Aller au contenu
Franck Sanka

Taux de renouvellement CD

Messages recommandés

Franck Sanka

Bonjour,

Je retombe systématiquement dans mes recherches sur le taux de renouvellement sur les seuils suivants : viser un taux de 10 % de préférence, et a minima 7,5 % pour éviter l'impression de stagnation de la collection.

Ces seuils sont-ils pertinents pour les documents sonores ?

Il semblerait que les 10 % soient privilégiés par certains :

http://poldoc.enssib.fr/ressource/PDF1D.pdf

J'ai d'autres questions en suivant mais je préfère attendre les réponses à celle là.

PS : je poserai la même question sur discothécaires_fr à mon retour de congés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Le taux de 7.5% c'est pour l'accroissement des collection (les nouveautés). Quand on passe à 10 et parfois 15%, c'est qu'on y a ajouté le taux de renouvellement (remplacement des fonds désherbés). Ne pas confondre les deux.


 


Le problème c'est que les "normes" et critères de désherbage pour les fonds CD ne sont pas très clairs et peu connus. J'ai encore lu très récemment des débats entre discothecaire sur ce sujet sur la liste Discothecaires.fr.


Il faudrait que tu voies sur le site de l'ACIM. Pour les CD, en dehors du pilon pour raisons physiques, on aurait tendance chez nous à reprendre les critères de la fiction, c'est à dire le nombre d'années sans prêt, plutôt que les critères documentaires (année d'édition définissant le niveau d'obsolescence selon chaque catégorie Dewey) .Le probleme c'est que dans les fonds de référence, constitués d'après des quotas pour chaque genre musical, le critère "fiction" risque de déséquilibrer les fonds alors que leur obsolescence n'est pas du tout évidente ni défini par la date. Il faudrait determiner des catégories plus vite obsolètes que les autres. En gros, soyons honnête, à part des compils hors année en cours,on désherbe très peu sauf état physique (ce qui fait déja pas mal) et manque de place.


 


Tu as une grille de désherbage CD pratiquée à Arras http://www.acim.asso.fr/2005/11/procedure-de-desherbage-des-disques-a-la-mediatheque-darras/ qui a l'air assez pertinente, et des exemples de poldoc et de charte des collections http://www.acim.asso.fr/2009/02/charte-dacquisitions-des-documents-sonores/  sur le site de l'ACIM. Regarde tout ça avant de poser tes questions sur la liste.


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Pour les critères, j'ai une grille aussi suite à un stage désherbage des documents sonores.


 


Pour l'accroissement, je vise le zéro (acquisitions - désherbage), mes bacs sont pleins... :tongue:


 


Je suis bien sur le taux de renouvellement, c'est-à-dire le nombre d'acquisitions par rapport au fonds total (en libre accès).


Je suis tombés sur ces chiffres de 10 et 7,5% en préparant le concours de bib.


Du coup, j'ai calculé pour ma discothèque, et avec mes 600 nouveautés pour 10 à 12.000 CD, je suis plutôt autour de 5%...


 


Et donc, mon budget n'étant pas extensible, il me faudrait désherber mon fonds en profondeur pour descendre à 6-8.000 CD au total afin d'atteindre ces taux de renouvellement. Mais je voudrais vérifier qu'ils sont pertinents pour les documents sonores avant d'éliminer le tiers de mon fonds ! :getlost:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Je vois ton truc. Mais attention, le taux d'accroissement des collections se mesure avant le désherbage annuel. Sinon, bien sur, le fait de diminuer ton fonds, surtout brutalement, va faire remonter mécaniquement ton taux d'accroissement, sauf que pour le public ça n'aura pas de visibilité : au total il ne verra pas plus de nouveautés. Disons qu'il les verra mieux, c'est tout...


 


On fait pas des stats pour avoir des stats, de même qu'on ne calcule pas un taux histoire d'avoir un chiffre qui est dans les clous. La réalité ça reste l'offre réelle de nouveautés pour le public. C'est idem pour les taux de rotation (les prêts divisés par le fonds), on peut mécaniquement les manipuler comme on veut en tripatouillant le fonds, mais ça ne change rien à la réalité : ton offre de nouveautés est suffisante ou insuffisante par rapport à la demande publique. Pareil pour ceux qui retirent des chiffres les documents mis en réserve dite active. C'est une bonne façon de libérer de l'espace en bacs mais en stats sur le fonds, normalement on les compte.


 


N'oublie pas non plus que le renouvellement ne compte pas comme l'accroissement : l'achat d'un document qui en remplace un autre (mise à jour, Cd neuf etc..) n'est pas un apport de nouveautés. Le renforcement du fonds classique par exemple est-il considéré comme de la "nouveauté" par le public ? Perso, si j'achète du Balzac, du Céline ou du Simenon, je considère que c'est un renforcement du fonds classique et je passe ça en renouvellement. Je ne sais pas comment tu vois ça si tu achètes la énième version de la Traviata par l'orchestre Machin dirigé par le célèbre chef Truc. Débat sur la nouveauté qui pourrait être intéressant par ailleurs...


