Aller au contenu

Messages recommandés

val59

Bonjour,


Ma commune vient d'atteindre les 20 000 habitants : selon le décret du 3 juillet 2006, une NBI de 30 points peut être attribuée au(x) bibliothécaire(s) chef(s) d'établissement dès lors que la bibliothèque possède plus de 30 000 ouvrages et fait plus de 40 000 prêts : ce qui est le cas; or les RH me disent que bien que bibliothécaire dirigeant la BM, je ne suis pas chef d'établissement et que donc pas possible! Conseil : voir ce qui se passe ailleurs! Alors j'en appelle à vous tous pour savoir ce qu'il en est chez vous!Grand merci ;-)


 


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Bonjour

 

La NBI a été traité dans ce fil agorabib.

http://www.agorabib.fr/index.php/topic/349-nbi-daccueil-en-bibliotheque-municipale/

 

Je relis :

40. Chef d’établissement d’une bibliothèque contrôlée dans les communes de plus de 20 000
habitants ou dans les établissements publics locaux assimilables à une commune de plus de
20 000 habitants, selon les critères prévus par le décret no 88-546 du 6 mai 1988 relatif aux
emplois fonctionnels dans les établissements publics locaux, et disposant de plus de 30 000
ouvrages ou assurant plus de 40 000 prêts par an.

 

Ce qui est intéressant de savoir, c'est : qui, si ce n'est vous, est le chef d'établissement dans ces conditions ?

 

De toute façon, le décret no 88-546 du 6 mai 1988 parle de "s'appliquent à l'emploi de directeur et de directeur adjoint des établissements publics suivants"

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000692616&dateTexte=20081111&fastPos=1&fastReqId=1593466511&oldAction=rechTexte

 

Cependant, les RH pourront aussi vous dire que vous n'êtes pas une bibliothèque contrôlée.

D'ailleurs, qu'est donc une bibliothèque "contrôlée" ?

 

Sinon, en parcourant un peu le pdf ci-dessous, on lit tout en bas :

http://www.cdg21.fr/base_documentaire/statut/NBI.pdf

 

"Au vu de la diversité des références à prendre en compte pour l’établissement de
l’arrêté d’octroi de la N.B.I., aucun modèle ne sera mis en ligne. Le Centre de gestion
se tient à votre disposition pour rédiger l’arrêté correspondant à la situation de l’agent
concerné."

 

Bilan : contacter votre CDG pourrait être une bonne option.

 

Bien cordialement

  B. Majour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

C'est une NBI de direction et d'encadrement. Moi, je l'ai obtenue le mois suivant mon entrée dans un réseau de 20 000 hab.


 


Depuis une mise à jour de 2008,http://www.cdg59.fr/fileadmin/Services/AdminCarrieres/CDG-INFO/Annee_2006/CDG-INFO2006-10.pdf,  il est précisé que l’attribution de la N.B.I. est liée à l’exercice de fonctions et non plus à l’appartenance à un grade ou cadre d’emplois de la fonction publique territoriale. C'était déjà le cas avant, mais vu les histoires que ça a fait, ça vaut mieux de le préciser. Si tu es directeur de la bibliothèque, et que c'est précisé sur la fiche de paye à "fonctions", tu y as droit.


L' ARTICLE 1ER DU DECRET N° 2006-779 DU 03/07/2006 précise la liste des fonctions en annexes :


Quatre catégories de fonctions peuvent être énumérées :


 


 


1. Les fonctions de direction, d’encadrement, assorties de responsabilités particulières.


2. Les fonctions impliquant une technicité particulière.


3. Les fonctions d’accueil exercées à titre principal.


4. Les fonctions impliquant une technicité et une polyvalence particulières liées à l’exercice dans certaines


collectivités ou dans leur établissements publics assimilés.


 


Si tu n'as personne au-dessus de toi (directeur de réseau, voire parfois directeur des affaires culturelles) et que gères, encadres et diriges de fait la bibliothèque, qui est bien un établissement, tu dois l'avoir, c'est de droit. Et sinon, demande-leur qui le dirige, cet établissement public ?


 


Si ça chipote : demander d'abord à consulter ta fiche de poste, voir si elle mentionne bien tes fonctions de direction, et demander à la modifier, bien voir si tes fonctions sont aussi mentionnées sur ta feuille de paie (qui doit mentionner ta position (titulaire, etc..), ton grade, mais aussi tes fonctions.


 


Eventuellement, ils peuvent chipoter sur la formule "assorties de responsabilités particulières." A voir.


