Aller au contenu

Rangement des collections en Médiathèque


Scounette
 Share

Messages recommandés

Bonjour,


 


Nous passons énormément de temps sur le rangement des collections pendant la fermeture au public :blush: .Avez-vous une méthode, une organisation à partager?


Merci


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Un plan de classement revu et simplifié ! Le bonheur pour les usagers et du temps de gagné pour tout le monde...

Rangez vous aussi pendant les heures d'ouverture ? C'est un moyen de ne pas accumuler les retours et d'être présent dans les rayons quand les usagers peuvent solliciter notre aide...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas de recette valable pour tous, c'est évident, mais je te donne les nôtres .
 
Première loi de Ferris : Le rangement se prépare pendant l'accueil du public. C'est la seule méthode que je connaisse pour limiter le temps de rangement après les temps publics.
 
1) Chariot de retour permanent où l'on met les rentrés de la journée, à disposition du public.Si on les choisit bien, on peut les laisser un, voire deux jours de plus. On y met les hyper-mediatisés hors nouveautés. C'est ça de moins à ranger. Attention à ne pas bourrer ce type de chariot, c'est psychologiquement négatif pour le public.
 
2) Les nouveautés (si tu as un statut "nouveautés" avec un endroit particulier pour les rendre visibles) sont remises en présentoirs dès leur rentrée. C'est ça de moins à ranger. Chez nous, c'est 300 places en présentoirs tous secteurs confondus. Pas de classement à proprement parler: un présentoir est un présentoir.
 
3) les ouvrages réservés. Dès leur retour ils sont mis sur une étagère spéciale. Avec un petit post-it nom du lecteur réservataire.Le lendemain, on previendra les réservataires que leur livre est arrivé. Cest ça de moins à ranger.
 
4) Prévoir en arrière de la banque de prêt des chariots thématiques avec des etagères marquées (docs, docs jeunesse, bd, bd adultes, albums, revues, etc...) et pré-ranger les retours sur ces chariots. Entre deux lecteurs, on regroupe ensuite vite fait sur ces etagères par séries (tous les boule et bill ensemble etc...) ou par dewey. Au moment du rangement, chacun prendra le chariot correspondant à un secteur, de préférence le secteur dont il connait le mieux les arcanes (tu ne ranges pas les CD si tu ne mets jamais les pieds en discothèque, tu y passeras 10 fois plus de temps que le responsable discothèque familiarisé avec sa fichue PCDM , idem pour les albums jeunesse avec leur systeme croisé de rangement en bac, par thematique, par séries etc...). Bref, c'est la 2° loi de Ferris : on se spécialise dans le rangement, c'est indispensable. C'est beaucoup de temps de gagné et c'est moins stressant. Et souvent mieux rangé....
 
5) Tu mets de côté au moment du retour les ouvrages abimés ou necessitant une réparation ou verification précise. C'est le cas de tous les CD et DVD déja. Avoir un chariot de docs "a verifier". C'est ça de moins à ranger. Si tu ne vérifie pas les retours à ce moment là, tu le fais quand, de toutes façons ?
 
Au total, ça fait plus d'un tiers des documents qui ne se retrouveront pas dans le temps de rangement en temps interne, voire davantage selon les types de fréquentants, creneaux etc..Bien penser aussi qu'on a toujours le temps de faire plein de choses en heures creuses, entre deux lecteurs. L'ideal reste bien entendu d'être au moins deux à l'accueil, ou de dispatcher sur deux banques de prêt. Ou mieux, mais faut être riche en personnel, d'avoir un accueil dans chaque secteur.

 

La célèbre loi de Verneuil consistant à ranger en mème temps que l'accueil suppose aussi du personnel pour cela (ou d'avoir très peu de public) : D'une façon générale, on ne quitte pas sa banque de prêt comme ça . Sinon, et c'est connu sous le nom du fameux paradoxe de Verneuil, on est disponible pour quelques rares pelés dans les rayonnages et indisponible pour des dizaines de tondus qui vont former des queues énormes à la banque de prêt. De plus, et c'est le deuxième effet kiss cool du paradoxe vernouillien, on range moins qu'on ne pense puisqu'on papote dans les rayons en mème temps, et en faisant chier tout le monde avec son chariot ! :tongue:

 

Je n'évoque pas les boites de retour car, d'une part elles ne font que repousser le problème du rangement dans le temps et forcément sur le temps de travail interne. Et d'autre part je hais les boites de retour, pour d'autres raisons. 

