Aller au contenu
Aurem

Journée type d'un bibliothécaire territorial

Messages recommandés

olivierH
Il y a 3 heures, Aurem a dit :

Aussi une autre question, y a-t-il un moyen de connaître le SIGB utilisé par une bibliothèque via son site Internet ? En visualisant la rubrique "mon compte" par exemple, peut-on savoir de quel SIGB il s'agit ? Ou ce n'est pas du tout lié ?

 

Pour le SIGB c'est difficile. On peut souvent voir quel est le portail utilisé en cliquant dans le pied de page sur "contact", on quelque chose d'approchant. Mais ça ne renseigne pas sur le SIGB. Certains produits sont intégrés (SIGB + portail), d'autres non, et encore on peut utiliser les produits intégrés seulement partiellement (juste la partie portail, par exemple).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem

Et via la catalogue ?

 

Edit : C'est bon j'ai fais mon enquête via les codes sources du catalogue et je pense avoir trouvé ;) 

Modifié par Aurem

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 29 minutes, Aurem a dit :

Et via la catalogue ?

 

Edit : C'est bon j'ai fais mon enquête via les codes sources du catalogue et je pense avoir trouvé ;) 

Modifié il y a 10 minutes par Aurem

 

Il y aussi la bonne vieille méthode: poser la question simplement à la bibliothèque.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem

Haha oui, c'est en effet ce que j'aurais fais si je n'avais pas trouvé ;)

 

Mais voilà c'est mon aspect Colombo...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babarette

J'ai une autre interrogation: quelles sont les questions qu'on peut poser en entretien (en tant que candidat) sans passer pour une buse? 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a une heure, Aurem a dit :

Haha oui, c'est en effet ce que j'aurais fais si je n'avais pas trouvé ;)

 

Mais voilà c'est mon aspect Colombo...

 

Colombo, ok, pourquoi pas.

Mais aller dans la bibliothèque qui nous intéresse, la voir, la sentir , la ressentir, rencontrer les personnes avec lesquelles on va potentiellement travailler, c'est de mon point de vue plus intéressant.

 

 

Modifié par Louve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Sur les questions de buse ou non : Très peu, dans la mesure où tu es censée déja savoir ce qu'il faut savoir sur la collectivité, tes partenaires culturels, la bibliothèque elle-même (si tu ne l'a pas visitée avant, c'est une grosse erreur) et tout ce qui tient au statut de la FP. Attention, tes questions peuvent révéler beaucoup de choses sur tes insuffisances ou les insuffisances de ta préparation à l'entretien (entretien = connaissance du terrain = je sais où je mets les pieds = c'est pour ça que je viens ici et pas ailleurs).

Souvent quelques questions en fin d'entretien, et si on t'y invite, sur le projet culturel de territoire (sauf s'il est déja sur le site de la collectivité, que tu as bien évidemment consulté) peuvent "faire bien" et montrer que ton horizon de cadre culturel ne se limite pas à la bibliothèque.

La question culottée, mais qui peut passer car elle montre aussi ton sens du concret et ton réalisme, c'est : quel est le budget d'acquisition de la bibliothèque. Les avis sont très partagés la-dessus...bien que le budget soit un document public.

D'une façon générale, mais ça dépend aussi de la tournure qu'a pris l'entretien, éviter de poser des questions. Répondre à celles du jury sans passer pour une buse, c'est déja pas mal....:)

 

Exemple de question de buse : on travaille combien d'heures ici ? (c'est du vécu).

Réponse : Ben 1607 h comme partout, espèce de buse !:drool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babarette

C'est-à-dire que si on me demande, vers la fin de l'entretien, si j'ai des questions ou quelque chose à ajouter...

Je connais bien la bibliothèque où je postule et j'y ai même été inscrite. :)

Et le projet culturel du territoire... j'ai quelques notions! :tongue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Franck Sanka

Attention à la dimension politique des projets : ne pas demander si il y  a des partenariats prévus avec l'interco quand on ignore si le maire et le président de l'interco peuvent se piffer ou pas.

Sauf à vouloir mettre les pieds dans le plat... :D

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
il y a une heure, Babarette a dit :

C'est-à-dire que si on me demande, vers la fin de l'entretien, si j'ai des questions ou quelque chose à ajouter...

