Aller au contenu

Travail obligatoire tous les samedis de l'année en équipe complète


moumine
 Share

Messages recommandés

Bonjour, 

 

un résumé rapide de la situation. 

Nous travaillons dans une médiathèque, qui fonctionne depuis des années avec 2 équipes A et B et un roulement une semaine sur deux, 

une semaine, l'équipe A travaille 31 heures avec le samedi de congé, l'équipe B travaille alors 39 heures et assure le service du samedi. 

La semaine suivante, c'est l'inverse : l'équipe B fait 31 heures et a congé le samedi, l'équipe A fait 39 heures et travaille le samedi. 

 

Ce système fonctionne à merveille. Sauf que, les élections municipales approchent, et au même moment, notre directrice part en retraite. 

Il nous a donc été annoncé que désormais, il n'est plus possible de fonctionner avec un temps de travail inégal en semaine A et B, 

que nous devons faire 35 heures toutes les semaines de l'année, et que nous devons travailler en équipe complète tous les samedis de l'année. 

A amplitude horaire égale, (la médiathèque ne sera pas ouverte plus en nombre d'heures), nous ne comprenons pas l'intérêt de ce changement, et avons bien sûr envie de garder 

nos samedis sur deux de congé, histoire de se reposer, d'avoir une vie sociale, familiale... etc. 

La municipalité peut-elle imposer ce changement (qui prendra effet dans 3 mois) ? 

Est-il légal de nous demander de travailler toute l'année du mardi au samedi sans autre compensation ? 

Sachant que nous ne voyons aucun bénéfice pour les usagers, nous serons en équipe complète certes les samedis mais il nous est demandé de faire du travail interne 

le samedi alors qu'actuellement, le samedi nous nous consacrons entièrement au public, et réalisons le travail interne la semaine. 

 

Merci pour votre aide, 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 8 minutes, moumine a dit :

La municipalité peut-elle imposer ce changement (qui prendra effet dans 3 mois) ? 

 

Oui. Ou plus exactement c'est une décision dite collective qui sera prise en Comité Technique. Les représentants syndicaux élus au CT peuvent s'y opposer et faire d'autres propositions, mais en dernier ressort ce sont les elus qui auront le dernier mot. D'ailleurs votre ancien mode de fonctionnement a du être présenté au CT à une époque, avec un argumentaire de votre directrice, après discussion avec les RH, puis accepté.

 

La modification collective des horaires des services est tout à fait possible. Néanmoins, dans la mesure où elle constitue une modification importante des conditions générales de fonctionnement de l’administration concernée et a une incidence sur la situation du personnel, cette modification impose la consultation pour avis du comité technique .

 

il y a 16 minutes, moumine a dit :

Est-il légal de nous demander de travailler toute l'année du mardi au samedi sans autre compensation ? 

 

Oui. Par ailleurs je te rappelle que le travail du samedi fait partie des fonctions en bibliothèque et n'est donc pas assimilable à une astreinte qui pourrait donner lieu à compensation.

 

il y a 18 minutes, moumine a dit :

Sachant que nous ne voyons aucun bénéfice pour les usagers, nous serons en équipe complète certes les samedis mais il nous est demandé de faire du travail interne le samedi

 

C'est là que le CT peut argumenter : s'il n'y a aucun bénéfice pour les usagers, les élus doivent pouvoir justifier de leur décision. Mais la répartition du travail interne est une question qui reste interne au service et d'un mode d'organisation qui dépendra du nouveau chef de service. Est-ce que véritablement la moitié de l'équipe fera de l'interne le samedi ? On peut en douter. Je crois que personne ne sera dupe : votre volonté est de "garder nos samedis sur deux de congé, histoire de se reposer, d'avoir une vie sociale, familiale... etc.", tu le dis toi-mêmeC'est un argument qui peut jouer, tout dépend des communes...., le bien-être au travail des agents étant un argument de plus en plus entendu. Par ailleurs il appartiendra aux représentants au CT de bien examiner les facilités éventuellement données dans d'autres services recevant du public. Ainsi que la possibilité de prendre des bénévoles, souvent évoquée dans ce type de débat. Egalement utilisable : montrer que le ratio agents/public (le samedi étant souvent la plus grosse journée de fréquentation) est atteint à partir de tant d'agents présents le samedi.

