Jump to content
Babarette

Valoriser un parcours enseignant

Recommended Posts

Babarette

Bonjour,

 

Actuellement en préparation des quatre concours de catégorie A  (bibliothécaire d'état, bibliothécaire territorial, conservateur d'état et conservateur territorial), je commence à craindre de faire partie des "reçus-collés". En effet, je viens de l'enseignement, que j'ai quitté parce que... c'était invivable, vraiment.

Je sais, grâce à la préparation que j'ai suivie cette année, qu'un ancien prof, ça n'est pas très vendeur. 

J'ai néanmoins fait deux stages en bibliothèque, l'un en bibliothèque d'état, l'autre en bibliothèque territoriale, pour ne pas débarquer de nulle part si je réussissais les concours.

Mes loisirs tournent autour de la culture: livres, presse, BD, cinéma, théâtre... rien de très original en réalité : je sais qu'être fan de jeux vidéo, par exemple, est un atout, mais je joue vraiment très peu. 

Ma question est la suivante : comment valoriser ce parcours très commun, pas particulièrement attrayant? 

Autres questions : est-il possible de connaître le pourcentage de reçus/collés aux concours de la fonction publique territoriale?

Si, vraiment, je postule partout, même dans le plus paumé des bleds, ce que je suis prête à faire, y a-t-il vraiment un risque qu'on me refuse toute demande? Je suis prête à déménager à l'autre bout de la France. 

Est-ce qu'étudier à l'ENSSIB serait un atout? J'en ai eu des échos assez peu enthousiastes, mais ça reste quand même une école de formation aux métiers des bibliothèques... J'ai eu une préparation au concours qui m'a apporté des connaissances professionnelles, est-ce que je peux en tirer parti?

Encore un autre boulet que je traîne: je n'ai pas le permis.

 

Mon profil est-il rédhibitoire? 

 

Merci de vos réponses! 

Edited by Babarette

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Bonjour,

 

L'ENSSIB forme les élèves fonctionnaires. Donc les lauréats des concours de bibliothécaire et conservateur d'Etat . Vu ce que tu vises actuellement et si cela marche , tu peux tenter l'ENSSIB, qui propose aussi des formations accessibles sans concours.http://www.enssib.fr/content/comment-entre-t-lenssib

 

Vu le type de poste que tu recherches par concours A et A+, tu as très peu de chances de troiuver sans experience ce type de poste. Par ailleurs c'est un peu contradictoire avec ta formule : Si, vraiment, je postule partout, même dans le plus paumé des bleds, ce que je suis prête à faire, y a-t-il vraiment un risque qu'on me refuse toute demande? Je suis prête à déménager à l'autre bout de la France. Ce type de recherche, vu ta disponibilité geographique (qui est un très gros atout, assez rare, crois-moi !) peut aboutir à condition que tu vises des fonctions de categorie C ou B, dans une optique contractuelle au départ. Et donc de revoir tout ça à la baisse, y compris peut-être ton CV. En tous cas,  je ne connais pas de conservateur officiant dans un bled paumé :D

 

Sinon, je te propose la longue et passionnante lecture des expériences des personnes dans ton cas sur le forum :http://www.agorabib.fr/topic/1933-lauréats-sans-expérience-reçus-collés-et-sac-despoir/

 

Aucun profil n'est rédhibitoire. Et de plus en plus sont atypiques.  Même si c'est vrai que de plus en plus de profs en décrochage postulent chez nous, ce qui peut agacer le recruteur. Tout dépend aussi de ce que tu vises et du temps que tu vas t'accorder pour y arriver. Actuellement, si je voulais plaisanter, je dirais qu'à formation de terrain équivalente (tes stages par exemple), une ancienne vendeuse en librairie a plus de chances que toi de décrocher un poste tout-terrain tel que tu le décris. Oui, je sais, c'est pas drôle.

 

Passe le permis et n'oublie pas que la France c'est aussi les DOM-TOM. Voir http://www.enssib.fr/content/bonjour-je-suis-bibliothecaire-et-je-souhaiterais-dans-les-annees-venir-demander-une

 

Bonne chance Babarette.

Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci Ferris. 

 

Qu'appelles-tu "revoir son CV à la baisse"? 

 

Je suis mobile, mais pas au point de vouloir postuler dans les DOM-TOM. En revanche, je veux bien accepter des postes de C ou de B, surtout que je sais que les métiers sont intéressants. Donc, même en ayant le concours et en étant mobile, je peux être remerciée? 

Est-ce que je n'ai aucune chance d'avoir un poste si je n'ai pas le permis, même à Paris, où il faut être fou pour rouler en voiture? 

 

Je sais aussi qu'on peut entrer à l'ENSSIB sans concours, mais sans avoir de poste à la clé bien sûr. Ça permettrait au moins d'avoir une formation. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Tout dépend de ce que tu cherches. Si tu présentes un CV de A, avec ou sans obtention du concours, il te sera plus difficile de postuler à une mission de C ou B. Les postes de A sont très rares en plus...

 

Par ailleurs l'obtention d'un concours, du moins dans la territoriale, ne veut pas dire recrutement.

