrit bien les passages sur lesquels mes interrogations portaient, avec le même rebond aussi sur le document transmis pour la Nuit de la lecture. 

Et tout à fait d'accord sur le principe de précaution qui favorise la considération de la plus petite jauge et devrait faire des Bibliothèques un lieu de passage en limitant les séjours, pour cette époque particulière. La disponibilité des ressources, c'est déjà beaucoup parfois. 

Et c'est en effet compliqué quand on doit mettre en place des directives de son autorité changeantes d'un moment à l'autre sur une même période, sans avoir trop voix au chapitre, entre un ordre à appliquer puis le sous-entendu qu'on n'est pas assez vigilant en continuant de l'appliquer, dans un même contexte.

Bon courage à tous. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
richard petit

Pauvres petits bibliothécaires, écartelés entre les ordres et les contre-ordres, déprimés par la déprogrammation de leurs actions culturelles... pendant que des milliers de salariés sur la touche sont occupés à assurer leur survie. Arrêtez de geindre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 40 minutes, richard petit a dit :

Pauvres petits bibliothécaires, écartelés entre les ordres et les contre-ordres, déprimés par la déprogrammation de leurs actions culturelles... pendant que des milliers de salariés sur la touche sont occupés à assurer leur survie. Arrêtez de geindre.

 

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

 

1- Le "petit" et son caractère péjoratif : sans commentaire

2 - Je pense que nous sommes tous conscients de la réalité quotidienne de nos concitoyens. Tous les jours, et cela ne date pas du Covid, les bibliothécaires voient passer des publics en difficultés et ce à longueur d'année. Les "petits" et "grands" non-bibliothécaires ne semblent pas toujours en avoir conscience d'ailleurs... (rôoo, je me plains)

3 - C'est un forum professionnel : quoi de plus normal que d'y partager les interrogations ?

4 - Mes "petits" agents d'accueil se font "pouiller" tous les jours quand il font des remarques à des personnes qui ont le masque sous le nez, ne respectent pas la jauge, ne se lavent pas les mains. Rôôô... Mais de quoi ils se plaignent ? Ils sont payés pour ça, hein ? Comme le personnel de ménage et les services de nettoiement des collectivités sont payés pour ramasser les papiers, masques usagés et cochonneries jetés par terre, comme le personnel hospitalier est payé pour nous soigner...

 

Non, je ne sais pas pourquoi je réponds en fait. La colère est mauvaise conseillère. Votre message n'apporte rien. Je le trouve "petit", Richard.

 

 

Modifié par CharlesB
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 02/02/2021 à 19:20, Bibette a dit :

Bonjour,

Question qui crée débat dans la médiathèque où je travaille : les décrets des mois d'octobre et novembre accordent-ils la possibilité de faire des animations avec plus de 6 personnes, inscrites séparément et individuellement (ex : club de lecture, atelier brico...). Comment pratiquez-vous dans vos établissements, en dehors des accueils scolaires ?

Merci !

 

Bonjour Bibette

 

Alors la question est de taille, car tu as ceci (en octobre 2020)

 

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042475143

 

Chapitre 5 : Espaces divers, culture et loisirs (Articles 45 à 46)

Article 45

I. - Les établissements relevant des catégories mentionnées par le règlement pris en application de l'article R. 123-12 du code de la construction et de l'habitation figurant ci-après ne peuvent accueillir du public :
1° Etablissements de type L : Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple, sauf pour :

- les salles d'audience des juridictions ;
- les crématoriums et les chambres funéraires ;
- l'activité des artistes professionnels ;
- les activités mentionnées au II de l'article 42, à l'exception de ses deuxième, troisième et quatrième alinéas ;

2° Etablissements de type CTS : Chapiteaux, tentes et structures ;
3° Etablissements de type P : Salles de danse et salles de jeux ;
4° Etablissements de type Y : Musées, salles destinées à recevoir des expositions à vocation culturelle (scientifique, technique ou artistique, etc.), ayant un caractère temporaire ;
5° Etablissements de type S : Bibliothèques, centres de documentation. => Donc, c'est nous. :frantics:

 

II. - Lorsque l'accueil du public n'y est pas interdit,  => c'est le cas.

les gérants des établissements mentionnés au I, l'organisent, à l'exclusion de tout évènement festif ou pendant lesquels le port du masque ne peut être assuré de manière continue, => c'est à dire pas de beuverie ni de dégustation sans masque. C'est pas la fête quoi ! Tout le monde garde le masque.