Au total cela pourrait donner un système comportant toujours des samedis libres mais pour moins d'agents en même temps. Autrement dit un samedi sur 3 ou 4 par exemple. De toutes façons c'est à vous, via le CT, d'arriver avec des propositions alternatives. Mais s'accrocher à votre système en deux équipes me parait fichu d'avance.

 

La possibilité de travailler selon un horaire variable peut être prévue par délibération, sous réserve des nécessités du service, après consultation du comité technique.

La délibération définit une période de référence au sein de laquelle chaque agent doit faire un nombre d'heures de travail correspondant à la durée réglementaire (70 heures pour une quinzaine).

Un dispositif dit de crédit-débit peut permettre le report d'un nombre limité d'heures de travail d'une période sur l'autre. Ce dispositif précise le maximum d'heures pouvant être inscrit au débit ou au crédit d'un agent :

pour une période de référence de 15 jours, ce plafond ne peut pas être fixé à plus de 6 heures, pour une période de référence d'un mois, il ne peut pas être fixé à plus de 12 heures.

L'organisation des horaires variables doit tenir compte des missions spécifiques des services et des heures d'affluence du public. Elle doit comprendre :

une période minimale de travail d'au moins 4 heures par jour, ou des plages fixes d'au moins 4 heures par jour, au cours desquelles la présence de la totalité du personnel est obligatoire, et des plages mobiles, à l'intérieur desquelles l'agent choisit quotidiennement ses heures d'arrivée et de départ.

Un décompte exact du temps de travail accompli chaque jour par chaque agent doit être effectué au moyen d'un système de pointage. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F571

 

Tu as une réponse ENSSIB la dessus https://www.enssib.fr/services-et-ressources/questions-reponses/travail-le-samedi

Et le sujet est récurrent sur le forum https://www.agorabib.fr/topic/75-les-horaires-douverture/

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, moumine a dit :

Est-il légal de nous demander de travailler toute l'année du mardi au samedi sans autre compensation ? 

 

J'espère que ça l'est. C'est mon cas depuis des années.

Et pas que le mien d'ailleurs.

 

Dans votre cas, la problématique sera à voir (revoir) avec la nouvelle directrice/nouveau directeur.

Et aussi avec la nouvelle municipalité en 2020.

 

 

De plus, comme dit ici

il y a 11 minutes, Ferris a dit :

La possibilité de travailler selon un horaire variable peut être prévue par délibération, sous réserve des nécessités du service, après consultation du comité technique.

 

Il faut voir s'il y a eu délibération ou pas.

Ou si ce système a été établi par votre seule chef de service.

 

Avec délibération, et donc approbation des élus, l'action des syndicats sera probablement différente.

Car les "nécessités de service" auront été couchées noir sur blanc et sur papier. Et les raisons qui y ont conduit, aussi.

A voir avec les syndicats.

 

Tu as une réponse générale (avec les textes de lois concernés) ici :

https://www.weka.fr/finances-comptabilite/base-documentaire/questions-reponses-au-quotidien-wk472/le-temps-de-travail-sl2212743/peut-on-changer-les-horaires-de-travail-des-agents-sl2212753.html

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 heures, moumine a dit :

désormais, il n'est plus possible de fonctionner avec un temps de travail inégal en semaine A et B

 

C'est étrange, car il n'y a pas d'argumentation derrière cette annonce ? Pourquoi ce n'est "plus possible" = volonté de proposer des animations le samedi ? départs en retraite non remplacés prévus ? Le seul départ en retraite de votre directrice me semble faible pour faire cette annonce même si bien sûr ça impact fortement une équipe (est-elle remplacée ?). Y-a-t-il eu des problèmes d'organisation le samedi par le passé, en cas de congés ou d'arrêt maladies, ou pendant les périodes tendues de type congés scolaires ?

 

Bon, en sachant que si vous lisez le lien Agorabib proposé par Ferris (entre autres), vous vous rendrez compte que votre situation de semaine A / B est rare : si les élus regardent les modes de fonctionnement d'autres structures, on sera plus de l'ordre d'un samedi sur 3 ou sur 4 comme le propose Ferris, et ceci dans le meilleur des cas. 

