Aller au contenu
Louve

Formation en bibliothèque

Messages recommandés

Louve

Bonjour,


 


Aujourd'hui la très grande majorité des collectivités territoriales subit des baisses drastiques, tout le monde est impacté, les bibliothèques également au niveau du fonctionnement, de l'investissement mais aussi et on en parle peu: la formation.


 


Aujourd'hui les collectivités ont de moins en moins les moyens de financer des formations hors CNFPT.


Hors les formations CNFPT sont insuffisantes pour les bibliothèques, et de plus elles ont un coût non négligeables pour les agents au vu des modalités de remboursement. 


Sans parler du système extrêmement lourd d'inscription aux formations CNFPT, de la "rapidité" des réponses de la plate-forme.... Résultat nous sommes nombreux à ne pas pouvoir bénéficier de formations qui nus intéressaient.


 


J'ai de plus en plus l'impression que le CNFPT considère que l'apprentissage par "immersion", "journée d'étude"... est la solution et est suffisante ce qui, de mon point de vue, est loin d'être le cas.


 


Nous avons besoin de fonds, de théorie ce que ne proposent pas les INSET, l'INET....


 


De plus une bibliothèque n'est pas un service technique, n'est pas une direction des finances.... et le CNFPT ne me semble pas très au fait des spécificités de nos métiers et être un peu hors sol.


 


 


 


 


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Je partage assez votre point de vue. Les CNFPT incorporent de plus en plus les catalogues des BDP à leur offre de formation... mais cela reste bien sur insuffisant pour l'ensemble des agents territoriaux. Il y a toutefois la possibilité de demander au CNFPT de construire des formations intra a la carte, pour une quinzaine de personnes (à mutualiser si besoin avec les collegues d'à côté).

Enfin, le CNFPT a besoin des retours des collectivités pour connaître les attentes et les besoins: faites remonter ces derniers à vos DRH pour qu'ils les transmettent !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

L'objectif est de : garantir une formation adaptée aux besoins des agents et aux attentes des employeurs locaux.


 


Or les employeurs locaux sont très heureux de pouvoir satisfaire à moindres frais aux obligations légales (2 jours par période de 5 ans, ça fait 16 jours en 40 ans de carrière...) concernant la formation de leurs agents. Et encore, c'est un peu cher, au point qu'en 2013 ils ont essayé de baisser leur cotisation, "le 1% formation", à 0.9%.


 


Donc, pas facile de trouver un DRH mécontent des formations CNFPT...D'autant plus qu'il faut bien qu'il construise et présente son plan de formation, le DRH. Que ferait-il sans le CNFPT, sachant que la mise en œuvre de ces formations est confiée, de manière exclusive au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), au titre de sa principale mission obligatoire. ?


 


Par contre pour les autres formations, comme les préparations aux concours, les formations personnelles, et tes 20h dans le cadre du DIF, hors CNFPT, le système se verrouille tout de suite, et là on fait donner la cavalerie : Elles sont accordées sous réserve des nécessités de service. (ok, on connait...) L’autorité territoriale peut opposer deux refus successifs à un fonctionnaire demandant à bénéficier de ces actions après avis de la commission administrative paritaire. Et enfin lorsqu’elles ne sont pas mises en œuvre par le CNFPT dans le cadre de son programme annuel de formation, financé par la cotisation de 1%, ces formations complémentaires  peuvent donner lieu à une procédure d’appel d’offre organisée par la collectivité et leur coût est supporté par le budget de la collectivité. (ouille !). Bref, c'est mission impossible.


 


Et ça n'est pas nouveau du tout cette inadaptation et cette rareté des stages. Simplement, certaines collectivités, mieux loties autrefois ou plus coulantes, sont aujourd'hui touchées par les contraintes budgétaires. Alors on en parle un peu plus, c'est tout.


