Aller au contenu

Un café et une présentation, siouplait !


Melandria

Messages recommandés

  • Réponses 487
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

  • Ferris

    139

  • B. Majour

    65

  • Louve

    23

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Cher Nazgul, les bibliothèques, ce n'est pas seulement la littérature !  Chacun d'entre nous a quelque chose à apporter à nos publics. Il me semble que nous devons être experts en usagers encore plus

Passons à l’action… Je suis le forum de ci de là par sauts de puces ou mots clés depuis quelques temps. Par où commencer. Je suis maintenant plus ou moins bibliothécaire. Maintenant par

Non, ce qui me plairait bien ce serait de venir faire chier profond les personnels des bibliothèques, dérégler les automates de prêt, poser des questions sur tout, demander qu'on me donne envie de lir

Posted Images

Je cause comme je veux d'abord, na... :tongue:  et je suis même  pas vieille... :angry: Disons que je sais m'adapter très aisément à mes interlocuteurs.... lol (en jeune ca veut dire.... nous on disait... gag) :cry:


La décroissance, bon si faut en parler... et vivre aussi avec notre temps : un smartphone contre 1 ordi portable + 1 appareil photo + 1 téléphone qui téléphone + je sais pas quoi d'autre, ben c'est quand même bien! (j'ai aussi un récupérateur d'eau, des panneaux photovoltaïques, un compost mais ça fait pas les mêmes choses! ;-)


Mon environnement professionnel n'est pas du tout délabré mais vieillot... ou en tout cas, peu de moyens et beaucoup de bonnes volontés (élus + agents!) ce qui permet de dire que l'humain est quand même l'essentiel dans notre bon vieux métier de médiateur : on n'a pas d'ordi mais on a du public!!!! à méditer! :bye:


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Bon ben allez, je me suis décidée à essayer de mettre un pied de plus (ou au moins un orteil) de plus dans le milieu, en tentant de communiquer avec mes "pairs"..
Donc j'espère être une future (fausse) bibliothécaire. Oui, oui, fausse, parce que (je sens déjà certains s'étrangler d'ici), je lis peu. En fait, je veux travailler en bibliothèque pour le contact avec le public (allons donc), et la médiation et le partage. Bon, je suis pas complètement débile non plus, je suis quand même intéressée par les collections multi-supports où là, j'arrive à m'assurer de solides d'un peu plus de connaissances. 

Je viens de tenter le concours d'assistant de conservation (allez on croise les doigts et les orteils), et attendant je bosse tranquillement dans une petite médiathèque pour laquelle je viens de créer un portail.

Voilà donc pour la présentation, au plaisir !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bienvenue chez les bibliothécaires du 21° siècle, débarrassés des fantasmes et stéréotypes de la profession ! Non tu n'es pas une fausse bibliothécaire. Au contraire ! Tes missions n'impliquent pas de lire beaucoup et le nécessiteront de moins en moins. Ni d'aimer spécialement les livres. Et quant au concours, tu as vu le niveau : le fait de ne pas avoir lu Proust ne te gênera en rien. :)


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je confirme ce que dit Ferris  : je n'ai jamais lu Proust. Ca viendra sans doute, mais ça ne m'empêche pas d'être bibliothécaire.


On croise aussi les doigts pour ton concours !


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ne pas avoir lu Proust n'empêche pas d'être bibliothécaire.


 


Et lire Marcel peut parfois aider à l'être. :wink: 


 


Et puisqu'on en est à s'avouer des trucs : j'ai lu toute la Recherche du temps perdu pour de vrai et j'ai aimé. ça ne m'a jamais aidée dans mon boulot, en tout cas pas directement ou consciemment (c'est pas le conseil de lecture ou l'animation la plus facile à placer...).


Mais j'ai pas lu Balzac, c'est pas plus grave je pense !


