Aller au contenu

Fonds Film pour toute la famille


petit renne
 Share

Messages recommandés

Bonjour, ma médiathèque a un fonds important de DVD, je souhaiterai créer un fonds spécial film pour toute la famille, j'aimerai avoir des retours de ceux qui ont créer cela, identification localisation, physique et informatique.


 


 Merci beaucoup


 


 


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


 


Qu'entends-tu par "toute la famille" ?


Des films que les adhérents enfant et adulte pourrait prendre, sans restriction selon l'âge ?


 


Perso, j'ai du mal à voir ce qui est "pour toute la famille"...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


 


Je me suis également trituré les méninges sur la question de "comment les cataloguer et donc identifier les films familiaux?". Je partage mon expérience sous cet angle à travers le catalogage et la recherche documentaire car pour le reste (emplacement spécifique, pastilles de couleurs, cotation, etc.) je n'ai pas encore trouvé de solution satisfaisante, c'est-à-dire sans risque de trop cloisonner. J'attends les réponses à votre question pour me faire une idée :) .  


 


Comment proposer une recherche par âge sans contraindre certaines oeuvres à une tranche spécifique (dans le cas de films familiaux) mais en préservant une possibilité d'"isoler" les ouvrages jeunesses?


Finalement, dans mon catalogage des DVD, j'ai appliqué une table sur un sous-champs "Public" qui mélange des intervalles définis (avec un début et une fin) mais aussi des "points de départ" sans limite de fin (un début mais pas de fin). De cette façon, en fonction de l'ouvrage, qu'il soit spécifiquement pour un âge bien délimité en jeunesse, ou pour des films pour "petits et grands", je jongle avec ces éléments. 


 


Voici le contenu de la table :


- De 0 à 3 ans (Tout-petits)


- De 4 à 5 ans (Maternelle)


- De 6 à 8 ans (Ecole primaire)


- De 9 à 11 ans (Ecole secondaire et 6ème)


- De 12 à 14 ans (Collèges sauf 6ème)


- De 14 à 18 ans (Lycée)


- De 18 à 29 ans (Jeunes adultes)


- Familial (à partir de 3 ans)


- Familial (à partir de 6 ans)


- Familial (à partir de 9 ans)


- Familial (à partir de 12 ans)


 


A partir de ces éléments, et puisque ce champ a été rendu répétable, je peux créer toutes sortes de combinaisons selon les âges à englober :


- Si j'estime qu'un film peut intéresser ou être regardé par des enfants et des adultes, j'applique un critère "à partir de x" en fonction de l'âge qui me semble le plus adapté.


Par exemple "La Grande vadrouille" est noté comme "A partir de 6 ans".


- Si le film est clairement ciblé pour enfants et n'intéressera pas (a priori) les plus âgés, je restreint à un ou plusieurs intervalles "De ... à ...".


Par exemple, "Le Château de singes" de Jean-François Laguioni est indiqué "De 6 à 8 ans" et "De 9 à 11 ans". 


 


Enfin, pour la recherche sur le portail, je proposerai sans doute des accès de recherche par tranches d'âges en m'appuyant sur ce catalogage. J'appliquerai des formules de recherche selon les tranches créées et en cumulant les intervalles fixes et intervalles ouverts (qui vont se recouvrir et se cumuler).


Par exemple, si je désire ne créer que trois tranches "Petits", "Enfants" et "Jeunes ados", j'aurais :


- "Tout-petits" = "De 0 à 3 ans" OU "De 4 à 5 ans" OU "A partir de 3 ans"


- "Enfants" = "De 6 à 8 ans" OU "De 9 à 11 ans" OU "A partir de 3 ans" OU "A partir de 6 ans" OU "A partir de 9 ans"


- "Ados" = "De 12 à 14 ans" OU "De 14 à 18 ans" OU "A partir de 3 ans" OU "A partir de 6 ans" OU "A partir de 9 ans" OU "A partir de 12 ans"


 


Pour le moment ce système n'a été utilisé qu'en interne pour lister et faire des sélections ou renseigner au coup par coup. Notre catalogue sera en ligne prochainement et j'aurais sans doute plus de recul pour savoir si ça fonctionne. En tout cas, pour le moment, cette table n'est pas contraignante au catalogage : je m'y retrouve même plutôt bien et c'est suffisamment souple pour que je ne me retrouve pas "coincé". 


