Aller au contenu

DVDs de Dieudonné en médiathèque


Florek
 Share

Messages recommandés

Bonjour à toutes et à tous,


Bon, je risque de faire grincer des dents, mais peu importe...


J'aurais voulu avoir votre avis sur le fait d'acquérir ou non les spectacles DVD de Dieudonné en médiathèque ? Sachant qu'il est l'humoriste qui remplit le plus les salles de France à l'heure actuelle, il me semble cohérent et juste, pour ma part, de l'intégrer parmi les autres DVD humoristiques.


Qu'en pensez-vous ?


Merci


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


A part le fait qu'il soit humoriste et remplisse les salles ? Il ya peut être une question de qualités des contenus à se poser ?


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aimerais connaître les statistiques qui te permettent d'avancer qu'il est celui qui remplit le plus les salles.


Personnellement, autant qu'il y ait Mein Kampf au rayon histoire ne me choque pas (c'est bien au programme de l'agrégation d'histoire de temps à autre), autant qu'il y ait Dieudonné me choque beaucoup. Rien n'est innocent dans ses sketchs ... en permettre l'accès aussi facilement ... c'est en quelque sorte en banaliser le contenu à mes yeux.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Avez-vous des demandes de vos usagers pour les spectacles de cet "artiste" si particulier?

Je suis assez d'accord avec Sophie Bib et EKTwP.

De plus, notre démarche peut aller contre les usages massifs (meme si pour Dieudonne, j'ai des doutes) et proposer autre chose.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ma part je pense qu'il doit être présent aux côtés d'autres humoristes provocateurs ou pas. Notre rôle n'est pas de censurer mais de proposer une pluralité d'offres afin que les usagers soient aptent à se forger une opinion.


 


La vraie question est celle de la valorisation de ce document. Doit-on le mettre en avant sur table de présentation, discographie, etc. ? Ou doit-on le laisser "en magasin" pour le sortir qu'à la demande de l'usager qui aura fait la démarche de consulter le catalogue?


 


Ceci étant dit, certains évoquent la qualité. Déjà je ne pense pas qu'il soit si mauvais que ça (puisqu'il nous choque c'est qu'il nous touche n'a-t-il pas un minimum de talent ? cf. Houellebecq ou Céline) et ensuite n'avez-vous pas Cinquante nuances de Grey, Et si c'était vrai, et autres documents si bien écrits sur vos étagères?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Houellebecq et E.L. Jame n'ont pas, par exemple, invité le négationniste Robert Faurisson sur scène, demandé à la salle de l’applaudir et décerné « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence ». Sur scène, Faurisson s’est vu remettre un trophée en forme de chandelier sur lequel sont plantées des pommes par un technicien habillé en pyjama à carreaux, avec une étoile jaune sur la poitrine et le mot juif inscrit dessus, évoquant un déporté juif.


Ce n'est qu'un exemple, la liste est longue.


Modifié par Ἕκτωρ
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je t'avoue ne pas avoir connaissance de ce sketch (je n'ai vu que très peu de choses de cet artiste et je n'ai pas aimé - j'ai peu d'humour sur le meurtre et le viol-) mais vu comment tu le racontes, il semblerait que Dieudonné se moque de Robert Faurisson en allant carrément dans l'absurde / l'ironie. Mais je me trompe peut-être.


 


Cela me rappel "De l'esclavage des nègres" de Montesquieu. Ce soit-disant texte pro-esclavagisme qui avec du recul (sans l'emotionnel lié à la situation vécue et le contexte socio-politique) s'est révélé être un pamphlet contre l'esclavage.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ma part je pense qu'il doit être présent aux côtés d'autres humoristes provocateurs ou pas. Notre rôle n'est pas de censurer mais de proposer une pluralité d'offres afin que les usagers soient aptent à se forger une opinion.

