Jump to content
Anne Verneuil

Budgets en baisse

Recommended Posts

Ferris

@Bernard


 


Sinon, ce n'est pas tout à fait faux, on est bien dans les 100 euros. C'est bien ce que coûte le fonctionnement de la bibliothèque par famille de 5 usagers.


 


Peux-tu me détailler ce type de calcul, histoire de voir si je ne peux pas retourner la problématique du coût par usager en prenant non plus la masse salariale comme critère unique, d'autant plus qu'ils semblent s'orienter vers la carte famille (système que je n'ai jamais pratiqué mais qui me semble à risque de pénalisation des individuels). :) 


Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

@Ferris


 


C'est simple, j'ai pris le coût déclaré à la DLL... (Ligne F2 : dépenses Totales)


Soit masse salariale comprise, et j'ai divisé par mon nombre d'adhérents (hors scolaire puisque gratuit).


C'est le coût réel par adhérent. Ce qu'il en coûterait à chacun si la bibliothèque n'était pas financée par la commune.


 


La valeur * 5 me donne le résultat pour une famille de 5 personnes. :wink:


J'atteins les 100 euros.


 


Avec les dépenses totales, tu peux aussi calculer le coût réel par foyer. Petite valeur pas négligeable non plus à montrer aux élus.


Histoire de leur montrer que eux aussi payent déjà. Alors payer deux fois ??? sans que les cotisations aillent à l'acquisition de document ? :wink:


 


 


Pour l'abonnement.


Si vous partez pour un abonnement famille et qu'il y a un prêt de 15-20 documents par famille, ce n'est pas pénalisant pour les individuels. Un gros lecteur emporte bien cette quantité pour trois semaines. Ne parlons pas d'un lecteur BD ou d'un CDvore.


 


Ce qui est pénalisant, c'est de devoir se restreindre à 3-5 documents maximum... quand on aime lire ou quand on aime la musique.


Face au Net, où la limitation n'existe pas (en théorie), la différence est flagrante.


 


Idem quand les petits enfants ou neveux/nièces viennent, la limitation fait mal. Avec 15-20 documents, un individuel n'est pas gêné, que ce soit dans sa pratique annuelle ou lors des coups de bourre festifs.


 


Bon week-end


  Bernard

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

@Ferris


 


Maintenant si tu veux mettre un gentil coup de pied dans la fourmilière, tu peux aussi demander la même tarification que pour tous les utilisateurs de bâtiments et de matériels sportifs. Là aussi, il y a des économies à faire, non ?


 


Donc, rien que par soucis d'équité et d'égalité de traitement entre citoyens, peu importe leurs activités, il me semble normal de réclamer 8-10 euros (d'après tes élus) pour tous ceux qui pratiquent le sport sur la collectivité.


 


Usages gratuits pour les uns, payants pour les autres ?


C'est pas juste.


 


Fais remonter le problème,


Pose la question,


Laisse-les réfléchir aux solutions... ou à l'injustice.


 


Tatamis, ballons, filets, eau chaude pour les douches, gazon tondu... Là aussi il y a un coût.


8 à 10 euros annuels par utilisateur, ça ne me semble pas élevé, n'est-ce pas !  :D


 


Egalité de traitement, Ferris, égalité de traitement. (Liberté, égalité, fraternité, dit-on)


  Bernard


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Tarifs de la piscine chez nous : Adulte : 4,85€ - carte de 10 entrées : 39,90€, Enfant : 3,70€ - carte de 10 entrées : 30,60€


Étudiant, chômeur, handicapé : 3,70 €


 


Il est là le problème, si on tombe dans le comparatif....


Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

@Ferris


 


Oui certes, mais tu peux pousser jusqu'à : Stade, Tennis, Salles de sports, combien là aussi ?


 


Et puisque la piscine est payante, ça vaudrait le coût de savoir à combien se monte le budget "piscine" pour voir comment est calculé le tarif piscine par usager.