 


Et puis, soyons logiques : pourquoi voulez-vous former des gens à un métier qui n'est pas reconnu comme un vrai métier, faut être sérieux. Bon évidemment ça compte pour les promotions internes, plus t'en a et mieux c'est, donc les agents en demandent tous les ans, ces gueux ! Alors on les dissuade un peu. Par exemple chez nous une journée de travail c'est 8h, mais une journée de stage c'est 7h seulement. Donc à la fin de l'année tu dois des heures de travail.


 


Mais bon, on voit du pays, on rencontre des collègues, faut pas voir tout en noir non plus... :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

Je nuancerais quand même: les DRH sont souvent très sensibles à la qualité de formation. J'ai la chance de travailler dans une ville qui maintient à peu près son enveloppe, consciente que les besoins sont importantes et que la qualité du service est en jeu. Il faut savoir expliquer pourquoi le CNFPT ne remplit pas les besoins, à quoi peut servir le stage qu'on demande. Et bien sur prioriser pour rester modestes dans les demandes. Je ne pense pas qu'on soit plus mal considérés que d'autres métiers, mais c'est sûr qu'on n'a pas de formations obligatoires comme les agents qui ont des postes à risque.

D'où l'importance de travailler sur un vrai plan de formation (obligatoire) avec argumentation, priorisation. Voire, idéalement, en proposant des projets intégrant la dimension formation. Obtenu ainsi un stage intra "mediation numerique" qui va toucher toute l'équipe.

Ne pas hésiter à renouveler les demandes, pas pour harceler mais pour convaincre que le stage n'est pas seulement fait "pour se promener" mais répond à une nécessité de service réelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Ce n'est pas tant une question d'enveloppe (tant qu'on reste sur l'offre CNFPT) que d'offres de formations. Le problème ce sont les filières et les priorités qui s'y rattachent. Tant que cette barrière ne tombera pas, nous aurons des problèmes, notamment dans le cadre de "nouveaux métiers etc..".


 


Je l'ai vécu personnellement il y a quelques années sur une formation bureautique en 2 sessions (initiation, perfectionnement) que j'avais sollicitée, n'étant pas un "digital native" : refus du CNFPT : 1) je n'étais pas de la filière administrative (priorité aux administratifs) 2) j'étais cadre A (priorité aux C). Résultat, je me suis formé tout seul. Et c'est pareil pour d'autres collègues, en animation par exemple, sur des formations hors filière. Idem quand j'ai recruté un animateur multimedia. Pareil quand on demande des formation sur la communication (filière technique).


 


Louve a raison quand elle dit "CNFPT ne me semble pas très au fait des spécificités de nos métiers et être un peu hors sol." Et j'ajouterai : pas au fait de ce que nos métiers sont appelés à devenir. Bravo pour avoir obtenu une formation mediation numerique pour toute ton équipe, mais je doute que ce soit un cas général.


 


Un autre problème, c'est celui de la qualité des formations: Lors des évaluations, quand on "conseillera" un stage à un agent pour améliorer ses compétences, il faut bien comprendre que dans l'esprit de l'employeur, voire du chef de service, l'année d'après, si l'agent n'est pas "meilleur" dans le domaine concerné, on considérera qu'il est fautif : puisqu'il a eu sa formation, il doit s'être amélioré. Point-barre. Or de nombreux agents reviennent de stage avec fort peu de compétences nouvelles, ou inapplicables sur le terrain. Que peut-on apprendre, de façon pratique, en une journée et demie, le cul sur une chaise ? Franchement, on est à la limite de la malhonnêteté. Appelons ça sensibilisation si on veut mais pas formation.


 


​Une vraie formation, on le sait tous, c'est beaucoup plus long, ça coûte cher et ça ne passe pas forcement par le CNFPT. Et là l'employeur devient sourd.


 


Et l'évolution des services s'en ressentira de plus en plus, c'est évident. Autrefois on pouvait se former sur le tas. Aujourd'hui des apprentissages de plus en plus pointus doivent venir en renfort de l'évolution de la profession. Seul, le CNFPT et ses intervenants, n'est pas à la hauteur de ces attentes.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

@ Anne:


oui, effectivement on peut toujours  négocier avec ses/sa DRH, son service de formation mais ce n'est pas facile.