 

Lors de la réussite à un concours de la Fonction Publique Territoriale, le lauréat n’est pas affecté automatiquement à un poste. En effet, compte tenu du principe de « libre administration » des collectivités territoriales, la réussite à un concours territorial ne vaut pas recrutement. Elle permet au lauréat d’être inscrit (au centre de gestion)sur une liste d’aptitude valable 2 ans, renouvelable 2 fois pour 1 année sous certaines conditions . Et les communes sont censées recruter dans ce vivier là en priorité (1 poste sur 3 , les premiers recrutements se faisant , surtout pour ce type de poste, en promotion interne). Aussi, afin d’éviter au maximum que les lauréats, motivés et actifs dans leur recherche d’emploi auprès d’une collectivité perdent le bénéfice de leur concours, comme les reçus-collés dont tu parles, il appartient aux Centres de Gestion d’ouvrir les concours pour un nombre de postes adapté aux besoins prévisionnels de recrutement recensés auprès des collectivités locales.

 

Bref, pour faire court, si le maire du bout du monde qui t'a acceptée sur un poste de C n'a pas besoin d'un cadre A, tu dégages (tu es remerciée comme tu dis) ou tu es stagiairisée sur un poste de C, ou tu continues en contractuelle. Et trois ans après tu perds le bénefice de ton concours...

 

Dans la FPE (Etat) le concours vaut recrutement, mais tu ne choisis pas ton poste. Et les métiers diffèrent un peu. Tu as des chances de te retrouver dans une BU région parisienne par exemple.

 

Tiens, lis ces questionnements d'une collègue pour savoir s'il est judicieux ou non de passer le concours de cadre A. http://www.agorabib.fr/topic/2888-employabilité-bibliothécaire-territorial-catégorie-a-externe/

 

D'une façon générale, essaie de lire les messages, malheureusement très dispersés, sur le forum, qui parlent des recrutements, des parcours, des détachements, des entretiens, des CV, des profs comme toi  etc...il y a beaucoup de topics la-dessus. Tu sais, La Territoriale, c'est très particulier, surtout pour quelqu'un qui vient de la fonction publique d’état.

 

Pour la mobilité, à moins de rester sur Paris grande couronne si tu y es déja, vaut mieux avoir un véhicule. Si tu te retrouves au fin fond de la Creuse, habitant à 30 bornes de ta bibliothèque, sans trains ni cars, ce n'est pas la peine de parler de mobilité. D'ailleurs si tu l'omets sur ton CV, tu peux être sure qu'on te posera la question lors de l'entretien. Moi je fais mes 40 bornes par jour depuis que je suis en zone rurale. Auparavant j'étais sur les Yvelines, no problème. Y avait des trains pour partout toutes les 30 minutes, c'est te dire...

 

Pour les DOM-TOM, je déconnais, excuse-moi, c'était pour tester tes limites de mobilité... De toutes façons là il te faut le permis bateau ou le brevet de pilote. (Non, je déconne encore...) :D

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

D'accord, merci.

Non, je ne suis pas sur Paris. 

Je suis déçue, parce que j'ai préparé les concours du A, je préfère éventuellement les repasser pour réussir ceux d'Etat plutôt que d'abandonner. Bien entendu, si j'ai le concours de bibliothécaire territorial (je ne crois pas du tout à conservateur), j'irai me proposer pour être bénévole afin d'avoir de l'expérience. Est-ce que ça, ça peut être valorisé? 

Mais je ne me vois pas ne pas mettre sur mon CV que j'ai été prof, il faut bien que je dise que j'ai travaillé puisque c'est le cas, sinon, je n'ai aucune chance d'avoir un poste... et on va me demander ce que je fais depuis la fin de ma licence, si mon CV est vide. 

 

A la limite, ça ne me dérange pas d'être prise sur un poste de C, encore faut-il qu'on veuille de moi...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Effectivement le bénévolat peut te donner une plus-value. Passer par les BDP pour avoir le meilleur accès à ce genre de parcours. A la fois par le fait d'avoir acquis une expérience de terrain, ce qui valorise toujours une candidature, et par le parcours de la VAE (http://www.onisep.fr/Cap-vers-l-emploi/La-validation-des-acquis-de-l-experience/Qu-est-ce-que-la-validation-des-acquis-de-l-experience-VAE ). Sauf que je crois qu'il faut 3 ans de bénévolat pour avoir la validation http://www.associations.gouv.fr/la-validation-des-acquis-de-l-experience-professionnelle-vae.html .

 

Tu peux aussi, en étant bénévole, devenir auxiliaire de bibliothèque, par les formations ABF. Le site ABF explique très bien tout ça, idem pour la VAE : https://www.abf.asso.fr/5/149/20/ABF/formation-d-auxiliaire-de-bibliotheque.

 

Effectivement les trous sur les CV c'est pas l'idéal. Mais tu n'étais pas prof titulaire, je suppose ?

 

 

Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci pour les liens !

 

J'étais professeur stagiaire. Je me demande d'ailleurs s'il faut être précise à ce sujet, s'il ne vaut pas mieux laisser entendre que j'étais contractuelle. 

