Aller au contenu

Renouvellement des collections


Nanou67
 Share

Messages recommandés

Bonjour à tous !

 

Je m'occupe des documentaires dans la bibliothèque où je travaille et les collections commencent un peu à vieillir. On me demande donc de proposer un plan de renouvellement des collections pour cette année, et j'avoue ne pas trop savoir comment m'y prendre..

Je dois d'abord cibler les secteurs trop vieillissant puis établir un document donnant le pourcentage qu'il faudrait désherber chaque année et la part de budget que je réserverai au renouvellement. 

 

Auriez-vous des conseils à me donner pour cette tâche ? Certains d'entre vous ont-ils déjà planché là-dessus ?J'ai commencé par faire un graphique par secteur documentaire pour connaître l'âge des collections, mais je ne sais pas trop quoi faire ensuite... 

 

Merci d'avance pour vos réponses !

 

Nanou

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Nanou


 

Est-ce que tu as le nombre de prêts total par document ?

Pour l'année d'acquisition, tu dois l'avoir puisque tu as établi un graphique par secteur.


 

Si oui, as-tu les moyens d'exporter ces données vers un format Excel ou CSV ?

(Avec cote et Titre, et prix si possible)


 

Car, avec des deux données, on peut calculer un "rendement" des livres. Et voir ceux qui fonctionnent et ceux qu'il faut éliminer. Secteur par secteur, de manière aussi fine que nécessaire.


 

Si tu sais ce que tu dois désherber, ça te donne globalement (grâce au prix) le montant que tu dois réserver.


 

Sinon, en sachant que :

- tu dois renouveler 10 % du fonds (ou du secteur)


 

La somme des prix te donne le montant total de ton fonds (ou du secteur).

De là, calculer 10 % n'est pas très difficile... avec Excel.


 

Toujours avec Excel, on peut calculer le prix moyen d'un livre, ce qui t'indique à peu près combien de livres tu dois remplacer au total, ou par secteur.

Ce qui te permettra de proposer un plan de renouvellement.


 

Sans oublier les demandes des lecteurs, et de renforcer ce qui se sort bien (sauf si tu estimes qu'il y en a assez, ou que tu ne trouves pas mieux dans un secteur).


 

Si tu peux calculer les prêts (comme tu as calculé l'âge de ton fonds), tu dois pouvoir sortir un autre graphique qui te donnera des indications plus intéressantes que le seul âge, soit :

- l'Intérêt du public pour un secteur

- le désintérêt du public pour un secteur (qui peut être lié à l'âge/l'état des documents)


 

De là, tu pourras envisager différentes stratégies : renforcer les points chauds et appréciés, voir si le désintérêt du public tient aux documents ou bien à un réel désintérêt pour un secteur (mieux traité sur Internet ?) et agir en conséquence.

Même sans budget, on peut offrir une sitothèque papier, ou des renvois vers Internet.


 

Pour moi, l'âge n'est pas un critère suffisant, il est même contreproductif.

Ce serait comme vouloir virer la veille troupe d'un théâtre (parce qu'ils sont vieux) sans regarder que cette troupe peut engendrer 50 % des recettes, parce que vieux peut-être, mais connus et appréciés.


 

Mon premier critère, c'est le nombre de prêts.

D'où mes stratégies de renouvellement sur Excel.

  Bernard


 


 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"Mais le pari est difficile à tenir, financièrement. Car l'objectif est double pour moi, alors qu'il est unique pour Bernard."


 

Unique parce que je n'ai pas non plus le budget. :wink:

 

Si je penche pour la stratégie "usage" avant "âge", c'est que :

 

- je n'ai pas les moyens financiers de "suivre" l'âge des documents. ("suivre" comprendre remplacer année après année),

- je n'ai pas non plus le temps d'explorer la documentation (donc je fonctionne sur un autre critère),

- je n'ai pas une place infinie en mètres linéaires,

- je ne suis pas (comme tu le dit Ferris) bibliothèque de référence. Ni bibliothèque exhaustive.