 


Pour la piscine, le but est aussi de ne pas avoir un surbookage des bassins. D'où, peut-être, des tarifs élevés ?


  Bernard (qui n'a pas de piscine sur sa commune, mais l'océan à 30 km... gratuit ! :wink:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
batmanwillneverdie

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu :


A lire dans le dernier Livres Hebdo (abonnement que nous n'avons pas encore supprimé :-) ) le mini dossier sur "les bibliothèques frappées par la baisse des budgets". On y retrouve bien sûr des propos d'Anne Verneuil :-), les chiffres sont assez frappant d'ailleurs (ex : 95 % des petites villes entre 3000 et 20000 habitants prévoient des coupes dans le budget attribué à la culture qui arrive en tête des secteurs visés par les baisses"). On parle dans l'article "d'un exemple bien connu des professionnels d'une baisse de budget de 50 % pour une bibliothèque"... Euh à mon avis on pourrait trouver bien plus d'un exemple.


Edited by batmanwillneverdie
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isalabib

Les bibliothèques "frappées par la baisse des budgets" dans LH, pendant ce temps la lecture publique est objet d'étude pour l'association Villes de France dans le cadre de "l'optimisation des services et des moyens" : http://www.villesdefrance.fr/upload/document/doc_201410270435030.pdf


Cette étude fait l'objet de l'édito de Vincent Lalanne dans la newsletter Culture : "Ces préconisations me laissent perplexe quant à leur efficience, non pas au regard du bon aloi budgétaire et gestionnaire revendiqué, mais par rapport à la qualité du service rendu..."


http://www.territorial.fr/uploads/Newsletters/newsletter-CULT_426_1415604551.html


 


"optimiser" pour ne pas dire baisse des budgets, pour ne pas dire presser le citron, que je déteste ce vocabulaire...


j'ai une tête d'optimisable ou quoi ??? :angry:


 


Isa, bibliothécaire pressée


Edited by Isalabib

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Oui tu optimiseras tes prestations si tu les mutualises correctement avec des objectifs de rationalisation, notamment en mettant en place des moyens manageriaux et budgétaires adaptés. Si on optimise deux isalabib en les mutualisant, on n'en a vite plus besoin que d'une seule. Tout est là.  :D


 


Au passage, merci beaucoup pour le lien, que je vais de ce pas envoyer à mon élu de la commission culture...


Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isalabib

Oui tu optimiseras tes prestations si tu les mutualises correctement avec des objectifs de rationalisation, notamment en mettant en place des moyens manageriaux et budgétaires adaptés. Si on optimise deux isalabib en les mutualisant, on n'en a vite plus besoin que d'une seule. Tout est là.  :D

 

Au passage, merci beaucoup pour le lien, que je vais de ce pas envoyer à mon élu de la commission culture...

 

toi t'as suivi des cours chez Franck Lepage, avoue !

 

>http://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8

Edited by Isalabib

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Non, j'écoute simplement mon DGS et ma DRH papoter gentiment entre eux...Et j'apprends la Langue Nouvelle.Avoue quand même que "optimiser" ça a quand même plus de gueule que de dire "faut faire mieux avec moins", même en zone rurale. Tu sais qu'on peut optimiser la production d'une vache laitière en lui faisant écouter du Bach ? C'est bien signe que tout est possible, non ? :)


Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eugenie

Je prendrai le temps de lire chacune des 3 pages de témoignages, mais rapidement me concernant : médiathèque située dans les Vosges, ville (bourg centre) de 6000 habitants, structure "mixte" = ludothèque/bibliothèque (1 agent en secteur jeunesse, 1 agent en secteur adulte, 2 agents en ludothèque, 1 agent transversal, et 1 directrice).


Budget en baisse de 3% pour la seconde année consécutive, 3% appliqués au global (y compris chauffage, assurance, ...) du coup comme certains postes augmentent, la baisse est d'autant plus grande sur les autres lignes (si le chauffage augmente, ou que je dois remplacer une porte, je pioche sur les acquisitions !!!).