 

il vaut mieux la fermer. C'est plus une formule de politesse et une façon de signifier que l'entretien est terminé qu'une vraie question. Et en plus ils ont tendance à regarder leur montre, le temps qui était prévu est terminé, donc pas la peine de les bassiner. De toutes façons les questions importantes pour eux, ils te les auront posées dans l'entretien. A toi de rebondir plutôt à ces moment là pour demander une petite précision si nécessaire (pas pour lancer un débat sur la culture, evidemment :tongue: )

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a une heure, Babarette a dit :

Et le projet culturel du territoire... j'ai quelques notions! :tongue:

 

Oui mais il y a une différence entre la théorie et le terrain!

Comme le dit Franck Sanka les relations entre élus sont très importantes et auront un impact sur la présence ou non d'un projet culturel de territoire, les partenariats ou non mis en place. Et puis tout dépend aussi du poste où l'on postule: entre un poste de direction et un poste de cadre intermédiaire, les attendus ne sont pas les mêmes.. 

 

il y a 24 minutes, Ferris a dit :

il vaut mieux la fermer. C'est plus une formule de politesse et une façon de signifier que l'entretien est terminé qu'une vraie question.

Exact! 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem
Il y a 3 heures, Louve a dit :

 

Colombo, ok, pourquoi pas.

Mais aller dans la bibliothèque qui nous intéresse, la voir, la sentir , la ressentir, rencontrer les personnes avec lesquelles on va potentiellement travailler, c'est de mon point de vue plus intéressant.

 

 

 

Totalement d'accord, c'est d'ailleurs ce que j'ai fais mais sans pour autant parler au personnel. Je ne savais pas trop si ça se faisait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 4 heures, Louve a dit :

Il y aussi la bonne vieille méthode: poser la question simplement à la bibliothèque.

 

C'est plus qu'une bonne vieille méthode.

 

C'est une obligation si on veut diriger cette structure.

D'abord pour avoir l'information.

Ensuite, pour savoir comment l'équipe répond à cette question.

Comment se déroule l'accueil téléphonique (ou en direct)

A qui l'information est transmise en cas de manque d'information.

 

Colombo, c'est bien pour mener une enquête et trouver une info. (il faut quand même être sûr que l'info est bonne, hein)

Mais ce n'est pas Colombo qui va diriger la structure, ni devoir rectifier un éventuel accueil téléphonique déficient.

Ni décider qui peut donner, ou pas, cette information.

Certaines sont sensibles, comme le mot de passe du chef par exemple. (en informatique, on pense toujours au vilain hacker qui ouvre une brèche et met un logiciel espion sur le serveur, mais la réalité, c'est souvent : la secrétaire qui donne le mot de passe parce que la personne à l'autre bout du fil se prétend de la société de service assurant la maintenance. Plus de 30 % des cas. Le maillon faible de la sécurité, c'est l'humain... qui inscrit son mot de passe sur un Post-it et le colle sous son écran.)

 

Aller dans la structure, idem, une obligation.

Si l'ambiance est merdique, si les gens ne sont pas satisfaits, s'il y a du bruit, de l'indiscipline... c'est le chef qui va devoir prendre les choses en main.

 

On n'achète pas un bateau sur catalogue, on va l'essayer d'abord.

Et si possible, un jour de rush, pour voir si le moteur de la bibliothèque fonctionne bien.

 

En plus, rien que pour se dire : qu'est-ce qu'on peut améliorer dans cette bibliothèque pour la rendre encore plus attractive ? Pour animer les collections ?

La visite est une nécessité.

 

Bon courage dans le rôle du chef.

  Bernard

 

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris

Je plussoie sur le prêche en chaire du Reverend Majour.

 

Pour moi, en tant que membre du jury recruteur depuis près de 36 ans, le choses sont claires: un postulant, quel que soit le grade, qui n'a pas visité la bibliothèque ou il postule (oui, je sais ça peut faire du kilometrage....et après, c'est ta vie pro que tu joues, à toi de voir, d’autant plus que les concurrentes en local ne manquent pas), téléphoné à son responsable (qui n'est pas nécessairement tordu ou un délateur, mais non, il sera plutôt heureux de voir qu'une candidate va au cœur des choses....), qui n'a pas visité la totalité du site municipal ou intercommunal, voire davantage (contact avec les Bdp, dont on sous estime parfois le pouvoir etc...) est quelqu'un qui part avec un handicap. Et mes questions viseront clairement à  déterminer le manque de connaissances à ce niveau . Elle postule chez moi les doigts dans le nez et les pieds dans ses tongs  ? Elle espère convaincre les élus avec des sourires enjôleurs et des propos généralistes ? Je veille. C'es moi qui vais me la farcir au quotidien, pas eux. Alors je peux devenir méchant. C'est l'avenir de mon service qui est en cause. Embaucher une nouille, c'est du lourd. Et ça peut durer 42 ans.

