Aller au contenu

Romans en réserve : quel avenir ?


Dalchinee
 Share

Messages recommandés

Bonjour à toutes et à tous,

 

Voilà, je suis actuellement en train de faire mon premier désherbage (première expérience) et je m'occupe seule d'une bibliothèque de 5 000 ouvrages env. (en comptant ceux de la BDP).

J'ai la chance d'avoir une réserve et en désherbant, j'ai mis en réserve les romans qui ont plus de dix ans, qui ne sont plus empruntés depuis plus de deux ans, mais qui sont en bon état et qui sont à garder pour leur valeur littéraire.. Je n'ai pas de catalogue informatisé donc ces livres n'ont aucune visibilité si je n'en fais pas la médiation.:ermm:

 

Est-ce qu'il ne faut pas mieux les remettre en rayon directement ?

Est-ce qu'une fois que leur état physique est détérioré, vous les rachetez, et pour les mettre en réserve ou en libre-service ?

 

Merci pour vos retours d'expériences et vos conseils :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Ma petite bibliothèque rurale a un an d'existence et nous avons aussi une réserve.. de plus les dons  affluent encore... Nous nous basons sur les emprunts déjà des abonnés , des suggestions des ados et des enfants de l'école.

 

Pour la valeur littéraire, je diraiis ' Faite attention" je disais la même chose  que vous et un responsable de la BDP m'avait..la bibliothèque doit être un lieu où les personnes ont envie de venir et de trouver ce qu'elles aiment.. Il ne s'agit pas de les supprimer non plus.

 

Pour les vieux livres , nous les donnons à une associations de Madagascar... nous pensons aussi effectivement les mettre en libre-service dans une vieille cabine téléphonique.

Pour les livres vraiment détériorés, nous pensons leur donner une seconde vie ce qui permettrait aussi aux enfants de participer à la vie de la bibliothèque

 

Vous devrier songr à mettre en ligne votre catalogue d'autant plus que si vous travaillez avec la BDP c'est recommandé. Nous commencons le catalogage avec  un logiciel en ligne du nom de WaTerbear compatible avec la BDP

 

Je ne peux vous donner plus de conseils..ma bibliothèque étant toute jeune d'existence

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Ferris,

 

Nous avons une réserve ou plutôt nos livres en réserve sont tous mis dans des énormes  caisses en plastique... La question que je me pose doit-on déjà tous les équiper pour pouvoir les mettre après en rayonnage. La réserve est pour le moment constituée de livres provenant de dons.

 

J'ai une eptite étagère avec quelques classique de la littérature française et à vous lire, il me semble donc important que je les mette ailleurs.

 

Que aire aussi despériodoqies qui ne jamais lus ? faut-il cesé d'en avoir ou les mettre aussi en réserve ? ce sont des periodiques récents sur les sciences et la géographie ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à vous,

 

Et merci pour vos réponses.

Esmeralda, j'ai repris le poste il y a peu et effectivement je devrais me renseigner sur l'opac mais comme nous allons peut-être monter un réseau de bibliothèques, il faut mieux attendre pour le moment...

Pour les livres désherbés, j'ai demandé à ce que la délibération soit modifiée pour pouvoir donner les livres aux usagers, aux endroits dans la ville qui en désirent (par ex : cabinet médical, etc..) et actuellement je peux déjà en donner à l'alsh et les recycler. Nous avons également un projet de construction de boîte aux livres dans la ville mais pour le moment ce n'est qu'à l'état d'idée. En tout cas, les livres sortis des collections viendraient alimenter cette ou ces boîtes.

 

Par rapport à la "valeur littéraire", je me base sur les critères IOUPI qui dit que pour les valeurs sûres, il faut en garder un exemplaire.. J'ai également des livres qui ne sont plus réédités actuellement et que je préfère conserver. Mais il est certain que je ne peux pas tout mettre en rayonnages en accès direct, surtout que mon but actuel est justement d'aérer les espaces, d'ailleurs ça fonctionne vraiment rapidement, après une semaine, les prêts augmentent en romans et en docs alors que c'est les vacances. Bref :)

 

Pour les périodiques, je garde les deux dernières années, j'essaye de donner les autres aux intéressés (alsh pour le moment mais j'espère l'étendre au maximum avec la future délib). J'avais vu sur une page d'agorabib qu'une personne regardait les numéros les plus empruntés et qu'elle enlevait les autres, ce qui est une bonne stratégie aussi je trouve.

