Aller au contenu

-Thécaires lecteurs, visionneurs, écouteurs


Cyrielle
 Share

Messages recommandés

2046 / Wong Kar-Wai (2004)

Suite de « In the mood for love », 2046 constitue cependant un opus particulier dans l’œuvre du réalisateur. Moins en prise avec la réalité, il constitue un chant d’amour lyrique.

Et une réflexion sur la vie et le temps qui passe.

L’image est particulièrement soignée et toujours bouleversante chez Wong Kar-Wai.

2046 est le numéro de la porte de la chambre dans laquelle les amants de « In the mood for love » se retrouvent.

Mais c’est aussi l’année 2046, futur technologique où les passions humaines sont inexorablement les mêmes depuis l’aube du monde.. Laissez-vous guider par l’ivresse des images et de la musique et rejoignez sans tarder… 2046.

2295308-3207440.jpg?v=1289656673

en effet, belle rubrique Marcel ! merci de me l'avoir mise sous le nez... (des fois, je sais plus où sont mes lorgnons !! lol)

 

Wong Kar... j'aime beaucoup ce qu'il fait... j'ai en tête un film que j'ai adoré, à cause de l'histoire bien sûr, mais aussi la façon dont ça a été filmé :

 

18819193.jpg l'affiche est délicieuse aussi... même si l'histoire est simple, les acteurs ont cette délicatesse(n) et les gourmandises du films sont suggestives aussi... (ça date pas d'hier, mais j'aime bien regarder des films de toute époque...)

 

 

Bonnes vacances.....           http://blog.petitfute.com/bons-plans/cap-sur%E2%80%A6-les-bibliotheques-de-plage/

 

 

                                   biblioth%C3%A8que-plage.jpg   

et curieusement,

 

cette photo (sous un autre angle), je l'ai utilisé (via internet d'où je l'ai puisé...) pour faire l'affiche (enfin je sais pas comment vous dites), des horaires de ma tite bib...

 

et ça a vachement plus à la trésorière... :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

15936588.jpg

 

 

Ce livre m'a vraiment touché. au point que, lorsque je l'ai ouvert, j'ai été incapable de le lacher. j'ai écumé toutes les pages jusqu'à la dernière... et j'ai été bouleversé.

 

par l'histoire. et l'écriture. elle est puissante. sans faille. l'auteure ne fait pas de concession avec "son héros".

 

je sentais sur ma peau le ruissellement de l'eau quand les enfants étaient trempés jusqu'au os, perdu dans la forêt.

 

extrait :

... » Dans le soleil éclatant de ce jour de décembre, quelques semaines avant la fin de l’année, à peine deux mois avant l’anniversaire de la mort de mes frères, son casque blond brillait comme un bouquet de fils d’or. C’était magnifique. Quand il bougeait la tête pour surveiller – comme moi, oui, même quand on ne se connaissait pas, on faisait les mêmes choses -, ses boucles bondissaient doucement comme si elles étaient montées sur des milliers de ressorts minuscules. »

 

et voici le commentaire que j'ai laissé sur le site où j'ai pu emprunter ce roman si doux, si fort...

 

Page 16. ce que je viens de lire m'a glacé d'effroi. et les larmes sont là, prête à jaillir. je vais continuer la lecture. je sais que je vais souffrir et pleurer. et me questionner ensuite. mais je n'y peux rien. il est de ces livres étonnants et poignants, des auteurs qui vous transportent ailleurs, dans leurs univers.
cette jeune auteure fait partie des "lauréates" que j'aime lire. elle me donne envie d'écrire à mon tour.
Lisez le. ce livre est fort, violent. il fait mal. mais il est tellement puissant... la plume est trempée dans la vérité.
j'ai lu ce livre en très peu de temps. parce que l'histoire mérite d'être suivie et non interrompue. Elle vous prend les tripes et ne vous les lâche qu'à la fin de l'histoire qu'en vous en avez fini de pleurer...
une écriture étourdissante...

 

 

.... c'est un livre marquant. et l'auteur a un talent incroyable.

 

Modifié par KATHLYN
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Kathlyn pour ton message privé et pour tout ce que tu nous a fais partager .

Quelle tristesse que tu nous quittes déjà ?!!

A bientôt malgré tout

(Pagnol à la même initiale que Proust ;-)

Modifié par Marcel
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 month later...

                                      le-jardin-de-laveugle_0.jpg


 


MAGISTRAL ET PUISSANT


"Le jardin de l’aveugle est traversé par une telle intensité d’émotions et un tel souffle poétique que le lecteur en sort ébranlé. La mort est omniprésente, mais la vie aussi, vibrante de couleurs, de parfums et d’amour. Ici il n’y a qu’une leçon à retenir, celle de vivre à tout prix."