 


N'oublies pas non plus que c'est à effet rétroactif: ils doivent te verser toutes les NBI non perçues depuis que tu exerces ces fonctions (dans la limite de chaipluscombiend'années)


 


En cas d'absence et de refus de mention sur la fiche de poste et de paye, tu peux refuser d'exercer les fonctions en question, mais là je te conseille de te faire aider par un juriste syndical, parce que tu rentres alors en conflit avec ton administration


 


Si ta bibliothèque n'est pas un établissement, c'est quoi ? Une baraque à frites ? :wink: 


 


Enfin, tu as un topic NBI d'accueil sur le forum http://www.agorabib.fr/index.php/topic/349-nbi-daccueil-en-bibliotheque-municipale/


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

L'immonde Bernard Majour a posté pendant que j'écrivais. C'est un posteur précoce, et non un imposteur, ni un composteur :D


Modifié par Ferris
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

Ferris joue aux papous, ça faisait longtemps depuis la bouillabaisse !!!


 


Excellent le composteur Ferris, et tellement à propos : on recycle bcp d'infos par ici, non ? :tongue: et on sait tous que même les 2 pieds dans le fumier, le bibliothécaire français continue à chanter !


Modifié par Isalabib
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Pour une fois que je te grille, Ferris, je peux bien sortir du composteur !


 


Mais je pense que le CDG doit fournir un bon support puisqu'il peut "rédiger l'arrêté" !


Ce qui devrait appuyer, comme il faut, les revendications de NBI.


 


Bonne soirée


  B. Majour


  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ouais, c'est vrai qu'on recycle beaucoup. Enfin, je ne sais pas trop quel sens accorder au mot recyclage ,en l'eau cul rance (la meilleure) Moi je vois ça comme le fait de balancer des liens en permanence, du legifrance, du CDG machin. C'est un peu barbant. On résume, on synthétise, on réduit, on recycle de l'info finalement. J'en veux pas à Val59 de sa question, mais toutes les réponses qu'on lui fait, il aurait pu les trouver tout seul. On a tous les mèmes sources disponibles. Surtout sur ces questions statutaires. Après il reste que chaque commune a sa façon de faire et que chacun doit se battre, surtout que dans ce cas précis, la commune est manifestement en situation d'illégalité. Ils y vont au culot. Ici ça va jusqu'a nier le statut d'établissement à une bibliothèque et les missions de direction.

 

Au fait, Val59, j'ai vérifié sur mes bulletins de salaire : En commune c'était le mot "emploi" qui était utilisé. Et en interco c'est le mot "missions". Il y a  donc toujours quelque chose qui mentionne tes fonctions, en plus du grade. Pour la bonne raison que dans la fonction publique, la fonction est détachée du grade. N'importe qui peut diriger une bibliothèque, à n'importe quel grade. D'ailleurs, si tu regardes la fiche métiers des bibliothécaires, la fonction de direction d'établissement ne fait pas partie des missions statutaires. Il est seulement précisé " Ils peuvent être nommés aux emplois de direction des services de documentation et des établissements contrôlés assurant les missions etc...". On peut, mais ça n'est pas obligatoire. Donc : il y a bien obligation de décrire tes missions puisqu'elles ne découlent pas automatiquement de ton grade.

 

Pour ce qui est des "bibliothèques contrôlées", pas de souci, nous le sommes tous.

 

Le CGCT précise d'abord l'existence de la catégorie de bibliothèques municipales :
- bibliothèques classées
- bibliothèques contrôlées
- bibliothèques surveillées.

Les premières (au nombre de 54) figurent sur une liste qui s'organise sur l'application de la loi de 1931 instituant une présence et un contrôle de l'Etat dans la gestion de certaines bibliothèques, par la mise à disposition d'un ou de plusieurs personnels scientifiques (conservateurs) de l'Etat dans ces bibliothèques municipales.
Les bibliothèques classées sont sous le contrôle permanent de l'Inspection générale.
Les bibliothèques contrôlées sont soumises au contrôle technique de l'Etat. Les bibliothèques contrôlées ou surveillées, en fait toutes celles qui sont gérées par les collectivités territoriales, en régie directe, peuvent faire l'objet d'une visite ou d'un contrôle diligenté par l'Etat, généralement par la mission d'un Inspecteur général de bibliothèques, mais également par un fonctionnaire (conservateur en chef de bibliothèque) qui aurait été délégué pour cette mission par le ministre de la Culture et de la Communication

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Encore grillé au poteau ! Deux fois dans la mème journée, je craque ! :hyper:


 


J'étais en train de chercher dans ma paperasse mon arrêté d'attribution de NBI et je ne le retrouve pas. Le mieux serait que je l'envoie au collègue Val59, puisqu'apparemment sa commune lui demande de voir ailleurs. Pour les CDG c'est vrai mais ils ne se substituent aux collectivités qu'en dessous d'un certain seuil, comme pour les CT par exemple. Sur au-delà de 20 000 ça m'étonnerait, mais c'est toujours à essayer.


 


Au fait, dans ta situation particulière, entre chien et loup comme on dit, tu es contrôlé ou surveillé ? :tongue:


 


Salut Bernard ! :)


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Salut du jour, Ferris


 


Pour le recyclage, oui, c'est vrai, on cherche des liens, on les donne au cas où.


