Aller au contenu

Décoloration/Jaunissement des DVD


bibzh
 Share

Messages recommandés

Bonjour

 

Je m'occupe du fonds DVD de la bibliothèque où je travaille. J'ai constaté que certains DVD ne fonctionnant plus présentent une forme de décoloration (et jaunissement) de la surface inscriptible - voir photos jointes. Mon hypothèse est que cela est dû à l'exposition prolongée des DVD à une source de chaleur.

 

Qu'en pensez-vous ? Est-ce que vous avez déjà été confronté à ce problème ?

 

Merci.

DVD.jpg

DVD 2.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Bibzh

"Mon hypothèse est que cela est dû à l'exposition prolongée des DVD à une source de chaleur."

Intéressante hypothèse, mon cher Watson, je mets vite mon chapeau de détective, une pipe dans ma poche et je saisis une loupe pour suivre l'affaire.

Ton hypothèse appelle ma question à la Sherlock Holmes : As-tu mis tes DVD dans une rôtissoire ? :tongue:

Parce que si on se base sur tes images, la décoloration est uniforme sur toute la périphérie, et non sur une seule partie. Ce qui veut dire que soit la source de chaleur tourne autour du DVD, soit que ton DVD tourne autour de la source de chaleur comme un mouton au-dessus d'un feu.

Quand tu penses chaleur prolongée, je suppose que tu envisages "soleil tournant" par les vitres de ta bibliothèque.
Cependant si tes DVD sont exposés face au soleil, toute la surface serait touchée par la chaleur.
(Encore que, pour des raisons de conception du DVD, c'est à nuancer. Cf. plus loin).

Sauf si tu n'imagines que la chaleur des doigts des usagers suffisent à expliquer le phénomène.

On ne rit pas.
http://www.01net.com/actualites/les-cd-et-dvd-graves-sont-ils-eternels-401422.html
"Les fabricants simplifient à outrance les tests de durabilité. Comment procèdent-ils ? Le vieillissement est accéléré. Les disques sont placés dans des caissons surchauffés soumis à une forte humidité. Température et humidité sont en effet les facteurs d'agression les plus nocifs pour un disque optique. Les tests s'arrêtent là. Dommage, car d'autres facteurs d'agression mériteraient d'être simulés. La sueur acide déposée par les doigts des utilisateurs. Les rayures causées par la manipulation du disque. Les agressions de la fumée de cigarette ou des vapeurs chimiques présentes dans l'air. Et bien d'autres facteurs."

Comme les usagers mettent plus souvent leurs gros doigts sur la surface que sur les bords, on peut aussi lever cette hypothèse.

On ne fume pas en bibliothèque, lieu de résidence principale des DVD. Et on n'y pratique pas non plus la sorcellerie culinaire. Autrement dit la cuisine.
Les hypothèses des journalistes de 01net sont levées.


Continuons notre enquête.

 

Alors est-ce vraiment la chaleur ?
Et si oui, à quel endroit.

http://www.vulgarisation-informatique.com/graveur.php
Lorsque le laser atteint cette couche, elle brûle localement à plus de 250°.

"Lorsqu'on grave un CD, on crée sur le CD cette succession d'alvéoles. Mais on ne déforme pas physiquement le disque, il y a donc une couche spéciale (2)par rapport au CD normal. Elle est placée entre le polycarbonate et la couche métallique, elle est constituée d'un colorant organique qui donne la teinte du disque, généralement verte ou bleue. Ce colorant est photosensible, c'est à dire que sa température va augmenter dès que l'on lui soumettra une forte lumière. Lorsque le laser atteint cette couche, elle brûle localement à plus de 250°. On obtient au final des zones brûlées et non brûlées. Cela reproduit la succession de trous et de bosses."

C'est pourquoi je te demande si tu a mis tes DVD dans une rôtissoire.
Parce qu'ils sont gravés à 250°C.  :drool:

C'est vrai aussi que l'écriture se déroule "localement" et non de manière prolongée.