Je pense que je vais repasser les concours de la fonction publique d'état, puis, si je n'ai rien, faire cette formation de l'ABF et demander un VAE, ça me semble le plus sage.

En tout cas, merci pour ces réponses précises et éclairées, ça m'est bien utile !  

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivierH
1 hour ago, Babarette said:

Merci pour les liens !

 

J'étais professeur stagiaire. Je me demande d'ailleurs s'il faut être précise à ce sujet, s'il ne vaut pas mieux laisser entendre que j'étais contractuelle. 

Je pense que je vais repasser les concours de la fonction publique d'état, puis, si je n'ai rien, faire cette formation de l'ABF et demander un VAE, ça me semble le plus sage.

En tout cas, merci pour ces réponses précises et éclairées, ça m'est bien utile !  

 

Dans votre situation, je miserais tout en effet sur les concours d'Etat. La territoriale ne vous recrutera pas, sauf énorme coup de bol.  En tout cas en categorie A, voire B. Je préfère être franc.

 

 Viser un poste d'adjoint du patrimoine (C), après une formation ABF., c'est possible. Je connais au moins  un cas d'une enseignante de lettres démissionnaire à la quarantaine qui a fait ça. Mais cela vaut-il réellement le coup ? Repartir en bas de la grille C, vraiment décourageante, pour faire des tâches d'exécution sur des horaires pénibles ? ( oui j'ai travaillé  ce week-end :-) )

En plus, ce cas est exceptionnel, la majorité des diplômés de l'ABF ne travailleront jamais en bibliotheque.

 

 

Posez-vous la question : n'y a-t-il vraiment pas mieux à faire ? Par exemple, les autres ministères proposent plein de concours de catégorie B, très accessibles aux professeurs et pas moins  bien payés, voire mieux.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

C'est un peu déprimant.... Je ne me sens pas de repasser un concours différent, je viens de passer un an dans les concours de bibliothécaire, je n'ai pas envie d'avoir travaillé si dur en vain. Je ne connais pas les autres concours, et je ne cherche pas simplement à me planquer dans un boulot réputé plus "tranquille". 

Merci pour les conseils en tout cas, j'ai eu d'autres retours me disant qu'on ne recrutait pas de bac+5 en catégorie C. Alors quoi? Il est interdit de se tromper de voie, il faudrait savoir à 20 ans ce qu'on veut faire? Je croyais savoir et je me suis trompée.

Il n'y a pas que le salaire qui compte, je ne me suis pas tournée vers les bibliothèques par hasard! 

Pourquoi tant de haine du professeur? 

 

Qui est engagé, si ce ne sont pas les lauréats du concours?

Et pourquoi faire des concours si c'est pour ne pas engager les lauréats? Autant ne proposer que des postes en interne, ce serait plus honnête. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivierH
12 minutes ago, Babarette said:

C'est un peu déprimant.... Je ne me sens pas de repasser un concours différent, je viens de passer un an dans les concours de bibliothécaire, je n'ai pas envie d'avoir travaillé si dur en vain. Je ne connais pas les autres concours, et je ne cherche pas simplement à me planquer dans un boulot réputé plus "tranquille". 

Merci pour les conseils en tout cas, j'ai eu d'autres retours me disant qu'on ne recrutait pas de bac+5 en catégorie C. Alors quoi? Il est interdit de se tromper de voie, il faudrait savoir à 20 ans ce qu'on veut faire? Je croyais savoir et je me suis trompée.

 

Je comprends vos questions et indignations. J'essaye de vous brosser un tableau honnête du marché de l'emploi dans ce secteur. Au début du siècle, il y a eu de gros programmes de construction de bibliotheques, ça recrutait à tout va pour les faire fonctionner.  Mais ce temps est révolu, on remplace à peine les departs en retraite. Les bibliothécaires vieillissent, et l'entrée dans le métier est de fait beaucoup plus sélective  qu'il y a 20 ans.

 

Je travaille dans une grosse bibliothèque, 110 agents. BMVR. Depuis mon arrivée en 2012, on a recrute un agent en B en pur externe. La deuxième arrive en juin. Il y a eu deux nominations en B suite à réussite au concours interne, pour des agents déjà  en poste, et une promotion interne. Les recrutés en B ont soit une vraie expérience en C, soit en B dans une autre collectivité.

 

Dans le cadre d'emploi des bibliothécaires, je suis le dernier vrai externe arrivé (enfin issu du concours interne, ex B d'une autre collectivité). Il y a eu une promotion interne de B en A depuis. On est 5 bibliothecaires en tout. Je n'ai jamais eu connaissance d'un lauréat pur externe en A directement recrute sans aucune experience.

 

Le recrutement en C se fait généralement de la maniere suivante : les candidats sont d'abord vacataires, et payés  à l'heure pour faire du service public.  Les plus tenaces finissent par intégrer un pool de remplaçants, contractuels. Ils sont alors employés de maniere plus ou moins continue pour remplacer les congés  (maternité, maladie...).. Au bout de trois à cinq ans à  ce régime, il finissent par être stagiaires au bas de la categorie C  Une part significative d'entre eux est diplômée d'un DUT "métiers du livre".