 


C'est selon moi LE ROMAN de la rentrée littéraire

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est un mélo laborieux, avec tous les ingrédients du mélo dans les personnages (on nous refait le coup des destins croisés qui ont du mal à se croiser, ça devient un procédé :la jeune qui vient retrouver son frangin russe, l'anglais dont la femme a été lapidée par les vilains talibans, l'ex-agent de la CIA etc...), assez anti-occidental dans la mesure ou on cherche à nous montrer qu'au fond on a rien à fiche la-bas parce qu'on ne comprendra jamais rien à rien à cette culture etc...et en plus faut s'accrocher question references historiques pour suivre le mouvement. C'est touffu, avec pas mal de flashbacks qui n'aident pas à suivre et une violence certes réelle mais un peu accrocheuse. Non, franchement, c'est peut-être un roman de la rentrée mais il risque de ne pas sortir beaucoup... :wacko:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme quoi on peut passer à côté d'oeuvres remarquables... :wink:


Et s'il y a bien un mot qui ne s'applique pas du tout , mais alors pas du tout à ce roman c'est bien "Mélo".

Modifié par Marcel
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un mélo n'est pas forcément sirupeux, c'est un ensemble d'ingrédients, notamment personnages et relations entre les personnages, qui peuvent surnager à la surface de n'importe quel type d'ouvrage de fiction, polars, Sf, guerre etc..Et ça peut aussi être très sympa à lire. Mais ça reste un procédé. T'as qu'à dire que c'est un mélodrame. Puis tu enlèves mélo, et le tour est joué... :tongue:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

9782280307949.jpg


 


MAGISTRAL ET PUISSANT


"Rita comprend, bouleversée, qu' elle va devoir remettre sa vie entre les mains de cet homme à la beauté renversante – le premier de sa vie dont elle soit véritablement tombée amoureuse…"


 


Le roman de cette rentrée littéraire .. qui fait remonter (un peu( la libido de ce Forum :w00t:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu as tort de ricaner en prenant un exemple de mélo où n'y a QUE du mélo. Ce qui fait d'ailleurs que c'est loin d'exciter la libido. Même celle d'une personne âgée ! C'est quand on ne s'y attend pas que ça marche le mieux. C'est donc précisément dans les romans NON sentimentaux qu'au détour d'une page le sentiment fait son apparition, nous surprend, nous émeut. Les films de cul ne font plus bander personne, parce qu'on n'y trouve que cela et qu'on s'y attend. Pareil pour certains spectacles d'humour où en est VENUS POUR RIRE. Donc c'est moins drôle. Un livre doit nous surprendre.


 


Imagine un livre très réaliste sur les horreurs des tranchées en 14. Tu y es ? T'es dans l'ambiance ?. La boue, les obus, les cadavres putréfiés etc...Et à un moment donné, dans un coin discret de la tranchée un poilu plutôt beau gosse se fait sodomiser en douceur par un collègue plus poilu. Bon. Eh bien ça c''est excitant, même si on n'est pas homo, parce qu'inattendu. On pouvait s'attendre à tout sauf à ça. Après, c'est le talent du narrateur qui va faire le reste évidemment. Bon, l'exemple est un peu poussé, mais c'était pour bien montrer le contraste, puisque tu parles de libido...



Alors les bouquins, comme celui que tu présentes, qui s'annoncent d'emblée comme ça : "telle intensité d’émotions (...) vibrante de couleurs, de parfums et d’amour ", je me méfie. On va encore nous servir du sentiment sous couvert de brutalités afghanes. Je connais. Les Hirondelles de Kaboul, de Khadra, on me les a gâchées avec trop de sentimentalisme. On cherche quoi ? A nous montrer que si les gens s'en tirent dans des enfers pas possibles, c'est grâce à l'amour qu'ils se portent ou à celui qu'ils cherchent. C'est TOUJOURS pareil. Et dans les adaptations cinéma on le voit encore plus. Il faut toujours qu'on cherche à nous faire VIBRER.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ferris, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur le coup de la libido. Sinon, les films porno ne fonctionneraient pas (on sait très bien que le plombier va réparer la tuyauterie de la/les madame(mesdames)/messieurs) : ce sont des situations ultra attendues.
Je suppose qu'il en va de même pour la littérature, peut être le roman à l'eau de rose lui ne joue pas sur la libido mais sur la "pureté" et la "amgie" des sentiments, mais ça peut mettre en émoi des lecteurs/trices. Nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes choses, non ?

"258 conseils...", c'est un roman ? Il n'est pas du même acabit que "les hommes viennent de mars.." ? OU c'est de l'ironie ? Parce que comme ça là...