 

dans les conditions suivantes :
1° Les personnes accueillies ont une place assise ; => qu'il faudra désinfecter et/ou laisser en quarantaine
2° Une distance minimale d'un siège est laissée entre les sièges occupés par chaque personne ou chaque groupe dans la limite de six personnes venant ensemble ou ayant réservé ensemble ; => six personnes venant ensemble. On n'a pas à préjuger s'ils sont de la même famille ou pas.


3° L'accès aux espaces permettant des regroupements est interdit, => donc les salles de spectacles ou auditorium devrait l'être... sauf. Oui, il y a un sauf...

sauf s'ils sont aménagés de manière à garantir le respect de l'article 1er.
III. - Sauf pour la pratique d'activités artistiques, les personnes de plus de onze ans accueillies dans les établissements mentionnés par le présent article portent un masque de protection. La distanciation physique n'a pas à être observée pour la pratique des activités artistiques dont la nature même ne le permet pas.
IV. - L'article 44 est applicable aux activités physiques et sportives pratiquées dans les établissements mentionnés au II du présent article.

 

 

Article 1

I. - Afin de ralentir la propagation du virus, les mesures d'hygiène définies en annexe 1 au présent décret et de distanciation sociale, incluant la distanciation physique d'au moins un mètre entre deux personnes, dites barrières, définies au niveau national, doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance.
II. - Les rassemblements, réunions, activités, accueils et déplacements ainsi que l'usage des moyens de transports qui ne sont pas interdits en vertu du présent décret sont organisés en veillant au strict respect de ces mesures. Dans les cas où le port du masque n'est pas prescrit par le présent décret, le préfet de département est habilité à le rendre obligatoire, sauf dans les locaux d'habitation, lorsque les circonstances locales l'exigent.

 

Est-ce cependant suffisant pour autoriser les animations.

Non.

 

Car il y a l'article 3 (sans doute ce qui a servi de base au ministère de la Culture pour la ?uit de la lecture)

 

Article 3


I. - Tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, qui n'est pas interdit par le présent décret, est organisé dans des conditions de nature à permettre le respect des dispositions de l'article 1er.
II. - Les organisateurs des manifestations sur la voie publique mentionnées à l'article L. 211-1 du code de la sécurité intérieure adressent au préfet de département sur le territoire duquel la manifestation doit avoir lieu, sans préjudice des autres formalités applicables, une déclaration contenant les mentions prévues à l'article L. 211-2 du même code, en y précisant, en outre, les mesures qu'ils mettent en œuvre afin de garantir le respect des dispositions de l'article 1er du présent décret.
Sans préjudice des dispositions de l'article L. 211-4 du code de la sécurité intérieure, le préfet peut en prononcer l'interdiction si ces mesures ne sont pas de nature à permettre le respect des dispositions de l'article 1er.
III. - Les rassemblements, réunions ou activités sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public autres que ceux mentionnés au II mettant en présence de manière simultanée plus de six personnes sont interdits.

 

Sauf qu'il y a le bémol suivant :

Ne sont pas soumis à cette interdiction :
1° Les rassemblements, réunions ou activités à caractère professionnel ;
2° Les services de transport de voyageurs ;

3° Les établissements recevant du public dans lesquels l'accueil du public n'est pas interdit en application du présent décret ; (=> Cf. l'article 45)
4° Les cérémonies funéraires organisées hors des établissements mentionnés au 3°, dans la limite de 30 personnes ;
5° Les cérémonies publiques mentionnées par le décret du 13 septembre 1989 susvisé.
La dérogation mentionnée au 3° n'est pas applicable pour la célébration de mariages.
IV. - Le préfet de département est habilité à interdire ou à restreindre, par des mesures réglementaires ou individuelles, tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de six personnes sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public relevant du III, lorsque les circonstances locales l'exigent. Toutefois, dans les collectivités de l'article 74 de la Constitution et en Nouvelle-Calédonie, sous réserve que le présent décret leur soit applicable en vertu des dispositions de l'article 55, le représentant de l'Etat est habilité à prendre des mesures d'interdiction proportionnées à l'importance du risque de contamination en fonction des circonstances locales, après avis de l'autorité compétente en matière sanitaire.

