Aller au contenu

Carte obligatoire pour emprunt (ou pas)


Géraldine 07
 Share

Messages recommandés

Géraldine 07

Bonjour, commune de 8500 habitants - CC de 23 000 habitants dans la Médiathèque tête de réseau : mon élu me demande de rendre non obligatoire la présentation de la carte d'adhérent.e. Mon premier argument est de dire que comme nous sommes dans un projet de restructuration (-et que nous allons installer des automates de prêt) et qu'il est important d'habituer dès maintenant les gens à présenter leur carte. L'inscription ici est déjà gratuite, sans justificatif de domicile ni carte d'identité (et là je bossais avant les gens présentaient une photo de leur carte sur leur smartphone et cela fonctionnait même aux automates). Je suis curieuse de savoir si vous avez des expériences à partager à ce sujet, merci,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Bonjour,

Ici nous sommes passé aux automates de prêt, et donc présentation de la carte obligatoire. Plusieurs mois avant le passage aux automates de prêt, nous avons sensibilisé notre public à l'importance d'avoir sa carte ou au moins une photo sur son téléphone vu que ça fonctionne aussi sur les automates. Les gens ont plutôt bien compris la démarche et pris le plis très rapidement. On a encore une fois ou deux un oubli de carte, mais ça reste rare. Ce sont finalement plutôt nos collègues de la mairie qui oublient régulièrement leur carte et qui doivent se présenter au bureau pour emprunter :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 16/07/2022 à 12:17, Cozykitsune a dit :

ou au moins une photo sur son téléphone vu que ça fonctionne aussi sur les automates

 

7% de Français n'ont ni smartphone, ni accès à une connexion internet à leur domicile. Ce qui les prive de toute possibilité d'accéder aux contenus en ligne. Chez les seniors, seulement 36% possèdent un smartphone. Par contre 99% des 15 à 29 ans sont équipés d'un téléphone portable. Parmi eux, 94% possèdent un smartphone (à savoir un téléphone portable "intelligent", capable de faire fonctionner des applications. (INSEE)

 

Or les ados emprunteurs (precisons) ne sont pas majoritaires du tout en bibliothèque, les seniors emprunteurs si. Les bibliothèques sont censées combattre la fracture numérique...

Donc des questions à se poser.

 

A voir aussi la position de l'ABF là dessus : https://www.abf.asso.fr/6/818/2676/ABF-Region/lillectronisme-en-bibliotheque-lusager-tu-accompagneras-

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@FerrisC'est une simple possibilité, nous ne demandons pas à nos lecteurs d'avoir un smartphone, loin de là ! Nous informons juste qu'ils peuvent, s'ils le souhaitent, prendre une photo de leur carte et cela fonctionnera sur les automates de prêt. C'est tout :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est bien de le preciser. Mais sans smartphone, pas de photo. Sauf pour 36% des seniors. Les autres, ils peuvent faire une photo papier avec leur vieux Kodak , mais est-ce que ça va marcher ? C'est comme le coup du pass sanitaire avec un QR Code...:bye:

 

Plus généralement, quand je pense aux 7% de français qui n'ont pas internet et à qui on envoie des mails de retard, des annonces d'animation, des bulletins des nouveautés, des infos uniquement accessibles sur le site de la bibliothèque etc...je n'ai pas envie de rire.

 

Je suis un senior (je n'y peux rien) et je n'ai pas de smartphone (ça, par contre c'est un choix). L'été dernier au restaurant j'ai présenté tous mes QR Codes de vaccination en version papier. Et je n'ai pas trop aimé la tête du crétin qui verifiait le papelard. Même mon beauf se marrait en douce...

 

C'est aussi une crise intergénérationnelle, assez lourde, qui se profile (et que les mesures Covid ont aggravé), notamment à travers le 100% numérique prévu par les autorités, et il nous faut donc désormais faire encore plus attention qu'avant à éviter toute stigmatisation, même non intentionnelle.

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Honnêtement, je ne vois pas ce qui empêcherait les usagers d'emprunter, du moment qu'ils sont en mesure de nous présenter un autre document justifiant leur identité (ce serait quand même dommageable d'enregistrer des prêts sur le compte de la mauvaise personne !!).