 

L'ambiance ? Les disputes politicardes locales ? Tu n'en sauras rien. C'est le facteur optionnel. La surprise du chef. La cerise sur le mégôt.

 

Un petit plus, uniquement pour les syndiqués. les fédérations communiquent entre elles. Il est toujours possible de se renseigner sur une collectivité ou une hiérarchie par ce biais. C'est confidentiel mais ça marche aussi. Idem par le biais des delegations regionales ABF, mais faut voir....On reste dans le confidentiel, le bruit de couloir.

 

Pour savoir où tu as vraiment mis les pieds, il faut d'abord en mettre un. Et si tu as marché dans une crotte de chien, tu t'arranges pour ne pas y mettre les deux pieds. Et si tu y mets les deux en connaissance de cause, c'est que tu aimes ça, ou que ce que tu voulais surtout c'est un poste ou une validation de concours. Et ça tu auras 40 balais pour le regretter. Et ne compte pas sur moi pour te plaindre.

 

Ferris

Une ordure de plus

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
olivierH
Il y a 1 heure, Ferris a dit :

Pour moi, en tant que membre du jury recruteur depuis près de 36 ans, le choses sont claires: un postulant, quel que soit le grade, qui n'a pas visité la bibliothèque ou il postule (oui, je sais ça peut faire du kilometrage....et après, c'est ta vie pro que tu joues, à toi de voir, d’autant plus que les concurrentes en local ne manquent pas),

 

(Pourquoi tu écris "concurrentes" ? On est aussi quelques hommes en bib. Je crois que je préfère encore l'écriture inclusive, qui me sort pourtant par les yeux*.)

 

C'est sans doute un bon conseil, mais quand tu es convoqué le 1er du mois pour un entretien le 12, que tu es à 500km et a des horaires de bibliothécaires qui collent à ceux de la structure visée, ça peut être difficile. Pour la petite histoire, j'ai été boulé de tous les postes A où j'avais visité la bibliothèque et ai été recruté sur le seul où je ne l'avais pas fait :-) Mais si on peut, en effet, il faut le faire.

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

téléphoné à son responsable (qui n'est pas nécessairement tordu ou un délateur, mais non, il sera plutôt heureux de voir qu'une candidate va au cœur des choses....), 

 

Ça en revanche, je ne le ferais pas ; ça enlève toute la spontanéité du premier contact physique. On peut par ailleurs aussi laisser une mauvaise impression pour tout un tas de raisons. Mais je ne prétends pas avoir raison - pour des raisons similaires, je refuse aussi de faire des oraux blancs pour les concours. Stratégie à haut risque peut-être, c'est assez personnel.

 

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

 

qui n'a pas visité la totalité du site municipal ou intercommunal, voire davantage (contact avec les Bdp, dont on sous estime parfois le pouvoir etc...) est quelqu'un qui part avec un handicap. Et mes questions viseront clairement à  déterminer le manque de connaissances à ce niveau .

 

Oui là d'accord, il serait impardonnable de sécher sur une donnée qui figure sur le/les sites concernés.

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

 

Elle postule chez moi les doigts dans le nez et les pieds dans ses tongs  ? Elle espère convaincre les élus avec des sourires enjôleurs et des propos généralistes ? Je veille. C'es moi qui vais me la farcir au quotidien, pas eux. Alors je peux devenir méchant. C'est l'avenir de mon service qui est en cause. Embaucher une nouille, c'est du lourd. Et ça peut durer 42 ans.

 

Avec cette approche, tu es sûr d'éliminer une catégorie de candidats pas forcément inadaptés : les gens brillants, mais un peu dilletantes, qui en fait ne voient même pas le problème, tant l'adaptation au contexte local leur semble naturel une fois en poste.

 

<troll> On peut préférer les besogneux. </troll>

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

 

L'ambiance ? Les disputes politicardes locales ? Tu n'en sauras rien. C'est le facteur optionnel. La surprise du chef. La cerise sur le mégôt.

 

Il est en effet vraiment difficile d'anticiper le contexte.