 

Voilà la concurrence.

 

12 minutes ago, Babarette said:

Il n'y a pas que le salaire qui compte, je ne me suis pas tournée vers les bibliothèques par hasard! 

Pourquoi tant de haine du professeur? 

 

Je ne pense pas qu'une telle haine existe. Il y aura potentiellement une question la-dessus dans les xoncours et entretiens, mais rien qui ne soit indefendable si on a préparé un peu la chose.

 

Sur qui est engagé : voir plus haut. Quant à laisser ouvert notamment le concours de bibliothecaire en externe, c'est en effet une question qui se pose.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

j'ai eu d'autres retours me disant qu'on ne recrutait pas de bac+5 en catégorie C. Alors quoi? Il est interdit de se tromper de voie, il faudrait savoir à 20 ans ce qu'on veut faire? Je croyais savoir et je me suis trompée.

Il n'y a pas que le salaire qui compte, je ne me suis pas tournée vers les bibliothèques par hasard! 

Pourquoi tant de haine du professeur? 

 

Si, on recrute du C à bac plus 4 ou 5. En contractuelle au départ, souvent sur des postes de type remplacements maternité, congés maladie, etc..C'est un pied à l'étrier. (Sans doute plus rapide en BM qu'en BMVR dont le mode de fonctionnement est assez lourd) . Ensuite, même si le marché de l'emploi s'affaiblit chez nous, particulièrement chez les cadres, la titularisation devient possible. Dans mon réseau on a recruté deux personnes l'an passé, pour un départ et un congé longue maladie. En recrutement direct. (du C sans concours). Les réseaux intercommunaux, s'ils veulent se développer, recrutent, contrairement à ce qu'on pense souvent, et veillent au moins à maintenir leurs effectifs. Par contre pas à grade égal : si un A s'en va, on évitera si possible de le remplacer par un A....Ce qui n'est pas très nouveau mais augmente.

 

Ce qui te pose un double problème, et là je suis d'accord avec OlivierH :

1) On est dans le recrutement, devenu hélas traditionnel de sur-diplômés pour des postes statutairement décrits comme postes d'exécution. Mais deux bémols sont à apporter : d'abord, les missions qui vont être de fait, confiées à ces agents vont souvent bien au delà des tâches d'exécution. C'est tout l'intérêt des recruteurs : avoir des gens à fort potentiel et leur confier des tâches plus vastes sans souci. Ton bac +5 te donne quand même un éventail d'action autrement plus solide qu'un brevet des collèges, non ? Et ils le savent très bien. Et tu peux ainsi te retrouver assez rapidement à la tête d'une annexe dans un réseau par exemple.

2) C'est vrai que c'est repartir en bas de la grille, et avec des chances d'y rester assez longtemps. Les missions peuvent devenir intéressantes, voire passionnantes (Une de nos dernières recrutées "en remplacement" s'est retrouvée en direct à diriger seule et à temps complet une structure desservant un canton de 4000h environ, avec des bénévoles et le soutien du réseau tout de même), mais le salaire est ce qu'il est : tu démarres à 1522.96 bruts et 20 ans après (si tu ne montes pas en grade, mais c'est théorique, en fait tu grimperas) tu te retrouves à 1719.77 bruts. Jette un coup d'oeil la-dessus http://www.emploitheque.org/grille-indiciaire-territoriale-Adjoint-du-patrimoine-13

Devenir B ou A par cette voie là est assez utopique, à moins que tu n'aies beaucoup de temps devant toi. Qu'est ce qui compte le plus, la carrière, liée au grade, ou l'emploi réel, non lié au grade ? C'est toi qui a la réponse. Et, tu le dis toi-même : il n'y a pas que le salaire qui compte. Ce qui est déjà une (bonne) réponse.:D

 

Et, toujours d'accord avec OlivierH, devenir bibliothécaire par concours externe sans expérience, est effectivement une vaste hypocrisie. Maintenant, puisque tu as préparé tes concours, passe-les, ce serait dommage.

 

Personne n'a de haine des profs (sauf accessoirement leurs élèves...:tongue: ). Simplement, dans une profession comme la nôtre qui cherche depuis toujours à affirmer son professionnalisme, voire son existence, notamment à travers des parcours types du genre licence ou DEUG + DUT métiers du livre, dont on peut se demander s'ils ont encore le sens qu'ils avaient dans les années 90, l'arrivée actuelle et massive de profils atypiques sur le marché agace certains parce que ça pose la question de la fameuse "motivation". Tu comprends, si on met sur le même niveau la motivation de la courageuse et méritante jeune fille qui a galéré en DUT + Concours et celle de la vilaine prof décrocheuse "qui s'est trompée" de motivation, y a pas photo.

 

Sauf que tout ça, ces histoires de motivation, c'est aussi bourré l'hypocrisies, de tabous qui bouffent aux mites une profession qui se cherche et s'accroche aux branches. La profession est par définition aussi bourrée de gens qui se sont trompés au départ, notamment en cherchant un boulot peinard souvent décrit comme une sinécure où on attend le client en bouquinant, et en cherchant aussi un statut de fonctionnaire. Si je te disais le nombre d"emplois-jeunes" qu'on a systématiquement titularisés au bout de leur 5 ans, et qui n'avaient strictement aucune motivation particulière, ni pour ce métier ni pour un autre, on aurait de quoi rigoler à propos des motivations . Et ils sont toujours là.