 


A noter que je teste ça uniquement pour les vidéos. J'utilise un champ différent de celui utilisé habituellement par les autres sections (903$a), avec une table différente. Pour la mise en ligne, nous serons encore sur les deux procédés et il faudra vite qu'on homogénéise. 


 


En espérant avoir apporté quelques pistes.


 


Bonne continuation!


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suppose que tu as aussi un classement par genre (western, polar, SF etc..) et si oui, comment fais-tu pour mixer les deux types de catégorisations, surtout au niveau visuel public et opac ?

Sur notre opac, la recherche par facette permet de combiner sans mal. Si c'est bien préparé niveau catalogage, ça devrait bien tourner ensuite. Bon, ok... ce n'est pas encore le cas. Mais un jour...

 

Si tu veux mon avis, c'est hyper complexe ton truc, et surtout beaucoup trop cloisonné au niveau de tranches d'âge trop fines. Enfin, ce que j'en dis...

Mes explications ne sont peut-être pas très claires et ça semble compliqué en lisant comme ça. Mais à l'usage, c'est plutôt souple et pas forcément complexe. Mais je comprends ton point de vue.

Mon découpage est assez fin pour répondre le plus justement à la demande d'un parent qui souhaite un film pour son enfant de x ans. Or les tranches d'âges sont assez très courtes pour des enfants : pour un enfant de 3, 6, 9, 12 ou 14 ans on aura des ouvrages possiblement très différents.

Ceci dit, il y a deux choses :

1/ Malgré le découpage fin, ce n'est pas cloisonné puisque je peux facilement étendre l'intervalle en répétant mon champ. Dans l'exemple de mon post précédent, le titre "Le Château des singes" est indiqué pour des enfants âgés de 6 à 11 ans. C'est le principe de "qui peut le plus, peut le moins".

2/ J'ai proposé ma table à titre d'exemple. Après, le découpage peut être complètement adapté en fonction des besoins de chacun, et donc simplifié. En réponse à la question initiale, j'explique ma façon de faire pour afficher au public un liste de films pour la famille, sans pour autant "casser" mes critères "jeunesse". Je pense qu'il est difficile de séparer physiquement des ouvrages dits "familiaux" sans que ça devienne un casse-tête. D'autant qu'on peut aussi bien en trouver en section adulte qu'en section jeunesse. Reste le catalogue informatique pour permettre ça.

 

T'aurais être discothécaire  :D

J'ai fait mes armes en discothèque et c'était mon ambition première. D'ailleurs, rien ne dit que je n'y retournerais pas. Ca se sent tant que ça?

Bien vu Ferris!  :D

Modifié par F_Reb
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que tu dis m’intéresse beaucoup, Ferris, bien qu’effectivement ce soit un poil schizophrène. Il fait résonance avec de nombreuses problématiques que je traîne depuis un moment. Merci pour ton développement et tes avis. :)


 


Concernant le catalogage, j'ai l'impression (mais je me trompe peut-être) que depuis une dizaine d'années c'est une tâche rétrogradée, souvent perçue comme chronophage voire obsolète. La récupération de notices, même abrégées, suffit au signalement des collections dans le catalogue. En réduisant ce travail technique de back-office on récupère du temps précieux pour se concentrer sur d'autres tâches « de contact » (sans doute mieux comprises des élus et du public) et moins rébarbatives. C’est peut-être aussi un résultat par défaut faute de moyens suffisants en personnel en contradiction avec un métier de plus en plus polymorphe qui tend parfois vers une certaine dilution de notre activité : on a besoin de compétences très diverses pour des interventions multiples et variées.


 


Pourtant, la qualité de nos catalogues sont aujourd'hui déterminants à l’heure du tout numérique et du fait de leur mise en ligne. A la maison, un abonné n'aura pas de bibliothécaire pour le renseigner, l'orienter. On peut imaginer qu’une indexation réfléchie, pérenne et surtout homogène puisse devenir une manière idéale de mettre en relation automatiquement un public avec un intérêt spécifique. Sur place, un outil bien adapté de recherche et de recommandation en complément au travail de médiation « de personne à personne », peut également apporter une forte légitimité à notre présence sur la scène culturelle malmenée par les récentes évolutions des pratiques culturelles et technologiques.