 

Ce qui oriente, très fort, mes stratégies de renouvellement.


 

Pour moi, c'est donc l'usage qui prévaut sur l'âge.


Je concentre mes moyens sur ce qui sort, parce que ça me donne les orientations d'acquisition... et l'envie du public.


Ceci dit, je n'hésite pas à prendre un documentaire bien fait et qui a bonne réputation, même si je n'ai rien dans ce domaine. Parce qu'il faut aussi explorer quelques terrains vierges et pas uniquement se baser sur le seul renouvellement.

Le goût de ce que l'on veut faire découvrir a son importance au niveau des stratégies d'acquisition.

Parce qu'on va prendre le temps de chercher, parce qu'on va rester attentif et chasseur.

Parce qu'on va peut-être pouvoir l'exploiter au travers d'autres activités : exposition, thématique, etc.


Je n'oublie pas mon public et son usage.

Je n'ai donc aucun document universitaire, pas non plus de document sur la recherche d'emploi ou la rédaction de CV, pour l'instant. Car ça peut changer si la demande devient forte.

On revient à l'usage de la bibliothèque... par le public.


Comme le dit Ferris : il faut rester attractif.

Attractif, ça veut dire en phase avec les besoins du public.


Ça peut encore vouloir dire : avoir quelques gros pôles d'intérêts qui vont attirer le lecteur vers les rayons documentaires et lui permettre de découvrir autre chose. Mettre un secteur qui tourne peu à côté d'un secteur qui tourne bien, c'est donner une meilleure visibilité au premier. (stratégie de la disposition, vérification du mobilier, revoir l'éclairage, etc. : autant de points que l'on peut observer avec le rendement/les prêts des documents. Le rendement donne les points chauds et les points froids de la collection.)


C'est toutes ces stratégies, ces motivations, ces intérêts, qui se cachent sous le mot "renouvellement".

 

Cependant, il en est un autre que l'on ne voit pas : l'ambition du bibliothécaire.


Ferris a l'ambition de constituer un fonds de référence.

Moi, de privilégier l'usage des lecteurs.

 

Il faut que tu détermines ce que tu souhaites faire avec ta collection.

 

Peut-être en regardant ce qui se passe autour (sur le territoire). Exemple : si une association ouvre un cours de cuisine sur la commune, il est sans doute opportun de renforcer le fonds cuisine. Pour éventuellement nouer quelques contacts, attirer l'attention sur ton fonds, obtenir ou financer quelques démonstrations/animations.

Une collection peut avoir des ramifications en dehors de la bibliothèque et devenir pièce d'un réseau plus large.

Exemple : cette année, j'ai doublé mon fonds Star Wars en documentaire, j'en ai maintenant 5.


Aucun choix n'est stupide, aucune porte n'est fermée.

 

Qui pétrit la collection lui imprime sa marque.

Tu n'es pas cantonnée au "renouvellement", au seul "entretien" de la collection.

Tu dois, ou tu devrais avoir une ambition pour ta collection. Ce qui te donnera un élan pour la constituer dans un sens ou dans un autre.

 

Même si tu gères l'entretien, garde-toi 5-10 % du budget pour de l'exploration/découverte.

Amuse-toi à découvrir de nouveaux domaines, tu le ne regretteras pas et tes lecteurs non plus. :thumbsup:

  Bernard

Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup pour vos réponses Bernard et Ferris ! 

Et surtout, ne vous disputez pas ! :)

 

En fait, dans mon cas il s'agit vraiment de remplacer les collections vieillissantes. J'ai déjà fait un bon désherbage depuis que je suis arrivée sur le poste l'an passé, mais il y a encore beaucoup à faire. 

Une grande partie des 900 par exemple a bien plus de 10 ans déjà, et cela se voit malheureusement physiquement. Et c'est une section qui est très mal placée (mauvais éclairage, peu de place pour regarder...). Tout cela fait donc que le nombre de prêts est lui aussi assez faible. 

