Aller au contenu
sadolphe

Portail commun de bibliothèques ayant des SIGB différents

Messages recommandés

sadolphe

Je travaille en bibliothèque départementale et des bibliothèques informatisées de mon réseau me demandent si elle pourraient avoir un portail commun, sachant qu'elles n'ont pas le même logiciel (PMB / Microbib /Orphée / Régistar sur un secteur et PMB / Microbib sur un autre). Quelqu'un peut-il me dire si c'est envisageable, si ça fonctionne quelque part ?


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

Bonjour,


 


oui, ça existe. Est-ce que ça fonctionne ?... et bien oui, mais avec les limites induites par les logiciels différents, à savoir que la gestion de tout ce qui va relever du "local"  (les notices exemplaires et les notices usagers) reste locale. Donc pas de service au lecteur lié aux fonctions de prêt (résas en ligne, prolongation de documents etc). Tout dépend donc des résultats attendus par tes bib !


 


2-3 ex. concrets de portail commun avec des logiciels différents :


- Lectura, portail des "villes-centres" en Rhône-Alpes http://www.lectura.fr/index.cfm


Honnêtement je ne sais pas ce que ça leur apporte en termes de catalogue pour l'usager, ça te compile les notices bibliographiques et tu es vite  noyé (lance une recherche sur Nothomb pour voir...).


Par contre ça semble intéressant pour :


1- la valorisation croisée des collections : dossiers pédagogiques, expos virtuelles etc


2- la communication de leurs actus culturelles (agenda)


2- l'offre de ressources numériques (il y a une offre de presse :https://www.lectura.fr/fr/abonnes/index.cfm)


- http://www.genevois-biblio.fr/genevois-biblio.fr/


25 bibliothèques y participent. Tu y retrouves catalogues compilés, actus, coups de cœurs des bibliothécaires, offres d'emploi, ressources numériques...


Mais la Une annonce que le portail est en cours de fermeture...


- http://www.bibliomontblanc.com/index.php


8 bibliothèques. Mêmes remarques que ci-dessus (sauf le message de fermeture !).


 


Dans tous les cas, l'outil catalogue me semble limité. Il nécessite derrière un prêt entre bibliothèques pour que cela apporte un service à l'usager. Par contre il peut servir aux professionnels (pour de la conservation partagée par ex., comme outil d'aide à la décision de désherber ou pas). Le reste (actus, agenda etc) pourrait être pris en charge par un site internet classique, voire un blog.


On en revient donc à la première question : pourquoi tes bib voudraient un portail commun ? qu'en attendent-elles ?


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibliotic

Bonjour,

Voilà un sujet intéressant pour lesquels il y a des solutions alternatives au SIGB unique dans la respect de la diversité des usages et des besoins!

Tout dépend des fonctionnalités que l'on souhaite pour ce portail commun :

  • Catalogue collectif :

Construire un catalogue collectif est le plus simple à réaliser. Chaque bib exporte régulièrement son fichier en iso2709 et le portail dédoiubloinne pour ne garder qu'une notice par titre réunissant les localisations de toutes les bibliothèques.
Si l'on veut avoir la disponibilité des documents en temps réel, c'est un peu plus compliqué, cela suppose que le SIGB propose une méthode de web services permettant de connaître la situation des exemplaires d'une notice à un moment t. Je pense que tout les cités  le propose. Mais il faut aussi que le serveur de la bibliothèque soit serveur web donc connecté à internet en mode serveur, ce qui est souvent hors de portée des petites bibliothèques, sauf si elles ont déjà un portail ou sont en mode hébergé.

  • Compte lecteur :

SI l'on veut que les lecteurs puissent consulter leur compte, prlonger des prêts ou faire des réservations, il faut, comme pour la disponiblité,  avoir des web services disponibles dans le SIGB et que chacun soit serveur web.
 
Pour ces deux fonctionnalités, les deux principaux fournisseurs sont AFI et CD-script/w3line  avec leur logiciel OSIROS ou les modules DrOOpac pour Drupal que j'ai développé.