 


C’est une conviction que je cogne chaque jour à la réalité, qui reste malgré tout celle d’un catalogue hétérogène fait de couches successives auxquelles on ajoute, lors du passage en ligne, d’autres sources numériques indexées encore différemment et chahutant sans cesse nos efforts. :cry:


 




...C'est toujours cette bonne (très) vieille question : pour qui croyons-nous cataloguer ? Pour un public que nous inventons, que nous souhaitons, un public à notre image, un public théorique, virtuel. Il n'existe pas.


 


Comme tu dis : "Bon, ok... ce n'est pas encore le cas. Mais un jour...."  Ouais, un jour...peut-être. Et ça dépend aussi de l'évolution des Opac.


...




Je te rejoins sur une bonne part de ton analyse sauf celle-ci qui peut faire la différence : 


De mon point de vue, ça dépend surtout de nous et de nos catalogues. Les opac sont plus avancés que nous et permettent beaucoup de choses qu’on peine à mettre en place faute d’y avoir été préparés. Si ma base de donnée catalogue était nette, mon système de recherche serait plus efficace et simple d'utilisation. Quant au public, il sait parfaitement rechercher par facettes etc. sur certains sites marchands quand ceux-ci sont bien fichus. Alors pourquoi pas chez nous ?


 




Oh j'ai pas de mérite, les Discothécaires je les repère à l'odeur, au fumet bien particulier de leur complexité langagière. C'est pas des animaux simples à dompter, faut reconnaître. Le discours est attirant, la logique implacable, ils sont séduisants comme un voyage dans les galaxies... Et à un moment tu te retrouves paumé dans les Catacombes, seul, parce que le guide est parti pisser. Et là, tu fais machine arrière toute !  :tongue:




secte, nom féminin


Sens 1 Groupe de personnes ayant les mêmes opinions religieuses [Religion]. Anglais sect


Sens 2 Groupe de personnes réunies autour d'une idéologie, vivant en communauté et influencées par un "guide spirituel". Anglais sect  


Damned! On est repéré!!!  :shifty:


 


 


Pour en revenir à la question initiale de petit renne, il n'y a peut être peu de possibilités de mettre en avant un fonds "Famille". Je ne pense pas qu'il soit judicieux d'extraire ces films familiaux du reste des collections. Du coup reste le signalement des ouvrages au coup par coup. D'abord au niveau de la notice pour pouvoir les lister depuis le catalogue : si on souhaite rester à quelque chose de simple il peut s'agir d'un genre, d'un centre d'intérêt ou d'un public spécifique "Famille". Ensuite, pourquoi pas marquer physiquement par une pastille de couleur les documents afin que cela apparaisse directement depuis les rayonnages? Sous réserve qu'ils ne soient pas déjà marqués par d'autres codes qui pourraient devenir à terme illisibles pour les emprunteurs.


Modifié par F_Reb
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 month later...

Bonjour,


Je rebondis sur le sujet.


Ayant récemment classé le fonds vidéo par thèmes (comédie, polar/thriller, sf/fantastique, action/aventure, et le "gros" des dvd qui ne sont pas à proprement parler des films de "genre" et qui constitue cette masse informe : cinéma d'auteur, films dramatiques...), je bute souvent sur le poblème "comédie dramatique"...certaines de ces comédies ont souvent le "cul entre deux chaises" si je puis me permettre l'expression. Exemple "La merditude des choses" de Felix Van Groeningen. Et bien d'autres...je me torture souvent pour savoir où classer ces films...


Même chose pour les films "jeunesse" ou "pouvant convenir à un public plus jeune". Doit-on les classer en tant que tels au risque que d'autres usagers "plus âgés" passent à côté en consultant les rayonnages, ou bien les laisser en fonds "adultes" en leur attribuant un code couleur spécifique ?...


 


Bon à première vue ça peut paraître tordu et pas très clair mais je suis sûr que les vidéothécaires comprendront ces petits dilemmes...