Heureusement que les atypiques, ils apportent aussi de l'air neuf la-dedans. Mais c'est un autre débat.

 

Passe tes concours, c'est toujours une bonne expérience, continue tes formations de terrain, (tu as déja deux stages, augmente-moi tout ça), fais-toi connaître dans les réseaux de ta région, pose ta candidature de "remplaçante tout-terrain" partout (et d'abord dans ton CDG) revois régulièrement ton CV en insistant sur ces expériences et accroche-toi à ta branche.

 

Des atypiques qui ont réussi, il y en a sur ce forum. Faudrait qu'ils s'expriment un peu aussi...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

Bonsoir,

 

oui, se faire embaucher en collectivité territoriale aujourd'hui c'est difficile, mais pas uniquement pour la filière culturelle! Des reçu-collés, il y en a aussi dans la filière administrative!

 

Concernant ton parcours, tes envies, ce qui se passera ensuite:

  • si tu es admise aux concours état tu passeras nécessairement par la case enssib: 6 mois pour bib, 18 mois pour con's
  • admise en territo: 18 mois à l'INET pour con's

des cours, des stages, l'occasion de te créer ton réseau.

Dans ma promo de con's terr, il y avait 4 enseignants, dont 1 prof de collège-stagiaire: toutes et tous ont trouvé un poste et sans omission ni modification sur leur CV, donc c'est possible!

 

Pour bib terr, là effectivement ça se corse: peu de postes aux concours, peu de postes proposés, donc c'est rude mais faisable. 

 

Atypique, je le suis un peu parce que pour tout dire, le jour où l'on m'a proposé un poste de chef de projet chez un éditeur de progiciel, bin j'ai démissionné pour y aller! Fallait voir la tête de la RH quand je suis venue donner en main propre ma démission!

En entretien, sur mon CV, j'ai toujours été claire sur mon parcours, ça ne m'a pas porté préjudice, au contraire.

 

Je n'ai qu'une chose à dire: si vraiment les bib t'intéressent, fonce, passe les concours. Si ça se trouve tu sera reçue en état, et si c'est en territo, bin tu chercheras et tu trouvera parce que les gens motivés sont préférés -et de loin!- à ceux qui rentrent par hasard parce qu'il y avait de la lumière.

Ferris a raison on en a un paquet de titulaire suite à une série de contrats aidés (TUC, CES/CEC, CEJ, CUI, CAE...) alors la fraîcheur et la motivation, ça fait du bien!

 

Bon courage!

Edited by Louve
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci de vos réponses motivantes ! 

 

Oui, je sais comment ça se passe pour la formation. 

C'est une conservatrice d'Etat qui m'avait dit ne jamais recruter de bac+5 en C. 

 

Je suis allée passer le concours de bibliothécaire territorial loin de chez moi parce qu'il y avait plus de postes, j'espère que ça sera utile. 

 

C'est sur qu'il est normal que les titulaires de DUT métiers du livre soient prioritaires, mais enfin, je n'ai pas moins "galéré" durant mes études et, cette année de préparation au concours, j'ai acquis des connaissances dans le domaine. J'espère pouvoir valoriser au moins ça. 

Pour le concours de conservateur territorial : la formation commence-t-elle avant ou après qu'on ait trouvé un poste? Est-elle rémunérée, comme celle de l'ENSSIB?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

con's terr: formation rémunérée durant les 18 mois de la formation (janvier à juin de l'année suivante), une fois inscrit sur liste d'aptitude, on peut être embauché.

Sachant que la plupart des élèves commencent à chercher et candidater dès janvier de l'année N+1  

 

Concernant l'enssib: j'ai apprécié cette école pour ses qualités et ses défauts, tout comme l'INET. J'ai fait partie des derniers à bénéficier du double cursus ce qui était de mon point de vue beaucoup plus intéressant...

 

Con's état: à la fin tout le monde a un poste mais l'affectation se fait sur entretien:

  • mai: présentation des profils de poste
  • 15 jours durant: les élèves passent des entretiens avec les directeurs des établissements qui les intéressent
  • les recruteurs font leur classement
  • les élèves saisissent leur voeux en fonction de leur choix et du choix du recruteur 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci pour les informations, dans ma formation, ça n'a pas été clairement établi. 

J'imagine que, dans le cas où on ne trouve pas de poste, on doit rembourser la formation, non? 

Edited by Babarette

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve
il y a 38 minutes, Babarette a dit :

 

J'imagine que, dans le cas où on ne trouve pas de poste, on doit rembourser la formation, non? 

 

Con's état: tu t'engages au moment où tu es nommé à travailler pour l'état

 

Con's terr: tu ne rembourses rien. Tu as 4 ans (1 an renouvelable 4 fois) pour trouver une collectivité qui t'embauche et te titularise.