Mon autre soucis est que certains titres ont l'air d'être des références en matière d'histoire (auteur reconnu, par exemple dans le cas de biographies). Faut-il les garder même si l'état laisse à désirer (pages très jaunies entre autre) ? Ou faut-il enlever car trop ancien et abîmé ? 

 

Citation
Il y a 19 heures, Ferris a dit :

A toi de faire ton choix...dans le respect de ta charte des collections, bien sûr :wink:

 

 

Pas de soucis pour le respect de la charte des collections : nous n'en avons pas ! 

 

 

Nanou

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Intéressante disputation :drool:
Comme d'habitude.

 

Quand Ferris me dit on se calme, ça veut surtout dire : on ne s'emballe pas.

C'est un défaut landais, on part vite sur ses grandes échasses.

 

C'est vrai : Ambition est péjoratif par certains côtés, ou alors trop "ambitions politiques", mais j'ai trouvé que le mot "intention" n'était pas suffisant ici.

 

Quand on a l'ambition de faire quelque chose, on va pouvoir en découler des objectifs et embrayer une politique documentaire.

 

Sans cap, sans cette impulsion de démarrage, ce "désir ardent de réussir" quelque chose, il est clair (pour moi) qu'on ne va pas vers des objectifs très intéressants à définir/obtenir

 

Et c'est un peu beaucoup ce que je ressens avec ma partie "documentaires".
Si je ne me botte pas le fessier avec une certaine "ambition", je vais continuer à la développer au compte-gouttes... lorsqu'il y faudrait mieux, bien mieux. En particulier du temps. Et du temps bien utilisé.

 

C'est pourquoi la question de Nanou est intéressante, à plus d'un titre.

Et elle me fait réfléchir à ma pratique.

 

Je gère avec le rendement parce que je n'ai pas trouvé mieux comme outil.
Le "rendement" sur la documentation est beaucoup plus faible que sur les autres parties de la bibliothèque (autres parties dont je m'occupe en priorité, l'un entraîne sans doute l'autre)... mais ce n'est pas grave parce que je compare les documents entre eux. Et non avec le reste des Albums, BD ou romans, sinon je n'aurais plus de documentation du tout.

 

Ce pourrait être un choix raisonné. L'intérêt de la documentation (à mon niveau) est limitée.
Je trouve plus souvent l'information sur Internet que dans mes livres. Je n'ai pas non plus dix livres sur un domaine précis : un livre prêté sur ce domaine spécifique (dernier en date : sur le vent, pour un petit de 4 ans) fait que je n'ai plus rien dans le domaine, sauf quelques pages généralistes.

 

La question que je me pose alors est la suivante :
- dois-je entreprendre des recherches/acquisitions sur cette thématique ?
- ou bien renforcer les fonds cuisine/dessin/pratique qui marchent mieux.

 

Dois-je satisfaire une demande épisodique ou  privilégier des demandes plus concrètes ?

 

Hier, j'ai aussi eu une question sur la Norvège. Sans doute un voyage qui se profile.
Sauf que je ne peux pas acquérir des documents sur toutes les destinations touristiques.
Je n'en ai pas les moyens financiers, et nous avions quelques documents sur les pays qui ne sont quasi jamais sortis. Documents chers, avec de belles photos... mais pas empruntés.
Parce que lourds, et de formats peu pratiques. Livres qui se périment vite malgré tout.

 

On a aussi que chaque secteur est un univers à part entière.
Qu'un documentaire ne se lit pas comme un roman. (j'en lis bien moins que des romans)
Et que les lecteurs vont, de toute façon, me poser des questions sur des documents que je n'ai pas. (ils le font exprès !, si, si, c'est obligé.)

 

La doc, c'est beaucoup de contraintes à gérer.

 

Pas inintéressantes, mais qui demandent une réflexion plus poussée dans le choix (comme dans la cotation :-) ) de documents qui se ressemblent beaucoup pour certains.