 

La vraie question est celle de la valorisation de ce document. Doit-on le mettre en avant sur table de présentation, discographie, etc. ? Ou doit-on le laisser "en magasin" pour le sortir qu'à la demande de l'usager qui aura fait la démarche de consulter le catalogue?

 

Ceci étant dit, certains évoquent la qualité. Déjà je ne pense pas qu'il soit si mauvais que ça (puisqu'il nous choque c'est qu'il nous touche n'a-t-il pas un minimum de talent ? cf. Houellebecq ou Céline) et ensuite n'avez-vous pas Cinquante nuances de Grey, Et si c'était vrai, et autres documents si bien écrits sur vos étagères?

Je suis entièrement d'accord, Dieudonné doit figurer en bibliothèque, ce n'est pas faire l'apologie du racisme que de mettre Dieudonné sur les étagères. Si on doit enlever tous les livres, DVD d'artistes ou écrivains qui ont été suspectés de collaboration, homophobie, racisme il ne nous restera rien (sauf Martine à la plage). C'est dans ce cas précis que ce concept de "livres vivants" montre tout son intérêt. http://humanlibrary.org/books.html

Au Pays-Bas, ce service a été mis en place avec succès : le principe > les livres qui abordent un sujet dit sensible sont clairement identifiés et des bénévoles "livres vivants" ont la possibilité d'accompagner le jeune lecteur (mise en place de salon virtuel via le portail ou lecteur collective).

Modifié par lucas
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Méfiez-vous, Martine était raciste ! Suis tombée un jour sur un ouvrage de la collection où elle tentait d'apprendre à lire à son "amie" noire qui n'y parvenait pas mais portait les valises de Martine sans regimber. Ça laisse un goût amer, au-delà de l'aspect nunuche du livre et de son ancienneté (années 50)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Martine était un cliché, tout comme dans les BD de ces mêmes époques, toute personne noire était incapable de prononcer les "r", quelle que soit son origine !


 


Aux Etats Unis, la polémique repart comme quoi Le Journal d'Anne Frank est une oeuvre pornographique. Régulièrement, Hergé est taxé de raciste.


 


En France, on adore tous Antigone, bien que Jean Anouilh ait toujours refusé de dire s'il faisait l'apologie d'Antigone ou de Créon dans sa pièce. Et si sa pièce put être jouée pendant la guerre, c'est parce que le comité de censure jugeait que l'image de Créon serait une bonne représentation du français loyal.


 


Des polémiques, plus ou moins passionnantes, il y en a des dizaines, on peut avoir des débats enflammés dessus.


 


Mais Dieudonné, non, ce n'est pas Montesquieu, c'est un étalage de haine et de violence verbale. C'est la haine de son prochain, la haine de son pays, et non, je ne crois pas que nous ayons à diffuser cela. Après, ce qu'il faisait avec Elie, ça ne me dérangerait pas que ce soit en bibliothèque. Mais pas ses one man show.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Est-ce à dire Ektwp que toutes les personnes allant voir les spectacles de Dieudonné sont des personnes avides de haine envers leur prochain ? violents ? racistes et antisémites ? Pardon mais c'est prendre un peu les gens pour des abrutis. Et rien qu'à voir sa récente prestation à Bordeaux j'ai de sérieux doutes à ce sujet...france 3

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas du tout, il y a des gens curieux je pense (et beaucoup de journalistes, qui attendent le dérapage du jour). Tout comme beaucoup vont voir Le Pen ou Mélenchon pour écouter leurs conneries. Ils ne voteront jamais pour eux, mais ils veulent entendre jusqu'où l'extrémisme peut monter, et voir comment ils arrivent à galvaniser les foules.


Mais après il y a la garde rapprochée de DIeudonné comme de certaines personnalités politiques : et oui, bon nombre de ceux qui y vont ont un besoin cathartique d'entendre certaines choses.


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à toutes et tous,


 


Je lis d'autant plus attentivement vos avis que j'ai eu très dernièrement une demande d'acquisition d'un spectacle de Dieudonné.