 


L'offre du CNFPT est assez touffue et semble difficile à comprendre à nombre d'agents.


C'est mon principal reproche vis-à-vis du CNFPT: cette impression d'opacité; on ne sait pas pas vraiment comment sont décidées et construites les formations.


 


Je rejoins Ferris sur la fait que les formations CNFPT ne sont pas à la hauteur des attentes des agents.  Que pour nombre d'apprentissage, c'est le long terme qui importe mais ce n'est pas la philosophie du moment.


La formation "Les fondamentaux de la bibliothéconomie" c'est 5 jours pour l'initiation, 3 jours pour le perfectionnement! 


 

Quand à la formation d'intégration: 5 jours c'est largement insuffisant et les 2 jours par période de 5 ans.... idem. Alors on en revient à l'apprentissage sur le tas, par mimétisme (et pas uniquement pour les bibs) ce qui est dommageable surtout en FPT où la mobilité est moindre qu'en FPE où la mobilité est encouragée, valorisée. Parce que la mobilité ça permet de se confronter à d'autres fonctionnements, d'autres organisations.


En fait ce qui nous manque de plus en plus c'est le creuset commun avec nos collègues de l'état, collègues avec lesquels nous travaillons régulièrement dans les faits: BU, éduc nat, DRAC....


 


Je reviens sur le coût de formation à la charge des agents: entre le remboursement à partir du 20ème km, le ticket repas à 9€15 (11€ pour l'INET), certains traînent des chaussettes pour y aller. Et je les comprends.


D'autant plus qu'une journée de formation c'est 6h.... et non 7h comme une journée de travail.


 


Mon prochain objectif: essayer de faire en sorte qu'il y ait à nouveau une formation ABF en Nord-Pas-de-Calais !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anne Verneuil

@Louve: comment sont construites et décidées les formations CNFPT ? Si j'en juge par ce qui se passe chez nous, ils sondent les DRH des collectivités. D'où l'intérêt pour nous de discuter avec ce service pour leur expliquer nos besoins. C'est bien beau tout ce que vous dites (et je partage), mais si on n'en parle pas aux RH, ça ne risque pas de changer. Donc argumenter, première étape pour convaincre.


 


Maintenant, je sais que c'est loin d'être facile. Mais ça arrange aussi les RH qu'on les aiguille pour construire le plan de formation, ils n'ont pas la connaissance détaillée de chaque métier côté technique, et c'est compréhensible.


 


Pour la formation ABF en NPDC, Louve, tu peux t'accrocher: on a essayé et réessayé, et pas de candidats (il en faut 15 pour ouvrir un site) alors qu'on a les formateurs. Maintenant, on va en discuter avec l'ABF Picardie qui a les élèves (pas forcément chaque année) mais pas toujours les enseignants. Je ne suis pas sûre que les collectivités suivront beaucoup non plus: une journée par semaine, ça rebute plus encore que le coût, très minime au regard du nombre d'heures.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

@ Anne:


le service RH nous consulte pour les besoins en formation, le seul souci c'est le décalage entre le moment où sont identifiés les besoins, l'élaboration du plan de formation et la parution du catalogue CNFPT.


Cette année j'ai réussi à organiser une formation en intra: le CNFPT ne pouvait répondre à la demande, il a délégué à MediaLille et cela s'est très bien passé.


Le seul souci de l'intra c'est le fait de rester "entre-soi".


 


Quand à la formation ABF, je sais que c'est compliqué à mettre en place, je fais du lobbying actuellement pour convaincre que ce diplôme est important car tout le monde (en tout chez moi) n'a pas de formation de base ni même de concours, pour donner envie au moins de s'inscrire!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
colunadoc

Hello,

Je profite de l'existence de ce topic pour poser une question en lien avec l'intitulé :)

 

Je suis contractuelle depuis juillet 2018 (moins de 6 mois) et me demandais si j'avais le droit de suivre/demander des formations, en lien avec ma fiche de poste ?