 

 

Bon, sinon mes deux premiers romans lus en 2014:

- Le quatrième mur de Sorj Chalandon

- Confiteor de Jaume Cabre

Autant vous dire qu'il n'y a pas un de ces livres qui vous remontent le moral, mais bon sang, le 1er m'a pris aux tripes, le second m'a époustouflé.
La 1ère BD de 2014 :

-Y le dernier homme (t3). Une épidémie mystyérieuse tue tous les mâles de la Terre. Tous ? Non, deux êtres masculins résistent : un homme et son singe et bien sûr on ne sait pas tellement pourquoi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je te rassure, Mélandria, c'est que des conneries pour titiller Marcel. C'est pas un roman c'est une cochonnerie publicitaire que j'ai reçue dans un mail pourri. C'était pour faire le répondant au Harlequin qu'il venait de me balancer. On se fait des petites chatouilles comme ça avec Marcel de temps en temps...


 


Ceci dit, plus sérieusement, on fait souvent une erreur en confondant libido et sexualité. La libido c'est tout simplement le désir. Et ce n'est pas parce que Freud l'a utilisée comme métaphore pour désigner l'énergie des pulsions sexuelles que nous devons ramener ça à l'activité sexuelle. Pas plus qu'au romantisme ou aux "émotions". Un désir de chocolat relève de la libido. le désir c'est souvent plus l'envie qu'il se passe quelque chose plus que la chose elle-même. Tu peux très bien désirer la venue du plombier et n'avoir plus envie de rien quand il est là.


 


Quand j'ai dit que le forum manquait de libido, c'est qu'il manquait de désir. 


 


D'accord avec toi pour le Chalandon. Il nous raconte une guerre qu'il a vécue et n'a pas besoin d'en rajouter pour donner une épaisseur à son récit. Et le contraste entre une humanité latente et une violence qui la nie chaque jour nous est donné par ce désir de monter Antigone au milieu des massacres. Le désir et la mort. On y est. Pas de fioritures, pas de personnages-ecran, pas vraiment d'histoire dans l'Histoire. C'est du brut, c'est d'une horrible simplicité. On ne peut qu'adhérer. Les questions on se les pose après...et son parcours peut devenir le nôtre, mais c'est une autre histoire, la nôtre.


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je t'avoue que j'avais lu les pots un peu vite et il était tard. Je soupçonnais l'ironie, mais comme je n'en étais pas sûre... Bref, encore un livre qui servirait pour ma cheminée si j'en avais une (avec le dico des filles édit" pzr Fleurus, ça devrait faire un bon feu).
Merci pour les précisions sur la libido/sexualité. Au final, je me rends compte que je ne m'appuie que sur l'acceptation populaire libido=désir sexuel et que je n'ai pas cherché plus loin.

Tu as parfaitement résumé le Chalandon. Aucune digression morale sur le bien, le mal. Tout y est très juste. Il va me suivre longtemps ce livre...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, le livre de l'année 2013 (il était temps, je l'ai lu en décembre): "et quelquefois j'ai comme une grande idée", écrit en 1964 par Ken Kesey ("trop jeune pour être beatnik, trop vieux pour être hippie"), l'auteur de 'vol au-dessus d'un nid de coucou". Grand roman, décortiquant les relations humaines au sein d'une communauté de bûcherons dans l'Orégon. C'est simple: on y trouve tout, et même plus!


La BD chef d'oeuvre: "Kililana song" de Benjamin Flao. Histoire/ illustrations/ personnages: tout est au top. Et en plus, il n'y a que 2 tomes (d'un coté c'est dommage, de l'autre on apprécie aprés les séries-fleuves en 15 tomes et+) 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 month later...

Un excellent film que vous avez forcément dans votre rayon DVD : Ni à vendre ni à louer, de Rabaté.

On y suit entre autres un Jacques Gamblin en casquette jaune à la poursuite de son cerf-volant qui lui a échappé, ce que font toujours les cerfs-volants, c'est bien connu. Maria de Medeiros, qu'il ne connait ni d'Eve ni d'Adam (sic), l'aide dans sa quête qui leur fait escalader des bottes de foin (mais ils ne font rien dans le foin, c'est décevant) et traverser un camp de naturistes. Du coup "chez les Romains,..." , vous connaissez la suite. Nos deux anti-héros doivent se fondre dans le paysage. Jacques a gardé sa casquette, on a sa dignité :

eHhrdXQxMTI=_o_maria-de-medeiros---ni-ve

(il y a plein d'autres personnages intéressants dans ce film, j'en ai extrait le plus en lien avec l'actualité brûlante, histoire d'en remettre une couche aux frileux de tous poils :tongue: )

Après Les petits ruisseaux en 2010 (adaptation réussie de sa BD), Ni à vendre ni à louer en 2011 (film inclassable avec des gens à poil dedans donc), Rabaté est de nouveau annoncé sur les écrans en 2014 avec Du goudron et des plumes.