 


Pour bien faire tu devrais considérer, quand tu as ton budget, que tu le sépares en deux (en prenant le prix moyen du CD comme référence) : 7.5% de nouveautés et 2.5% de renouvellement. Et après une année ou deux tu vois si le budget consacré aux renouvellement est suffisant ou trop important.


 


Enfin moi je raisonne et je fais comme ça, maintenant si tu veux rigoler et/ou te prendre la tête pendant tes vacances, je te recommande ce petit billet de B. Calenge, le grand monsieur qui a défini ce qu'est une politique documentaire, une des icônes de la profession : http://bccn.wordpress.com/2009/05/23/taux-daccroissement-et-taux-de-renouvellement/ .Il introduit une différence entre le "rafraîchissement" et le renouvellement (qui, comme il le précise, comporte la notion de retrait).


 


Bon, évidemment si tu es sur zéro accroissement (réel) , ces questions ne se posent plus...


En principe, l'étape suivante c'est : fermeture de la discothèque  :D


 


Ferris


Hors des clous....


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Pas d'accord pour le taux d'accroissement : il faut compter le désherbage (ce que fait B. Calenge dans ton lien) pour savoir de combien augmente (ou diminue) le fonds au réel.

Et là, je vise le zéro vu que mes bacs sont pleins : 600 acquisitions donc 600 CD enlevés des bacs (pilon et mise en réserve).

Voir mieux les nouveautés, c'est une partie de l'objectif !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Je raisonne aussi sur fonds désherbé. Ma plume a fourché : c'est bien après désherbage et non avant. En fait c'est simple : quand je fais mes stats de fin d'année en décembre ou en janvier, je travaille bien sur mon fonds désherbage inclus (le désherbage ayant eu lieu tout au long de l'année, pas en une fois, je me méfie des grandes charrettes annuelles), sinon tous mes calculs seraient faussés (taux de rotation etc...). Et c'est sur la base de ce fonds que je vais appliquer, en mars au moment des budgets, mon taux d'accroissement.


 


Maintenant je raisonne sur des fonds livres, pas sur des CD c'est vrai. (Le fonds musical, c'est de la fiction ou du documentaire ? Les deux je suppose) . Mais même pour la fiction je me méfie de l'application mécanique des normes de désherbage. Et je reprendrais volontiers ton expression de "perception psychologique/visuelle du public". C'est un élément important, tout comme les techniques de valorisation des fonds, qui participent à cette perception du public. Si on met le paquet sur un auteur par exemple, on peut générer un taux de sortie de ses livres tout à fait inattendu. Alors qu'autrement, cet auteur finira par passer à la benne par application mécanique d'un calcul basé sur la "non-sortie". Idem pour une animation musicale.  Et je peux te dire qu'en 35 ans de carrière j'ai suffisamment vécu de situations de ce genre pour ne pas appliquer automatiquement certaines normes. Tout dépend bien sur de l'importance du fonds et de la proximité qu'on a avec lui (rangement, mise en présentoirs, recalages fréquents, prise en compte de la situation - en étagère du bas ou du haut - d'un livre, etc...). Au delà  d'un certain seuil, ce n'est plus possible et il ne reste que les statistiques de prêt, bien imprécises.


 


Viser le zéro suppose une logique uniquement spatiale : si j'achète un document j'en retire un autre, systématiquement et pour des raisons de place. J'achète 600 CD donc j'en balance 600 ? Perso je n'arrive pas à me mettre dans ce genre de situation. Je la trouve dangereuse parce qu'elle suppose des critères de désherbage différents. D'un côté, quand tout va bien (j'ai encore de la place) j'applique des critères qualitatifs (à définir pour les CD effectivement, c'est flou), je valorise etc...et quand tout va mal (pas de place) j'applique d'autres critères (?) dont le seul objectif est de faire de la place ?


 


Et même la norme 7.5%, je la prends pour base théorique mais je ne la considère pas comme une base de travail intouchable. J'ai fonctionné pendant pas mal de temps avec un taux réel de 5.5% et avec des résultats tout à fait satisfaisants . En quelque sorte je crois qu'on doit savoir rester hors des clous mais ne pas les perdre de vue. Le professionnalisme suppose l'application de bien d'autres techniques (qui précèdent le désherbage et les choix budgétaires affectés à un secteur ou un support) . Et, tu le dis toi même, je considère qu'il y a bien un risque de dérive techniciste dans le fonctionnement normé. Sortir un listing de bouquins qui sont eux-mêmes considérés comme "hors des clous" et se précipiter dans les rayons, chariot en bataille, pour balancer une centaine de bouquins, ce n'est pas professionnel. Mon métier suppose une autre approche des fonds, au quotidien. On en parlait ici, à propos des fonds jeunesse : http://www.agorabib.fr/index.php/topic/2077-d%C3%A9sherber-un-secteur-jeunesse-r%C3%A8gles-et-outils/page-3#entry13446


 


Idem pour la détermination d'un renouvellement qui tiendrait compte d'un nombre de document par habitant desservi. Autant on peut considérer que c'est un mode de calcul applicable lors de la création du fonds, autant par la suite on tient davantage compte du nombre de lecteurs réels et non d'un lectorat potentiel. Quand je calcule mon taux de rotation je pars du réel emprunté sur un fonds réel, pas d'un emprunt potentiel sur un fonds idéal. En fait les normes, quand on cherche à les cumuler, se contredisent et ne visent plus le même objectif.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Certes, mais à volumétrie contrainte, je fais quoi, je range mes CD par terre ?