Dans le cas du public général, ça marche très bien.


 


Et quelque part, une collection, qu'est-ce que c'est d'autre ?


Une collecte pour une restitution, parfois la réponse à une question, forme particulière de restitution.


 


Pour les liens, Val59 les a certainement cherchés, mais ce qu'elle (oui, c'est Valérie 59 d'après sa fiche) demande ce sont aussi des témoignages de situations identiques.


 


La tienne par exemple.


Toi, tu peux renseigner Val59.


 


Tu peux lui dire comment tu as fait valoir tes droits.


 


Et peut-être le comment on s'aperçoit, par le biais d'une NBI, que l'on n'est pas directrice de l'établissement.


Ce qu'il faut faire pour obtenir ce titre (en plus de la fonction)


 


 


Après, les supports, il faut les prendre partout.


La commune aura un peu plus de difficultés à nier le fait avec un papier du CDG sous le nez.


En plus, ça montre que le client n'est pas prêt à lâcher l'affaire aussi facilement.


 


Par la suite, après si les RH restent sourdes, c'est direct au maire ou à la tutelle, hein !


Pour poser la question du pourquoi ?


 


J'appelle ça : le droit de savoir.


Afin que tout soit clair sur la situation.


 


Avec un peu de fouinage, on peut aussi poser les questions à tous ceux de la commune.


Par exemple, à tous les directeurs/directrices. Pour savoir s'ils reçoivent ou pas la NBI de population ?


 


Comme ça, on risque de ne plus être tout seul à réclamer sa NBI   :wink:


Et si tout le monde l'a déjà, on peut la revendiquer en criant à l'égalité de traitement !


Pour une femme, on peut même rajouter l'argument de sexisme. (et va savoir si ce n'est pas vérifié)


 


Des fois, on a des surprises.


 


Pas de raison de se laisser faire. En tant que fonctionnaire, on a des devoirs, mais aussi des droits.


Le premier droit, c'est de poser des questions.


 


Bibliothécaire curieux, bibliothécaire heureux ?


 


 


Pour répondre à ta question sur le fait d'être une bibliothèque contrôlée ou surveillée.


N'étant pas en régie directe, je ne suis pas concerné.  :no:


 


En même temps, pas sûr que les petites bibliothèques soient vraiment concernées par des contrôles ou de la surveillance.


Trop peu d'inspecteurs, trop peu de budget pour en valoir le coup. (ou le coût !)


A part fonds patrimonial exceptionnel, peut-être.


 


Hum... A moins que le contrôle BDP, via la déclaration DLL, soit du domaine "contrôlée / surveillée".


Là oui, je suis "contrôlé".


Par les déclarations Sofia aussi. Mais c'est bien tout.


 


A part ça, tu as souvent été contrôlé surveillé de ton côté ?


 


Bonne journée à toi


  Bernard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Salut Bernard,


 


Tu as raison, bien entendu. Et si je considérais que c'est "chacun pour soi", je n'aurais pas répondu ni à Val ni sur ce forum en général. J'ai fait partie il y a quelques temps d'un petit réseau "souterrain" de personnes se contactant entre elles, via des sujets lancés sur Biblio.fr, dont le NBI justement. Et je me suis battu pour obtenir la NBI accueil de 10 points pour mes agents. A'époque lesRH jouaient sur le mot accueil et sur les durées effectivement consacrées à l'accueil etc...Chaque info ou avancée obtenue par les uns ou les autres était relayée. Dans beaucoup de villes ça s'est fait en combat syndical. Dans certaines, à ce jour, ça n'est toujours pas gagné. Et j'ai eu des problèmes avec ma hierarchie qui considérait que je n'avais pas à pousser les agents à faire ces demandes. Aujourd'hui, passage à autre collectivité, une simple demande et l'arrêté est signé. Comme quoi...


 


La NBI , à la différence des regimes indemnitaires, restera pour moi emblématique du scandaleux pouvoir qu'ont les territoires et leurs princes d'ignorer la loi et de l'enfreindre. Pour d'autres, cette question a attiré le regard un peu naif que l'on pouvait avoir le sur le rôle d'aide aux agents que pouvaient avoir les DRH et leur veritable mission. Le regard a changé. En ce qui me concerne cela m'a amené à me syndiquer.


 


Et tout ça commencé un jour par une petite question d'une collègue sur Biblio.fr. Je ne savais mème pas que la NBI existait. Belle leçon donc. Bibliothécaire curieux ? C'est une nécessité. Bibliothécaire heureux ? Pas forcément . Tout se sait et se propage. Et à ce jour je reste, dans ma cambrousse et désormais dans une interco, le directeur qui a trahi sa caste, en quelque sorte...Alors heureux, je ne sais pas.