 

Après, il est certain que les automates rebattent les cartes, mais c'est davantage une question de choix de la structure et des élus : êtes-vous prêt à passer du temps à enregistrer des prêts manuellement, pour les personnes n'ayant pas leur carte, quelle qu'en soit la raison... et le nombre ? Et ceci, en plus de l'aide à apporter à proximité des automates pour accompagner l'enregistrement des prêts ? Et en plus des autres missions que vous aurez à gérer (inscriptions/réinscriptions, réservations, conseils...). C'est davantage à ce niveau qu'il me semble important d'y réfléchir : selon la taille de la structure et le nombre d'agents en situation d'accueillir, la réponse ne sera pas la même.

 

Pour la photo sur le smartphone, c'est un plus pour les profils étant effectivement un peu technophiles, et qui râlent contre la multiplication des cartes ^^

 

Epsy.

 

Ps : pour rebondir sur l'anecdote avec le papier contenant le QR code, ce n'est pas qu'une problématique seniors. Je ne rentre pas (encore :p) dans cette case, et pourtant j'ai toujours présenté le papier, étant fermement contre l'application mise en place. Et je n'étais pas la seule dans ce cas de figure. Il y a donc d'autres raisons pour ne pas souhaiter utiliser cette méthode, bien qu'équipé et en capacité d'installer tout ce qu'on veut, et préférer la carte... ou que la gentille personne me fasse exceptionnellement mon prêt avec ma carte d'identité parce que la carte est restée sur ma table de chevet ! Et, comme les usagers, je suis habituée à ce que, dans les grandes surfaces ou autres magasins, ils nous retrouvent bien souvent avec notre nom.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 23/07/2022 à 17:01, Epsy a dit :

(...)êtes-vous prêt à passer du temps à enregistrer des prêts manuellement, pour les personnes n'ayant pas leur carte, quelle qu'en soit la raison... et le nombre ? Et ceci, en plus de l'aide à apporter à proximité des automates pour accompagner l'enregistrement des prêts ? Et en plus des autres missions que vous aurez à gérer (inscriptions/réinscriptions, réservations, conseils...). C'est davantage à ce niveau qu'il me semble important d'y réfléchir : selon la taille de la structure et le nombre d'agents en situation d'accueillir, la réponse ne sera pas la même.

 

Très juste. Et donc, ce qui est de plus en plus important c'est le choix de la structure : à taille humaine, avec tout ce que cela implique au niveau de notre "coeur de métier" : l'accueil au sens large)...ou travailler dans des usines.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 weeks later...

Je me permets de rebondir sur cette histoire de carte dont la présentation ne serait plus obligatoire. Les élus aiment quand on leur parle de chiffre et de rentabilité, je vais donc essayer d'attaquer ce problème dans cette direction.

 

Les cartes ont déjà un coût de fabrication, si on les fabrique et qu'on les donne c'est bien pour les utiliser car sinon c'est clairement de l'argent, communal, jeté par la fenêtre.

Mais il faut qu'il comprenne qu'on ne s'amuse pas à faire tailler des bouts de plastique juste pour le plaisir.

La présentation de la carte c'est un gain de temps à l'enregistrement des livres. Parce qu'on ne s'en rend pas toujours compte mais quand vous avez 50 lecteurs qui ont le même nom de famille et même si on affine la recherche avec le prénom (et je ne parle même pas des gens qui ont un nom de famille qui peut être un prénom là c'est jackpot), il faut les taper toutes ces lettres.

En supposant en plus qu'il n'y ait pas de faute de frappe de la part du bibliothécaire ou juste une erreur d'orthographe. Pour peu que le bibliothécaire entende mal le nom (et oui l'oreille est un filtre imparfait et il y a le filtre du cerveau aussi) ou que le lecteur ne s'exprime pas clairement (hélas les timides existent à tout âge), on est pas sortis du sable.

Mettez bout à bout tout ça et vous verrez le temps considérable perdu sur une journée / semaine /année alors qu'avec la carte, on scanne, bip, on est sur la bonne personne.

Et ce temps alors, c'est du temps en moins passé à conseiller les lecteurs, à ranger, à désinfecter les livres, à s'occuper des autres lecteurs qui attendent leur tour pour faire enregistrer leur livre.

C'est d'ailleurs ce dernier point qui devrait toucher les élus car un usager qui attend "trop longtemps", c'est un usager potentiellement mécontent qui sanctionnera la collectivité au moment des élections.