(Précision : contractuelle en CDD et dans la territoriale ;) )

Il s'agit d'une formation donnée par ma BDP en plus, donc à priori pas de frais, juste une journée entière où je ne serais éventuellement pas là (pas trop de service public sur mon poste).

 

Voilou, merci d'avance si vous avez des réponses ^^ (Je compte aussi poser la question à ma directrice bien sûr :) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Non, le site indiqué par Louve est clair. En fait le CPF est un peu une arnaque pour les CDD, dans la mesure ou tu acquiers 24 heures par an de droits. Auparavant il fallait avoir un CDD d'au moins un an. En fait on reste sur de l'annuel.

 

Lorsque l'agent ne dispose pas de droits suffisants pour accéder à une formation, il peut, avec l'accord de son employeur, utiliser par anticipation les droits non encore acquis au cours des 2 années suivantes. Ce qui supposerait que ton CDD serait prolongé. Donc douteux que les RH puissent s'avancer la-dessus.

 

Par contre, tu peux négocier à 12h, basées sur tes 6 mois. Or une journée de formation compte pour moins de 12h de travail. La journée de formation compte pour 6h, ou 7h, voire 8h, temps de trajet compris. C'est voté en CT, donc c'est différent pour chaque collectivité. Renseigne-toi et essaie de négocier ça avec ton employeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve

En fait je me posais la question par rapport au fait que c'est une formation assurée par la BDP donc qui ne coûte rien à la collectivité si ce n'est une journée d'absence du lieu de travail.

 

Modifié par Louve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Là encore cela dépend de chaque collectivité :

 

Elle peut prendre en charge les frais annexes conformément au décret n°2001-654 du 19 juillet 2001 fixant les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements des personnels des collectivités locales et établissements.

Le décret du 6 mai 2017 offre la possibilité aux employeurs publics de déterminer des plafonds de prise en charge des frais dans le cadre de l’utilisation du CPF par délibération de l’organe délibérant de la collectivité ou de l’établissement public.

A titre d’exemple, il est possible de déterminer un plafond horaire de prise en charge des frais pédagogiques de formation (soit une heure de CPF égale X euros maximum) et /ou un plafond de prise en charge par action de formation (soit une action de formation CPF égale X euros maximum).https://www.collectivites-locales.gouv.fr/quelles-sont-modalites-prise-charge-cout-formation-dans-cadre-cpf

 

Pour Colunadoc cela ne concernerait que les frais de transport et éventuellement de restauration. Certaines conventions avec les BDP fixent des taux de participation. Dans le Rhône par exemple, ils citent le texte qui, en principe, doit s'appliquer ailleurs : Les frais de déplacement et de restauration, en revanche, sont à la charge du stagiaire ou peuvent être remboursés par sa collectivité en application du décret 91-573 du 19 juin 1991. Ils precisent aussi que les formations à la journée s'effectuent de 9h à 17h. Ce qui fait 8h, le temps de repas étant compté dedans.

 

Solution : faire du stop et manger à la gamelle.:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 3 minutes, Ferris a dit :

Solution : faire du stop et manger à la gamelle.:D

 

bin , c'est bien le stop! Ca permet de faire des rencontres! Et puis la gamelle, au moins on sait ce qu'il y a dedans! :ike:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Non, mais sans déconner, quand on accumule les textes, on voit bien, Colunadoc, que tout ça est parfaitement négociable. Les frais peuvent être la charge du stagiaire, c'est précisé. Question horaires, tu es largement dans les clous. Il te suffit de negocier avec les RH sur :

* 8h d'absence (au maximum) basées sur ton CDD de 6 mois qui t'en accorde en theorie 12. Si ça rechigne, accepte de jouer sur une partie de tes RTT. Au moins ça montrera que ta volonté de te former n'est pas bidon. (Tu sais, quand un fonctionnaire est prêt à amputer ses RTT, on est dans la perle rare, et c'est bon pour ton image)

* Voir si ton CT (Comité Technique) a voté une résolution la-dessus. (pour ça tu vas voir un représentant syndical, n'importe lequel, ou ta chef de service qui est censée être au courant des decisions du CT concernant la filière culturelle ou plus généralement les formations des non titulaires.)