 

Pour les dons que tu as dans ta réserve, tout dépend du temps que tu as en ce moment et de l'organisation que tu prévois d'adopter, mais il faut analyser chaque don à mon avis et voir ceux que tu veux mettre en rayon et ceux que tu ne veux pas dans tes collections. Au niveau des dons, j'ai mis une caisse à l'entrée de la bib où je mets à disposition ceux que je n'ai pas intégré dans mes collections et les usagers apprécient beaucoup.

 

Ce que tu dis Ferris sur les classiques à mettre en réserve est une idée que je vais creuser.... Après je n'ai pas beaucoup de vieux "classiques" en rayons de toute manière.

 

Ma réserve étant aussi au même niveau et attenante à mon bureau, je pourrai faire comme toi et mettre une liste des auteurs présents en réserve. Je dis déjà aux gens qui cherchent des livres d'aller regarder en réserve faire leur choix (j'avais des Christian Jacq dont une dame raffolait) et je trouve que ça permet aussi de casser le rôle du bibliothécaire derrière son bureau, et ça leur permet de s'approprier les lieux et ils y restent après (oui oui). Comme toi, j'étais très contente de ce fonctionnement.

 

Citation

out simple : un papier info dans les rayons et une réserve disponible et bien rangée. Et ça roule. Et ça vaut tous les fichiers informatisés. Si on a la chance d'avoir une réserve, il suffit de faire en sorte qu'elle soit accessible au public, de bien ranger les ouvrages et c'est tout. Dans la plupart des bibliothèques la réserve est interdite, innommable, entassement et classement douteux. Et souvent, pour les livres, l'antichambre de la mort. On sait tous très bien que ces ouvrages finiront au pilon dans leur immense majorité. C'est quoi exactement ce temps, ce sursis hypocrite qu'on leur accorde? Pour se donner bonne conscience, alors que qu'on sait qu'ils ne trouveront plus leur public ? Par respect pour la "bonne littérature" ? Pourquoi ?

 

 

J'éclaircis beaucoup la réserve depuis que je suis arrivée justement dans cette optique mais les questions que tu soulèves ont elles vraiment des réponses ? Je crois qu'au final, il faut les rendre visible, donc par exemple avec la liste, et continuer tous les ans à désherber ce qui ne sort pas, en leur offrant une deuxième vie avec les dons, etc... C'est ce critère IOUPI qui nous dit qu'il faut conserver un exemplaire. Alors peut-être garder seulement ceux qui ne sont plus réédités, car là, il y a une notion de rareté, de patrimoine qui entre en jeu.

 

Pour trouver les livres en réserve, c'est pas trop dur car on parle de 100 livres max, et je les range propre, par ordre alpha, jeunesse en haut, adulte au-dessous.

Citation

Dans ma centrale réseau, la réserve est aussi énorme qu'invisible et indisponible. Et un lecteur m'a raconté un jour qu'il avait été obligé de réserver l'ouvrage (Si, si...), laborieusement trouvé sur l'opac, parce que pas un pelé de fonctionnaire n'avait eu le temps (ou l'envie de le prendre) de bouger son gros cul pour aller le chercher ! Honteux. Et ridicule.

 

Étonnant comme attitude...Peut-être la personne avait-elle ses raisons... ? En tout cas dommage en termes de service public. Avec un drone d'Amazon il n'y aurait pas eu de soucis :D

 

Merci encore pour vos réponses !

 

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Re-bonjour,

 

Je présente déjà mes excuses pour toutes mes fautes de frappe qui malheureusement ne peuvent être signalées car toutes mes mots sont soulignés en rouge. Je sais il faut aussi que je fasse l'effort pour me relire correctement.

 

Comme nous rénovons une pièce,  nous avons cette possibilité de revoir l'agencement et surtout les livres que nous  voulons garder et maintenant il a un grand travail question desherbage avec la catégories enfants ... nous en marchons que par dons et avons surtout nos vieilles collections de la bibliothèque verte et rose..jamais empruntées tout d'abord parce que les anciennes collections étaient écrites en tout petit et etrangement   il y avait aussi bcp plus de pages ( là, il ya eu du desherbage).. que devons nous faire ?

