Aller au contenu

Cyrielle
 Share

Messages recommandés

Il y a quelques temps déjà est sorti le rapport de Dominique Arot sur l'extension des horaires des bibliothèques (ici pour le retrouver) et je me dis que ça pourrait être intéressant d'avoir des retours déjà sur les vécus, les expériences ...


 


Est ce que votre bibliothèque fait des nocturnes ? Jusqu'à quelle heure ? Quelle est la fréquentation ? Public différent des autres moments ? 


 


Pareil pour le dimanche.


 


Quand j'étais étudiante, je bossais à la bibliothèque d'HEC pour les permanences du soir (19h-22h), c'était marrant de voir les pics de fréquentation (lundi & mardi étaient les jours préférés tandis que les jeudis & vendredis étaient presque désert). 


Cette bibliothèque étant universitaire et surtout, sur le campus où une bonne partie des étudiants habitent, il y avait pas mal de passage, mais surtout une utilisation en tant que salle de travail. 


 


A un moment, ils parlaient d'ouvrir jusqu'à minuit, j'avoue ne pas m'être renseignée pour savoir où ça en était. Cela dit, il y avait une demande, les étudiants étant difficiles à faire sortir à 22h - surtout en période de partiels ! 


 


Où je suis actuellement, nous ouvrons le dimanche matin (10h-12h30), la fréquentation y est importante, on pourrait presque le résumer comme étant une de nos périodes phares. Le public n'est pas le même que la semaine, beaucoup d'actifs qui ne peuvent pas venir entre le lundi et le jeudi, et qui ne viennent pas ou peu le samedi. J'y ressens aussi plus de contact avec le public, plus de demandes, mais ça retombe avec la différence de public qui vient ce jour-là. 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Cyrielle,


 


pour répondre à ta question : je travaille dans une  bibliothèque spécialisée sous tutelle du Ministère de la Culture. Elle est ouverte tous les jours sauf le mardi de 13h à 19h, tous les we (samedi + dimanche) et le jeudi jusqu'à 21h.


Nous avons mené une enquête il y a plus d'un an auprès de nos publics et il ressort principalement une forte demande d'ouverture le matin.


Et quand je dis le matin, l'idéal selon la plupart des enquêtés c'est à partir de 8h.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je travaille dans une bibliothèque du réseau parisien.


Elle est ouverte :


- le mardi et le vendredi de 13h à 19h


- le mercredi et le samedi de 10h à 18h


- et le jeudi de 13h à 22h


La nocturne est apparemment appréciée, mais plutôt jusqu'à 21h. Après, le public se fait rare ;)


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mouais.... chez nous, une "nocturne", c'est 19h00...


 


on me dit à l'oreillette que c'est 19h30!!!! honte à moi, mauvaise bibliothécaire!!!!


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je crois que chaque bibliothèque est différente et qu'en fonction de son emplacement dans une ville et de ses publics.


Je suis pour une ouverture des bibliothèques le dimanche, et surtout pour qu'on arrête de les fermer plus tôt le samedi alors que s'il y a bien un jour où ça ne doit pas être le cas, c'est le samedi.


Pour les BU, l'extension des horaires a juste servi à transformer les établissements en salles de révision. 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En effet,


Sur le plan de l'idéal professionnel, je suis pour des bibliothèques ouvertes plus tardivement en semaine, toute la journée du samedi et aussi le dimanche.


Mais nous sommes aussi des individus avec une vie sociale et familiale.


Concrètement le jour ou on m'a proposé un poste qui nécessitait de travailler jusqu'à 19h du mardi au samedi, je n'ai pas dit "oui".


A mon sens, la bonne question n'est pas "faut-il être ouvert plus tard ?", "faut-il être ouvert le dimanche ?" mais plutôt "comment organise t'on le rythme de travail des agents pour pouvoir le faire ?".