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faut relativiser et surtout contextualiser. Ne pas lire Balzac ou d'autres rigolos du même tonneau pouvait te faire rater le bac, donc la suite. Proust n'a pas été souvent au programme du bac, heureusement. Donc, d'un point de vue strictement utilitaire et momentané, il valait mieux avoir lu Balzac, pour assurer le coup. C'est à dire connaître un peu son style, quelques titres, sa place dans la littérature du 19° etc...Mais ni le lire en entier ni l'aimer.


 


Le lire aujourd'hui, quel intérêt ? Pour en être le "médiateur" ? Tu te vois conseiller du Balzac ? Attendez chère Maâme je vais vous faire découvrir un petit auteur de derrière les fagots etc...? Le faire aimer aux ados ? mdr diront les boutonneux. ! Proust, pareil. Un des plus grands auteurs de la littérature française, on te l'annonce au départ, façon bien culpabilisante, quelque fois que tu risquerais de trouver ça nul. Le problème c'est que quand tu entends ça, tu te souviens qu'on t'a dit aussi quelques années avant, que Molière était le plus grand auteur comique français. Et que ça t'a pas fait rire des masses. Alors tu te méfies.


 


A 18 ans tu comprends rien à Proust ou à Flaubert. T'as pas le vécu pour. On t'en fait bouffer de force. Tu fais une croix dessus. A 40, tu pourrais les lire avec profit, voire délectation si l'on en croit certains.  Mais c'est trop tard. T'as plus envie. Déjà l'impression de les connaître. A tort. L' éducation nationale m'a fâché avec les auteurs du programme. Pour toujours. En tous cas pour certains auteurs. Il y a pourtant des gens de mon âge qui ont du Proust sur la table de chevet, relisent Balzac dans le tram, et Baudelaire sur la plage. Ils redécouvrent. Ils explorent. Ils ont du pot.


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis en train de me dire que je n'ai pas lu Proust non plus. Quand j'étais au collège, j'adorais les classiques (ouai, c'est pas pour ça que j'étais bonne en français) et j'ai lu par plaisir, toute seule le Rouge et le Noir de Stendhal, Aurélien de Louis Aragon, le Comte de Monte-Cristo de Dumas... je pense qu'à l'époque, j'avais pas tout compris mais comme ça venait de moi (jamais demandé par les profs) j'ai pris plaisir à les lire et à me transporter dans une autre époque. Bizarrement, j'ai moins apprécié le père goriot de Balzac.Une lecture imposée mets déjà une barrière sur le "plaisir" de la lecture...ah mais c'est vrai, en cours de français, on n'est pas là pour se faire plaisir!! :no:


Bref, tout ça pour dire que j'ai lu Stendhal, Aragon, Dumas parce que j'en avais envie mais ce n'est pas pour ça que je le conseillerai aux ados. Il y a tellement de bons auteurs contemporains jeunesse!!!


 


Et à l'époque du collège, je voulais être comédienne pas bibliothécaire! :wink:


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En bref,


Franny, quand tu iras à l'oral du concours n'y va surtout pas avec un sentiment d'illégitimité parce que tu lis peu... Au contraire, ça fait un bail que c'est un argument à ne surtout pas sortir pour entrer dans le métier. Quand tu iras, vas-y fière d'y aller pour autre chose que les livres.


 


La bibliothécaire qui lit, c'est le fantasme de nos usagers mais pas le nôtre. Souvent quand je révèle mon métier c'est la première chose qu'on me dit "tu dois aimer lire alors ?" ... "Ben en fait non, pas plus que toi et beaucoup moins que beaucoup de mes lecteurs" ... en général ça les scotche...


Le jour où stagiaire m'a demandé ce qu'il fallait pour être bibliothécaire je lui ai répondu "aimer les gens et même quand on choisi des livres c'est pour eux, pas pour nous". j'ai eu de grands yeux étonnés et sur cet entrefaite il y a une lectrice un peu gratinée qui est arrivée, il s'en est dépatouillé puis il m'a dit "Maintenant je comprends".