La dernière de ma hiérarchie : on me supprime les 12h de ménage hebdomadaires qu'assurait un agent d'entretien, et on me demande à partir de janvier de le faire nous-mêmes ! Je suis, je vous laisse l'imaginier, furieuse. Pour le moment j'ai opposé un certain nombre d'arguments, mais jusqu'où devons nous obéir à ce genre d'injonction ? Comment se défendre d'une telle vision de notre métier, ou plutôt d'une telle absence de vision, validée chez moi à la fois par le DGS et le Maire (alors que notre équipement connaît un grand succès : 24% d'inscrits, super dynamique, des visites de notre structure dite "modèle", et j'en passe).


Je prendrai plus de temps pour détailler la situation si vous êtes intéressée, et prends tous les conseils et avis pour essayer de lutter efficacement.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Louve

@ Eugénie


 


ouh là, là!


Va falloir que tu les recadres vite fait!


 


1- prendre ta fiche de poste. Je doute que le ménage fasse partie des tâches quotidiennes. Et une modification de fiche de poste ça demande quand même le respect de quelques règles


2- prendre les descriptifs des cadres d'emplois/statut: adjoint du patrimoine, assistant, bibliothécaire, conservateur... Pour leur montrer que le ménage ne fait pas partie des tâches


3- se rapprocher de la MDP et de la section ABF locale, à plusieurs on est plus fort!


 


enfin, en parler aux collègues de la collectivité. On commence par la bib mais après ce sera le tour des autres services de faire le ménage!


 


Bon courage!


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Eugénie nous confirme que la tendance budgétaire actuelle est désormais de comptabiliser la totalité de ce que coute un service, heures de menage comprises bien entendu, et non plus seulement les dépenses dites spécifiques. Ce qui fait apparaitre des coûts induits ou autrefois cachés, notamment en matière de masse salariale, qui est le principal objectif des élus : ne pas la faire monter  et si possible la baisser (avec les personnels contractuels et horaires c'est facile, pour les autres il faudra attendre les départs en retraite). Supprimer des heures de ménage est donc tout  fait logique.


 


Le recours à la fiche de poste est douteux, tout simplement parce qu'elle n'a pas de valeur légale, donc pas de recours possible. Et aussi parce que beaucoup de ces fiches comportent un volet "polyvalence", libellé de telle sorte qu'on peut pratiquement, mais à titre occasionnel, faire faire toute tâche nécessaire au bon fonctionnement du service à tout agent du service. Les "fiches métier" du CNFPT par exemple mentionnent des attributions spécifiques, mais ne mentionnent pas les autres. Il n'est indiqué nulle-part qu'il est interdit ou illégal de faire passer le balai à un agent, tant qu'il ne s'agit que d'une circonstance occasionnelle, nécessitée par l'intérêt du service. Il importe donc que tu détermines avec tes RH le nombre d'intervention "ménage" de ton équipe, en termes d'heures. Par ailleurs aucun texte ne spécifie ce qu'est un local "propre" ou un local "pas propre". Ton intervention peut se limiter à vider les poubelles quand elles sont pleines et à mettre du PQ dans les toilettes le matin. Ou arroser les plantes, choses que j'ai faites bien des années, tout cadre A que je suis.


 


Négocie plutôt la-dessus, les contenus et les horaires, plutôt que de partir en opposition de type statutaire.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest X'Cera

Ben voila chez nous c'est moins 8% et des brouettes et on nous retire l'agent de sécu (logique... on fait des économies sur tout on dirait). Du coup on devra assurer nous-même l'ouverture de tous les accès, la fermeture et la tournée du bâtiment entier à chaque fermeture. Je me demande même dans quelle mesure cette situation est discutable, sachant qu'il n'y avait qu'un seul agent pour la sécurité d'un musée et d'une bibliothèque. Bref, que du bonheur! 


Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest X'Cera

Ferris pardon mais même si aucun texte ne le spécifie étant donné qu'il s'agit d'un ERP il y a quelques normes d'hygiène à respecter.


 


Et même si le recours à la fiche de poste peut être discutable (ou pas d'ailleurs, puisqu'il s'agit d'un document officiel), rien n'empêche d'évaluer les heures de ménage, de les transcrire en ETP puis en part du salaire qui est versée à Eugénie pour le ménage (ils se diront peut-être que ça fait cher payé le coup de balai).


Et puis au pire ça ne coûte rien de poser la question aux syndicats, mais je ne vois pas comment elle peut assumer douze heures de ménage dans ses heures (ça c'est déjà vu des collectivités retoquées parce qu'elles imposaient à des agents des tâches totalement hors de leurs fonctions).


 


Enfin, elle peut se prévaloir de sa fiche de poste qui a valeur contractuelle pour l'agent et son supérieur hiérarchique. Du coup, s'ils veulent la modifier, elle doit être validée en CAP (ou en CTP il faudrait que je vérifie) et c'est là qu'il faut faire retoquer la fiche avec l'intervention des syndicats.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Une norme d'hygiene peut être assurée par n'importe qui, surtout s'il s'agit de tâches minimales. 


 


12 heures, c'est impensable. De toutes façon le but n'est evidemment pas de faire passer ça en heures sup, mais d'intégrer ça dans les heures normales.


 


La fiche de poste n'est pas un contrat de travail, ce n'est pas un document contractuel (elle peut d'ailleurs être rédigée en dehors de la présence de l'agent et l'agent ne la signe que pour signifier qu'il en a pris connaissance et non pas pour signifier qu'il est d'accord). Une fiche de poste est individuelle et n'a donc pas sa place dans une discussion de CT ou CTP qui ne débat que de l'organisation des services. En CAP je ne vois pas, à part si la fiche d'évaluation de l'agent mentionne ces tâches comme faisant partie des tâches qui permettent l'évaluation de son travail).


 


A mon avis c'est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. A 5 agents sur une structure et si on se limite au vidage de poubelles et quelques tâches annexes, c'est moins d'une heure de travail par agent et par semaine.


 


Si c'est 12h et serpillière tous les jours, carreaux etc...il faut effectivement s'inquiéter car le temps passé à ces tâches entre en contradiction avec les missions principales de l'agent : sur un ETP c'est presque la moitié (sur 35 heures). Là effectivement il faut aller, non pas en CTP, mais à la section syndicale pour qu'ils voient ça directement avec les RH, vu que c'est un cas particulier.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest X'Cera

Je m'inscris en faux sur l'absence de valeur de la fiche de poste (décidément j'aime bien m'inscrire ^^)


 


http://www.cdg50.fr/files/fck/files/juridique/thematique/FICHE%20PRATIQUE%20-%20La%20fiche%20de%20poste.pdf


http://www.cdg-64.fr/cdg/Gestion_ressources_humaines/Documentation/Guide_fiche_de_poste.pdf


 


Et je confirme donc que ça se fait avec l'agent et que pour un changement important dans les missions si ça entraîne des modifications ça passe en CAP (et non en CTP effectivement). Chez nous les fiches de postes en cours de modification sont en attente de la prochaine CAP, elles ne peuvent pas être validées avant.


 


Et certes une norme d'hygiène peut être assurée par n'importe qui, mais elle doit être assurée correctement, et se contenter de vider les poubelles ne permet certainement pas de satisfaire les règles élémentaires d'hygiène. 


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Si tu relis bien tes textes (qui ne sont que l'interprétation de tel ou tel Cdg) , tu liras ceci, qui veut tout dire : (http://www.cdg50.fr/...he de poste.pdf )


 


La fiche de poste ne lie pas l’employeur. Celui-ci peut modifier unilatéralement une fiche de poste et même verbalement. L’agent ne peut s’opposer à l’exécution d’une tâche demandée au motif qu’elle ne figure pas dans la fiche de poste. Il commet une faute. 