J'ai pas les chiffres en tête mais nous mettons 1 heure, à trois, pour ranger les retours d'une journée de type mercredi ou samedi. Chariots verticaux à 3 etagères amovibles. Tu me diras que sans les chiffres, ça te fait une belle jambe, c'est vrai. Si j'y pense, je te donne les chiffres demain. Si je n'y pense pas, rappelle-le moi. Si ça ne t'interesse pas, explique-moi pourquoi.
 
Au boulot Scounette, y a du grain à moudre ! :D

Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

 

La célèbre loi de Verneuil consistant à ranger en mème temps que l'accueil suppose aussi du personnel pour cela (ou d'avoir très peu de public) : D'une façon générale, on ne quitte pas sa banque de prêt comme ça . Sinon, et c'est connu sous le nom du fameux paradoxe de Verneuil, on est disponible pour quelques rares pelés dans les rayonnages et indisponible pour des dizaines de tondus qui vont former des queues énormes à la banque de prêt. De plus, et c'est le deuxième effet kiss cool du paradoxe vernouillien, on range moins qu'on ne pense puisqu'on papote dans les rayons en mème temps, et en faisant chier tout le monde avec son chariot ! :tongue:

 

Une loi de Verneuil, ça ne risque pas d'arriver, le dieu des classifications nous en préserve ! Tout est question d'organisation, Ferris, et de savoir si on préfère répondre aux questions des usagers ou bipper des codes barres. avec la RFID c'est plus facile, mais je sais que tu n'aimes pas ça (non plus).

J'ai des tas d'expériences, petites bibs ou grosses, assez de personnel ou pas, où bouger ses fesses pour passer de l'autre côté du comptoir et "papoter" dans les rayons (le renseignement aux usagers ne se fait pas que derrière un écran même si c'est plus rassurant)était possible et même plus, souhaitable. Et rien de paradoxal là-dedans.

Ceci dit, il faut bien sur adapter à ses ressources humaines, à son flux d'usagers et aussi à son bâtiment.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je reprends la mise en garde des précédents : d'abord faire en fonction du nombre de personnes disponibles dans l'équipe. Je ne redirai rien sur les lois de Ferris et de Verneuil, très utiles.

 

J'ai une anecdote à raconter, qui peut éventuellement te donner des idées, Scounette.

 

Le mercredi, jour de grande affluence, nous avons normalement toujours du monde à la fois dans les bureaux et en salle.

Suite à un incident, nous avons décidé que tous ceux des bureaux allaient passer leur temps en salle durant la journée du mercredi, à ranger les documents (non seulement les retours du jour, mais surtout le rangement hebdomadaire du fonds).

Cela ne s'est produit qu'une seule fois, mais j'ai apprécié le résultat : quand on n'est là que pour cela, on est très disponible pour le public, qui le sent immédiatement, parce qu'on papote de la pluie et du beau temps pendant qu'on range. D'un sujet à l'autre, on en vient au conseil, à l'orientation, et à... la sérendipité. Oui, j'ai osé le gros mot. :tongue:

Par ailleurs, cela a eu le grand avantage de nous permettre de faire notre rangement hebdomadaire en toute décontraction, libérant ainsi les plages de fermeture au public pour des activités moins répétitives (sauf bien sûr si on fait du catalogage à la chaîne... :D ). Le truc que je devrais être en train de faire, là, tout de suite. :sweat:
 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Anne


Un peu d'humour ne nuit pas non plus, non ? :wink:


 