 


Pour les contrôle de bib, je n'ai jamais été contrôlé et n'ai jamais connu personne qui l'ait été. C'est un peu comme les inspections de profs dans l'éducation nationale, en pire car eux le sont au moins une fois. En fait, tu as raison il y a trop peu d'inspecteurs à l'IGB et ils n'y arrivent mème pas avec les bibs classées. Par ailleurs, il me semble que c'est la DRAC qui doit faire un signalement à l'état, via l'IGB (qui est leur tutelle en fait) pour qu'une bib soit contrôlée.


 


Finalement c'est assez ridicule comme situation : imagine que tu aies connaissance d'une bib qu'on est en train de fiche en l'air pour des raisons x, eh bien tu ne peux pas saisir toi-mème l'IGB. Tu en informes la DRAC. Et c'est elle qui jugera s'il y a lieu d'alerter l'IGB. Et s'il s'agit de ta propre bib et que tu fais ça, il te reste la valise ou la prière, les deux de préférence. "La valise ou le cercueil" comme on disait du temps de la Guerre d'Algérie.


 


Je hais la fonction publique, comme on hait en fait la main qui vous tend le bol de soupe, tout en lui faisant sourires et courbettes. Car il faut bien vivre. 


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bouille

Je hais la fonction publique, comme on hait en fait la main qui vous tend le bol de soupe, tout en lui faisant sourires et courbettes. Car il faut bien vivre. 

 

Cette relation amour/haine, je la connais. Je la vis.

J'ai la NBI aujourd'hui, sans l'avoir demandée. Sur mon poste précédent, non seulement je ne l'avais pas, mais je n'avais aucune prime, contrairement à tous mes autres collègues travaillant pour la mairie, qui avaient au moins l'IAT. Les instances dirigeantes ne s'étaient pas données la peine de créer mon poste sur un pied d'égalité avec les autres.

Et quand j'ai demandé une prime en argumentant la différence de traitement avec les autres agents municipaux, ils ont mis plusieurs mois à me répondre, pour finalement refuser tout net. Je me suis cassée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Dans les collectivités on doit proposer au CT, au moins tous les deux ans, un document qui s'appelle le bilan social. Tout y est, en non nominatif evidemment, le taux d'absenteisme par service etc...ET les primes. Et il y a quelques années, les RH se sont "rendu compte" (Oh, j'avions point fait attention, les hypocrites) que 2 agents ne touchaient aucune prime. Annoncé en CT, ça la fichait mal. Ils immédiatement "remédié" à la chose evidemment. Mais sans rétroactivité.
 
Or il se trouve que je connaissais une des agents en question, qui m'a expliqué qu'en fait, depuis sa titularisation, elle avait fait des demandes répétées aux RH pour toucher ses primes..(toutes orales, rien par écrit, grosse erreur).
 
Officiellement, aujourd'hui encore, ceci est qualifié de simple "erreur de l'administration"
 
Y a des odeurs, mème si tu mets du produit dessus, elles ne partent pas !
 
T'as raison d'être partie voir ailleurs (mais l'herbe est-elle toujours plus verte ailleurs ? Enfin, changement d'herbage réjouit les veaux, comme on dit). Mais combien le peuvent, quand on se trimballe maison, marmaille et compagnie ? Bien peu en fait. Alors ceux-là, on les laisse tomber ?
 
 
*Quand je dis changement d'herbage réjouit les veaux, je ne te compare pas à un veau, soyons clairs. Simplement je ne puvais pas dire "les voyages forment la jeunesse", vu ton âge, alors j'ai pris un autre proverbe. :tongue: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bouille

Je suis partie ailleurs, mais tout près géographiquement. Donc pas besoin de déménager tout le monde.

 

Enfin, changement d'herbage réjouit les veaux, comme on dit [...]

 
*Quand je dis changement d'herbage réjouit les veaux, je ne te compare pas à un veau, soyons clairs. Simplement je ne puvais pas dire "les voyages forment la jeunesse", vu ton âge, alors j'ai pris un autre proverbe. :tongue: 

 

Un jour, Ferris, je te rencontrerai IRL (In Real Life ; en vrai, quoi), et ce jour là, ma vengeance sera terrible. :devil:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

Bouille disait : Un jour, Ferris, je te rencontrerai IRL (In Real Life ; en vrai, quoi), et ce jour là, ma vengeance sera terrible. :devil:


 


Punaise, ça risque d'être chaud du côté de Lyon, si tu y vas Ferris. :sweat:


En plus, tu as bien lu, ce n'est pas du conditionnel.


Si tu n'y vas pas, elle viendra te chercher.


 


 


En tout cas, intéressant ce document de bilan social, il faudra que je vois si on en dispose dans ma commune.


Je n'ai pas l'impression. A-t-il un caractère obligatoire ?


 


Bon week-end, et bonnes vacances aux juilletistes.