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est sûr que c'est plus difficile d'aimer les gens que d'aimer les livres. Le livre est mon ami. et s'il me barbe, je le ferme et j'en prends un autre. Les gens sont parfois chiants. Mais nous sommes à leur service. Si on aime trop lire, et de bons livres, il ne faut pas faire ce métier, on se prépare de belles frustrations...Ma vieille formatrice nous le disait déja il y a plus de trente ans : le bibliothécaire est celui qui lit le moins. On ne l'a pas cru. Pourtant je confirme : Elle avait raison.


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime beaucoup le point de vue selon lequel le bibliothécaire doit aimer les gens, bien plus que les livres... Et c'est fou comme ça se comprend très vite après quelques jours de travail. Déjà j'ai été impressionnée par les gens qui arrivent avec l'idée que c'est un métier dans lequel on ne fout rien, mais absolument rien. Plus d'une fois prise de haut pour ça, ou pour mon jeune âge, ou parce que non, navrée mais je n'y connais rien là comme ça sur les techniques de restauration de meubles anciens, et que  hormis une recherche dans notre fonds, je pourrais pas aller plus loin dans la démarche... Et puis il y a aussi ceux qui nous prennent pour tout autre chose. Un coup on est conseiller, parfois presque confident, et des fois on a même l'impression d'être pris pour un assistant social... Au final on est vraiment en contact avec tout un panel d'individus différents, et même en étant lecteur, cultivé, ou que sais-je, répondre à 100% des demandes est impossible.

En tous les cas, je n'irai pas au concours en me sentant illégitime, j'ose espérer avoir des choses à défendre, autre que la lecture. De toute façon, je devrai bien trouver une façon de me "vendre".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu poses très bien la question de fonds : celle de notre légitimité, toujours battue en brèche. Or sans reconnaissance de nos missions comme étant des missions spécifiques, difficile de poser les bases de notre légitimité. D'autant plus que l'évolution de nos missions rend leur visibilité de plus en plus aléatoire. En tant qu'assistante sociale nous n'avons pas de légitimité professionnelle. Même si nous savons bien que notre rôle de "mediateur" passe aussi par un rôle "d'écoutant", comme tu le signales très bien.


 


Et la diversité des missions qui nous attendent dans le cadre des bibliothèques dites "3° lieu" va encore brouiller de plus en plus notre image. Déja, pour beaucoup de décideurs nous sommes une forme "d'animateurs" culturels à large spectre. Pour d'autres nous sommes des bénévoles a plein temps mais qui coûtent cher. Pour certains nous sommes des auxiliaires de l'education nationale. etc...Images multiples qui témoignent de la diversité de nos missions, ce qui devrait plutôt nous valoriser, mais au final ça donne une image brouillée de la profession. D'autant plus qu'elle est influencée par les particularités locales. Une grande ville a surtout besoin d'un gestionnaire rigoureux d'établissement public, une bib rurale plutôt d'un animateur convivial et bien inséré dans le paysage social du coin, ailleurs nous ne sommes plus que des "partenaires" des autres acteurs culturels, etc...Dans tous les cas point de rôle spécifique de "bibliothécaire". Certains s'accrochent encore à l'idée d’apparaître comme des "prescripteurs de livres" et des "passeurs de lecture" et autres expressions, mais il n'y a plus qu'eux qui y croient. Ou font semblant de croire que cette image est suffisante.


 


Alors c'est vrai que devant le combat ,perdu d'avance, de se présenter comme "défenseur du livre et de la lecture", nous devons nous présenter autrement, définir notre rôle "d'acteur social" en collant aux attentes locales et au contexte en essayant de rester dans une spécificité. Nous définir non plus comme "nous faisons ceci" mais comme "ce que nous faisons et que les autres ne font pas". Car je fais plus qu'un animateur de centre aéré, plus qu'une assistante sociale, plus qu'une association culturelle etc....sans pour autant cumuler tous ces savoir-faire et ces métiers, reconnus, eux, pour leur spécificité.