 

Epsy. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 17 heures, Epsy a dit :

C'est étrange, car il n'y a pas d'argumentation derrière cette annonce ? Pourquoi ce n'est "plus possible"

 

Je pense que "l'argumentation" vient du gouvernement. Il paraît qu'il y a de vilains fonctionnaires qui ne font par leurs 35 heures par semaine.

Donc, tout ce qui ne fait pas 35 heures hebdomadaires doit être retoqué, d'urgence visiblement. Soit pour la rentrée dans le cas de Moumine.

 

Le départ à la retraite de la chef de service n'est qu'un faible déclencheur.

Est-ce que le nouveau chef est seulement là ?

Est-ce que les nécessités de services ne sont pas respectées depuis des années ?

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, B. Majour a dit :

Je pense que "l'argumentation" vient du gouvernement. Il paraît qu'il y a de vilains fonctionnaires qui ne font par leurs 35 heures par semaine.

Donc, tout ce qui ne fait pas 35 heures hebdomadaires doit être retoqué, d'urgence visiblement.

Oui on a eu vent de la même chose chez nous, comme quoi ils voudraient nous passer aux 35h et qu'on travail les deux mois de juillet et aout (je suis en BU, en été il n'y a plus aucun étudiant chez nous...). Pour l'instant chez nous c'est que des rumeurs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 43 minutes, Ferris a dit :

Par contre, c'est rigolo,  dans la FPT il n'y a pas de montant "plancher"

 

Moui, rigolo, je ne sais pas si c'est le bon terme :tongue: Je l'ai lu très sarcastique du coup :ahappy:(Oui, je mets pleins de smiley comme je sais que tu les adores Ferris)

 

Merci pour cet éclairage, j'avais bien perçu les débats sur les 35h chez les fonctionnaires mais n'avais pas franchement envisagé une répercussion sur des cas comme celui évoqué par Moumine... qui en moyenne les fait bien ces 35h.

 

Epsy.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour Pigranelle j'ai bien peur que les carottes soient cuites. Un document réalisé en avril a même listé tous les régimes dérogatoires aux 35h dans la FPE (faut reconnaître qu'il y en a un paquet), dans l'intention évidemment de les supprimer.

 

https://fichiers.acteurspublics.com/redac/pdf/2019/2019-04-01_RAPPORT-IGF_TEMPS-DE-TRAVAIL-FONCTION-PUBLIQUE-ETAT.pdf

 

Un rapport qui tombait à pic, bien entendu, pour préparer la réforme...

 

 

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Ferris a dit :

Tu deviens très bonne en smileys, faudrait envisager une spécialisation....C'est utile en bibliothèque. 

 

Si si, ça peut être utile en médiathèque : m'occupant de certains réseaux pour interagir avec les ados, je peux te dire que le smiley n'est pas encore démodé :D

 

Bref j'arrête le flood et je laisse moumine ou Pigranelle réagir.

 

Epsy.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir,

dans un monde idéal on impose pas les décisions on prend le temps de concerter les équipes

ras le bol de ces élus ou chef qui se sentent surpuissant.e

ras le bol de ces conditions de travail qui se dégradent de ce nivellement vers le bas sans arrêt...je sais qu'on est la pour le public mais dans l'exemple cité le public il ne gagne rien

 

c'est mon coup de gueule autour de cette ambiance/situation/ de m**** qui existe dans certains endroits

 

désolée @moumine je ne répond pas à ta question mais

 

bonne soirée

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Citation

Pour Pigranelle j'ai bien peur que les carottes soient cuites.

En même temps ils peuvent pas non plus nous demander de faire 35h/semaine avec 4 personnes à temps plein non remplacées (je parle même pas des temps partiels, et des annexes ouvertes à personnel constant...) et des amplitudes horaires d'ouverture 8h30-20h... Notre chance c'est peut-être qu'on a une communauté d'usagers qui risque de pas être très contente et de le faire savoir. Heureusement on travaille le lundi donc on ne pourra pas se retrouver dans la situation de moumine puisque les deux jours de repos consécutifs sont obligatoires.

 

@moumineQu'en est-il des autres services de la mairie qui accueillent du public? Êtes-vous les seuls à ouvrir le samedi? voyez peut-être quand même avec les syndicats...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 17 minutes, Pigranelle a dit :

Heureusement on travaille le lundi donc on ne pourra pas se retrouver dans la situation de moumine puisque les deux jours de repos consécutifs sont obligatoires.