 

Quand on pense qu'on accorde tout ça, déplacements gratuits avec un minibus de la CC, repas payés, à des bénévoles (qui en plus refusent d'y aller !!!) et qu'on te le refuserait à toi, sous prétexte que tu es en CDD, c'est à dormir debout !

 

Allez, bonne chance ma grande, et ne lâche pas le morceau! :heart:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 7 minutes, Ferris a dit :

Quand on pense qu'on accorde tout ça, déplacements gratuits avec un minibus de la CC, repas payés, à des bénévoles (qui en plus refusent d'y aller !!!) et qu'on te le refuserait à toi, sous prétexte que tu es en CDD, c'est à dormir debout !

 

 

Les avantages du bénévolat!

Non mais Ferris, pour qu'elles y aillent tes bénévoles il leur faut un intérêt voyons! Alors soit tu joues sur la gourmandise; au choix chouquettes, croissants, gaufres... enfin du très grassouille, trop bon (sauf si ce sont des végétos pur jus qui font en plus attention à  leur cholestérol, leur diabète...); soit sur le formateur troooooppp mignon qui va les faire rosir de plaisir, encore que formateur, ça peut aussi être une formatrice!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
colunadoc

Merci pour vos réponses détaillées (et marrantes) je savais que vous sauriez me répondre :frantics::wub:

 

Je n'ai pas encore fait la demande officielle en fait (ma responsable est en congés) mais j'ai été assez peu informée par les RH de mes droits de façon générale j'ai un peu du aller à la pêche aux infos pour tout (mutuelle par ex.) donc bon x)

Merci en tout cas !

 

Le repas peut effectivement être à la charge de ma collectivité ça je me doute que ça varie selon la collectivité ^^ Et je comptais effectivement proposer de manger quelques heures de RTT si ma journée d'absence est refusée. (M'enfin bon, ils n'ont pas besoin de moi normalement le jeudi, je suis jamais en SP)

 

Merci encore ! Je vous tiendrais au jus ici ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 14 heures, Ferris a dit :

Quand on pense qu'on accorde tout ça, déplacements gratuits avec un minibus de la CC, repas payés, à des bénévoles (qui en plus refusent d'y aller !!!) et qu'on te le refuserait à toi, sous prétexte que tu es en CDD, c'est à dormir debout !

 

C'est clair, je ne vois pas pourquoi on refuserait à Colunadoc d'être plus performante dans son métier. Surtout que la formation est une obligation légale de l'employeur. (Sur laquelle la majorité des entreprises s'assoient généreusement, collectivités idem, alors qu'elle est obligatoire ! Comment ils disent ça : pour "assurer l'adaptation des salariés à leur poste de travail ;

veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations."

http://www.cci.fr/web/la-formation-continue/la-reglementation/-/article/La+gestion+de+la+formation/les-obligations-de-formation-de-l-employeur )

 

Par contre, Colunadoc, inscris-toi rapidement, car les BDP ont souvent tendance à annuler les formations si elles n'ont pas suffisamment d'inscriptions.

 

Le repas doit être pris en charge, à toi de fournir les pièces justificatives (même une facture pour un sandwich, ou un ticket de caisse).

Et n'oublie pas de réclamer/demander le justificatif de formation à la BDP, c'est lui qui fera office de justificatif de ta formation et pour les frais kilométriques.

 

Par contre, sans facture pour le repas, tu feras tintin.

Evidemment, si tu passes une facture de 100 euros parce que tu as fait des extras, tu seras probablement remboursée de 12 ou 15 euros. Prix moyen d'un repas.

 

La formation, c'est un droit.

Et l'employeur ne peut te la refuser que s'il peut prouver ton absolu nécessité dans le service ce jour-là.

Donc, il faut t'y prendre à l'avance et bien inscrire la date de dépôt de ta demande.