Par exemple IsaBzh, dans ta bibliothèque comment s'organise le personnel pour pouvoir assurer la nocturne ? est-ce que tout le monde est présent jusqu'à 19h et le samedi ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, la question du dimanche ou des nocturnes ne peut se concevoir qu'en tenant compte de différents critères : le nombre total d'heures d'ouverture est-il suffisant ou pas en fonction de la réalité sociologique concernée (un public étudiant ou un public rural, un public jeune ou un public âgé etc...n'ont pas les memes besoins ni disponibilités), les créneaux horaires sont-ils bien choisis (notamment y a t-il au moins un creneau d'ouverture chaque jour ou des jours de fermeture totale ?), le personnel est-il en nombre suffisant pour pouvoir effectuer des rotations ou faut-il avoir recours à des vacataires ou des bénévoles sur certains créneaux , les temps de travail interne - et l'équilibre entre accueil et interne- sont-ils respectés au regard des charges de travail (sinon c'est ouvrir plus pour finalement proposer moins)etc...

Le sujet avait été abondamment commenté sur Biblio.fr. Depuis, des retours d'expérience ont montré par exemple que l'augmentation massive des heures d'ouverture pour endiguer l'hémorragie du lectorat n'avait pas porté ses fruits : les bibliothèques qui chutaient ont continué de chuter. Il s'agit donc bien d'apporter un confort supplémentaire au lecteur et non d'esperer en augmenter le nombre ou, pire, d'imaginer que si vous doublez les horaires, les lecteurs vont lire deux fois plus ! (des élus, sans doute mal conseillés, ont pârfois fait ce calcul infantile...)

Une des questions de fond reste la sociologie locale et l'idée qu'on se fait de la dynamisation que peut apporter une bibliothèque à un tissu local (associatif, commerçant etc...). A tel endroit un marché bio pour bobos le dimanche matin va apporter une légitimation immédiate à l'ouverture de la mediathèque (aussi parce que le dimanche on est en famille et que les parents déposent les mômes à la bib et repassent les chercher etc...), ce que ne produira pas un marché traditionnel dans un quartier âgé. C'est du vécu. Il faut donc se méfier des attitudes-reflexes : il y a un marché (ou une activité dans la ville) ce jour là, donc il faut que la bibliothèque soit ouverte. Ou, inversement, l'attitude-reflexe volontariste : il ne se passe rien, donc on va ouvrir la bib pour apporter une dynamique nouvelle. Dans les deux cas, la recette peut s'avérer inefficace. Comme toutes les recettes. Combattons les évidences.

L'inconvénient c'est que l'atmosphère générale étant plutôt à l'inquiétude (baisse des lectorats) elle pollue souvent la sérénité des débats et amène les decideurs à des actions sur lesquelles il sera ensuite très difficile de revenir (essayez donc de supprimer des heures, mème s'il est constaté qu'elles sont mal placées et inefficaces, vous m'en direz des nouvelles...). Par ailleurs l'atmosphère est plutôt aussi aux économies, ce qui pose de façon cruciale la question des personnels et des ratios charge de travail/ouverture, tout en ne baissant pas le niveau de professionnalisation de l'accueil dans les structures.

Quant à la question du travail le samedi et de la vie de famille, elle devrait être tranchée depuis longtemps.Quand on choisit le service public, et notamment ce métier, on sait parfaitement quelles en sont les contraintes.;Ou alors on travaille en BDP, du lundi au vendredi, comme des administratifs. Mais on ne fait plus partie de la famille...

Transcendons, faisons de cette contrainte une fierté, c'est finalement ce que fait la profession depuis longtemps. Peut-être au détriment de la vie de famille ou associative, c'est vrai. Je me souviens d'une très ancienne enquête qui portait sur le taux très élevé de célibataires dans la profession (très féminine à l'époque), où il était évoqué la possibilité que l'absence de vie sociale le samedi pouvait être un des facteurs favorisants de cette situation (et non pas parce que la bibliothécaire chignon-lunettes était moche par définition et naturellement aigrie parce que vieille-fille, ce qui restait le cliché dominant...nous n'en sommes plus là.)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour faire un petit retour personnel...je ne peux plus fréquenter en période de boulot la bibliothèque de ma commune de 7000 habitants. Fermée de 12 à 14 h, et fermée le samedi. Mais bon ouverte le mardi jeudi vendredi à partir de 9 h.... Le "bilan sociologique" évoqué plus haut semble essentiel. J'ai eu il y a quelques années l'occasion de discuter avec le maire d'une commune de la région Grenobloise qui souhaitait faire venir les cadres d'une très grosse entreprise pour cause de taxes d'habitation ... fertiles...Pour cela il avait raisonné "population avec moyens = cadre = Médiathèque + Crêche" Mais cela imposait nécessairement un usage possible le samedi, prévu dans le projet de service initial.  Cela ne veut pas dire une inflation le dimanche ou en nocture, mais juste ouvrir une fenêtre accessible à tous.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les bibliothèques fermées le samedi, qu'elles soient grandes ou petites, urbaines ou rurales,  sont et resteront un des plus grands scandales de cette profession ! :angry:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ouh la la Ferris, t'exagères pas un peu là ! Effectivement, c'est pas génial une bibliothèque fermée un samedi, j'imagine la réunion d'élus qui ont décidé ça...