 


Bref, il faut nous vendre, comme tu le dis très bien, pour ce que nous sommes réellement et arrêter d'essayer de nous vendre à travers une image professionnelle vieillissante qui ne dit plus grand chose à personne sinon évoquer de vieux stéréotypes liés au livre. Vendre un produit qui aurait 60 ans d'âge ou plus, c'est bien si c'est un vieux Cognac. Sinon...


 


Bienvenue chez les sinistrés de l'image  :)


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

La voilà, cette fameuse section de présentation ... 


 


29 printemps. En orbite stationnaire autour du monde des bibliothèques. Désireux d'en savoir plus.


 


Je confesse aimer lire. Ecrire aussi. Même si aimer ne fait pas tout !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je m'aperçois que je ne me suis pas présentée depuis le temps que je poste (c'est que je suis déjà Chevreuil moi :cool: ).


Je suis Bibas classe sup (c'est vraiment pas très joli comme abréviation mais y'a moyen que ça fasse un bon rap vu les alitérations et les rimes possibles), toute fraiche lauréate du concours après trois années d'acharnement qui m'ont au moins permi d'être experte en concours des bibliothèques tous grades et toutes fonctions publiques confondus.


J'ai travaillé et fait des stages en BM et en BU et j'aurais kiffé naviguer entre lecture publique et université dans ma carrière débutante de fonctionnaire, car entre les deux mon coeur balance. Du coup je peste contre le système et ses verrous tant horizontaux que verticaux.


Cela dit je suis bien contente de participer de la minorité BU au sein de ce forum aussi sympathique que dynamique.


Je lis peu mais je lis Proust :)


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...
  • 4 weeks later...

Bonjour !

 

Pour ma part, je suis une bibliothécaire "apprentie". Je m'appelle Sophie, j'ai 20 ans et je suis étudiante en Littérature Jeunesse à l'IUT de Grenoble. J'ai déjà un DUT "métiers du livre et du patrimoine" et je n'attends que la fin de mes études pour me lancer dans une recherche d'emplois pour le moins effrénée.

Littéraire jusqu'au bout des ongles, je passe mon temps à dévorer des bouquins ou des textes sur Internet (les fanfictions me permettent de prolonger mon amour pour la série de livres qu'est Harry Potter) et je suis étrangère à tout ce qui est notion plus ou moins scientifique (Oh, mon dieu, une addition ! Aaaaaaah ! *fuit*). Je suis aussi écrivain à mes heures et je publie mes textes sur Fanfiction.net.

J'ai appris à aimer les livres grâce à Harry Potter et, un peu plus tard, la collection d'ouvrages Fantasy que mes parents ont acheté pour moi. Je rêve de devenir bibliothécaire depuis mon entrée au collège et je vais bientôt réaliser mon rêve :D ! Jusqu'ici, les stages que j'ai fait en bibliothèque municipale m'ont conforté dans mon désir et je suis impatiente de démarrer mon prochain stage (même si je suis encore dans le suspens par rapport à une structure et que je crains de ne pas être acceptée ^^').

Hmm..Sinon je suis une grande fan de films d'animation (oui, je suis la gamine qui va voir La Reine des Neiges, qui se met au premier rang et qui pleure parce que c'est la première fois qu'elle va voir un film Disney au ciné), je suis dans une phase "films étranges" (pour n'en citer que quelques uns, "Scott Pilgrim vs the world", "le dernier pub avant la fin du monde", "Tenacious D and the pick of Destiny", "Repo : The Genetic Opera" et "Detention") et je passe mon temps à fantasmer sur Alan Rickman (particulièrement dans le rôle de Severus Rogue *_*).
Sans m'aventurer, je pense pouvoir affirmer que je suis une originale. Je ne prends pas particulièrement soin de moi, j'ai horreur du maquillage, j'adore les jeux vidéo (j'aime rire en mode sadique alors que j'écrase une pauvre vieille femme dans GTA qui me rappelait ma prof d'Italien au lycée, mais je peux aussi m'émouvoir devant des petites perles méconnues telles que "Tail Concerto") et on me considère souvent comme "folle" (en raison de mon humour très noir ou particulièrement absurde, de mes remarques sans queue ni tête et de mon attitude en général).