 

Je suis comme Nanou, je ne connais pas les valeurs sûres du domaine, les collections de référence. Je suis plus en survol qu'en exploration.

 

Ce qui veut dire pas mal de temps à déployer (peut-être mieux utilisé ailleurs dans mon cas), si je veux vraiment "explorer" le domaine comme il convient.

 

Alors mon ambition (démesurée :D) se résume à développer un créneau par an.
- Un haras d'équitation sur la commune => je développe un peu le fonds équitation, dressage du cheval, bonnes habitudes du cavalier.
- La série Star Wars qui se relance (depuis 40 ans quand même), j'investis un peu pour jouer d'un effet miroir avec les romans jeunes Star Wars... avec la SF en bout de ligne (je ne renie pas mon propre passé. Star Wars m'a ouvert la SF).
En espérant un léger rebond vers ce secteur de la doc : avion, locomotive, bateau, motos, pompiers. (j'hésite à y coller le métier de policier, trop isolé en 350, mais je ne vais pas hésiter bien longtemps à rectifier "ma" Dewey)

- Cette année, enfin en 2015, j'ai attaqué un peu plus l'histoire... en BD, et avec d'autres livres sur le sujet pour redynamiser cette partie, mais je ne suis pas certain que ça fonctionne vraiment. Le domaine plaît-il encore ? Si oui, avec quels types de documents.
Pas facile de savoir chez les voisins, même en explorant leurs catalogues. En plus, ce n'est pas simple à chercher dans les OPAC.


Pour répondre à Nanou sur les Bio.
Perso, j'ai tout déplacé en Roman. Meilleure visibilité = mieux emprunté... si ça doit l'être.
C'est comme les romans historiques, je ne les place pas en documentaires, même si certains pourraient y trouver leur place.

 

Bon, je vais m'ambitionner le fessier pour trouver un secteur documentaire à développer cette année 2016. On m'a demandé des "romans de guerre", Ferris, tu as/vous avez quelque chose sur le sujet ?

 

Sinon, je ne cracherais pas non plus sur un exemple de renouvellement de collection (même sommaire), pour voir comment c'est fait. Ce n'est pas le genre de document qu'on trouve facilement. Encore un truc qu'il me faut noter dans mes "à trouver en 2016" : modèle de document de renouvellement de collection.

 

Tiens, pour le coup, je me trouve pas mal ambitieux sur ce début d'année 2016. :wink:
  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, tu as raison Ferris, à un créneau par an, ce sera 10 ans, et comme beaucoup de documents se périment plus vite que ça, j'ai l'impression d'affronter le tonneau de la Sainte Dewey (des Danaïdes ?)


 

Enfin Danaos avait 50 filles, moi je n'en ai que 10, et ce ne sont pas les bénévoles qui peuvent me servir d'yeux et d'oreilles dans ces domaines.

Donc, oui, je développe ma collection en fonction des demandes et des tendances.

Plus facile pour y répondre.


 

Et puis, ce n'est pas un point chaud de la bibliothèque.

J'ai d'autres secteurs en couveuses plus chaudes sur lesquels on m'attend.


 

Mais bon, avec les bons outils et les bonnes ressources, je garde un certain espoir d'arriver à quelque chose de potable malgré tout.


 

Pour la documentation, nous avons mélangé docs adultes et enfants depuis un moment.

Comme j'ai beaucoup de mamans (ou même papas) qui empruntent pour leurs enfants, c'est mieux pour tout le monde.

   Bernard


 


 

P.S. : la retraite ? Tu crois vraiment que j'aurai une retraite ?

Pour ça, il faudrait que les jeunes bossent.

Parce qu'on dit "on cotise", sauf qu'on ne cotise rien du tout, on paye les retraites des retraités actuels.

Contrairement à ce que la majorité croit, l'argent n'est pas "conservé" pour la retraite sur un joli compte d'épargne. Il est juste potentiel. Soumis au travail des générations qui nous suivent.

Pas de jeunes, pas de travail, pas d'accès au travail = pas de retraite.


 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...