 


Comme vous, je m'interroge sur la pertinence de sa présence dans nos rayonnages. Sans avoir définitivement statué sur cette demande, je suis d'abord parti dans l'idée de ne pas la satisfaire. 


 


Plusieurs raisons :


 


- Certains humoristes sont clairement provocateurs et on sait qu'il faut les entendre au Xième degré. Ici ce n'est pas le cas et personne ne semble vraiment savoir si ce qu'il dit est de la pure provocation ou un sentiment partagé. Par ailleurs il va tout de même très loin dans ses débordements et certains publics peuvent être choqués, au sens strict. 


 


- Que les différents courants d'opinion soient représentés en bibliothèque est une chose. A mon sens, ce pluralisme est plus nécessaire dans un fond documentaire que de divertissement. Il me semble qu'un public moins alerte peut oublier de mettre une distance entre l'humour/provocation et le propos énoncé. Quel impact? Quelle responsabilité pour un établissement comme le notre dans cette diffusion?


 


- Qu'un artiste soit suspecté d'être raciste, homophobe, pédophile... c'est une chose. Que leurs idées se retrouvent dans leurs oeuvres en est une autre. A partir du moment qu'une opinion réprimée par la loi ou moralement intolérable imprègne une oeuvre, il me semble nécessaire de l'écarter au moins des rayonnages. A voir ensuite si par un prêt indirect ou l'aide d'un médiateur permet cette diffusion marginale est possible. Mais au final, est-ce que Dieudonné mérite tant que ça?


 


Je ne suis pas certain qu'il y ai une réponse évidente à cette question. En fonction de son propre public, de la médiation qu'on est capable d'apporter dans son établissement, des outils mis à disposition... on peut l'appréhender de différentes manières. 


 


Finalement, j'attends surtout d'avoir l'occasion de visionner intégralement un de ses spectacles pour me positionner définitivement. Et je prends aussi note de vos remarques ^^

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,


Pour ceux qui ne connaissent pas, vous devriez prendre le temps de regarder un spectacle de Dieudonné, Le divorce de Patrick par exemple...Je le considère comme un excellent humoriste...


Puis, il a confondu la scène avec une arène polito-mystique...


Effectivement, à partir de là, il devient difficile de séparer l'homme du comique et on peut (personnellement) le boycotter.


Mais la bibliothèque est-elle là pour donner des leçons de morale ?


Rappelons nous les classiques ! Eugène Morel disait fort justement "Une bibliothèque doit surtout acheter de mauvais livres. En les achetant,  elle dispense le public de les acheter. " 


 


 


 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Smilodon fatalis

Mes pauvres gnous, vous vous préparez des lendemains difficiles, en particulier autour des municipales quand il y a aura des militants et des élus FN bien remontés dans nombre d'endroits, ou dans la foulée des défoulements homophobes contre le mariage pour tous, et vous n'avez guère tiré de conclusions des expériences de la fin des années 1990, ici, pour une revue de presse, et dans les archives de Bibliothèques pour le reste, puisque tout ce que vous avez pour répondre à la question du faukon ou faukonpa se résume peu ou prou à de nobles considérations morales ou critiques personnelles, individuelles.


 


Bref, vous n'avez aucun document politique opposable, publié, validé par d'autres que vous, usagers et/ou élus pour justifier un tel achat ou non achat. Non que ce soit la panacée, puisque dès qu'on raisonne titre par titre, on peut dire tout et son contraire, parce que les signataires de chartes ont la mémoire courte quand ça les arrange, parce que, comme Ferris le rappelle, la situation du droit des publications ne vous protège guère, et enfin, parce que quand un executif élu s'y met, sans un improbable mouvement social, les carottes sont cuites, mais sans cela, sans cadre politique formalisé, c'est la défaite assurée en rase campagne quand on (minorité agissante, lobby quelconque, organisation politique) vous cherchera des crosses.