Par contre, un truc me chatouille beaucoup plus, ce sont ces élus (les mêmes ?) qui font tourner leurs médiathèques (parfois récentes, grandes et modernes) avec du personnel non qualifié et forcément sous payé. Des emplois jeunes passés aux forceps en catégorie C et vogue la galère. Si ça ne suffit pas, on trouve toujours des bénévoles ravies de s'investir et de faire le boulot pour pas un rond.


Ca c'est un tantinet scandaleux non ?


Et puis, pendant que j'y suis, mon vieux côté féministe vient de grincer, on fait un métier formidable, mais que les femmes (car c'est bien d'elles dont il est question) soient obligées de choisir entre l'investissement professionnel et le fait de faire et d'élever leurs enfants me ramène quelques années en arrière et là pas top ! Travailler le dimanche oui, mais si c'est un choix et si il y a rémunération ou récupération... comme il se doit.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les bibliothèques fermées le samedi, qu'elles soient grandes ou petites, urbaines ou rurales,  sont et resteront un des plus grands scandales de cette profession ! :angry:

 

Ouh la la Ferris, t'exagères pas un peu là !

 

Non, je ne trouve pas le mot "scandale" exagéré concernant ce point en particulier (le samedi) et la toujours faible amplitude des horaires d'ouverture des bib en France en général.

 

Ce topic a été démarré à partir du rapport de D. Arot et le constat de l'accès insuffisant à des équipements qui par ailleurs ont vite fait de pleurer sur la baisse de fréquentation. Ce constat n'est malheureusement pas nouveau, et on progresse tellement lentement !

 

Attention, je partage aussi l'idée que ces ouvertures ne doivent pas se faire au prix du sacrifice de personnels taillables et corvéables à merci. Les conditions doivent être négociées.

Car l'impact personnel est réel, voilà pour mon expérience : dans différentes structures, j'ai travaillé tous les mercredis (bah oui, en section jeunesse c'est un peu délicat de demander un temps partiel sur cette journée-là...), tous les samedis (pas eu la chance d'exercer dans des structures où il y a rotation ce jour-là), le dimanche parfois (à la BPI comme vacataire étudiante, puis en BM), en soirée également (en BU jusqu'à 22h, en BM jusqu'à 20h).

 

Est-ce que j'ai trouvé ça pesant parfois ? Oui

Est-ce que j'ai trouvé ça normal de donner la possibilité aux usagers d'accéder à la bibliothèque au moment qui leur convient ? Oui, car quand le public est au rendez-vous, on a l'impression qu'on sert quand même à quelque chose (parce que les débuts d'après-midi un peu somnolents pour cause de digestion et de faible affluence, bon... ).

 

Bref, je ne vais pas répéter tout ce que Ferris a écrit dans son post du 17 mars, car je partage ce qu'il dit à 100%. La preuve, je bosse actuellement en BDP, histoire de lever un peu le pied. :cool:

 

Mais je reviendrai peut-être un jour dans la famille (pas très gentil ça Ferris !), allez savoir :question:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(...) font tourner leurs médiathèques (parfois récentes, grandes et modernes) avec du personnel non qualifié et forcément sous payé. Des emplois jeunes passés aux forceps en catégorie C et vogue la galère. Si ça ne suffit pas, on trouve toujours des bénévoles ravies de s'investir et de faire le boulot pour pas un rond.