Vivement !!!

Modifié par Isalabib
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 months later...

Je conseille cet excellent roman d'aventures, où chaque chapitre est une découverte de l'autre, une remise en question permanente des relations humaines. On en ressort différent. Comme le disait un excellent critique normand " ce livre est traversé par une telle intensité d’émotions et un tel souffle poétique que le lecteur en sort ébranlé. Ici il n’y a qu’une leçon à retenir, celle de vivre à tout prix.". C'est incontestablement le livre de l'année !

 

258%20conseils%20-%20plat213.jpg

Il existe pas en BD ? si je dessine dedans, ça compte ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le magistral "Dans le grand cercle du monde", de Joseph Boyden, pour les amateurs de grands espaces, de liberté et d'histoire, passionnant, envoutant, trop méga génialement bien, avec plein d'indien iroquois et hurons dedans, et des prêtres pas très trop gentils mais pas trop méchants non plus...


 


En roman ado, un énooooorrrrrmme coup de coeur pour Ma tempête de Neige, de Thomas Scotto, chez Actes Sud. Un livre qu'on a vraiment envie de gueuler à la face du monde, une bombe d'amour pur. L'histoire d'un jeune père de 19 ans qui apprend à faire connaissance avec son enfant qui va naître, le poids du regard des gens et la peur de ce qui va arriver, en même temps que la certidude que le plus beau reste à venir. Ebobistouflant (et en plus, Thomas Scotto, il est trop bien)


Et "La première fois" de Gwladys Constant, un livre qui parle de sexe aux ados, comme ça, parce que c'est pas grave, en fait (même si l'auteur en fait un peu trop parfois, dans le truc "j'inscris mon livre dans le réel en citant des trucs qui existe...trop grosse ficelles) et aussi, la trilogie des Autodafeurs, de Marine Carteron : c'est maladroit comme un premier roman, mais franchement, c'est un vrai moment de plaisir et d'aventure, avec des passages extrêment touchants... on rentre dedans, on le dévore, et on a envie de lire la suite ; c'est déjà pas mal.


 


La très bonne BD "Enquêtes générale", une plongée dans le monde de la Brigade de répression du grand banditisme. Extrêment instructif, drôle, se lit presque comme un polar : on suit le quotidien de la brigade, leurs affaires en cours, celles qu'elles ont résolues ; on intègre le monde des braqueurs, ce qui est fou, c'est le respect entre les "bandits" et les flics, ça change vraiment de l'image débile de la BAC et des reportages sur NT12 et NRJ9 et cie.


En BD encore, la trilogie des Légendes de la Garde, de David Petersen, de la fantasy médiévale animalière, avec un graphismes à couper le souffle. Et aussi "Les Gens normaux : paroles de gays, lesbiennes, trans et bi." inégal, mais très touchant. Et l'hilarant "Riche, pourquoi pas toi " de Marion Montaigne et les Pinçon-Charlot


 


En Manga pour les tout-petits : Pan'pan panda, ou comment s'en sortir dans la vie, quand ta principale préoccupation est de choisir entre un foulard rouge ou jaune. Ca donne trop envie d'adopter un panda.


Et les CD de Milky Chance, même si on commence à un peu trop les entendre, je sens que ça va devenir lassant... Jake Bug et les très bon Procussions...


ouhhh, j'adore ce topic (hey, Mousie, coucou !)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 years later...

J'ose exhumer ce sujet, car j'ai trouvé une petite pépite, par pur hasard. Mise au défi de lire un auteur haïtien, j'ai pris Maudite éducation, de Gary Victor. Je suis absolument subjuguée !

 

L'histoire, c'est celle de Carl, jeune adolescent, dans les années 1970, qui découvre la sexualité dans la bibliothèque de son père. On suit ses errances sexuelles, amoureuses, familiales, artistiques, sous l'arrière-plan de la dictature, qui va en réalité prendre de plus en plus de place. Le phrasé est fluide, poétique, musical, doux et sonore, mais sans surcharge lyrique (même si j'ai tendance à apprécier le lyrisme). Je ne pouvais plus lâcher ce roman palpitant. Ce n'est pas qu'il y ait particulièrement de l'action, du suspens, mais la psyché du narrateur est si intense que je voulais continuer de l'explorer, encore et encore. C'est un livre qui m'a prise aux tripes, et je ne m'attendais pas à une si belle découverte. 

 

Et vous, sur quels chefs d'oeuvre inconnus êtes-vous tombés?  

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...