 


ça fait un moment, du reste, que je m'interroge sur la disparition apparente des affaires de censure ou d'acquisitions imposées dans l'actualité des bibliothèques. Plus précisément, j'ai du mal à croire que ces pratiques ont disparu, donc, je me demande si elles ne sont pas, désormais, pudiquement couverte d'un voile de silence, et finalement, si elles ne s'opèrent pas impunément, dans l'anonymat des collègues qui en sont victimes, ou bien couvertes sous le doux vocable de de participation des lecteurs aux acquisitions.


Modifié par Smilodon fatalis
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Smilodon fatalis

suite:


ou bien, quand il se passe des choses, cela apparaît éventuellement dans la presse locale, comme à Putaux, (je remets le lien en clair, http://puteaux.eelv.fr/marianne-le-nouvel-obs-des-hebdo-supprimes-de-la-mediatheque-de-puteaux/ on dirait que ça ne passe pas avec l'ancre) sans pénétrer dans le débat professionnel.


Modifié par Smilodon fatalis
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Merci pour le lien Smilodon. Affaire notée dans Libération ce matin. Effectivement, pas d'alerte des collègues à cette heure. L'ABF se renseigne au plus vite et réagira bien sûr en connaissance de cause. J'en profite pour rappeler l'existence de son comité éthique qui est à la disposition des collègues en proie à des situations de ce genre.

Suis d'accord, elles doivent être plus fréquentes qu'on en entend parler...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Anne Verneuil

Après vérification, la municipalité n'est pas intervenue, le choix a été fait en interne suite à une réduction budgétaire et il correspond à des choix documentaires (équilibrés sur les différents équipements). L'alerte a été donnée par des adversaires politiques.

Je rappelle que tout collègue qui constaterait / subirait une action de censure peut contacter l'ABF dont le comité éthique veille au respect du code de déontologie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

"Rajoutez une pincée de refus des ennuis et de baisse d'un esprit "militant du pluralisme" qui fut l'apanage de générations antérieures."

Un peu coûteux le pluralisme, non ?
Surtout avec la multiplication des éditions et des supports.  :)


"J'ai toujours pensé que l'on exagérait beaucoup, suite aux expériences des villes FN, l'interventionnisme des élus en eux-mêmes. L'élu n'intervient la plupart du temps, et rarement,  que si son électorat se manifeste un peu trop, notamment sous forme associative. Ou alors sous une forme déguisée consistant à étouffer les possibilités de choix de la bibliothèque sous de fortes restrictions budgétaires répétitives."

Hum, j'ai vu passer le cas d'une collègue dont l'élu culture supervisait tous les achats et en ajoutait certains de son choix.

Ce n'est pas le cas partout, mais ça existe.

 

Un élu culture fan de Dieudonné pourrait s'étonner de l'absence de son humoriste favori dans les bacs.

Pas trop difficile de lui dire que pour un Dieudonné, il faut un équilibre avec d'autres humoristes. Sous peine d'un potentiel détournement de fonds publics à visée personnelle... situation toujours attaquable par l'opposition.

C'est ce que je fais avec les livres politiques quand on me les demande.


Pour le côté "Martine était raciste !", attention, il faut remettre les choses dans leur contexte.

Des gens non éduqués à une civilisation, que peuvent-ils bien faire ?
Que vaut un homme blanc dans une tribu Bochiman ?
Il ne connaît pas la langue, il ne sait pas se débrouiller seul, c'est juste un débile profond dans ce milieu... Bienheureux si le Bochiman lui confie de porter les valises de la tribu.

Avant, dans les grandes villes occidentales, on confiait les valises (les champs) à des gens sans éducation (ou réputés sans éducation, de celle conforme à un certain type de civilisation)...  A des gens sans éducation = à des blancs.