Merci de m'éclairer si vous avez des avis.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bref, je me demande si les classifications DVD ne devraient pas se faire en commun avec les acquéreurs de romans. Regroupez vos genres et sous-genres, arrivez progressivement à créer un référentiel commun, et tout le monde sera content. Notamment le public, qui ne se retrouvera pas, une fois de plus, avec un nouveau système de codage à décrypter.

 

Ca, c'est une bonne idée.

On en est proche, chez nous, mais pas ce n'est tout à fait identique entre les films et les romans. A creuser. Merci Ferris !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si si, Florek, c'est très clair. Même si je doute qu'il y ai une réponse unique et entièrement satisfaisante... 


 


Pour ma part, après m'être posé les mêmes questions que toi, j'ai opté pour l'utilisation du genre "Comédie dramatique". Oui, je sais, c'est pas bien. En tant que professionnel de bibliothèque je ne devrait pas foncer vers ce type d'étiquette floue et marketing, etc. La réalité est que je souhaitais, pour des raisons de visibilité, de lisibilité, mais aussi statistiques, faire en sorte que chaque document puisse être associé à un genre. C'est très discutable, j'en conviens, mais ça a le mérite de me satisfaire pleinement en terme de gestion et de convenir au public qui a l'habitude de ce type de pratique par ailleurs. Alors oui, "comédie dramatique" c'est fourre-tout et ça ne correspond pas à un vrai genre, c'est une utilisation plutôt commerciale, mais si ça convient comme ça, pourquoi je m'en passerais? De mon point de vue, c'est une petite entorse à nos exigences professionnelles qui dépanne bien, faute d'avoir trouvé mieux.


 


Pour le reste, je rejoins complètement Ferris, autant sur la multiplication des genres/sous-genres pour un ouvrage quand celui-ci se positionne sur plusieurs registres, sur l'importance de ne pas multiplier les systèmes de classements (genres, publics, catégories...) sous peine de se retrouver à un moment coincé, et, surtout, sur l'utilité à terme de trouver un référentiel commun avec les autres supports ou sections (sauf musique qui reste à part).


 


Pour ce qui s'agit des "films pour enfants", j'ai un genre que j'applique uniquement pour les films exclusivement écrits pour ce public. Pour les autres, films trans-générationnels, je ne mets pas de genre spécifique mais je joue sur les champs "Publics".


 


Pour l'idée d'un référentiel commun vidéos, livres... j'ai bien l'intention de m'y atteler prochainement. Je suis très intéressé par un retour sur vos pratiques ou vos interrogations.


@ Bouille : "ce n'est tout à fait identique entre les films et les romans." : quels seraient les différences d'usage qui pourraient se révéler bloquantes? Les genres spécifiques aux films, tels que "Comédie", "Western"...? A mon sens ça ne sera pas gênant. A quoi penses-tu?


 


Merci pour cette discussion et bonne continuation.


 


Le contenu de ce message n'engage que son auteur et en aucun cas la collectivité Communauté d'Agglomération de Bar-Le-Duc.


Modifié par F_Reb
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@ Bouille : "ce n'est tout à fait identique entre les films et les romans." : quels seraient les différences d'usage qui pourraient se révéler bloquantes? Les genres spécifiques aux films, tels que "Comédie", "Western"...? A mon sens ça ne sera pas gênant. A quoi penses-tu?

 

Il y a en effet des spécificités.

Pour les films :  animation, comédie dramatique (et oui...), court métrage, péplum, arts martiaux... que l'on peut difficilement replacer en littérature.

Idem pour la littérature, avec les nouvelles.

Remarque, on pourrait lier courts métrages et nouvelles. Quelque chose comme "forme courte", ou mieux : "court métrage / nouvelle".

Mais pour les arts martiaux, hein... On n'a pas d'équivalent à Bruce Lee ou Jason Statham en romans. Raaaah, Jason Statham qui enlève sa chemise tout en mettant une raclée aux méchants...

J’ai fait un découpage fin en roman pour les policiers et la SFFF (thriller, roman noir, roman à énigme, fantasy, anticipation, fantastique, science-fiction), qui ne l'est pas autant en film. Je vais voir si ma collègue vidéothécaire veut bosser là-dessus avec moi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...