Si au bout des 4 ans, tu n'as pas trouvé de poste, là tu perds le bénéfice du concours. Mais on n'en est pas là encore.

 

Il me semble que là il faudrait savoir pourquoi tu veux devenir bibliothécaire (au sens générique):

  • la gestion d'équipe?
  • la gestion de projet?
  • un domaine précis d'expertise?
  • BU ou BM?

une fois que ce sera précisé, cela te permettra de savoir quel concours choisir, quels postes viser si tu obtiens le concours.

On en parle moins mais en bibliothèque aussi, des gens partent car finalement ce n'est pas ça qui leur convenait. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

Bonjour Babarette


 

D'abord, il te faut lire ce témoignage

http://www.agorabib.fr/topic/2649-recherche-de-poste-compliquée-besoin-de-conseils/#comment-18344


 

Et tu verras ce qu'il en est pour devenir cadre A en territoriale.

Après plusieurs mois de galère, Clairebib est en train de construire une bibliothèque.

Oui, rien que ça.


 

Pour la "haine des professeurs", n'y vois pas de la haine, mais plutôt un test profond de ta motivation.


 

Si à chaque fois que tu vois un obstacle, un frein sur ton parcours, tu peux dire : "rien à foutre, moi, je veux travailler en bibliothèque", alors "tu seras bibliothécaire, ma fille". :thumbsup: (Cf. Tu seras un homme mon fils, de Kipling)


 

Sois la bienvenue sur le forum.

   Bernard

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivierH
On 05/29/2017 at 6:31 PM, Louve said:

 

Con's état: tu t'engages au moment où tu es nommé à travailler pour l'état

 

Con's terr: tu ne rembourses rien. Tu as 4 ans (1 an renouvelable 4 fois) pour trouver une collectivité qui t'embauche et te titularise.

Si au bout des 4 ans, tu n'as pas trouvé de poste, là tu perds le bénéfice du concours. Mais on n'en est pas là encore.

 

Oui, bien sûr. Mon propos plus haut dans le fil ne concernait pas les conservateurs. Si l'OP est reçue au concours de conservateur territorial et un peu mobile, le recrutement ne posera pas de difficulté majeure. Mais là, on parle de 20 personnes par an, externe + interne.

 

On 05/29/2017 at 6:31 PM, Louve said:

Il me semble que là il faudrait savoir pourquoi tu veux devenir bibliothécaire (au sens générique):

  • la gestion d'équipe?
  • la gestion de projet?
  • un domaine précis d'expertise?
  • BU ou BM?

 

Ranger des livres et faire 24h de service public, ou diriger 30 personnes et assurer la bonne marche d'un établissement dans tous ses aspects ? (Je grossis le trait)

 

 

On 05/29/2017 at 6:31 PM, Louve said:

une fois que ce sera précisé, cela te permettra de savoir quel concours choisir, quels postes viser si tu obtiens le concours.

On en parle moins mais en bibliothèque aussi, des gens partent car finalement ce n'est pas ça qui leur convenait. 

 

Question intéressante : est-ce vraiment fréquent ?

 

Quitter un poste de conservateur pour devenir chef de projet chez un éditeur, ca ne doit pas etre la norme :-) (J'ai joué avec cette idée, et je ne suis que bibliothecaire ; faudrait vraiment que le projet soit convaincant, y compris à long terme.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve
Il y a 3 heures, olivierH a dit :

Quitter un poste de conservateur pour devenir chef de projet chez un éditeur, ca ne doit pas etre la norme :-) (J'ai joué avec cette idée, et je ne suis que bibliothecaire ; faudrait vraiment que le projet soit convaincant, y compris à long terme.)

 

Dans mon équipe, une bibliothécaire nous a quitté pour faire une thèse, j'ai connu une bib qui a créé sa librairie, plus quelques autres qui ont changé de filière, de métier (gérante de camping, pâtissière...)

Cas atypiques, je le reconnais mais cela existe et c'est tant mieux!

 

Dans mon cas,  l'époque où je suis devenue chef de projet, j'étais "simple assistante de conservation".

Au moment où mon poste et moi nous sommes quittés (une histoire de restructuration, de fonds de pension, de crise des subprimes...), je suis revenue en bibliothèque et j'ai alors présenté le concours de con's puisque j'avais démissionné...

Je ne regrette absolument rien. Toutefois je comprends que ce ne soit pas simple de franchir le pas.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

@Babarette

 

Le problème avec les atypiques, c'est qu'il est difficile de s'identifier à eux, chaque parcours étant forcement très différent. Simplement chaque cas, nonobstant ses particularités, est la preuve vivante que l'atypicité n'est pas, n'est plus, un problème en soi. Ce peut même être un argument assez vendeur. C'est dans cet esprit là que tu dois les lire et non en cherchant un cas proche de ton propre parcours.

 

Il y a 16 heures, olivierH a dit :

l me semble que là il faudrait savoir pourquoi tu veux devenir bibliothécaire (au sens générique):

  • la gestion d'équipe?
  • la gestion de projet?
  • un domaine précis d'expertise?