 

Bon, ben c'est le cas chez nous par exemple, au non de la polyvalence nécessaire dans les petites communes et de l'intérêt du service...On ne peut pas contester sa fiche de poste ni refuser de la signer. On ne peut agir qu'ensuite, au moment de l'évaluation, qui est censée tenir compte des missions et tâches définies dans la fiche. Là et là seulement, on peut contester son évaluation et partir en contentieux (au bout de 2 mois). Pour le juge administratif, la fiche de poste, bien que restant sans valeur légale, reste un élément déterminant et il la demande de plus en plus souvent comme pièce du dossier.

 

Il y a les textes...et la façon dont ls sont appliqués ensuite localement. Ne tombons pas dans l'angélisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest X'Cera

Sans tomber dans l'angélisme, je pense qu'on peut s'opposer au fait de se voir subitement attribuer une tâche qui correspondait à 12h hebdomadaires.


Et si tu lis bien l'autre fiche, elle te dit qu'une fiche de poste a une valeur contractuelle, et par voie de conséquence lie les parties. Dans les faits, une modification comme celle-ci sera facilement contestable avec l'aide des syndicats, surtout si elle argue qu'elle reçoit des enfants et que donc l'hygiène doit être particulièrement bien accomplie. Tout peut se défendre, les agents peuvent subitement se trouver une allergie aux produits d'entretien, et là bonjour la galère pour le service santé  :whistle:


 


Après on ne sait pas vraiment quelle est la marge de manœuvre, il faudrait également connaître les dispositions réglementaires propres à la collectivité, mais même si je ne suis pas favorable à ce genre de positionnement, je rappelle qu'en bibliothèque à part pour les magasiniers il n'existe aucun prérequis de santé, du coup c'est facile de faire jouer une allergie ou autre.


 


Les coupes budgétaires ok, mais pas au détriment des conditions de travail, d'hygiène et de sécurité des agents et des publics! Sinon elle peut proposer au DGS de venir lui filer un coup de main pour le ménage, puisqu'après tout une fiche de poste est modifiable sans conditions  :D


Edited by X'Cera

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eugenie

(je ne veux pas polluer ce fil, alors juste merci pour vos premières pistes de réflexion ! Et sans vouloir remettre de l'huile sur le feu, je me demande bien dans combien des services de notre collectivités on a demandé de faire le ménage en plus/ à la place des missions historiques et légitimes de la structure : je trouve assez symptomatique et symbolique que ce soit dans une médiathèque qu'on estime cette économie de temps possible ! et dans un service exclusivement féminin, qui plus est ...)


Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

@Ferris


La fiche de poste ne lie pas l’employeur. Celui-ci peut modifier unilatéralement une fiche de poste et même verbalement. L’agent ne peut s’opposer à l’exécution d’une tâche demandée au motif qu’elle ne figure pas dans la fiche de poste. Il commet une faute.


 


Même si on te demande verbalement d'utiliser un tracto-pelle, ou d'intervenir sur un problème électrique majeur ?


Où est la limite ?


 


Que se passe-t-il en cas d'accident ? 


 


Autre question qui m'interpelle : à quoi sert la signature de l'agent dans ces conditions ?


Et même plus loin : à quoi sert une fiche de poste si elle n'est pas opposable ?


Si l'agent peut tout faire, je ne vois pas l'intérêt de créer des fiches de poste.


 


Dans le PDF, on lit aussi


Cependant, une modification écrite est préférable. En effet, dans l’hypothèse où des mesures sont prises (réduction du régime indemnitaire, sanction) en raison d’un défaut d’exécution de tâches, l’agent pourra plus aisément contester que les dites tâches lui ont été confiées si aucune modification écrite n’est intervenue.


 


Ce qui veut dire que l'agent peut ne pas exécuter les tâches si elles ne sont pas inscrites dans sa fiche de poste. Il n'est pas censé en avoir eu connaissance. 