 

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

(...)Pour savoir où tu as vraiment mis les pieds, il faut d'abord en mettre un. Et si tu as marché dans une crotte de chien, tu t'arranges pour ne pas y mettre les deux pieds. Et si tu y mets les deux en connaissance de cause, c'est que tu aimes ça, ou que ce que tu voulais surtout c'est un poste ou une validation de concours. Et ça tu auras 40 balais pour le regretter. Et ne compte pas sur moi pour te plaindre.

 

Prendre un poste pour valider un concours est une démarche que je comprends parfaitement. Le temps où il fallait présenter une simple licence pour être intégré en A sans concours est révolu depuis longtemps (je ne parle pas pour toi, mais j'ai déjà entendu ce discours un poil hautain de la part d'une bibliothécaire).

 

Après la première année, on est tout à fait libre d'aller voir ailleurs, ou de passer d'autres concours.

 

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

 

Ferris

Une ordure de plus

 

Mais non :-)

 

*oui je sais, j'aurais pas dû répondre à ça.

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
il y a 8 minutes, olivierH a dit :

(Pourquoi tu écris "concurrentes" ? On est aussi quelques hommes en bib. Je crois que je préfère encore l'écriture inclusive, qui me sort pourtant par les yeux*.)

 

 

Tout à fait! Même s'ils ne sont guère nombreux!

C'est d'ailleurs pour eux un atout: quand dans la pile de CV et de lettres de motivation, il y celle d'un gars, qu'elle tient la route, il part avec un avantage certain (s'il est beau gosse, encore  plus! oui bon, ok, j'arrête mais quand même ;-) )

 

il y a 12 minutes, olivierH a dit :

Avec cette approche, tu es sûr d'éliminer une catégorie de candidats pas forcément inadaptés : les gens brillants, mais un peu dilletantes, qui en fait ne voient même pas le problème, tant l'adaptation au contexte local leur semble naturel une fois en poste.

 

Faut faire gaffe avec le profil  juste "brillant, dilettante", il peut avoir tendance à être prétentieux, hautain et avec une équipe ça peut mal se passer. Et en contexte local il peut merder tant avec les élus que les collègues. L'entretien permet de cerner un peu mieux, de sentir si oui, ou non on arrivera à travailler ensemble. C'est ce que je cherche chez un candidat: que peut-il nous apporter, est-ce qu'il est sincère, saurons-nous avancer ensemble? J'essaie de creuser les réponses formatées (et on les sent!). En fait tout dépend du poste, de nos besoins et sur certains postes, par rapport à l'équilibre d'une équipe, un "besogneux" sera utile. Question d'équilibre, de vue d'ensemble.

 

Il y a 3 heures, Ferris a dit :

Pour savoir où tu as vraiment mis les pieds, il faut d'abord en mettre un. Et si tu as marché dans une crotte de chien, tu t'arranges pour ne pas y mettre les deux pieds. Et si tu y mets les deux en connaissance de cause, c'est que tu aimes ça, ou que ce que tu voulais surtout c'est un poste ou une validation de concours.

 

Alors là, tout dépend; il y a des cas où la crotte de chien a été bien planquée, on ne la repère pas tout de suite parce qu'il y a du parfum partout, le jour où on la découvre, bin on fait avec!

Actuellement, il y a si peu de postes que je comprends que la priorité soit de valider le concours. Mais cette recherche de la validation ne doit pas empêcher la sincérité et l'engagement.

 

il y a 26 minutes, olivierH a dit :

Le temps où il fallait présenter une simple licence pour être intégré en A sans concours est révolu depuis longtemps (je ne parle pas pour toi, mais j'ai déjà entendu ce discours un poil hautain de la part d'une bibliothécaire).

 

Depuis trèèèèèssss longtemps mais il reste les contractuels qui à la faveur d'une loi de résorption de l'emploi précaire (Sapin, Sauvadet) arrivent à être intégrés et ils sont plus nombreux qu'on ne le croit. D'ailleurs, cela nous dessert, dernièrement j'ai fait face à deux agrégés assez suffisants (courteliniens ET chabroliens!) qui se sont jetés telle la peste sur le bas-clergé sur des auteurs tout en étant surpris que nous puissions inviter des auteurs de cette qualité et que je les connaisse. Oui, oui, j'ai quelques connaissances, oui, oui, je bosse, oui, oui, j'ai un cerveau et je suis capable de tenir une conversation. Et non je n'ai pas été embauchée par "copinage, réseautage".