 

Je reprendrai cette citation assez franche de Louve, parce qu'elle pose bien ton problème. D'abord si tu veux devenir cadre A, c'est à dire bibliothécaire au sens statutaire, ce n'est pas un choix entre ces différentes options qu'il te faudra assumer mais l'ensemble.

 

Mais ce que j'ai du mal à saisir dans ton cas c'est ta propension à faire le grand écart en permanence : Outre le fait de ne pas de situer entre BU et BM (alors qu'il y a tout de même un monde entre les deux) le fait d'osciller entre conservateur d'état et agent contractuelle prête à tout faire en territoriale, pose un problème, ne serait-ce qu'en termes de façon de te situer dans le cadre d'un entretien éventuel et de rédiger un CV et une LM qui soient convaincants  -en minimisant ton parcours EN, comme on fait apparaître des petits boulots, parfois très intéressants dailleurs, sur un CV atypique -. Mettre de côté l' aspect motivation ratée/carrière et par contre en sortir seulement des éléments positifs concrets (il y en a toujours).

 

Ceci dit je conteste la définition de l'agent territorial que donne OlivierH , même s'il grossit volontairement le trait: "Ranger des livres et faire 24h de service public,", c'est peut-être vrai dans les grosses structures très sectorisées, et évidemment les BMVR, au fonctionnement très hiérarchisé et vertical, mais c'est très loin d'être le cas partout. Et les BMVR, si j'ai bon souvenir, il n'y en a que 12 en France...

 

Tu dois faire un choix plus clair avant de te lancer dans une recherche, concours ou pas. (sachant que tu sais ce qu'on peut penser des concours A obtenus en externe...), sinon ta candidature en territoriale va apparaître comme un patchwork assez difficile à avaler pour des recruteurs.

 

Devenir une atypique assumée et qui sait où elle veut aller bien précisément.:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci à tous pour vos réponses claires et détaillées ! J'ai de la chance, je tombe vraiment sur des gens sympathiques!

 

Ce qui m'intéresse, c'est en réalité plutôt les BM, même si je ne cracherais pas sur un poste en BU. Je préfère m'investir au sein de la ville, toucher un public plus large. Je suis consciente que c'est aussi plus compliqué. J'ai fait deux stages. Dans le second, j'ai participé à des acquisitions, ce qui est le plus intéressant selon moi. J'ai vu ma tutrice de stage s'occuper d'achat de papier WC, ce qui est moins exaltant, mais "nafoute, je veux devenir bibliothécaire". Je suis aussi consciente que le poste dépend vraiment de la structure. Ce qui me motive le plus, c'est de faire de la gestion de projets. J'adorerais, par exemple, travailler en partenariat avec une prison, un hôpital ou une maison de retraite. J'ai aussi envie d'organiser des rencontres, des conférences. Dans la bibliothèque de la ville, j'ai assisté à un "combat de bande dessinée" et organiser ce genre de choses me plairait énormément. Je ne veux pas rester simplement planquée dans un bureau à faire du catalogage (même si j'aime bien le catalogage). 

En tout cas, les stages que j'ai fait m'ont motivée, même si j'ai fait certaines tâches ingrates (photocopier des articles de presse avec des formats pénibles, qui ne rentraient pas sur une feuille A4 pendant toute une journée), il y en a dans tous les métiers. 

Je sais qu'il faut avoir la fiche de poste sous les yeux pour faire une bonne lettre de motivation, et on m'a conseillé d'appeler les recruteurs aussi. 

 

Je ne me tourne pas vers les bibliothèques totalement par hasard, uniquement par dépit. J'ai envie de participer au déploiement de la culture, de donner accès à la connaissance. Je sais bien que ce n'est pas que les livres, qu'il faut réaliser un "troisième lieu", mais justement, il n'y a pas de quoi s'ennuyer quand on est dans une bibliothèque. 

 

 

Il y a 21 heures, Ferris a dit :

 -en minimisant ton parcours EN, comme on fait apparaître des petits boulots, parfois très intéressants d'ailleurs, sur un CV atypique -.Mettre de côté l' aspect motivation ratée/carrière et par contre en sortir seulement des éléments positifs concrets (il y en a toujours).

 

Pour les petits boulots, j'en ai fait quelques uns, je crois voir comment les valoriser. Après, j'ai enseigné pendant plus longtemps, ça paraîtrait logique de parler plus de cet aspect. 

 

En revanche, je ne veux me fermer aucune porte, alors j'avoue que j'ai l'intention de faire des CV et LM en pagaille, en adaptant bien à chaque fois ma LM au poste. Je ne vais pas faire la bêtise d'envoyer un copier-coller de ma LM à toutes les structures. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris
Le 01/06/2017 à 12:14, Babarette a dit :

Après, j'ai enseigné pendant plus longtemps, ça paraîtrait logique de parler plus de cet aspect. 

 

Oui mais à travers ce qui rapproche les deux métiers. Un prof ça fait quoi, finalement ? De la médiation. Nous aussi. C'est un mot que tu retrouveras partout chez nous.

 

A lire, qui vient de paraître en mai au Cercle de la Librairie: "les métiers des bibliothèques" (38 euros). Un livre qui dépoussière pas mal les choses et risque de devenir un incontournable des prépa-concours.