La grande majorité des bibliothèques petites et moyennes sont pauvres en personnel et n'ont pas la RFID. Le choix d'organisation est donc malheureusement vite fait. Il n'y a souvent qu'une personne à l'accueil et il lui est déja difficile de se deplacer pour aller chercher un livre en rayons, et donc parfaitement improbable de s'y déplacer pour effectuer du rangement, c'est tout ce que je voulais signaler. L'essentiel du contact se fait au bureau de prêt et c'est une bonne chose. Je te rappelle que si je suis contre la RFID c'est précisément aussi parce qu'elle va souvent de pair avec la fin des banques de prêt et la fin du contact direct. Et ce que j'ai pu voir à ce niveau (personnel "disponible" , fixe ou circulant dans la structure, pour répondre à des questions d'usagers) ne remplace pas le contact "papotage" du bureau de prêt. Peu de lecteurs ont finalement "besoin de renseignements" par rapport au nombre très important de ceux qui veulent tout simplement un contact humain. Alors ne me fais pas le coup du gars qui ne voudrait pas "bouger ses fesses", et donc refuserait implicitement le contact, planqué derriere son écran et sa scanette...


 


En aucun cas le rangement ou d'autres tâches internes ne doivent handicaper la qualité de l'accueil. Le temps d'accueil et le lieu d'accueil sont les plus importants constructeurs de l'image de marque de la bib. Après,comme tu le dis, " il faut bien sur adapter à ses ressources humaines, à son flux d'usagers et aussi à son bâtiment." Nous sommes bien d'accord.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Scounette


 


Environ 500 documents en retour sur un mercredi, pour environ 160 emprunteurs. D'où je défalque environ 85 documents "mis de côté" pour des raisons diverses évoquées plus haut. Reste 415 documents à ranger pour 3 personnes, soit 138 par personne. C'est réalisé en une heure. Ce sont des moyennes, mais si ça peut te donner une idée....


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

@ Ferris: sorry, il y a encore bien des collègues qui se retranchent dans une zone physique "protégée" des lecteurs, je ne sous-entends en aucune manière que c'est ton cas. Mais quand on peut se doter des outils pour améliorer le contact avec le public...

la qualité de l'accueil prime, tu as raison. Et ça repose la question de l'aménagement des espaces, des banques (qu'il faut ouvrir à mon avis). Le contact se fait partout et si on n'a pas de comptoir protecteur entre eux et nous, c'est d'autant mieux ! Quant à la RFID, ça reste un outil, qui ne fonctionne que s'il est bien mis en place, avec des objectifs pertinents et surtout une bonne préparation qui intègre la réflexion avec les équipes. Et certainement pas un moyen de réduire les effectifs, ce serait une erreur. Viens voir chez nous, on est plutôt satisfaits et on aurait du mal à faire sans... mais on a eu la chance de travailler sur un projet ex nihilo (quant à nos banques, belles mais pas fonctionnelles !)

@ Bouille: chouette astuce !

chez Marcel, autre forumiste, on n'a pas le droit de ranger... je l'ai fait en douce une fois, faut pas le dire !! Chassez le naturel...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci à tous de partager avec moi vos expérences. Pour répondre à Anne Verneuil, oui nous rangeons aussi pendant l'ouverture au public...


:yes:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

la seule méthode efficace, en fait, est de mettre les documents hors de portée du public pour qu'il ne puisse pas y toucher et donc pas déranger... mais je ne sais pas pourquoi, on s'est mis à l'accès direct (ah, les manuscrits enchaînés, le bon temps !)  :wink:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne,

Et je suis repassé après toi et tu avais rangé "Du côté de chez Swann" sur une étagère de Mangas .

Ah je dis bravo ;-)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'accord avec Anne pour l'accès direct, c'est une catastrophe. Mais où sont passés magasins et magasiniers ? :wink:


 


Ces histoires de banques et de comptoir, protecteurs ou non,  me font penser à un truc que je n'ai toujours pas résolu dans l'absolu : est-il préférable d'avoir des banques avec rehausse (en secteur adultes bien sur) ou des banques type bureau. Il y a du pour et du contre : d'un côté on travaille souvent debout ou on tend les bras tout le temps, d'un autre le dessous de réhausse permet de camoufler pas mal de choses un peu bordeliques ou du travail interne, etc...Quelles sont vos pratiques ?


 


Et pour les chariots de rangement : des horizontaux bi-faces ou simple face, ou des verticaux simple face ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...