 

 

Attention : c'est 35 heures de repos consécutives, pas deux jours (donc 2x24h=48h). Donc, pour reprendre un exemple vécu, on peut faire une ouverture dominicale jusque 18h, et reprendre le mardi à 9h en étant dans les clous.

Surtout si on rajoute des étudiants à prix cassé.

 

Comme disait l'autre : le diable est dans les détails...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Exact .Rappel des textes :

 

La durée quotidienne de travail ne peut pas dépasser 10 heures.

L'amplitude maximale de la journée de travail, c'est-à-dire la durée maximale de la journée de travail, temps de pause inclus, est fixée à 12 heures.

L'agent bénéficie d'un repos minimum quotidien de 11 heures.

Une pause de 20 minutes est accordée lorsque le temps de travail quotidien est supérieur à 6 heures.

Exemple : un agent quittant son travail à 19h ne peut reprendre son poste avant 6 heures le lendemain matin.

Si on compte par semaine La durée de travail effectif, heures supplémentaires comprises, ne peut pas dépasser :48 heures au cours d'une même semaine, ni 44 heures en moyenne sur une période de 12 semaines.

Le repos hebdomadaire, comprenant en principe le dimanche, ne peut pas être inférieur à 35 heures.

 (24h + 11h de nuit).

Autre aspect à ne pas méconnaître Le repos dominical ou les jours fériés ne constituent pas une garantie statutaire accordée aux agents publics, qui peuvent être amenés à exercer leurs fonctions le dimanche ou un jour férié (y compris le 1er mai), si les nécessités de service le justifient.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je confirme ce qu'ont dit Bernard et Ferris;

 

J'ajoute une précision: la loi indique 229 jours de travail à 7h.

Une année est égale à 365 jours auxquels on ôte:

  • 104  jours de repos
  • 8 jours fériés
  • 25 jours de CA

puis on rajoute un jour de solidarité.

 

Plus les journées sont longues, plus on a de RTT.

Ex: 214 jours à 7h30 donnent 15 jours de RTT, 205 jours à 7h50 donnent 24 jours de RTT.

 

Sachant que pour bénéficier des RTT, il faut effectivement travailler donc en cas de maladie, elles ne peuvent être accordées. 

Sans oublier que selon les années, des jours fériés tombent en plus des 8 jours fériés indiqués plus haut donc ils doivent être décomptés.

 

Effectivement dans certaines collectivités, certaines services de la FPE, les 1607h annuelles ne sont pas effectuées, tant mieux pour ceux qui peuvent en profiter mais le jour où il est décidé de remettre en conformité avec la loi, peu de recours possibles...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 21/05/2019 à 22:46, saida a dit :

dans un monde idéal on impose pas les décisions on prend le temps de concerter les équipes

ras le bol de ces élus ou chef qui se sentent surpuissant.e

ras le bol de ces conditions de travail qui se dégradent de ce nivellement vers le bas sans arrêt...je sais qu'on est la pour le public mais dans l'exemple cité le public il ne gagne rien

c'est mon coup de gueule autour de cette ambiance/situation/ de m**** qui existe dans certains endroits

 

Tu as raison Saida de pousser ton coup de gueule. Tous les coups de gueule se justifient. Là où tu fais fausse route c'est de parler de "certains endroits". Car en fait le pouvoir quasi absolu des élus locaux, via la Constitution, crée partout des situations inégalitaires, injustifiées (en réalite, et je le sais pour avoir été representant du personnel au CT, l'élu local a un pouvoir quasi total), et qui font que dans ce forum notamment nous avons beaucoup de mal à comparer nos situations, donc à nous situer. En gros il y a les chanceux (ce qui peut ne durer que le temps d'un mandat...) et la vaste tribu des "pasdepôtonl'adanslecul", qui sont légion.

 

la concertation est un mythe dans tout système aussi hiérarchise sans recours à des textes de loi, que nous n'avons pas. Un maire ne sera jamais sanctionné pour un manquement à certaines règles, en invoquant simplement le principe de libre administration des collectivités locales". Par ailleurs, n'y connaissant rien au sujet, il fera confiance, jusqu'à la bêtise, au chef de service qui lui proposera un argumentaire bien construit, même s'il est nuisible au public. Et dans ce domaine il y a des artistes, tu peux me croire.