  B. Majour


  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Le REC (rapport sur l'état de la collectivité) est une obligation, et le fait de la communiquer aux agents, via le CTP aussi. Je te mets un lien assez détaillé sur le contenu. Certaines questions, à partir de la page 7 sont assez savoureuses car elles viennent de DRH, notamment les questions sur le statut des agents. D'un point de vue syndical, c'est très instructif pour connaître la politique de recrutement d'une collectivité. Par exemple :


 


Dans ma collectivité, nous embauchons des « faux vacataires », c'est-à-dire des agents payés à la vacation, mais qui interviennent de façon récurrente pour faire face à un besoin permanent. Dois-je les renseigner (...) 


 


http://www.cig929394.fr/sites/default/files/foireauxquestions_rec2011.pdf


 


Pour l'affaire Bouille, effectivement, ça se corse comme on dit à Lyon. Mais je ne crois pas risquer grand-chose:


1) Quelqu'un qui vit depuis 36 ans dans les répliques cultes de Stars War n'est jamais totalement in the real life. Elle bluffe. Dailleurs elle déclarait recemment vouloir se faire recruter dans la Starfleet...


2) Je ne foutrai plus jamais les pieds à Lyon. J'y suis allé une fois, par obligation (examen à Villeurbanne).C'est plein de vieux (et de vieilles...) qui mangent des trucs très gras et viandeux, souvent avec des patates, qu'ils appellent spécialités régionales. J'ai jamais pu finir mon assiette.


3) Si elle vient chez moi, elle sera très étonnée de l'accueil : je lui ferai 36 gros bisous ! 18 sur chaque joue. Parce que je l'aime bien quand mème la Boubouille, mème si c'est une vieille lyonnaise avec des bois de cerf sur la tête et une tête dans les étoiles! :tongue:


 


Bonnes vacances aux partants (1 sur 2 seulement cette année, ça baisse), ou plus exactement, bon camping pour les pauvres et bons aéroports pour les riches!


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

@ Bernard : les collectivités comptant moins de 50 agents relèvent du comité technique paritaire placé auprès du centre de gestion auxquelles elles sont affiliées.

S'il n'y a pas de CTP dans ta collectivité, le REC (dit aussi "bilan social") est réalisé par le centre de gestion, il reste une obligation quelle que soit la taille de la collectivité :

 

«- les collectivités de moins de 50 agents dépendantes du CTP placé auprès du centre de gestion, doivent fournir des informations nécessaires au centre de gestion dont elles dépendent, afin que soit établi un rapport d'ensemble de ces collectivités rattachées;
«- les collectivités employant entre 50 et 350 agents, qui, bien qu'étant affiliées au centre de gestion, ont leur propre CTP sont tenues d'établir leur propre rapport, soumis pour avis à leur CTP. C'est ce dernier rapport qui sera transmis au centre de gestion auquel elles sont affiliées;
«- les autres collectivités non affiliées à un centre de gestion (les collectivités de plus de 350 agents) enverront leur rapport directement à la Direction générale des collectivités territoriales.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Sur la NBI toujours:

 

Il existe un arrêt du conseil d'état stipulant que les plages d'accueil couvrent l'entièreté des plages d'ouverture au public.(arrêt n° 284380 du 4 juin 2007).
 
"Le Conseil d'État, dans une décision n° 284380 du 4 juin 2007, a été amené à définir l'exercice de fonctions d'accueil à titre principal en indiquant qu'elles « doivent être interprétées comme réservant ce droit aux agents dont l'emploi implique qu'ils consacrent plus de la moitié de leur temps de travail total à des fonctions d'accueil du public ; que, pour l'application de cette règle, il convient de prendre en compte les heures d'ouverture au public du service, si l'agent y est affecté dans des fonctions d'accueil du public, ainsi que, le cas échéant, le temps passé par l'agent au contact du public en dehors de ces périodes, notamment à l'occasion de rendez-vous avec les administrés ».
 
Et c'est confirmé par une question au gouvernement de 2008 (c'est moi qui mets en gras):
 