De plus, un ordre verbal ne signifie pas qu'on sait "comment" s'y prendre. La fiche de poste doit/devrait décrire les actions à effectuer.


 


Et là, je comprends la nécessité de la signature qui dit : "j'en ai pris connaissance".


 


Cette connaissance me semble aussi nécessaire pour pouvoir se former... afin d'éviter les accidents.


La manutention de produits chimiques industriels ne s'improvise pas. (Pour l'entretien, ce ne sont pas toujours les mêmes produits que dans le public).


Idem dans les gestes à effectuer... par exemple, il y a des stages de manutention et de port de charges lourdes (type cartons ou caisses de livre), on doit aussi en trouver pour les bons gestes du ménage.


 


Le ménage en bâtiment public ne s'improvise pas.


Exemple : pour faire les vitres en hauteur, il faut être deux, sinon un agent ne monte par sur une chaise ou une échelle tout seul. En cas d'accident, il y a faute ! (et faute du chef de service)


Ce sont des réglementations qui ne s'inventent pas et le chef de service doit les connaître sous peine d'être responsable.


 


D'où, pour Eugénie : commencer par éplucher un peu/beaucoup les formations pour l'entretien, et en faire soi-même au niveau administratif et loi (voir pour cela le cadre A en charge de l'entretien sur la commune).


 


Nouvelle tâche = formation.


 


Tant pis si la bibliothèque ferme ses portes pendant une semaine.


 


Reste aussi la répartition des tâches.


Si chaque agent doit nettoyer son coin de moquette ou laver son coin de carrelage, ça signifie des demandes de matériel spécifique à multiplier par le nombre d'agents... afin de ne pas bloquer plus de quelques heures par semaine à la bibliothèque. Durant le ménage, on ne devrait pas accueillir du public dans les locaux nettoyés. Toujours pour des problèmes d'accident. Déraper sur un carrelage mouillé, ça peut faire mal.


 


Bien sûr, ces heures ne seront pas passées à d'autres activités.


Ce qui veut dire réduction de quelque chose (horaires d'ouverture ?), ou RTT à prévoir (ce qui veut bien dire réduction de certains horaires d'ouverture :wink:).


 


Là, je dirai que c'est l'occasion de montrer aux élus que les bibliothécaires travaillent pendant leurs heures, et quelles sont leurs activités. Oui, c'est vraiment le moment du bilan pour savoir "où" on va pouvoir dégager du temps.


 


Dans un autre jargon, on appelle ça : une étude de faisabilité.


 


Et puis tant qu'à faire, on pourra aussi s'étonner que le ménage soit encore fait dans d'autres salles municipales, ou tout simplement à la mairie. Les élus peuvent aussi prendre un balai et un aspirateur, non ?


 


Ah oui, ce ne serait pas politiquement correct.  :blush:


 


En tout cas, ça reste toujours intéressant de comparer ce qui est comparable et de s'étonner des raisons qui ont conduit à cette décision. A la rigueur, une baisse des passages ou des horaires de ménage, mais une suppression complète, pourquoi ?


 


Bon courage dans vos démarches.


  B. Majour


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

@Bernard. Ne tombons pas dans la caricature. En tant que syndicaliste je suis très opposé aux fiches de postes "généraliste" et je ne suis pas le seul. Néanmoins : 


 


@Ferris


La fiche de poste ne lie pas l’employeur. Celui-ci peut modifier unilatéralement une fiche de poste et même verbalement. L’agent ne peut s’opposer à l’exécution d’une tâche demandée au motif qu’elle ne figure pas dans la fiche de poste. Il commet une faute.


 


Même si on te demande verbalement d'utiliser un tracto-pelle, ou d'intervenir sur un problème électrique majeur ?


Où est la limite ?


 


La limiie est que ta fiche de poste mentionne ta filière, ton grade, ton service (lecture publique) et ton lieu d'affectation (bibliothèque X ou plusieurs bibliothèques because mobilité). J'imagine mal un tracto-pelle se justifiant dans une bibliothèque ...