 

Le management c'est l'art de la manipulation. C'est d’arriver, après de beaux discours, à faire croire aux gens que ce qui a été decidé, c'est ce qu'ils voulaient en réalité mais qu'ils ne savaient pas exprimer. C'est ainsi qu'on peut te faire croire que la mobilité est un atout pour ta carrière,alors que c'est surtout localement un système où tu peux jouer les bouche-trous, d'une bib à l'autre, pour rendre viables des plannings pourris et un manque d'effectifs. Et ce n'est qu'un exemple.

 

Le plus énorme reste la façon de définir la "manière de servir". Les textes abondent la-dessus sur les méthodes à employer (entretien individuel etc...). Mais l'élu local n'en a cure.  En introduisant les techniques managériales du secteur privé et en invitant implicitement les fonctionnaires territoriaux à se les approprier, l’entretien professionnel porte désormais sur les résultats professionnels obtenus en regard des objectifs fixés.

 

Alors que le décret du 14 mars 1986 faisait référence de façon synthétique à la valeur professionnelle de l’agent, le décret du 16 décembre 2014 décline cette notion en plusieurs rubriques : la manière de servir de l’agent, les acquis de son expérience professionnelle, ses capacités d’encadrement.
On nous dit qu'il est ainsi fait preuve de davantage de réalisme en prenant en compte les évolutions des métiers de la fonction publique qui exigeront à l’avenir des qualités de mobilité et d’adaptabilité qui sont encore trop sous-estimées par les exécutifs locaux.

Les critères de l’évaluation sont énoncés à l’article 4 du nouveau décret et recoupent en partie les thèmes de l’évaluation répertoriés sous l’article 3. On relèvera l’introduction d’un critère plus subjectif dans l’appréciation de la manière de servir de l’agent avec une mention de ses qualités relationnelles.

 

C'est joliment dit, cela relève d'une belle logique, on ne peut qu'adhérer, c'est ça la manipulation. . Sauf que cet émiettement comporte des horreurs totales: qualités relationnelles, manière de servir, qualités de mobilité et d'adaptation, termes totalement subjectifs, qui permettent à l'élu local un pouvoir accru sur le parcours de l'agent, voire sa rémunération. Et même, mais je ne peux pas citer de noms, de baisse du budget d’acquisition d'une bibliothèque. Or là, à travers l'agent, c'est le public qui est impacté. C'est grave car cela veut dire que tu peux pondre toutes les statistiques positives que tu as, il n'en reste pas moins que désormais tu pues des pieds et que ton public en fera aussi les frais. C'est énorme, mais je l'affirme ! 

 

Le pouvoir des élus locaux, tant sur les agents que sur le maintien des services, les horaires etc..., a atteint des limites intolérables. Et pour avoir siégé comme représentant du personnel en Comité technique, je peux dire aujourd'hui, à quelques mois de la retraite, que ces comités sont des mascarades totales. Et qu’effectivement, tu as raison, les chefs de services, pris entre marteau et enclume, jouent le plus souvent le jeu des élus du peuple souverain....

 

Comme disait Mao avant de sombrer dans le despotisme "On a raison de se révolter".

 

Bonsoir Saida :heart:

 

 

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 22/05/2019 à 23:35, Ferris a dit :

à quelques mois de la retraite, que ces comités sont des mascarades totales.

 

C'est pourtant inscrit noir sur blanc dans leur définition.

 

La commission administrative paritaire ou le comité technique dorénavant, sont des instances de consultation

[...]

Son avis ne lie pas l'autorité, qui peut donc décider autrement après en avoir informé la commission dans un délai d'un mois en indiquant le motif.

https://www.emploi-collectivites.fr/comite-technique-paritaire-blog-territorial

 

C'est exactement comme pour les conseillers municipaux :

Le rôle d'un conseiller municipal est de voter le budget préparé par le maire et les services municipaux, d'approuver les comptes en fin d'exercice, de décider des travaux communaux à réaliser, d'organiser et de créer les services publics municipaux, de gérer le patrimoine communal, d'aider au développement économique de la ville. Ces fonctions doivent être remplies conformément aux priorités et orientations politiques déterminées par le maire.

https://droit-finances.commentcamarche.com/faq/43792-quel-est-le-role-d-un-conseiller-municipal

 

C'est ce qu'on appelle une démocratie, ou un État régalien.