Les fonctions d’accueil donnent lieu à l’attribution d’une NBI si elles occupent plus de 50% du temps de travail de l’agent.
Le décret n° 2006-779 du 3 juillet 2006, qui a remplacé le décret n° 91-711 du 24 juillet 1991, a prévu, dans le troisième tableau de son annexe, sous la rubrique n° 33, que les fonctions d'accueil exercées à titre principal « dans les conseils régionaux, les conseils généraux, les communes de plus de 5 000 habitants ou les établissements publics communaux et intercommunaux en relevant, les établissements publics locaux d'enseignement, le Centre national de la fonction publique territoriale et ses délégations régionales et interdépartementales, les centres de gestion, les OPHLM départementaux ou interdépartementaux » sont éligibles à une nouvelle bonification indiciaire de dix points. Cette rubrique n° 33 remplace et unifie plusieurs rubriques de l'ancien décret du 24 juillet 1991 ayant le même objet. Le Conseil d'État, dans une décision n° 284380 du 4 juin 2007, a été amené à définir l'exercice de fonctions d'accueil à titre principal en indiquant qu'elles « doivent être interprétées comme réservant ce droit aux agents dont l'emploi implique qu'ils consacrent plus de la moitié de leur temps de travail total à des fonctions d'accueil du public ; que, pour l'application de cette règle, il convient de prendre en compte les heures d'ouverture au public du service, si l'agent y est affecté dans des fonctions d'accueil du public, ainsi que, le cas échéant, le temps passé par l'agent au contact du public en dehors de ces périodes, notamment à l'occasion de rendez-vous avec les administrés ». La rubrique n° 33 du décret n'opère pas de distinction entre les fonctions d'accueil selon qu'il s'agit d'accueil téléphonique ou non. En conséquence, les fonctionnaires chargés d'un accueil téléphonique, quel qu'il soit, doivent être considérés comme faisant partie des personnes éligibles à l'attribution de la NBI pourvu qu'elles occupent cette fonction à raison de plus de 50 % de leur temps.

 
QE de Danielle Bousquet, JO de l’Assemblée nationale du 26 février 2008, n° 11551 

 

C'est bien les heures publiques qui font foi : Si ton etablissement est ouvert  20h au public et que tu en fais 11 en accueil public, c'est donc suffisant. Il ne s'agit donc plus de la moitié de ton temps de travail mais de la moitié des heures d'ouverture. Et les heures d'ouverture sont affichées sur la porte, elles sont incontestables !

Quant à l'accueil téléphonique, apparemment ça peut compter aussi (mais là c'est précisé : les fonctionnaires chargés de l'accueil téléphonique et à raison de plus de 50% de leur temps.Donc voir avec ta fiche de poste)
 
La rétroactivité est de droit sur un maximum de quatre ans, ne pas l'oublier dans votre demande écrite :
 
Conformément à la loi relative à la prescription des créances (article 1 de la loi n° 68-1250 du 31 décembre 1968), un agent qui remplit les conditions d’octroi de la NBI et qui ne la perçoit pas, peut en demander son attribution de façon rétroactive. Elle sera versée à compter de l’entrée en vigueur du décret l’instituant ou à compter de la date à laquelle l’agent remplissait les conditions d’octroi de la NBI. Dans tous les cas, la rétroactivité ne pourra pas déroger au principe de la prescription quadriennale (4 ans + l’année en cours).
>http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000878035
 
Enfin, la NBI est cumulable avec toute prime du regime indemnitaire. Seules 2 NBI ne sont pas cumulables.
 
Et un petit bonus d'info, calculs effectués par un collègue de la liste discothécaires et basé sur le Guide des primes 2012 histoire de faire le point  sur les primes et de rattraper un peu le gel du point d'indice :angry: :

Pour la catégorie C :

 

-Attribution de la NBI 10 points pour l'accueil : 46 euros et 30 centimes brut pour un temps plein, pour tous les agents assurant l'accueil à titre principal.

-Attribution d'une NBI majorée car travaillant en zone urbaine sensible = 20 points (92euros 60) 

-Attribution d'une NBI pour le régisseur à 15 points = 69 euros et 45 centimes

-Attribution de la prime de sujétions spéciale d'accueil et de surveillance pour les Adjoints du patrimoine (exclusivement pour la filière culturelle) de 44 euros et 50  centimes par mois pour un temps plein (et 50 euros pour un adjoint du patrimoine 1ère classe) . Cette dernière est peu connue mais présente dans le guide des primes 2012 de la Gazette des communes. 

  

Pour la catégorie B  (en dehors de l'IFTS/IHTS )

-Attribution de la NBI 10 points pour l'accueil : 46 euros et 30 centimes brut pour un temps plein, pour tous les agents assurant l'accueil à titre principal.

-Attribution de la Prime de technicité forfaitaire des personnels des bibliothèques :

 Assistant qualifié de conservation 1 203,28 euros brut / an soit 100 euros et 27centimes /mois pour un temps plein

 Assistant de conservation 1 042,75 euros  brut / an soit 86euros et 89centimes /mois pour un temps plein

 

A noterque les primes de sujétions spéciales et la prime de technicité forfaitaire ont pu être attribuées aux agents contractuels

 
Bon, avec tout ça, si vous n'y arrivez pas, il ne vous reste qu'à ouvrir une boutique de fleuriste... :D 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour

@Isalabib

Merci pour ces informations complémentaires.

Vrai que notre collectivité a dépassé les 50 agents depuis assez peu de temps, d'où l'émergence d'une CTP, et ce qui va avec.
Le REC ne devrait pas tarder.

@Ferris

Bon, avec tout ça, si vous n'y arrivez pas, il ne vous reste qu'à ouvrir une boutique de fleuriste...