  • Circulation des documents :

si l'on veut que les emprunteurs puissent avoir accàs au document de toutes les biblitohèques, deux modèles sont possibles :
-Prêt entre bibliothèques (à la Moccam) : dans ce modèle, il s'agit d'un prêt entre bibliothèque: si le lecteur repère un document dans une bibliothèque ou il n'est pas abonné, il fait sa demande sur un formulaire de demande de PEB. Des mails sont échangés entre la bibliothèque ou il est inscrit et la bibliothèque du document pour qu'il soit prêté à la bibliothèque d'inscription ou le lecteur viendra l'emprunter. Au retour, il sera rendu à la bibliothèque propriétaire. Le modèle MOCCAM prend en charge le suivi du circuit du livre. Parmi les réalisations citons le portail des bibliothèques departementales du Val d'Oise (Oiros) et du Jura (DrOOpac)
-Carte unique : La carte unique (valable sur l'ensemble du réseau) suppose que les lecteurs soit inscrits sur tous les SIGB. Cela suppose donc que la création ou modification d'une inscription sur un site soit automatiquement répercutée sur les autres bases de données. Dans mes années Opsys, j'avais mis en place un tel système pour le réseau des bibliothèques de la communauté de Pau et pour les villes de Rezé et Saint Herblain. Pau est depuis passé sur un SIGB unique (Aloès) mais cela fonctionne toujours à Rezé et Saint Herblain.

J'ai fait il y a trois ans une étude pour la réalisation d'une plateforme d'échanges de cartes entre SIGB pour les bibliothèques du pays de Romans. Le projet est en attente de l'intégration de la seule ville de Romans au nouveau SIGB Koha de la communauté d'agglo Valence Romans Sud Rhône-Alpes.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sadolphe

Merci pour ces 2 réponses. Je suis bien sûr allée voir les exemples cités, sachant que je suis dans un secteur rural et que le réseau est constitué de petites bibliothèques (moins de 2000 habitants à l'exception d'une commune de 7000) et où il n'y en a qu'une qui soit gérée avec 3 salariés.


Je me suis donc surtout intéressée au portail des médiathèques du Pays Mont-Blanc et aussi à celuidu Genevois Haut Savoyard.


L'objectif serait d'abord de proposer au public le moyen de savoir quels sont les documents présents sur le territoire et de pouvoir les localiser et, si possible, les réserver.


Cela servirait également aux bibli, pour envisager le prêt inter-bibliothèques.


Après, je pense qu'il ne faut pas s'embarquer dans des fonctionnements intégrés complexes et contraignants pour les biblis


Que cela permette aussi de passer les infos sur les animations culturelles serait aussi une bonne chose


 


L'idéal serait que ce portail soit hébergé, pour sécuriser le système mais cela a évidemment un coût. Mon souhait est que la communauté de communes comprenne l'intérêt du service et le prenne en charge


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isalabib

Mon souhait est que la communauté de communes comprenne l'intérêt du service et le prenne en charge

tu touches du doigt un point très important : la "prise en charge".

Financière bien sûr. Mais aussi et ce n'est pas à sous-estimer, humaine et logistique.

- Humaine, besoin de compétences et de temps de travail :

avec pas/peu de salariés, dispersés sur plusieurs bibliothèques, il y aura nécessairement besoin que quelqu'un coordonne, forme/informe les équipes, les accompagne dans le projet puis dans sa mise en œuvre. Ce genre de projet démultipliant les acteurs (les bibliothèques, leurs différents prestataires informatiques, le prestataire en charge du portail...), ça démultiplie aussi les questions/problèmes et les temps de réponse (je sais de quoi je parle, le "c'est pas moi c'est Truc", le "je n'étais pas informé de ce pb sinon vous pensez bien que ce serait déjà réglé" etc, j'ai donné, merci bien !).

Il faut donc se poser la question en amont : qui sera "en charge" du portail ?

- Logistique :

le PEB, "modèle Moccam" décrit par Bibliotic. Donc le cas où tu fais circuler les documents (dans le cas de la carte unique a priori tu fais plutôt circuler les usagers).

Je vais juste évoquer l'après réservation càd l'aspect matériel, bien concret...

C'est-à-dire comment le livre emprunté vient de la bib A à la bib B et vice-versa au retour ?

Par ex. en s'appuyant sur la bonne volonté (autrement appelé parfois "bénévolat"). Quelqu'un prend une voiture et va de A à B. Idem au retour.