 

Et la définition de régalien est savoureuse.

« Droit régalien » désigne des pouvoirs exclusifs du seigneur que personne d'autre n'a le droit d'exercer sur son territoire. En économie, les fonctions régaliennes désignent des tâches que l'État ne doit pas ou ne peut pas déléguer à des sociétés privées. La liste des droits ou fonctions régaliennes dépendent du système politique et de l'opinion de chacun.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Régalien

 

et de l'opinion de chacun.!

Il y a encore de sacrés naïfs sur la planète.

 

régalien » du latin regalis, royal.

 

Et si on veut couronner le tout, on se rappellera aimablement que le fonctionnaire a un devoir d'obéissance.

Des fois que le fonctionnaire n'ait pas tout à fait compris ce que le mot "démocratie" veut dire dans notre société.

 

 

Espérons que le/la prochaine directrice de Moumine aura l'art et la manière de convaincre la tutelle.

Après tout, certains élus ont été capables de comprendre ce fonctionnement. Pourquoi pas les suivants ?

 

Le 21/05/2019 à 22:46, saida a dit :

dans un monde idéal on impose pas les décisions on prend le temps de concerter les équipes

 

Dans un monde normal, Saïda. Normal.

Pas idéal.  :wink:

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 21/05/2019 à 15:33, Ferris a dit :

Les 35 heures effectives « d’ici à un an »

 

Suite et fin. Les députés ont achevé, mardi, l’examen du projet de loi de transformation de la fonction publique, qui fera l’objet d’un vote solennel mardi prochain. En tout, plus de cent amendements ont été adoptés par les députés. Le point sur les derniers d’entre eux.

 

Pour ce qui nous concerne :

 

Autorisations spéciales d’absence
Pour remédier à une trop grande « hétérogénéité des situations », un amendement, adopté, impose la fixation par décret en Conseil d’État des autorisations spéciales d’absence et des conditions de leur octroi. Ces autorisations d’absence pour événements familiaux (décès d’un membre de la famille, par exemple) ou liées à la parentalité sont aujourd’hui, dans la fonction publique territoriale, décidées librement par l’exécutif de la collectivité. Il en résulte des situations par trop différentes, ont jugé les députés, d’une collectivité à l’autre – certaines délivrant des autorisations pour le décès d’un grand-parent, par exemple, d’autre non. Afin « d’harmoniser les pratiques », la liste des autorisations spéciales d’absence sera donc fixée par le gouvernement. http://www.maire-info.com/article.asp?param=23077&PARAM2=PLUS&nl=1

 

 

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le ‎22‎/‎05‎/‎2019 à 23:35, Ferris a dit :

 

Tu as raison Saida de pousser ton coup de gueule. Tous les coups de gueule se justifient. Là où tu fais fausse route c'est de parler de "certains endroits". Car en fait le pouvoir quasi absolu des élus locaux, via la Constitution, crée partout des situations inégalitaires, injustifiées (en réalite, et je le sais pour avoir été representant du personnel au CT, l'élu local a un pouvoir quasi total), et qui font que dans ce forum notamment nous avons beaucoup de mal à comparer nos situations, donc à nous situer. En gros il y a les chanceux (ce qui peut ne durer que le temps d'un mandat...) et la vaste tribu des "pasdepôtonl'adanslecul", qui sont légion.

 

la concertation est un mythe dans tout système aussi hiérarchise sans recours à des textes de loi, que nous n'avons pas. Un maire ne sera jamais sanctionné pour un manquement à certaines règles, en invoquant simplement le principe de libre administration des collectivités locales". Par ailleurs, n'y connaissant rien au sujet, il fera confiance, jusqu'à la bêtise, au chef de service qui lui proposera un argumentaire bien construit, même s'il est nuisible au public. Et dans ce domaine il y a des artistes, tu peux me croire.