Le polycarbonate, lui, est moins résistant.
"On obtient ainsi une matière plastique disposant d'excellentes propriétés mécaniques et d'une résistance thermique permettant une utilisation entre −100 °C et 120 °C" nous dit la Wikipedia.

Par contre, un peu plus loin : "Sa sensibilité aux agents chimiques et aux ultraviolets limitent toutefois son utilisation. On doit faire particulièrement attention lors de contacts prolongés avec l'eau, surtout à des températures supérieures à 60 °C. On risque une forte hydrolyse."
 

L'hypothèse la plus vraisemblable est donc un vieillissement de la couche réfléchissante du support.

 

En cherchant des images de DVD endommagés, on tombe sur :
http://www.nextinpact.com/archive/56135-academie-sciences-longevite-support-numerique.htm

Des DVD qui ressemblent aux tiens.


Tu remarqueras que leurs tests ont lieu avec une température élevée. 85°C et 80 % d'humidité.
Ce qui pourrait corroborer ton hypothèse de température.
http://www.lne.fr/publications/guides-documents-techniques/duree-vie-DVD-DVD-HLD.pdf


Mais ces températures et degrés d'humidité sont là pour tester les qualités physico-chimiques des DVD.

On en retrouve l'idée ici.

Un lecteur de CD fonctionne en émettant un faisceau laser à travers les couches de base et de colorant d'un disque jusqu'à la couche métallique, qui le réfléchit alors jusqu'au capteur de signal. Si la couche réfléchissante change d'une manière ou d'une autre, elle ne fonctionne plus comme il se doit et le disque ne peut plus être lu. La couche métallique réfléchissante d'un CD-R est normalement composée d'or, d'argent ou d'un alliage d'argent. Comme l'or est très stable, les disques dont la couche réfléchissante en est composée ne risquent pas 'être oxydés par les lasers et sont ainsi très durables. Quant à l'argent et les alliages d'argent, ils peuvent s'oxyder et, par conséquent, les disques dont la couche réfléchissante en est composée risquent davantage de présenter des défectuosités, surtout lorsqu'ils sont exposés à des polluants.
http://canada.pch.gc.ca/fra/1439925171172

Et dans les recommandations de conservation des DVD

- Température : 4 à 20° C
- Humidité relative : 20 à 50%

- N’utilisez pas d’étiquettes autocollantes, notamment pour les disques destinés à l’archivage, car les composants de la colle peuvent migrer dans l’épaisseur du disque. Préférez les marqueurs à encre sans solvant, à pointe feutre pour ne pas appuyer.

- Retirer les notes d'accompagnement et tout autre matériel des boîtiers, sauf si les disques sont composés d'une couche métallique en or et d'un colorant à base de phthalocyanine.


Et pour finir :

Durée de vie des CD non inscriptibles (gravés en usine) : de 50 à 100 ans;
Ah ah ah, la théorie, la théorie sans aucun recul. :sweat:
Ça, c'est uniquement si tous les composants sont de qualités, si la couche de vernis protecteur va bien jusqu'au bord, si son épaisseur est suffisante.

Parce que le point d'entrée de l'oxydation, ce sont les angles du DVD avec l'extérieur. Soit l'endroit où le vernis est le plus fragile. Ce qui permet aux polluants de pénétrer à l'intérieur du DVD et de l'oxyder.
Les éléments touchés en premier sont donc à la périphérie.

 

Vu la couleur verte de tes DVD, on peut aussi se demander si leur qualité est vraiment bonne.

http://www.acqs-photo.fr/UserFiles/Site/info_pratique_130910.pdf

Durée de vie d'un DVD low cost couleur bleu/vert : 5 à 7 ans. En page 2


Pour compléter l'enquête et vérifier cette hypothèse, il faudrait savoir si :

- Ta bibliothèque est située près d'une route passante, une usine ?  (polluant)
- En bord de mer ?  (humidité)
- Dans un endroit où la température monte régulièrement ? (chaleur)

Parce que oui, tu as quand même raison, la chaleur intervient bien dans le vieillissement. Mais en conjonction avec le reste : polluants chimiques et humidité.

https://www.lne.fr/download-pdf/gis-don/download-journee11-gis-don-processus-chimiques.asp
voir p 9 et p 13

Et par la mauvaise fabrication du vernis du DVD, ou de ses composants.