 

Est-ce suffisant pour ouvrir des animations ?

La réponse demeure non.

 

A cause de ceci :

IV. - Le préfet de département est habilité à interdire ou à restreindre, par des mesures réglementaires ou individuelles, tout rassemblement, réunion ou activité mettant en présence de manière simultanée plus de six personnes sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public relevant du III, lorsque les circonstances locales l'exigent.

 

De nouveau le fameux chiffre six, mais il "est habilité" "lorsque les circonstances locales l'exigent". Ce n'est donc pas une obligation.

 

Si vous voulez être sûrs et certains, alors il faut demander

1) à votre tutelle bien sûr.

2) à la préfecture.

 

Ce qui est permis ici ne le sera peut-être pas là, ni demain.

Tout dépend de la hausse ou de la baisse des contaminations.

 

Alors autant, pour moi, c'est clair. Dans les grandes villes, où la contamination est forte, ou même moyenne, ouvrir des animations est un complet non sens face au Covid. Autant dans des petites communes, sans cas avérés, on peut se poser la question.

Le problème, c'est que les nouveaux variants sont beaucoup plus contagieux, et donc, la prudence s'impose. Surtout au retour des vacances.

 

Je peux comprendre les élus qui se posent des questions à ce sujet, ou qui ont maintenant des ordres contradictoires. Animations maintenues en novembre, mais interdites en janvier. La situation change (au jour le jour), et il faut s'adapter à ce terrain mouvant. Pas facile, et les textes qui se contredisent d'un article à l'autre ajoute fortement à la confusion ambiante.

 

Une demande d'éclaircissements à la ministre de la Culture de la part de l'ABF serait la bienvenue.

Il y a quand même 16 000 bibliothèques en France... qui sont ouvertes. Et une jauge de 6 dans 20 mètres carrés, ce n'est pas une jauge de 6 dans plus de 1000 mètres carrés. Donc, là, il y a besoin d'explications de la part du ministère, parce que ce n'est pas cohérent du tout avec d'autres lieux (et des services publics) qui accueillent justement du public avec des jauges mieux pensées. Mais c'était là une parenthèse.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Merci pour vos retours, je vois que nous ne sommes pas seuls dans le flou.

@Louve, morose est le mot, quelle tristesse d'ouvrir pour les courants d'air, quel élément indispensable pourtant pour le moral de croiser les lecteurs qui viennent jusqu'à nous...  @B. Majour, merci pour cette étude de textes ! Je me suis également basée pour arriver aux mêmes conclusions que tous ici sur le doc du ministère "Aide à la reprise d’activité des bibliothèques territoriales pour la réouverture prévue à partir du 28 novembre 2020" :

 

Activités d’accueil de groupes

L’accueil de groupes de plus de six personnes n’est pas autorisé en bibliothèques (art. 3,III, du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 modifié). Néanmoins, cette règle ne s’applique pas aux mineurs reçus dans le cadre d’activités scolaires ou périscolaires(§ suivant). Ce décompte de six personnes pour les activités en groupes porte sur uniquement des personnes physiques, et non sur les unités sociales. En effet, la prise en compte des unités sociales se limite aux flux de lecteurs dans les espaces de libre accès (voir p. 10).

 

J'ai en effet sollicité ma tutelle hier, afin d'avoir un avis tranché officiel et valide. En attente donc...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
richard petit

@ Ouin Ouin (CharlesB) et tous ses copains

 

L'énumération de vos malheurs me serre le coeur. Tiens, pour me racheter, je vous dédie cette complainte :

 

Du mardi au samedi

Entre 9 et 18 heures

Je veille et réprimande, aigri

Le contrevenants qui me croisent, moqueurs

En m'aspergeant de postillons.