 

Non, je ne trouve pas le mot "scandale" exagéré concernant ce point en particulier (le samedi) et la toujours faible amplitude des horaires d'ouverture des bib en France en général. (...)Attention, je partage aussi l'idée que ces ouvertures ne doivent pas se faire au prix du sacrifice de personnels taillables et corvéables à merci. Les conditions doivent être négociées.

 

 

 

 Bon, on est 100% d'accord. Les sujets sont liés. C'est presque du discours syndical tout ça. Et il en faut peut-être un peu de temps en temps. !

 

Juste un truc que je ne comprends pas, Loup : Que viennent faire les femmes et leurs enfants dans cette histoire de service public ? Effectivement, et tu le dis toi-mème, c'est et ça doit rester un choix : pondre ou ne pas pondre . :hyper:  :hyper:  :hyper:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Nous aussi notre nocturne c'est 19h !!! Et pour peu de monde, surtout l'hiver... Après il y a des créneaux plus ou moins creux suivant les sections. Par exemple, le vendredi en début d'après-midi, la section adultes a ses habitués : ils viennent lire essentiellenet la presse quotidienne, tandis que le section adultes est déserte jusqu'à 16h30. Pour ce qui est du dimanche, nous ne sommes pas ouverts : notre chef aimerait bien mais même si nous sommes acollés à un musée, notre ville est animée le dimanche matin car tous les magasins de nourriture le sont également mais l'après-midi, la ville est morte ! Malgré la structure touristique ! Et nous nous apercevons que les gens qui font leur courses (par exemple le jeudi matin, où c'est le marché chez nous !) ils ne viennent pas forcément chez nous ! D'ailleurs, même si a une époque la fréquentation du jeudi matin était importante, elle a énormément baissé ! Le poids des livres et des courses semblent être un problème et surtout le stationnement sur la commune est une véritable catastrophe ! Déjà en temps ordinaire, nos usagers se plaignent d'avoir du mal à se garer alors n'en parlons pas le jour du marché :tongue:  ! Bref, je ne crois pas qu'il existe un horaire idéal, c'est également le cas quand on essaie de choisir un horaire pour une animation... On a essayé d'y réfléchir mais un conseil, ne jamais demandé aux lecteurs ! A les écouter il faudrait ouvrir 24h/24 7j/7... Et que dire aussi des après-midis "vides" où les lecteurs arrivent tous 10 minutes avant la fermeture parce qu'il faisait beau, parce qu'il y avait les soldes... bref ! Un casse-tête insolvable :wink:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Smilodon fatalis

commentaire de Ferris:


 


Juste un truc que je ne comprends pas, Loup : Que viennent faire les femmes et leurs enfants dans cette histoire de service public ? Effectivement, et tu le dis toi-mème, c'est et ça doit rester un choix : pondre ou ne pas pondre


 


Bien d'accord, et je dirai même plus : c'est fort de café de se poser comme "féministe" et de lier ces aspects du travail. En quoi la "charge" des enfants serait-elle liée au genre ou au sexe des bibliothécaires? Ou de quiconque? Instaurez un partage des tâches dans votre couple avant de revendiquer une considération spécifique! Si vous ne le faites pas, c'est que vous avez CHOISI de prioriser le temps (de travail ou autre) du conjoint(e).


 


Smilodon f.


Modifié par Smilodon fatalis
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Smilodon : en effet, ce serait dommage de s'inscrire dans une position de victime et de ne pas faire bouger individuellement les choses au sein du couple. Mais dans ton propos il me semble que tu nies quand même une réalité sociale.


 


@Ferris : personnellement, j'ai failli avoir ce type de réaction féministe lorsque j'ai lu ta réponse à mon poste parce qu'il m'a semblé évident en le lisant que tu étais un homme et que tu ne comprenais pas forcément les problèmes que les horaires de travail pouvaient poser aux mères de famille. Après j'ai relu ton poste et je l'ai trouvé plus équilibré que je ne l'avais d'abord ressenti donc je me suis abstenue de répondre.


 


Soyons honnête : Je n'ai pas envie de travailler dans une bibliothèque où il n'y a aucune roulement organisé et où il faut donc faire toutes les fermetures à 19h (et rentrer à 20h) et tous les samedis sauf à prendre un temps partiel.  Quand il y a des enfants 20h, c'est quasi l'heure du coucher et le samedi c'est pour ainsi dire 50% du temps passé en famille.