 

 

Si j'en crois Louve

Il y a 14 heures, Louve a dit :

soit sur le formateur troooooppp mignon qui va les faire rosir de plaisir, encore que formateur, ça peut aussi être une formatrice!

 

Est-ce que le formateur est troooopppp mignon ?  :hug:

 

Effectivement, ça pourrait être un critère intéressant. A mieux mettre en valeur.

 

Et si les formatrices (ou les formateurs) faisaient un striptease à la fin de la journée... sûr qu'il y aurait plus de monde en formation.

Va falloir que je suggère ça à ma BDP, tiens.

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
colunadoc
il y a 43 minutes, B. Majour a dit :

C'est clair, je ne vois pas pourquoi on refuserait à Colunadoc d'être plus performante dans son métier.

 

Je me posais la question parce que je ne savais vraiment pas si on y a droit avec "seulement" 6 mois d'ancienneté (sur 1 an peut-être renouvelé) :) 

 

il y a 46 minutes, B. Majour a dit :

Est-ce que le formateur est troooopppp mignon ?  :hug:

Les intervenants :

Gilles Briard, délégué à la protection des données pour le Département de la Gironde

Thomas Fourmeux, chargé du pôle numérique à la médiathèque Georges-Wolinski de Noisy-le-Grand, auteur du blog Biblionumericus

 

Donc aucune idée je ne les ai jamais vus :D

 

Merci pour ta réponse B.!

Je pose la question dès que ma responsable revient de ses congés :hyper:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 9 heures, colunadoc a dit :

Donc aucune idée je ne les ai jamais vus :D

 

Thomas Fourmeux, tu peux le trouver en cherchant son nom sur un moteur de recherches et en regardant les images.

 

Sinon, tu peux lui demander une photo dédicacée puisqu'il est sur le forum.

@Thomas Fourmeux

 

 

Pour Gilles Briard, il faudra lui demander un selfie.  :frantics:

 

 

[...]

 

Modifié par B. Majour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Attention à ne pas confondre privé et public. D'abord depuis janvier 2015 le DIF et les heures de formation acquises dessus ont été transférés sur le CPF.

 

Or le CPF est plus restreint

Le CPF permet à un agent public d'accéder à toute action de formation relative à :

l'acquisition d'un diplôme, d'un titre, d'un certificat de qualification professionnelle,

ou le développement des compétences nécessaires à la mise en œuvre de son projet d'évolution professionnelle.

Le CPF ne concerne pas les actions de formation relatives à l'adaptation aux fonctions exercées.

Le projet d'évolution professionnelle peut s'inscrire dans le cadre :

de la préparation d'une future mobilité,

d'une promotion, ou d'une reconversion professionnelle.

Pour l'aider à élaborer son projet d'évolution professionnelle et identifier les actions nécessaires à sa mise en œuvre, l'agent a la possibilité de solliciter un accompagnement personnalisé. Cet accompagnement peut être assuré par un conseiller formé à cet effet au sein des centres de gestion de la fonction publique territoriale (CGFPT).

 

 

Les heures acquises au titre CPF peuvent être utilisées pour :

le suivi d'une action de formation visant à obtenir un diplôme, un titre ou une certification répertoriés sur le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP),

le suivi d'une action inscrite au plan de formation ou dans l'offre de formation d'un autre employeur public,

le suivi d'une action proposée par un organisme de formation,

la préparation aux concours et examens professionnels de la fonction publique.

 

Le bon lien est donc celui donné par Louve et moi-même https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3040, à jour pour 2017.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
il y a 4 minutes, Ferris a dit :

Le bon lien est donc celui donné par Louve et moi-même https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3040, à jour pour 2017.

 

Ah, c'est vrai que tu avais déjà répondu, Ferris.

Donc, là, Colunadoc rentre dans quelle catégorie ?

 

Dans celles-là ?