 

"Travailler en bibliothèque aujourd'hui, cela signifie apprendre à maîtriser l'écosystème numérique qui s'est mis en place au début des années 2000 et co-construire des services informationnels avec les usagers dans un paysage en constante mutation". Bon, ça jargonne un peu, comme toujours, mais la question de fonds reste " jusqu'à quel point les métiers des bibliothèques peuvent intégrer de nouveaux champs de compétences.

 

Et c'est vrai qu'on en est là.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

Merci du conseil ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Babarette

J'ai une question plutôt de type "concours". Lors des entraînements à l'oral de motivation professionnel, la question qui est revenue plusieurs fois est "qu'est-ce qui vous déplairait dans le métier", ceux qui sont passé ont dit à chaque fois "rien". Or, faut-il répondre que tout est passionnant ou plutôt faire preuve de réalisme et dire que gérer des conflits ou s'occuper des commandes d'essuie-mains (je dis ça parce que c'est, personnellement, ce qui me plairait le moins) ne serait pas une sinécure? Est-ce que ça renvoie une image négative, celle de quelqu'un qui ne va pas aimer son boulot et n'accepterait pas tous les aspects du métier?

 

Merci de  vos réponses. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Ce qui est négatif à coup sur c'est de ne pas répondre ou, pire, de répondre "rien" car c'est évidemment faux et revient à un refus de répondre, donc précisément à un manque de réalisme mais surtout d’honnêteté.

 

Tout dépend aussi de quel concours il s'agit et du type de poste que tu vises. Entre "ce qui déplait" et "ce qui est passionnant" il y a une marge. Tout n'est pas passionnant mais si tu trouves déplaisant de gérer des conflits alors que tu te positionnes dans un rôle dont une des tâches principales est l'encadrement ou le "management" comme on dit maintenant, la question viendra tout de suite : mais alors, pourquoi voulez-vous être cadre ?

 

A l'inverse si tu te positionnes dans un rôle d'agent, donc (théoriquement) d'exécution et que tu trouves déplaisant d'être encadrée, ou de ne pas pouvoir assumer seule des projets etc...on te demandera si tu penses te trouver facilement en autonomie de gestion dans ce type de poste. Etc...

 

Il n'y a pas de réponse type. Mais il faut sortir du dualisme un peu bébête de la question : déplaisant ou passionnant, les deux composent une vie professionnelle et l'essentiel est que tu apparaisses comme prête à assumer tes responsabilités et non à les fuir. Ce qui suppose que tu les connaisses. C'est cela que tu dois faire passer comme message.

 

Moi, ce qui me déplaît le plus c'est une journée où peu de lecteurs sont venus, une animation qui a foiré, une baisse de budget, une dame qui vient se plaindre que les toilettes sont sales, être obligé de mettre deux ados à la porte, la maintenance qui n'arrive toujours pas pour dépanner le copieur, un élu qui ne comprend rien à rien, etc...tu peux compléter la liste, elle est infinie.

Tout ça ne veut pas dire que je n'assume pas ces petits problèmes quotidiens, mais il serait faux de dire qu'ils me plaisent ou me passionnent. Ce n'est pas la question (et c'est ce que tu dois faire comprendre au juré). Par ailleurs les résoudre me permet d'avancer et d’améliorer la qualité du service. Donc, à terme, la satisfaction sera au bout du déplaisir. Tu vois le truc? finalement on reformule le questionnement plaisir/déplaisir en modifiant la formule de Nietzsche " Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ". Une situation déplaisante vient souvent d'un dysfonctionnement. Donc si on la résout (avec motivation, pas forcement avec enthousiasme), on supprime le dysfonctionnement et donc la cause du déplaisir.

 

Attention aussi aux sujets chauds et qui risquent de te poser en défaut de motivation plein pot : je trouverais déplaisant de sortir après 18h, de travailler le dimanche matin, le lundi etc...Non, évidemment, tu trouves ça plutôt génial d'être disponible quand le public l'est. Vu que tu as choisi de faire du service public. Logique. Et en BU, tu serais prête à sortir à 22h , c'est évident. :tongue: 

Tiens, jette un coup d’œil la-dessus : http://www.20minutes.fr/societe/1776503-20160201-bibliotheques-universitaires-passent-horaires-extra-larges

 

Ben oui, à un entretien on n'est pas obligé de dire toute la vérité non plus...:D

 

Ceci dit c'est très rigolo de passer des commandes de papier toilette ou d'essuie-mains. Tu prends au moins trois catalogues (sauf si ta hiérarchie est déjà en marché avec un fournisseur), tu feuillettes, tu compares, tu envoies trois paniers, tu attends les devis etc...Pareil si tu reçois un fournisseur de scanettes, puis un autre et que tu passes ta matinée à les essayer, à poser des questions en faisant bip bip. Au fond, on fait ça très souvent dans une année. Qu'il s'agisse d'un logiciel ou de papier toilettes, au fond c'est pareil.

 

Sauf que le papier cul on ne peut pas l'essayer avant, faut faire confiance et voir surtout le prix :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...