Je parle du prêt entre 2 bibliothèques "lambda", pas du prêt de la BDP vers son réseau ou qu'elle organise au sein du réseau, et qui a souvent ses propres systèmes de distribution (ce n'est pas anodin que les 2 portails cités dans ce cas soit ceux de BDP).

Ou bien en payant l'envoi postal A/R.

Dans les 2 cas ce n'est pas gratuit. Et si le service intéresse et qu'il y a des demandes régulières, il faut alors passer à une organisation moins artisanale...

 

Ce n'est donc pas juste une pure question informatique.

Cela dit, c'est une bonne étape pour faire émerger une collaboration entre des bibliothèques sur un territoire. Si c'est l'idée bien sûr.

 

Comme dirait Bibliotic, "dans le respect de la diversité des usages et des besoins", il s'agit bien d'évaluer ces usages et ces besoins, puis de définir les objectifs et les moyens de la collectivité avant de se lancer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

C'est-à-dire comment le livre emprunté vient de la bib A à la bib B et vice-versa au retour ?


 


Dans notre Réseau une navette hebdomadaire (camionnette conduite par un agent ) passe sur 4 structures, bientôt 7,  pour déposer les ouvrages réservés dans la bibliothèque de proximité (celle où il s'est inscrit) du lecteur réservataire, d'où un mail lui est envoyé l'informant de l'arrivée de son document.


 


Pour gérer tout cela nous avons besoin : d'identifier le demandeur par sa bibliothèque d'inscription, d'avoir des champs d'exemplaires de localisation : bibliothèque d'origine (non modifié car il faudra que le livre y retourne et un message est généré automatiquement à chaque retour indiquant que ce livre doit retourner dans la bib d'origine), bibliothèque actuelle (pour trouver le document sur l'opac), bibliothèque destinataire (qui donne, en cas d'ouvrage réservé mais indisponible le lieu de la future réservation), et enfin bibliothèque de sauvegarde (non modifié et qui donne, en cas de circulation massive d'ouvrages d'une bib à une autre, hors réservation, la bib d'origine) . On gère ainsi les réservations, on sait où se trouvent les documents à un instant T, on gère enfin des statistiques sur les transactions inter-bib, les lecteurs réservataires et leur provenance etc...


 


​C'est un service coûteux en temps/agent (moins que des colis postaux tout de même) mais qui permet de dépasser l'accès vituel aux documents et de sortir enfin de la problématique évoquée par Isa, et dans laquelle nous étions encore il y a quelques années : on fait plutôt circuler les usagers. En milieu rural, avec des kilométrages parfois importants d'une bib à l'autre, la circulation des usagers n'est pas le système à privilégier. Donc c'est le document qui circule.


 


D'autre part l'agent-navette fait aussi circuler des informations sur tout le réseau, ce qui n'est pas négligeable, transporte aussi du matériel d'animation le cas échéant, et peut aussi s'arrêter plus longtemps à un endroit, par exemple dans une structure bénévole, pour apporter une aide technique. particulière.


 


La "rentabilité" n'est pas au bout car les prêts par réservation ne concernent encore que 3 à 4% des prêts globaux.


 


Nous sommes sous Orphée.net


 


A noter que, à condition d'entrer dans une notion non patrimoniale des fonds, nous pourrions nous contenter de deux critères : bibliothèque actuelle (ou est le document) et bibliothèque de destination (qui le demande). Dans cette conception (appelée des "fonds flottants") un livre réservé par la bibliothèque B ne retourne pas à la bibliothèque A. Il reste chez B jusqu'à ce qu'il soit demandé par une autre bib.  L'intérêt informatique c'est que le SIGB n'a plus a gérer de localisations permanentes mais uniquement des localisations temporaires + un systeme de réservation disponible sur l'opac, via le portail et un accès abonnés. Ce système a été défendu notamment par D. Lahary, mais peu de retours d'expérimentations sont disponibles.


 


Nous n'avons pas franchi ce pas. Il est vrai que pour le franchir il faudrait d'abord s'affranchir de la notion de bibliothèque propriétaire. Les évolutions des réseaux en systèmes intercommunaux peuvent peu à peu amener à cela.


 


(Voir http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/la-politique-documentaire/des-reflexions-et-des-realisations-en-provenance-detablissements-scolaires/les-fonds-flottants.html )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×