Y a pas quelqu'un qui parlait d'image de marque dans un autre sujet...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Tu as quand même des critères de désherbage (et de mise en réserve) qui te sont donnés par des collègues "bibliothécaires musicaux". Y as-tu été voir ? Il y a celui d'Arras que je te signalais comme vraiment pas mal fichu :  http://www.acim.asso.fr/2005/11/procedure-de-desherbage-des-disques-a-la-mediatheque-darras/
 
Celui de Louvain (je sais, c'est des Belges...) http://www.acim.asso.fr/2001/12/le-desherbage-des-collections/ ,
 
le livre Musique en bibliothèque sous la dir. de Yves Alix (au Cercle), qui dit notamment (c'est moi qui souligne) "Dans une médiathèque publique (...) l'équilibre de toute collection de documents musicaux ne peut être assuré que par une politique cohérente d'éliminations (...) et la prise en compte d'un certain nombre de paramètres matériels objectifs tels que l'usure, le nombre d'emprunts et le taux de rotation d'un document (rapport entre le nombre de "sorties" et le nombre de documents dans la collection)." L'auteur précise en outre que des paramètres intellectuels subjectifs entrent en compte, "dont l'analyse est beaucoup plus délicate , telle la désuétude d'un document, victime momentanée des courants d'une mode musicale fluctuante, fugitive et temporaire, toujours susceptible de mouvement de come-back inverse."
 
Sinon, à volumétrie contrainte comme tu dis, tu achètes de nouveaux bacs, ou, plus sérieusement tu ponds un beau projet d'accès numérique, qui reduira beaucoup ta politique d'acquisition mais permettra une autre offre et une autre approche. Remplacer un bac par un ordi, ça prend à peu près la même surface au sol (nous on a des bacs de capacité 450 Cd). Et en plus tu seras à la mode et à la pointe des innovateurs.   :wink:  

 

 
​Nos dialogues à deux, c'est un pléonasme, mais je pense que, pour l'instant, le contenu peut en intéresser d'autres car il reste général sur le désherbage, la valorisation, les modes d'évaluation des fonds etc.... De toutes façons à d'autres de témoigner de leur pratiques dans ton domaine musique. Si on tombe dans le débat hyper-pointu sur la musique, type discussion sur la liste Discothécaires.fr, effectivement, il faudra que tu trouves d'autres interlocuteurs car ce n'est pas mon domaine de prédilection. Il y a des discothécaires pour ça  :tongue: 

 

Salut Franck et bonnes vacances, ça reste toujours un grand plaisir d'échanger avec toi de toutes façons. :) 
 
PS. De là à aller boire un verre, ce sera difficile car tu as retiré le nom de ta commune de ton profil. Du coup je l'ai retiré d'une de mes réponses sur http://www.agorabib.fr/index.php/topic/2070-résultats-du-concours-de-bibliothécaire-territorial-2014/page-2,car tu as surement tes raisons  :wink:

Modifié par Ferris
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

J'ai pas vraiment de problèmes pour les critères de désherbage, c'est plus sur son ampleur que je m'interroge.

Ça fait 10 ans que je rajoute des bacs et j'arrive au bout du système...

Les nôtres sont en fait des bacs BD où je rentre 200 cd. Pas de bacs classiques "à étage" pour permettre un accès aux personnes en fauteuil roulant (on a pas mal d'instituts type ASEI, IME, etc. qui fréquentent la médiathèque).

Les offres dématérialisées, pour l'instant je suis sceptique quant au rapport utilisation/coût/temps de médiation...

Je me rends compte au fil de ce dialogue à 2 (j'aime qu'un pléonasme soit redondant, je suis généreux) que plus que le désherbage, je recherche peut être à calculer la "taille idéale" de mon fonds, en fonction des contraintes données (place, population, budget, taux divers et variés, etc.) d'où découlerait (mathématiquement, mécaniquement) la volumétrie de mon désherbage...

Le tout adapté aux documents sonores bien entendu !

Et 100 balles et un Mars...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ouaip, finalement t'es un idéaliste happé par l'illusion techniciste. Mais t'es encore sauvable puisque tu hésites devant l'offre numérique . :D


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

J'ai retrouvé dans mes archives discothecaires 18 messages/discussion sur le désherbage en discothèque, assez intéressants,mais je ne sais pas comment te les transférer. A moins que tu ne les aies déja ?


Modifié par Ferris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Des archives d'où, de la liste discothécaires_fr ? Si oui, j'ai (ou je peux retrouver).

Sinon, il suffit de les recopier sur le forum...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×