 


Alors il faudrait faire un choix entre sa famille et sa carrière ? Eh bien non, je veux les deux : travailler à temps plein et voir mes enfants grandir. Ça ne veut pas dire finir à 16h, avoir tous ses mercredis et ses samedis. Ca veut juste dire, être à 18h à la maison peut être 2 soirs par semaine et prendre 1 samedi par mois sans y passer la moitié des vacances. C'est si révolutionnaire ??

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Christophe PORCHET

Pour apporter de l'eau a vos moulins, je vous invite a consulter le memoire de Lucie Munsch sur l'accueil en bib. Elle aborde les horaires d'ouverture notamment dans les mediathèques d'Agneaux et de Condé sur Noireau qui ont reçu le prix Livre Hebdo de l'accueil.

http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-60379

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Paloma Amargado

Quant à la question du travail le samedi et de la vie de famille, elle devrait être tranchée depuis longtemps.Quand on choisit le service public, et notamment ce métier, on sait parfaitement quelles en sont les contraintes.;Ou alors on travaille en BDP, du lundi au vendredi, comme des administratifs. Mais on ne fait plus partie de la famille... Transcendons, faisons de cette contrainte une fierté.

 

Belle définition de l'esclavage volontaire !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme c'est intéressant tout ça... bon, bon, bon... Moi je suis pro et je suis toute seule dans ma toute petite bibliothèque dans ma toute petite commune (3600 habitants). Pas de bénévoles. Parfois une stagiaire mais pas longtemps. ... Hé oui ! ça existe ! J'ai les lunettes mais pas le chignon ;-))


Je fais donc tous les horaires et toutes les taches (sauf le ménage...). Je dois aussi satisfaire les écoles (16 classes).


Donc je partage mon temps d'ouverture entre public et scolaire... et je me garde une petite matinée pour l'administratif, les visites aux librairie, la BDP, la veille... Autant dire qu'organiser le temps pour y inclure une formation de dernière minute est un vrai parcours du combattant.


Je suis sur le pont du mardi au samedi et je n'apprécie pas trop les réflexions sur les horaires quand je sais que mon fils ne peut pas faire de sport (because tous les cours sont le mercredi et les compet' le samedi) à cause de mon boulot (que j'adore, que j'ai choisi et que je porte aussi parfois...). Et je ne suis pas seule  ! Mais mon mari aussi porte son travail (pompier) et malgré un partage des taches plutôt équitable... La vie de famille en pâtit forcément. Nous l'avons accepté. Nos boulots nous passionnent mais je pense à ceux et celles qui sont seuls et qui doivent jongler faute de flexibilité des horaires.


Bien. Cela dit, je ferme le vendredi à 19h00 et je n'ouvre que le samedi matin(jusqu'à 12h30)... parce que du côté de chez moi après 12h30, y'a plus personne...Le week-end, c'est le désert. Ils sont tous du côté de la grande cité si attractive ou sur la côte.


J'ai pourtant plus de 20% de la population d'inscrite sans compter les scolaires.


J'ai déjà ouvert le dimanche pour des animations ponctuelles comme les journées du patrimoine... J'aurais pu faire du patchwork ce jour là personne n'aurait rien vu...


Alors je suis bien d'accord sur le fait que le débat sur les amplitudes horaires est surtout une histoire de localisation et de public...


Ne soyons pas réducteur, nous sommes si nombreux et tous différents ;-)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En effet, la femme de ménage ne passe qu'une fois la semaine chez moi aussi, et je rajoute le papier toilette, et je nettoie régulièrement mes étagères, et je nettoie tous mes livres toute seule ... ah, mais si finalement, je fais le ménage aussi ! :tongue: 


Je ne voulais pas faire trop "ma cosette", en fait Caribou ! (et je ne suis aucunement vexée par tes remarques... Je goute avec plaisir ton humour, vois-tu  :wink: )


C'est juste que le débat sur les horaires parait parfois un peu suréaliste (tout comme celui de troisième lieu) pour les bibli dans mon genre... Et que l'on nous entend peu dans le brouhaha professionnel...