Pourquoi faudrait-il toujours "le dire avec des fleurs" et pas "le dire avec des livres".
  Bernard
 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
val59

Merciiiiii à tous!!! Je ne voulais pas soulever tant de boucliers!!! En effet les textes je les ai mais vos précisions me sont précieuses... Juste des témoignages pour inciter les RH ... mais je crois qu'avec tout cela, c'est bon, je vais être RIIIIche.... Hmm... De gros bouquets de fleurs et de livres à chacun pour de bonnes vacances!!!!


;-0


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

Et oui, c'est ça AgoraBib : tu lances une question sérieuse et tu te retrouves avec des histoires de baraque à frites et de boutique de fleuriste... 


Mais toutes les départementales et autres déviations floodeuses finissent quand même par nous ramener au sujet, comme quoi faut jamais désespérer !


 


PS : si tu devenais vraiment RIIIIche grâce à la NBI, tu nous offrirais au moins des tablettes, non ? :tongue:


  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bouille

Bouille disait : Un jour, Ferris, je te rencontrerai IRL (In Real Life ; en vrai, quoi), et ce jour là, ma vengeance sera terrible. :devil:

Punaise, ça risque d'être chaud du côté de Lyon, si tu y vas Ferris. :sweat:

 

Très chaud. D'ailleurs, il fait 35°C dehors.

 

 

Pour l'affaire Bouille, effectivement, ça se corse comme on dit à Lyon. Mais je ne crois pas risquer grand-chose:

1) Quelqu'un qui vit depuis 36 ans dans les répliques cultes de Stars War n'est jamais totalement in the real life. Elle bluffe. Dailleurs elle déclarait recemment vouloir se faire recruter dans la Starfleet...

2) Je ne foutrai plus jamais les pieds à Lyon. J'y suis allé une fois, par obligation (examen à Villeurbanne).C'est plein de vieux (et de vieilles...) qui mangent des trucs très gras et viandeux, souvent avec des patates, qu'ils appellent spécialités régionales. J'ai jamais pu finir mon assiette.

3) Si elle vient chez moi, elle sera très étonnée de l'accueil : je lui ferai 36 gros bisous ! 18 sur chaque joue. Parce que je l'aime bien quand mème la Boubouille, mème si c'est une vieille lyonnaise avec des bois de cerf sur la tête et une tête dans les étoiles! :tongue:

2- On ne mange pas si gras que ça à Lyon. Moi, je suis originaire des montagnes, et , on mange gras : fromage-patates-lardons, alimentation de base.

2 bis - Il y a des jeunes à Lyon, la preuve : moi !

3- Les bois sur la tête sont lourds, on se casse la nuque vers l'arrière quand on veut regarder les étoiles.

1 - L'avantage d'un forum, c'est que personne ne sait si je bluffe. D'ailleurs, si tu viens à Lyon, je t'emmènerai dans un resto italien qui fait une cuisine à tomber par terre, légère et pleine de saveur. Mais chuuut, ne le répète pas, sinon je vais perdre ma réputation de terreur des forums...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris



 


 D'ailleurs, si tu viens à Lyon, je t'emmènerai dans un resto italien qui fait une cuisine à tomber par terre, légère et pleine de saveur. Mais chuuut, ne le répète pas, sinon je vais perdre ma réputation de terreur des forums...




 


C'est gentil, mais faudrait que je sois gâteux: Aller à Lyon pour bouffer italien, franchement ça fait cher le plat de nouilles ! Par ailleurs c'est clair : la bouffe italienne est effectivement à tomber par terre ! Et puis tous ces italiens qui quittent l'Italie pour nous faire manger les trucs de chez eux, j'ai un doute.


 


Je pars d'un principe : si je veux manger chinois, je vais en Chine etc...Et puis c'est plus respectueux d'une civilisation d'aller chez eux manger ce qu'ils mangent. En vrai. D'ailleurs je suis sûr qu'en Asie, ils mangent beaucoup mieux que ce que nous servent les restaurants asiatiques. J'y suis allé une fois, on comprend tout de suite que c'est pas possible de manger ça en permanence.


 


Et de toutes façons,L'avenir est aux locavores. Laisse tomber la gastro (nomie), je mange français, de préférence léger et plutôt sans viande. Je n'en fais pas un principe, mais j'hésite toujours à manger du cadavre. Sauf pour goûter, bien sûr...faut rester curieux.


 


Tu n'es pas la terreur des forums mais le cauchemar des modérateurs. Petit conseil : quand tu floodes, arrange-toi au moins, pour la déontologie, pour terminer sur le sujet. Exemple :


 


La viande et la mangeaille italienne, c'est cher et mauvais pour le cholesterol. De quoi me bouffer ma NBI et nuire à mon évolution professionnelle.


 


Tu vois le truc, discret et raffiné, non  ?


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

@Bernard


 


Pourquoi faudrait-il toujours "le dire avec des fleurs" et pas "le dire avec des livres".