- le suivi d'une action inscrite au plan de formation ou dans l'offre de formation d'un autre employeur public,

- le suivi d'une action proposée par un organisme de formation,

 

Dans le lien que tu donnes, on lit :

 

Les agents de la fonction publique territoriale (FPT) bénéficient d'un crédit annuel d'heures de formation professionnelle, appelé compte personnel de formation (CPF), qu'ils peuvent utiliser à leur initiative pour accomplir certaines formations.

 

J'aime bien aussi ça

Le CPF ne concerne pas les actions de formation relatives à l'adaptation aux fonctions exercées.

 

Là, on se demande où le temps de ces actions est décompté.

 

 

Le CPF permet à un agent public d'accéder à toute action de formation relative à :l'acquisition d'un diplôme, d'un titre, d'un certificat de qualification professionnelle,

ou le développement des compétences nécessaires à la mise en œuvre de son projet d'évolution professionnelle.

 

 

Un agent (à temps plein ou temps partiel) acquiert 24 heures par an jusqu'à un seuil de 120 heures. Passé ce seuil, il acquiert 12 heures par an dans la limite d'un plafond total de 150 heures.

Lorsque l'agent ne dispose pas de droits suffisants pour accéder à une formation, il peut, avec l'accord de son employeur, utiliser par anticipation les droits non encore acquis au cours des 2 années suivantes.

Lorsque le projet d'évolution professionnelle vise à prévenir une situation d'inaptitude à l'exercice de ses fonctions, l'agent peut bénéficier d'un crédit d'heures supplémentaires (dans la limite de 150 heures) en complément des droits acquis.

=> Pas très cohérent avec "Le CPF ne concerne pas les actions de formation relatives à l'adaptation aux fonctions exercées".

 

 

La demande doit être faite par écrit auprès du département des ressources humaines. L'agent doit préciser le projet d'évolution professionnelle qui fonde sa demande.

À réception de la demande de formation de l'agent, l'administration dispose d'un délai de 2 mois pour notifier sa réponse. Tout refus doit être motivé et peut être contesté devant l'instance paritaire compétente (CAP ou CCP).

 

Donc, même sans l'accord du chef de service, on peut aller se former ?

Ou alors, les RH demandent l'accord du chef de service ?

 

En tout cas, Colunadoc, pose ta demande auprès des RH, sans trop tarder.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 14 minutes, B. Majour a dit :

Donc, même sans l'accord du chef de service, on peut aller se former ?

Ou alors, les RH demandent l'accord du chef de service ?

 

 

Logiquement les RH demandent l'accord du chef de service par rapport aux nécessités de service.

Dans le cas de Colunadoc, il s'agit d'une formation BDP qui ne coûte rien à la collectivité sauf de la laisser partir. En plus la formation est en lien avec les missions exercées donc il y a de grandes chances que ça passe.

 

Ce serait une prépa concours, ce serait plus compliqué à faire passer.

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 11 heures, Louve a dit :

Ce serait une prépa concours, ce serait plus compliqué à faire passer.

 

Sauf que c''est là, texto

Le CPF permet à un agent public d'accéder à toute action de formation relative à :l'acquisition d'un diplôme, d'un titre, d'un certificat de qualification professionnelle,

ou le développement des compétences nécessaires à la mise en œuvre de son projet d'évolution professionnelle.

 

ET c'est de droit !

(même si c'est pour partir élever des moutons dans le Larzac)

 

Et contestable en CAP ou CCP, en cas de refus.

Tout refus doit être motivé et peut être contesté devant l'instance paritaire compétente (CAP ou CCP).

 

Là, je sens très mal un supérieur hiérarchique refuser une formation, en adéquation métier, à son agent. Sauf raison impérieuse de service.

En clair, l'agent a attendu et s'y est pris au dernier moment.

 

A un ou deux mois de la formation, le supérieur hiérarchique aura bien du mal à justifier la raison impérieuse de service, sauf à montrer qu'il ne sait pas gérer le planning de son personnel.

 

Donc, ne t'y prends pas trop tard, Colunadoc, même si c'est bien mieux d'avoir l'accord de son chef de service. :wink:

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×