 

Le management c'est l'art de la manipulation. C'est d’arriver, après de beaux discours, à faire croire aux gens que ce qui a été decidé, c'est ce qu'ils voulaient en réalité mais qu'ils ne savaient pas exprimer. C'est ainsi qu'on peut te faire croire que la mobilité est un atout pour ta carrière,alors que c'est surtout localement un système où tu peux jouer les bouche-trous, d'une bib à l'autre, pour rendre viables des plannings pourris et un manque d'effectifs. Et ce n'est qu'un exemple.

 

Le plus énorme reste la façon de définir la "manière de servir". Les textes abondent la-dessus sur les méthodes à employer (entretien individuel etc...). Mais l'élu local n'en a cure.  En introduisant les techniques managériales du secteur privé et en invitant implicitement les fonctionnaires territoriaux à se les approprier, l’entretien professionnel porte désormais sur les résultats professionnels obtenus en regard des objectifs fixés.

 

Alors que le décret du 14 mars 1986 faisait référence de façon synthétique à la valeur professionnelle de l’agent, le décret du 16 décembre 2014 décline cette notion en plusieurs rubriques : la manière de servir de l’agent, les acquis de son expérience professionnelle, ses capacités d’encadrement.
On nous dit qu'il est ainsi fait preuve de davantage de réalisme en prenant en compte les évolutions des métiers de la fonction publique qui exigeront à l’avenir des qualités de mobilité et d’adaptabilité qui sont encore trop sous-estimées par les exécutifs locaux.

Les critères de l’évaluation sont énoncés à l’article 4 du nouveau décret et recoupent en partie les thèmes de l’évaluation répertoriés sous l’article 3. On relèvera l’introduction d’un critère plus subjectif dans l’appréciation de la manière de servir de l’agent avec une mention de ses qualités relationnelles.

 

C'est joliment dit, cela relève d'une belle logique, on ne peut qu'adhérer, c'est ça la manipulation. . Sauf que cet émiettement comporte des horreurs totales: qualités relationnelles, manière de servir, qualités de mobilité et d'adaptation, termes totalement subjectifs, qui permettent à l'élu local un pouvoir accru sur le parcours de l'agent, voire sa rémunération. Et même, mais je ne peux pas citer de noms, de baisse du budget d’acquisition d'une bibliothèque. Or là, à travers l'agent, c'est le public qui est impacté. C'est grave car cela veut dire que tu peux pondre toutes les statistiques positives que tu as, il n'en reste pas moins que désormais tu pues des pieds et que ton public en fera aussi les frais. C'est énorme, mais je l'affirme ! 

 

Le pouvoir des élus locaux, tant sur les agents que sur le maintien des services, les horaires etc..., a atteint des limites intolérables. Et pour avoir siégé comme représentant du personnel en Comité technique, je peux dire aujourd'hui, à quelques mois de la retraite, que ces comités sont des mascarades totales. Et qu’effectivement, tu as raison, les chefs de services, pris entre marteau et enclume, jouent le plus souvent le jeu des élus du peuple souverain....

 

Comme disait Mao avant de sombrer dans le despotisme "On a raison de se révolter".

 

Bonsoir Saida :heart:

 

 

merci pour ces lignes

la révolte on sait ou elle nous mène ces dernières années....

malgré cela aujourd'hui je sais et je suis sur que beaucoup des droits actu elle ont été obtenus grâce à des révoltés en révolte

:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 24/05/2019 à 12:56, Ferris a dit :

Autres détails : c'est le Président qui fixe l'ordre du jour. Les séances ne sont pas publiques (au sens où le reste des personnels ne peut y assister). En cas de refus (et il faut qu'il soit unanime, ce qui suppose que les représentants des différents syndicats s'entendent, ce qui n'est à peu près jamais le cas) des représentants du personnel, le sujet sera remis à l'ordre du jour entre 8 et 30 jours. Et en cas de nouveau refus, c'est l'avis des élus qui sera automatiquement retenu. Par ailleurs les votes se font à main levée, ce qui revient à montrer du doigt les emmerdeurs. (il faut l'unanimité pour demander un vote à bulletin secret)

Tiens, je ne savais pas qu'il fallait l'unanimité pour demander un vote à bulletin secret. Dans mon Université, il suffit qu'un élu du CT le demande (et sans avoir besoin de justifier) et ça passe.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...