Un tel défaut relève du vice caché. Surtout si tous les DVD proviennent du même fournisseur.

Une mauvaise fabrication ?

Ce vice caché pourrait te permettre de te retourner contre le fabricant (ou le fournisseur) et lui réclamer le remplacement du support par un support équivalent.
Quitte à négocier une ristourne ou un à valoir sur les prochaines acquisitions.

Bien sûr, au préalable tu demandes à ton fournisseur la durée de vie normale d'un DVD.
Et tu vérifies que tes DVD ne sont pas à date de péremption.

Ce serait ballot.
 

Evidemment, pour valider cette hypothèse, il faut d'abord vérifier que tes DVD défaillants ne sont pas tous regroupés au même endroit. A proximité d'une source de chaleur (me préoccupe ton idée de chaleur prolongée) chauffage par exemple, ou juste derrière/sous une vitre (chaleur du soleil qui peut monter haut par effet de loupe).
 

Une autre hypothèse à prendre en compte.

Quand tu dis chaleur "prolongée", tu penses peut-être à ceci.
La rôtissoire d'une voiture.

On peut obtenir un vieillissement accéléré par un phénomène unique et brutal.
L'exemple type est celui d'un CD oublié sur la plage arrière d'un véhicule, en plein soleil.
Les composants physico-chimiques, en particulier le vernis, en prennent un bon coup et en ressortent affaiblis.

CAA-Québec a réalisé une expérience pour connaître la température dans un habitacle par temps chaud. Ainsi, avec une température extérieure de 22°C, la température intérieure a atteint 50°C entre les deux sièges avant à la hauteur de l'accoudoir central. On peut facilement imaginer que plus la température extérieure augmente, plus celle de l'intérieur suit cette courbe. Ainsi, si la température extérieure grimpe à 40,5°C, celle de l'intérieur atteint 100°C à la hauteur des appuie-tête des sièges avant. Il est donc illusoire de croire que le fait de laisser les vitres légèrement ouvertes est suffisant pour dissiper la chaleur.

De plus, il est bon de se rappeler que la température augmente très rapidement à l'intérieur d'un véhicule sous le soleil, et ce, même si la température extérieure demeure stable. En effet, si une petite voiture, où le climatiseur fonctionnait avant l'arrêt, est exposée au soleil à 35°C, la température dans l'habitacle atteint 50°C en 20 minutes et 65,5°C en 40 minutes. Autre exemple: selon General Motors, la température intérieure d'une minifourgonnette passe de 22°C à 46°C en 30 minutes à une température extérieure de 24°C
http://auto.lapresse.ca/auto/conseils/201109/12/01-4446377-chaleur-dans-lhabitacle-danger.php

Température externe et dans la voiture suivant l'heure de la journée.
http://www.solarplexius.fr/hundagare.aspx

30 minutes, c'est juste le temps de faire une course dans un magasin.
Et ça peut monter à 85°C-100°C, en particulier vers le midi solaire.

(Donc, on ne laisse ni chien ni enfant dans la voiture, hein)

Des exemples de DVD endommagés ici
http://econtact.ca/10_x/bathorykitsz_annex3_fr.html


Avec, en particulier la dernière image (tout en bas) qui pourrait correspondre à l'envers de ce que tu montres sur tes images : bordures du support décolorées ; centre plus ou moins intact.
 

Cependant...

Cette hypothèse d'un coup de chaleur "plage arrière plein soleil" ne me satisfait pas entièrement. Parce que tes DVD sont très décolorées, presque transparents (dégradation du colorant). Ils ne sont pas cuits.

Un CD cuit, j'en ai vu un et il avait plutôt cette apparence au niveau de la surface gravée :
Voir image p 13, en bas à droite.
https://www.lne.fr/download-pdf/gis-don/download-journee11-gis-don-degradations.asp


Ou alors il faudrait voir le recto de tes DVD.

