Aller au contenu

Le Plan de formation des BDP et des réseaux intercommunaux


LJG
 Share

Messages recommandés

  • Membre

Quels sont parmi vous, ceux qui ont élaboré un plan de formation pour les agents (professionnels ou bénévoles) de votre réseau?


Comment vous y êtes vous pris ? Quel est la durée de validité adoptée ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En fait le plan de formation est elaboré a partir des demandes de chaque service, chaque agent faisant ses propositions au depart dès la parution du calendrier des stages BDP et CNFPT; Mais le plan est clairement géré au plan intercommunal et validé ou non par les RH. L'obligation de formation de chacun sur la durée de sa carrière notamment (chez nous 5 jours sur 5 ans, mais on peut aller jusqu'à 10 jours, avec priorité aux formations d'integration evidemment) + le DIF. Mais des critères financiers peuvent intervenir...Le service gère ça annuellement mais les RH le gèrent sur une durée pluriannuelle.


 


En gros, à la fin du jeu, ça donne carrément ça en termes de présentation:


 [PDF]



plan de formation 2013

 


Pour les bénévoles du Réseau, le choix des formations est individuel et uniquement basé sur les formations BDP. Les besoins réels du service n'interviennent malheureusement pas. En général, comme ça ne se bouscule pas au portillon, elles sont toutes acceptées. La BDP fait même du raccolage plusieurs fois dans l'année, ne serait-ce que pour ne pas être amenée à supprimer des stages faute de participants.


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Plan de formation sur le même principe chez nous, établi à la suite des entretiens d'évaluation, pour l'année à venir. Avec la difficulté que les catalogues de formation ne sont pas toujours publies à des périodes identiques.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne a raison de le souligner, le catalogue du CNFPT est assez tardif par rapport aux dates où on nous demande nos besoins (octobre, en gros, comme pour les prépas budgétaires). On s'est arrangé avec les RH : on pose le nombre de stages prévus et on ajuste les contenus dès la parution du calendrier. Chez nous pas ou peu de rapport avec l'entretien d'évaluation sauf cas très particuliers d'activités en rapport avec la modification de la fiche de poste d'un agent (connaissance des publics seniors, handicapés etc...).


 


Le problème réel est que les stages filière culturelle se renouvellent peu et que, lorsqu'on veut accéder à des stages d'autres filières on n'est pas prioritaires. Par exemple moi je n'ai jamais pu faire un stage tout bête de bureautique de base : cadre A et filière culturelle. Tous les administratifs catégorie C me sont passés devant !


 


Pour les stages BDP c'est autre chose : ce n'st pas une question de contenus, plutôt riche par ailleurs, mais de niveau: ils sont trop ciblés "bénévoles" et les agents finissent par rechigner à y aller.


 


Plus largement, quand on creuse un peu sur les histoires de nouvelles compétences, nouveaux métiers, ne serait-ce qu'en partant de l'affiche du congrès, on peut se poser ces questions sur l'inadéquation des propositions CNFPT et ces évolutions souhaitées de la profession...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Bonne question... à débattre avec les intéresses lors du congrès.

Les collectivités sont interrogées sur leurs besoins en formation, il ne faut pas hésiter à faire remonter à sa DRH, c'est aussi l'occasion de programmer des stages en intra, parfois cela donne du sur mesure très efficace.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membre

Je pense qu'il faut aussi travailler sur l'évaluation des formations qui souvent n'est que trop superficielle et ne permet pas de faire un réel suivi des formations et des réponses apportées aux besoins recensés.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tas cent fois raison. Personnellement je n'ai pas crainte de le dire, seules 2 formations CNFPT m'ont apporté un réel bagage : une formation RAMEAU et une formation UNIMARC; Toutes deux réalisées par un célèbre Cabinet, intervenant fréquent au CNFPT. Tout le reste : effleuré, sans utilisation concrète ensuite.

 

Une formation CNFPT c'est en moyenne 1 journée et demi en temps réel.
Quant aux agents, j'en ai trop vu qui revenaient enchantés de la promenade mais incapables d'appliquer quoi que ce soit ensuite !

 

Evaluons, mais en amont comme en aval. Et préparez la balayette...

 

Le problème c'est que tout cela fait consensus. En aval, les RH sont trop contents d'utiliser ce type de stage pour se donner bonne conscience (il vaut bien valider le plan de formation et le 1% versé par les collectivités...) et en amont réévaluer la qualité et les contenus des formations, ça demanderait beaucoup d'efforts "politiquement incorrects".

 

Le problème c'est les cas où l'agent est "sommé" de se former dans un domaine, afin d'éviter une mauvaise évaluation l'année d'après (ce que soulignait Anne quand les formations sont liées à l'évaluation) et qu'en réalité c'est du pipeau qui ne le fera pas progresser réellement sur son poste. Là ça devient grave.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...