Que dire, que dire ? Je rajoute que je semble être en très bonne voie pour partir sur le cliché de la "bibliothécaire vieille fille adoratrice de chats" parce que les hommes me fuient comme la peste. Je crois que je leur fais peur...

 

En conclusion, j'espère bien m'intégrer sur ce site.

 

P-S : je précise que j'ai horreur de Twilight, mais que j'adore les vampires. Oui, non, parce qu'on fait souvent l'amalgame quand je confie ma fascination pour les créatures aux dents longues. Mon modèle à moi, c'est Alucard d'Hellsing Ultimate (qui ne se contente pas de te suçoter le cou gentiment, mais qui, ce faisant, t'arrache une partie de la colonne vertébrale ^^). 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Bonjour,


 


J'ai actuellement terminé des études d'archéologie (M2) à la Sorbonne, à 25 ans. J'ai bien sûr goûté au terrain mais surtout aux bibliothèques universitaires, à passer de longues heures entre les étagères. Je n'ai aucune formation concernant le métier de bibliothécaire, mais j'ai rassemblé un maximum de documentation (sites, livres, cours, glossaire, etc) pour espérer passer un concours d'assistant spécialisé classe normale à la fin de l'année 2014 (d'après les dates du site de la Mairie de Paris...). Pour le moment tout est très théorique dans ma démarche et j'aimerais mieux être dans le pratique, dans une bibliothèque. Peut-être trouver un stage...Je ne me fais pas trop d'illusions pour le concours, j'y vais sereinement sans trop d'espoir, et pour l'heure j'absorbe tout ce qui touche de près ou de loin aux métiers des bibliothèques.


 


En tout cas je retrouve de fortes similitudes dans la manière de travailler entre l'archéologie et le métier de bibliothécaire, comme les étapes de l'indexation par exemple (pour n'en prendre qu'un). Mais je suis aussi intéressé par l'histoire des bibliothèques et leurs représentations dans la littérature, le cinéma ou les jeux-vidéo.


 


A part ça, j'aime lire, de la SF surtout, mais je ne dévore pas plus de deux livres par mois.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Entre l'archéologie et le désherbage, il y a aussi des points communs. Sauf que l'archéologue conserve les vieux trucs puis les indexe, nous on les indexe d'abord puis on les jette après.  :D


 


Bienvenue Sov Strochnis !


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Bonjour à tous,


 


Je ne suis pas réellement un poussin masqué dans la vraie vie ("oooh....", j'entends votre déception) mais une récente diplômée de Master en Métiers du Livre, pour qui Agorabib a représenté l'une des rares sources de rattachement à la vie des bibliothèques au cours de mes 5 derniers mois de recherche d'emploi.


 


Car en effet, aujourd'hui est un grand jour, j'ai obtenu mon premier poste d'assistant de conservation dans une médiathèque pour enfants en Picardie et me décide, dans la foulée, à lever le voile (pas facile, pour un poussin) sur mon suivi invisible mais assidu de vos débats et à rejoindre ainsi la communauté des bibliothécaires. Youhou! Quelle fierté et que de bouleversements positifs!


 


Je suis impatiente de pouvoir alimenter vos réflexions grâce à ma très prochaine expérience dans une structure qui associe ludothèque et bibliothèque dans un quartier que l'on qualifie aujourd'hui de "sensible"... et bien moins que demain. Sinon, lorsque j'ai fait le projet d'aller me former 2 mois à la géniale Petite Biliothèque Ronde, j'ai provoqué l'angoisse de mes collègues. A mon retour, le contact privilégié que j'avais établi avec parents et enfants m'a rendue plus déterminée et heureuse que jamais de mon choix professionnel.


 


Maintenant, je peux m'installer prendre une pause café avec vous?


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...