De plus, un DVD de bibliothèque est protégé par un boîtier (ce qui augmente la résistance à la chaleur) et comme il n'est pas vraiment destiné à être visionné dans une voiture il sera encore plus protégé dans un sac. Encore que, un coffre de voiture en pleine cagna, ou même posé sur un siège, ça fait mal.

Pour finir, les DVD que tu montres présentent bien une certaine similitude avec les images de vieillissement accéléré.
Mais cette hypothèse de gros coup de chaud ne peut être totalement éliminée. Elle peut concourir à la détérioration. Si on chauffe plusieurs fois un DVD dans une voiture fermée, il ne faut pas s'étonner de son état.
(Solution possible pour confirmer cette hypothèse : Repérer les jours de sorties et rentrées du DVD, en particulier durant l'été, si on a les données)

Mon cher Watson, d'autres éléments de réponses sont nécessaires pour aboutir notre enquête,.
- Ces DVD sont-ils anciens ?
- Plus de 6-8 ans ?
- Beaucoup sortis ?

- Peu sortis ? (vice caché)
- Leurs boîtiers sont-ils intacts ? (si coup de chaud, le boîtier a dû souffrir aussi, le plastic du boîtier est de moindre qualité. Plus facile de voir s'il est cuit.) Ont-ils été changés ?
- L'estampillage de la bibliothèque se présente sous quelle forme ? Parce que les interactions chimiques peuvent aussi jouer.

Bref, cette sympathique enquête n'est pas terminée en l'état.

Toutefois, tu devrais pouvoir la terminer par toi-même.
  Bernard
 

P.S. : PDF piochés ici  : https://www.lne.fr/fr/r_et_d/gis-don/journee-information/journee-archivage-numerique-cd-dvd.asp

Une thèse de doctorat très pointue qui va beaucoup beaucoup plus loin sur le sujet :
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00917863/document
"Tous  ces  résultats  sont  cohérents  avec  l’absence  de  dégradation d’un CD pressé soumis à une contrainte photo-thermique de 120 h à 60 °C."
On l'a vu : 60°C, c'est de l'amuse-gueule dans une voiture au soleil, même avec les fenêtres entrouvertes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"D'ailleurs, nous on a une nettoyeuse CD/DVD qui balance des silicones de resurfaçage sur la surface et on n'a pas eu ce problème là. Est-ce que c'est lié, je n'en sais rien."

 

Je pense que ça y contribue, comme tout entretien des DVD ou des CD.

 

Si tu n'entretiens pas un parquet, il s'écaille et s'abîme. Avec un support DVD/CD, on est dans la même approche.

Même ceux entreposés pour sauvegarde, il faut les vérifier de temps en temps... sous peine de prendre son mouchoir et sécher ses grosses larmes.

 

Dans le monde l'informatique, où la moindre petite erreur de lecture t'empêche de lire un fichier, c'est encore plus crucial.

Là, par contre, il faut faire attention à ce que "l'entretien" ne soit pas pire que le mal. (d'ailleurs le resurfaçage est déconseillé dans le cas des Blue-ray)

 

Pour ces DVD, vu leur état, il faudrait que le contenu soit à la hauteur du resurfaçage et surtout du temps que l'on va y passer. A moins de le tenter pour s'entraîner et voir ce que ça donne au niveau de la matière, avant de tester sur des disques tout juste défaillants. Parce que sans couche réfléchissante, le lecteur ne pourra rien voir.

Bien sûr, on ne mettra surtout pas le DVD fendu dans le lecteur, sauf si on veut obtenir un nouveau lecteur, parce qu'il y a toujours un risque d'éclatement en petites miettes. Lecteur pas trop cher de nos jours, mais le temps qu'on y passe lui est douloureux et puis on peut abîmer d'autres DVD avec les petites miettes en rotation.

Je crois qu'ils sont morts et bien morts c'est pauvre DVD.

 

Bon, on peut toujours s'en servir comme ceci :

https://fr.pinterest.com/pin/489062840756313093/

ou en cherchant

recyclage DVD sculpture art  (en passant directement aux images)

  Bernard
 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...