C'est l'éducation qui a changé les choses, et qui a changé notre regard.
C'est l'éducation occidentale qui a changé les choses dans les pays dit du tiers monde. (en bien ?)

Notre regard change avec le temps.

Ce qui était normal ne l'est plus.
Dans un temps, le délit de sale gueule, c'était pour le juif.
Le problème, c'est que le délit de sale gueule s'est déplacé vers le noir et l'arabe... en particulier l'arabe, nouveau terroriste du monde. (avec contrôles incessants dans la capitale Française... combien de fois n'ai-je pas, moi, été contrôlé, alors que les (jeunes) noirs et arabes l'étaient systématiquement, plaqués au mur... comme au temps les plus noirs de la seconde guerre mondiale !)

Le délit de sale gueule n'a pas été abandonné, on l'a déplacé.

Attention aussi à la stigmatisation télé-médiatique.
Combien de fois voit-on exclusivement le noirs et l'arabe parmi les prisonniers en réinsertion, lorsqu'un plan plus large montre les 8 à 10 blancs du groupe.
Combien de fois voit-on le brave noir, arabe, ou indien dans son champ, dans sa case, dans son taudis... parce que montrer des gens vivant "à l'occidental", ça n'apporte rien au spectateur. Ça manque d'exotisme.

C'est du mensonge journalistique, c'est un point de vue, un angle d'attaque... et non tous les points de vue. Ni la vérité.

Le journalisme ne cherche pas la vérité, il cherche à vendre son journal.
Quitte à mentir, quitte à provoquer.

Idem pour Dieudonné. Facile d'orienter l'opprobre à partir d'un seul sketch raté, ou de quelques paroles amplifiées et déformées.

Il suffit de regarder comment fonctionne la censure, sur parfois/souvent une seule phrase d'un texte... afin de faire taire l'artiste.
L'artiste qui déplaît à certains, car il dénonce leurs pratiques.

Maintenant, peut-être que les sketchs de Dieudonné sont devenus sans intérêt ou de moindre intérêt face à d'autres humoristes.

N'empêche, je suis comme F_Reb, il me faudrait aller voir.

Mince, visi, ça ne va pas être possible en médiathèque ! :wink:

C'est quoi les bons humoristes du moment ?

Bien cordialement
  B. Majour
 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Bonsoir bonsoir,


 


Le DVD de Dieudonné doit-il être dans les bacs d'une médiathèque et mis en valeur ? ahahah! Eh bien c'est simple : si des usagers vous le demandent mais que vous ne voulez pas l'acheter, il faut quand même le prendre, et montrer que vous l'avez, parce que votre public le veut. Si vous souhaitez l'acheter parce qu'il vous fait marrer et qu'il est effectivement très apprécié pour le moment, il faut le faire. Et enfin, si vous ne voulez pas l'acheter pour diverses raisons plus ou moins bonnes, et qu'on ne vous le demande pas, eh bien ne l'achetez pas.


 


Les raisons politiques n'ont rien à voir là-dedans. Sinon, on n’achèterait aucun documentaire sur les lapins géants mangeurs de planètes parce que c'est pas politiquement correct. Non mais, pour donner un exemple concret et d'actualité : vous seriez prêt à n'acheter aucun doc sur l'homoparentalité parce que vous êtes contre le mariage pour tous ? J'ose espérer que ça n'est pas le cas.


Ca, c'était pour le côté politique.


 


En ce qui concerne l'humour, qui sommes-nous pour dicter de quoi il faut rire ou non ? Allons, un peu de sérieux. Le rôle de prescripteur ne se joue plus de la même manière, et certainement pas en censurant. C'est en informant, et en laissant le libre arbitre aux usagers qu'on fait avancer les choses.


 


Alors, pour répondre à la problématique initiale de ce post : oui, Dieudonné a toute sa place dans une collection de médiathèque, et doit avoir le même traitement qu'un autre artiste.


Modifié par Bobthebib
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...