 


Intéressante remarque. D'abord, un livre c'est cher. En général on en offre un pour Noel, que la tantine mettra sur sa cheminée, avec les autres. Et puis les livres, on est bien placés pour le savoir, ça prend de la place, faut les classer, les dépoussierer de temps en temps, c'est du boulot. Et les lire au cas où on te demanderait se que tu en penses!  Enfin, on ne sait jamais si ça va plaire et on peut ainsi commettre une faute de goût qui peut nous fâcher avec des gens. Si tu offres un livre d'aquariophilie à un copain passionné qui a un aquarium, il y a toutes les chances qu'il ait déja une lourde documentation la-dessus, beaucoup plus interessante que ton machin à jaquette acheté à deux balles chez Leclerc. Si tu offres des recettes pour maigrir à une copine qui en a vraiment besoin, elle va mal le prendre, les gens sont ainsi, tous des ingrats... 


 


Les livres je me les offre à moi-mème. Et je ne les prête pas. Il y a des bibliothèques pour ça.


 


Tandis que des fleurs, ça plait toujours, c'est sans risques (sauf allergies spécifiques), t'as des petits bouquets de fleurs des champs pas chers, ça sent bon, ça fait toujours plaisir et pas d'entretien. Et c'est écolo :Quand c'est fané, tu jettes au compost.


 


Dailleurs tu remarqueras que la dernière chose qu'on t'offre, après ta mort, c'est un bouquet de fleurs en plastique tressé en couronne marqué "a notre cher glandu". Ou, "à notre regretté" pour les plus faux-culs. Bon, note bien, c'est assez cher le mortuaire, mais vu que c'est pour l'éternité, c'est vite amorti.


 


Et puis, comme "c'est l'intention qui compte", comme dit un de nos plus stupides proverbes, cela suppose que tu peux offrir n'importe quoi à n'importe qui et n'importe comment. La preuve, les colliers de nouilles peintes des mômes : c'est à chier mais comme c'est l'intention qui compte... C'est quand mème dingue, quand on y pense, t'as des gens qui vont se décarcasser les neurones et le porte-monnaie pour te faire plaisir et tu vas leur faire une petite mine (Ah, un cactus, j'en ai déja un, mais le pôt est sympa) et parce que ce sont tes lardons, tu vas leur faire la fête quand ils te ramènent un couvercle de camembert avec des trucs fluos collés dessus. Ils auraient pas eu l'idée, ces petits demeurés, de t'acheter des fleurs avec leur argent de poche !


 


Ben, faut leur apprendre : dites le avec des fleurs. (Et avec une bombe de sent-bon si c'est des qui sentent pas, y en a)


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Je mettrai un bémol: les fleurs, c'est cher, souvent difficile de trouver un truc présentable pour moins qu'un livre de poche au bas mot.

Et ce n'est pas écologique du tout: dans la quasi totalité des cas, elles viennent des Pays-Bas et ont été cultivées et forcées en serre et hors sol, avec des consommations d'électricité aberrantes (surtout les exotiques). Les fleurs des champs sont difficiles à trouver car pas rentables (fanent très vite) et plus trop existantes depuis l'emploi systématique de pesticides. On revoit bien quelques coquelicots, mais...

Ou alors faut cueillir soi même dans la nature ce qu'il reste.

Ceci dit, c'est vrai que ça plait (à moi la première). Plus facile qu'un livre, je suis d'accord avec toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

Jacques Brel
LES BONBONS

1964


Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs c'est périssable
Puis les bonbons c'est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables
Surtout quand elles sont en boutons
Mais je vous ai apporté des bonbons

J'espère qu'on pourra se promener
Que Madame votre mère ne dira rien
On ira voir passer les trains
A huit heures moi je vous ramènerai
Quel beau dimanche allez pour la saison
Je vous ai apporté des bonbons

Si vous saviez ce que je suis fier
De vous voir pendue à mon bras
Les gens me regardent de travers
Y en a même qui rient derrière moi
Le monde est plein de polissons
Je vous ai apporté des bonbons

Oh! oui! Germaine est moins bien que vous
Oh oui! Germaine elle est moins belle
C'est vrai que Germaine a des cheveux roux
C'est vrai que Germaine elle est cruelle
Ça vous avez mille fois raison
Je vous ai apporté des bonbons

Et nous voilà sur la grande place
Sur le kiosque on joue Mozart
Mais dites-moi que c'est par hasard
Qu'il y a là votre ami Léon
Si vous voulez que je cède la place
J'avais apporté des bonbons...

Mais bonjour Mademoiselle Germaine

Je vous ai apporté des bonbons
Parce que les fleurs c'est périssable
Puis les bonbons c'est tellement bon
Bien que les fleurs soient plus présentables
Surtout quand elles sont en boutons
Allez je vous ai apporté des bonbons

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×