 

(Je reconnais que le dernier vers déséquilibre la strophe. Soyez indulgents : je l'ai composée au turf, entre deux prêts et deux glaviots.)

 

Little Richard

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 39 minutes, richard petit a dit :

Du mardi au samedi

Entre 9 et 18 heures

Je veille et réprimande, aigri

Le contrevenants qui me croisent, moqueurs

En m'aspergeant de postillons.

 

Vrai, ça déséquilibre. Complétons :

 

Du mardi au samedi

Entre 9 et 18 heures

Je veille, je gronde, et réprimande, aigri

Les contrevenants qui me croisent, moqueurs

En m'aspergeant de postillons,

Qui sentent fort le goupillon.

 

Vade retro ! Satanas

Gueule de cancre et boule de crasse

Car, de mon pied au cul,

Je rêve, je rêve, que je t'adule !

 

 

Et si tu es bien au Turf, je te conseille Hyppolyte dans la première. Bonne semaine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 06/02/2021 à 19:22, B. Majour a dit :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042475143

 

Chapitre 5 : Espaces divers, culture et loisirs (Articles 45 à 46)

Article 45

I. - Les établissements relevant des catégories mentionnées par le règlement pris en application de l'article R. 123-12 du code de la construction et de l'habitation figurant ci-après ne peuvent accueillir du public :

[...]

5° Etablissements de type S : Bibliothèques, centres de documentation. => Donc, c'est nous. :frantics:

 

 

 

 

 

Heu... on est d'accord que ça dit que les bibliothèques ne peuvent pas accueillir de public ?? :huh:

Modifié par Franck Sanka
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Franck Sanka a dit :

 

Heu... on est d'accord que ça dit que les bibliothèques ne peuvent pas accueillir de public ?? :huh:

 

Oui, mais heureusement ça é été corrigé ensuite : Décret n° 2020-1454 du 27 novembre 2020 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042574467

 

Citation

11° L'article 45 est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 45.-I.-Les établissements relevant des catégories mentionnées par le règlement pris en application de l'article R. 123-12 du code de la construction et de l'habitation figurant ci-après ne peuvent accueillir du public :

« III bis.-Les établissements de type S : Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives, sont autorisés à accueillir du public dans le respect des dispositions des 2° et 3° du II et du III du présent article.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 45 minutes, Franck Sanka a dit :

Merci !
Je me disais, aussi... :D

 

Oui, c'était bien le décret d'octobre, juste avant le deuxième confinement.

Cette parcellisation des décrets, avec quelques lignes de "remplacé" ne rend vraiment pas les choses faciles.

 

Sans compter que chaque préfecture peut prendre des arrêtés ville à ville.

Exemple en Gironde

https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/langon_33227/gironde-covid-19-les-nouvelles-mesures-sanitaires-mises-en-place-a-langon-pour-lutter-contre-le-virus_36188284.html

La zone étant dans le rouge.

Obligation du port du masque (personnes de onze ans et plus) dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées des salles de sport, de spectacles, conservatoires (et des établissements scolaires comme préalablement fixé).

 

50 mètres, c'est du postillon de compétition.

 

En même temps, sachant que le record du craché de cerise est de 29,17 mètres, ce n'est peut-être pas idiot de doubler (ou presque) la distance.

https://www.rfj.ch/rfj/actualite/regionale/121109euro-du-crache-de-noyau-de-cerise-a-bienne.html

Le record du monde du craché de noyau de cerise est détenu par un enseignant de cette école avec un jet à 29,17 mètres.

Sacré niveau quand même.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

je suis ravie de voir qu'on est plusieurs dans le flou vis à vis de ces décrets.

Dans notre réseau nous avons alerté notre hierarchie sur ces textes et préconisé une jauge à 6 personnes pour les animations, mais notre hierarchie nous impose de faire des animations avec des jauges allant jusqu'à 12 personnes, parfois dans les collections. On est plusieurs collègues que ça dérange mais on ne voit pas trop ce qu'on peut faire.

Je ne peux qu'approuver :

Le 06/02/2021 à 19:22, B. Majour a dit :

Une demande d'éclaircissements à la ministre de la Culture de la part de l'ABF serait la bienvenue

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...