Ma dernière phrase est un gros raccourcis mais je pense que ça joue dans leur tête aussi.

 

Chez nous pas de carte, pas de chocolat... euh pardon pas de livre et ça avec tout le monde. D'une manière générale les lecteurs comprennent et jouent le jeu même quand ils oublient leur carte chez eux ce qui a pour conséquence de leur refuser l'emprunt. On est une commune de 12000 habitant qui n'avait jamais eu de bibliothèque municipale (ouverture en octobre 2020) avant nous et il n'y a pas d'automate, pour vous donner une idée du contexte.

 

D'ailleurs il y aura des automates chez vous mais vous aurez toujours des agents présents pour l'emprunt manuel?

 

Tout ce que j'ai avancé, on le sait tous par le métier, désolé si j'ai enfoncé une porte ouverte.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Chez moi au retour des livres, je demande souvent à la personne si tel ou tel livre lui a plu ou non, c'est un moment fondamental pour moi. Connaitre les lvres sans connaître les gens est une aberration. Car c'est parfois le début de longs et bons échanges qui m'aident ensuite dans mon travail d'acquéreur. Avec le retour automatisé et les boites de retour, tout ça c'est fini. 

Donc tout à fait d'accord avec toi. Et comme disait quelqu'un Qui enfonce les portes ouvertes n'a pas à redouter qu'on lui casse les vitres...

Alors d'accord avec toi : pas de carte, pas de chocolat.:ahappy:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 04/07/2022 à 09:19, Géraldine Debus a dit :

Bonjour, commune de 8500 habitants - CC de 23 000 habitants dans la Médiathèque tête de réseau : mon élu me demande de rendre non obligatoire la présentation de la carte d'adhérent.e. Mon premier argument est de dire que comme nous sommes dans un projet de restructuration (-et que nous allons installer des automates de prêt) et qu'il est important d'habituer dès maintenant les gens à présenter leur carte.

 

Bonjour Géraldine

 

Je n'ai pas répondu à ta question, dans un premier temps, parce que je l'avoue, je n'en comprends pas le sens.

 

Si tu mets des automates, à quoi bon avoir une carte ?

Tu rentres ton nom/numéro, ton mot de passe pour accéder à ton compte sur l'automate, et ça marche.

C'est de cette façon que fonctionnent les comptes pour les ressources numériques. Là, il n'y a aucune carte à fournir. (il y faut juste un clavier ou une souris)

 

Si c'est pour un prêt manuel, en banque d'accueil, oui, cela peut se comprendre.

Mais bon, les super habitués (ceux qui passent tout le temps, ou qui viennent tailler la discussion), on n'a pas vraiment besoin de leur demander leur carte.

A force, on les connaît.

 

Reste à discriminer les cas suivants :

- Lecteurs inconnus, première inscription ou ceux qui viennent deux fois l'an.

- Non titulaire qui vient emprunter pour quelqu'un d'autre.

- Très grosse fréquentation, où les gens se succèdent à la chaîne. (Grosses structures, d'où un code barre sur la carte pour accélérer le traitement)

- Et oui, même nom de famille, mais prénoms différents, etc.

 

Et si on passe de l'autre côté de la banque d'accueil, quid du/de la collègue fraîchement arrivé/e qui ne connaît encore aucun lecteur, et qui doit prêter les documents. Demander la carte, c'est moins gênant que de commettre une erreur sur un nom. Nom qu'il faut parfois se faire épeler.

 

Voilà à quoi sert la carte : accélérer le traitement du prêt, avec des données fiables. (et discrètes/silencieuses)

 

Revers de la médaille, la carte, on peut l'oublier, la perdre, se la faire voler.

Elle a un coût de fabrication et, sauf papier cartonné, elle est très souvent difficile à recycler.

Elle devrait aussi, en toute bonne logique, pouvoir être dématérialisée sur un téléphone portable (ce nouveau sésame pour tout) capable de se connecter facilement à l'automate de prêt. (voire, un jour, remplacer l'automate de prêt, avec l'appli ad hoc).

 

Bien sûr, on devrait pouvoir utiliser les scannettes des grandes surfaces (moins lourdes que le système des bib-automates), mais il faut quand même scanner la carte magasin.

Retour au problème initial. Ce qui prouve bien une certaine utilité de la carte, malgré tout.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...