Pour les Bandes Dessinées ..nos pré-ado adorent le style " Les Blondes, les Gendarmes.. "  rien à voir avec Nos Tintin, Astérix et autres....mais que faire des collections Disney aussi ? jamais vraiment empruntées.

 

 

Que faire avec tant des livres.. des collections complètes  et récentes ? Par contre mes réponses sont contradictoires entre ma bonne volonté de mettre en réserve des vieux classiques et celles d'en laisser sur les rayonnages. Ne pas en laisser quelques uns  insinuerait que  nous avons une vision un peu retrécie de la lecture à mon avis. Oui, il faut attirer le lecteur mais il faut pas non plus le cantonner  que dans un certain registre.

 

 

Cela signifierait finalement que les personnes  seraient encouragées à manger un poulet fermier   et ne seraient pas encouragées un lire un livre de notre vieille littérature ?

 

 

Pour le travail  en réseau, nous y pensons aussi..mais l'un n'empêche pasl'autre d'apres ce que m'avait dit une personne de la BDP.

 

 

Merci à vous aussi...

 

 

La question se pose pour toutes les grandes collections qui font plus de  70 volumes..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Esmeralda,

 

Pour les dons il faut mettre en place une politique très sélective d'acceptation ou non des dons. Les accepter tous est une chose, les mettre tous en rayons ou en réserve en est une autre. Beaucoup de bibliothèques font signer aux donateurs un documents expliquant que leurs dons ne seront pas obligatoirement conservés. Tu as une réponse ENSSIB la dessus http://www.enssib.fr/content/les-bibliotheques-sont-elles-dans-lobligation-daccepter-les-dons-des-usagers

 

Un petit texte de la BDP de l'Aisne dont on peut s'inspirer : 

 

Les bibliothèques, surtout en phase de création, et dans les petites communes, sont sollicitées par des personnes de bonne volonté qui souhaitent donner des livres usagés. Ces dons sont rarement adaptés à une utilisation en bibliothèque ( trop usagés ou contenu obsolète) et peuvent avoir un effet négatif sur l'image de la collection de la bibliothèque. Il importe donc que dès le départ, la bibliothèque se prémunisse contre toute réaction négative des donateurs qui ne retrouveraient pas leurs livres sur les étagères.

Pour cela, la BDP de l'Aisne propose le modèle de lettre suivant :

 

"à Mesdames et Messieurs les donateurs de livres Madame, Monsieur, Vous avez eu l'amabilité de proposer des livres en don à la notre bibliothèque. Soyez-en ici remercié. Nous devons cependant attirer votre attention sur le fait que tous ces livres ne seront pas forcément intégrés dans nos collections. En effet, les dons ont un coût pour nous, non pas d'achat, mais de traitement et de stockage. Avant d'être mis à la disposition du public, ces livres devront être cotés, catalogués et équipés. De ce fait, nous n'effectuons ces dépenses en temps et en argent que pour les ouvrages que nous aurions été susceptibles d'acheter. Suivant l'intérêt de leur contenu et leur état physique, les livres que nous ne conservons pas seront détruits et déposés à la déchetterie dans le cadre du recyclage des vieux papiers. Si le paragraphe précédent vous agrée, nous accepterons vos dons avec plaisir. Dans le cas contraire, nous serons contraints de les refuser."

 

Il y a un petit bijou que tout le monde devrait lire, c'est le point de vue d'une donatrice en bibliothèque, qui explique pas mal de choses. Un véritable document-miroir pour nous : http://www.eienblog.com/2014/04/comment-donner-ses-livres-en-bibliotheque/

 

Pour les périodiques, c'est à toi de définir ton nombre d'années de conservation. Pour Lauden c'est deux ans, pour nous c'est un an (sauf numeros spéciaux). Et ça peut aussi être au numéro, comme le signale Lauden, selon le contenu ou le niveau de sorties. Il n'y a pas de règle ni de normes conseillées en ce domaine.

 

Se rappeler toujours que nous ne sommes pas des bibliothèques de conservation

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...