 

Sinon un dernier conseil: même si on est convoqué à un entretien toujours essayer de savoir s'il s'agit d'un "vrai" recrutement. J'ai déjà vu le cas où le choix était fait à l'avance mais pour que la collectivité soit inattaquable, d'autres candidats avaient été convoqués comme faire-valoir, pour prouver que tout avait été fait dans les règles. Injuste et difficile à prouver. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louve
Il y a 3 heures, Ferris a dit :

Ferris

Une ordure de plus

 

Non!!!

Un vieux bib, grincheux, ronchon, impliqué, engagé comme je les aime!

On en manque aujourd'hui!

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
Il y a 4 heures, Louve a dit :

Un vieux bib, grincheux, ronchon, impliqué, engagé comme je les aime!

 

Ouaip, ça pour être ronron ronchon, Ferris il l'est. :tongue:

Et c'est pour ça qu'il est appréciable et apprécié.

 

De toute façon, pour être un vrai syndicaliste,

faut pas être en guimauve.

Pour être chef, non plus.

Pour être chef en bibliothèque, encore moins.

 

Du moment que l'or dure tout d'une pièce.

C'est tout le brillant qu'on lui souhaite. :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
Il y a 5 heures, Louve a dit :

qui se sont jetés telle la peste sur le bas-clergé

 

Historiquement l'expression exacte est "comme la vérole sur le bas-clergé", ou "comme la misère sur le pauv'monde"

Pour la vérole en tant que Breton, je suis concerné car on ajoutait souvent bas-clergé breton, voire espagnol. Le bas clergé, qu’il soit espagnol ou breton représente la classe dite inférieure de l’église, à savoir les moines et divers prêtres. Ceux-ci ont fait vœu de célibat et non de chasteté. Il était donc connu que cette classe-là avait des relations sexuelles et par là aussi des maladies, qui se propageaient à la vitesse grand V. Je suis également célibataire.

Restons d'un bon niveau culturel ma Louve, des lettrés nous observent....:D

 

Il y a 6 heures, olivierH a dit :

ça enlève toute la spontanéité du premier contact physique.

 

 Je ne vois pas en quoi un coup de téléphone, anonyme, nuirait à la spontanéité du premier contact physique, expression que je trouve assez décalée, étrange, excitante et finalement assez hors de propos. Ou en rapport inconscient avec les pratiques du bas clergé breton....:hyper:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurem

Je retiens tous ces bons conseils que je partage absolument !

 

Ce matin j'ai été contactée pour.... un deuxième entretien !! Sur un emploi permanent cette fois :drool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babarette

Formidable, Aurem !

 

Comment fait-on pour savoir si on est convoqué juste pour le décorum? Dans la structure où j'ai postulé, la responsable a insisté pour que je prouve que j'ai bien obtenu le concours, l'aurait-elle fait si quelqu'un était déjà prévu pour le poste? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
il y a 56 minutes, Babarette a dit :

Comment fait-on pour savoir si on est convoqué juste pour le décorum? Dans la structure où j'ai postulé, la responsable a insisté pour que je prouve que j'ai bien obtenu le concours, l'aurait-elle fait si quelqu'un était déjà prévu pour le poste? 

 

On ne peut pas le savoir. Justement l'astuce est de toujours convoquer plusieurs candidats répondants aux critères demandés en tête d'annonce  :recrutement selon conditions statutaires, donc sur emploi permanent, veut dire 3 possibilités :  l'inscription sur liste d'aptitude (donc sur concours, c'est ton cas), la mutation (qui comporte aussi la promo interne, c'est là qu'il peut y avoir un piégé) ou le détachement (fonctionnaire titulaire d'une autre fonction publique) , ou "par voie contractuelle", la durée du contrat pouvant être précisée ou non. Parfois les deux possibilités sont précisées comme possibles.

Attention aux mentions internes à l'annonce (experience exigée etc...) qui laissent peu de chances à certains et favorisent la promo interne....

Le fait de demander des précisions ne veut rien dire, sauf que la collectivité tient à être en règle avec le son Cdg, qui gère les listes d'aptitude, au cas (bien improbable) où le contrôle de légalité ferait une vérification.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
B. Majour
il y a 9 minutes, Babarette a dit :

Comment fait-on pour savoir si on est convoqué juste pour le décorum?