Pour ma part, le problème n'est pas d'ouvrir plus, il est plutôt d'ouvrir tout court. Mes collègues de la CDC dont je fais partie sont moins bien loties que moi et parfois doivent se battre pour maintenir l'établissement ouvert (faute de personnel). Alors quant à ouvrir plus souvent... pfff :wink:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est juste que le débat sur les horaires parait parfois un peu suréaliste (tout comme celui de troisième lieu) pour les bibli dans mon genre... Et que l'on nous entend peu dans le brouhaha professionnel...

Pour ma part, le problème n'est pas d'ouvrir plus, il est plutôt d'ouvrir tout court. Mes collègues de la CDC dont je fais partie sont moins bien loties que moi et parfois doivent se battre pour maintenir l'établissement ouvert (faute de personnel). Alors quant à ouvrir plus souvent... pfff :wink:

Bien dit Candice.

En tant que professionnels, on parle quand même de ce qu'on connait le mieux, à savoir notre environnement direct. Et ceux qui ont un peu de temps pour causer, débattre, analyser, échanger etc. sont quand même majoritairement dans des structures où ils peuvent dégager ce temps, donc pas les plus "petites" (juste une question de taille hein, pas de jugement de valeur !). Changer le PQ ou poster sur agorabib, des fois il faut choisir...

 

D'où ce qui semble être des propos déconnectés, loin des réalités de toutes ces bibliothèques de petites et moyennes communes, où t'as intérêt à savoir un peu tout faire et surtout savoir où est rangée la serpillère (certains débordements ne peuvent attendre une semaine :sick: ).

 

Donc un peu de retour du réel est le bienvenu, et ce forum doit au moins permettre ça : du débat théorique et des prises de position (faut ouvrir plus et mieux ; c'est quoi un chef en bibliothèque ? etc) mais aussi ce concret et ce quotidien que tu décris. Qui nous renvoient alors aux sujets plus larges, ici la méconnaissance des moyens de fonctionnement d'une bibliothèque par les décideurs... la boucle est bouclée !

Alors continue à faire du bruit Cosette, le brouhaha professionnel a tout à y gagner !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Isalabib


Ferris, tu nes vraiment pas bien entouré :wink:  Moi, j'aurais "peut-être" une bénévole l'an prochain qui pourrait "peut-être" me permettre de me dégager un samedi matin de temps à autre et m'aider dans l'accueil des classes (je hais l'accueil des classes... J'ai un petit contentieux avec les enseignants et les enfants en troupeau... :D )


Bon, perso, je ne voulais pas de bénévoles et je n'ai rien fait pour en avoir (la mienne est venue spontanément me proposer son aide parce qu'elle est à la retraite bientôt). Je vois tellement de copines galérer pour avoir le concours et un poste que ça m'agace de voir des moyennes ou petites structures fonctionner avec un(e) pro et 10 bénévoles(voire sans pro).


D'un autre côté sans les bénévoles, il y aurait beacoup moins de bib dans les petites communes.


Attention je ne tape pas sur les bénévoles qui sont souvent super mais sur le système qui nous oblige presque à fonctionner grace à eux.


Je m'éloigne du débat sur les horaires... Je vais donc aller voir ailleurs...


à bientôt sur un autre post

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est ça en fait Candice,


 


Ton post pour moi pause d'autres problèmes qui s'éloignent (mais à peine) des horaires d'ouverture :


  • La question de la répartition du temps de travail public / pas public :

une matinée ! waw ! j'imagine que c'est vivable s'il n'y a pas trop de passage pendant les horaires d'ouverture parce que sinon je ne vois pas !


  • La question des bénévoles

Dans ton cas pas de bénévoles c'est du militantisme pour faire recruter un deuxième agent ? Peut être que je devrais faire fuire mes bénévoles pour enfin obtenir un temps plein alors :D


Parce que il y a quand même un problème : quand tu t'absentes concrètement, la bibliothèque est fermée, j'imagine que ça doit être très contraignant. Quand il y a une équipe on peut toujours s'arranger en théorie pour que la bib reste ouverte (même si on a vu plus haut qu'en fait, non, pas toujours).


 


Et les accueils de classes... ah oui... euh... effectivement on va aller en parler ailleurs.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...