 

Très difficile à savoir, sauf si tu prends la liste des reçus et que tu compares  avec celui des personnes en place. Ce qui peut être une piste.

 

Mais de toute façon, pas le choix : seuls ceux qui tentent leur chance réussissent.

 

Donc, tu mets toutes les chances de ton côté en essayant, encore et encore.

Si la responsable a insisté, tu lui apportes en personne ton attestation et ton lot de questions, ce qui te permettra d'apprendre quels sont les travaux/projets en cours, les orientations envisagées par les élus. Les éventuels problèmes de la structure. Etc.

 

Si tu veux ce poste, bats-toi pour l'obtenir.

Les élus embaucheront plus facilement un battant, un porteur de projets qui en veut, qui se mouille et s'engage à fond.

Un peu quelqu'un qui leur ressemble.

 

D'où le grand intérêt de consulter les journaux locaux et de regarder ce qui se passe dans la commune concernée.

Comment est mise en valeur la commune.

 

Si j'étais élu (et il suffit d'être inscrit sur une liste qui passe pour l'être), j'aurais deux questions pour un cadre A en gestion de ma bibliothèque.

 

- Quels projets avez-vous pour notre bibliothèque d'ici trois ans ?

- Est-ce que vous êtes passée dans notre bibliothèque ? Qu'est-ce que vous en pensez ?

 

Comme Ferris pourrait le dire à sa manière : celui ou celle qui n'a pas jusqu'à ses poils de culs mobilisés pour prendre une place de chef, ne la mérite pas.

 

En selle Babarette, et sonne la charge sans penser au décorum.

 

N'oubliez pas, vous n'êtes pas seules sur ces postes.

Vous êtes en concurrence avec d'autres. C'est un concours bis, avec un seul gagnant cette fois-ci.

 

La question ne devrait pas être : est-ce du décorum ou pas ?

Il faut déjà être un cran plus loin.

 

Soit :

- Avant d'être embauché, vous avez passé combien d'entretiens ? Un, deux, trois ?

- Qu'est-ce qui vous a permis de décrocher le poste face à la concurrence ? (le pourquoi vous plutôt qu'un autre de même niveau)

 

Regarde Aurem, Babarette, elle est déjà à s'imaginer comment se déroule la journée type du cadre A... elle est déjà en fonction dans sa tête.

Elle est un cran plus loin.

Elle est en avance sur la concurrence.

 

Elle a aussi l'avantage d'avoir décroché un deuxième entretien, ce qui lui permettra de répondre à la question :

- Avez-vous postulé ailleurs ? 

en mettant la pression sur les élus : oui, à tel et tel endroit. Et j'ai rendez-vous à telle date.

Ce qui veut dire qu'ils ne doivent pas trop lambiner si la candidature les intéresse, parce que d'autres pourraient leur souffler le candidat.

 

D'où une autre bonne question à ceux qui ont décroché ce type de poste :

- ils mettent combien de temps à se décider les élus ? (pour un deuxième entretien)

- quand avez-vous su que cette place était pour vous ? (lors de quel entretien, du numéro combien ?)

 

Continue à charger Babarette, continue.

Tu as un concours à valider. :wink:

 

Aurem aussi.

 

Bravo pour vos premiers entretiens. :thumbsup:

  Bernard

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ferris
il y a 26 minutes, B. Majour a dit :

Avez-vous postulé ailleurs ? 

en mettant la pression sur les élus : oui, à tel et tel endroit. Et j'ai rendez-vous à telle date.

Ce qui veut dire qu'ils ne doivent pas trop lambiner si la candidature les intéresse, parce que d'autres pourraient leur souffler le candidat.

 

Oui et non, c'est à double tranchant. Tout dépend des endroits où elle a postulé. Nous avons eu le cas d'une candidate qui postulait chez nous soit à plus de 200 km de chez elle, mais cherchait aussi dans son département et ne s'en cachait pas. Elle était la meilleure et de loin, selon mes critères, mais les élus ont vu ça à l'inverse : elle nous quittera pour se  rapprocher de chez elle dès qu'elle le pourra. Bref, pour elle on n'est que du deuxième choix. Elle n'a pas été retenue. Attention, la mobilité c'est bien, mais les élus cherchent à fidéliser. Encore plus pour un poste à responsabilité. D'ailleurs tu le dis très bien concernant la question du projet sur trois ans (c'est la durée actuelle d'un Projet de service, il fut une époque où c'était 5 ans).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...