 


Que se passe-t-il en cas d'accident ? 


 


Un paquet d'emmerdes relevant de la science-fiction catastrophe  :D 


 


Autre question qui m'interpelle : à quoi sert la signature de l'agent dans ces conditions ?


Et même plus loin : à quoi sert une fiche de poste si elle n'est pas opposable ?


Si l'agent peut tout faire, je ne vois pas l'intérêt de créer des fiches de poste.


 


L'agent mentionne qu'il a pris connaissance de ce document, c'est tout mais c'est la loi. mais sa signature ne vaut pas pour autant acceptation, qu'on ne lui demande pas d'ailleurs.


 


La fiche de poste comporte une liste de tâches (non exhaustives, une dizaine en general, correspondant aux missions de l'agent dans le service et par rapport à l'organigramme du service) et c'est sur l'execution de ces tâches, ses compétences et la manière de servir que l'agent sera évalué en fin d'année. Ce sont ses missions principales, en rapport avec sa filière et, en principe son grade.


 


Ce qui veut dire que l'agent peut ne pas exécuter les tâches si elles ne sont pas inscrites dans sa fiche de poste. Il n'est pas censé en avoir eu connaissance. 


De plus, un ordre verbal ne signifie pas qu'on sait "comment" s'y prendre. La fiche de poste doit/devrait décrire les actions à effectuer.


 


Les autres tâches éventuelles sont annexes et correspondent à des nécessités, souvent occasionnelles du service, obligatoires dans le cadre de la polyvalence. L'agent ne sera pas évalué sur ces tâches annexes. Par ailleurs aucune fiche de poste ne peut recenser l'intégralité des tâches d'un agent. Les "necessités du service" et la "polyvalence" font foi et peuvent amener l'agent à réaliser des tâches non listées.


 


La fiche de poste reste donc le pivot central de toute l'évaluation de l'agent (d'ou decouleront ses possibilités d'avancement, son regime indemnitaire , des formations etc...). Elle est donc loin d'être inutile.Mais il faut se battre pour qu'elle soit la plus précise possible. Actuellement on va vers des fiches-types, standardisées, qui font peu de place aux particularités des tâches devolues à chaque agent. Le liste des tâches va elle aussi vers la standardisation. C'est un réel problème.


 


Donc, si la fiche en elle-même n'est pas opposable, elle est tout de même le centre de l'évaluation qui, elle, est opposable. J'enj profite pour signaler que le nouveau mode d'évaluation des agents est paru le 16 decembre, signé du Ministre Valls. Je vous conseille vraiment d'aller y faire un tour. Les phases d'expérimentation de ces dernieres années sont terminées, les anciens systemes de notation également. 


 


 


Dans le PDF, on lit aussi


Cependant, une modification écrite est préférable. En effet, dans l’hypothèse où des mesures sont prises (réduction du régime indemnitaire, sanction) en raison d’un défaut d’exécution de tâches, l’agent pourra plus aisément contester que les dites tâches lui ont été confiées si aucune modification écrite n’est intervenue.


 


Exact, elle est préférable mais non obligatoire. De même par exemple qu'on sait peu qu'un chef de service peut donner des consignes uniquement orales à ses agents, il n'a aucune obligation de les formuler par écrit. C'est problématique car il peut aussi changer d'avis tous les matins, et c'est alors sa parole contre la tienne...


 


Prenons un exemple final pour illustrer l'ampleur du probleme : si les missions du poste que tu occupes , forcement listées à minima et de façon très generaliste comportent la phrase : gestion de la bibliotheque de X. Quelques tâches type Accueil des publics, acquisitions etc..seront rapidement listées en regard de cette mission. Pas plus détaillées que cela. Et le piege est là : formules generales (souvent une seule mission est mentionnée), tâches en mots-valises et en nombre limité.


 


Dans le cadre des necessités du service et de la polyvalence, il ne te sera pas possible de prouver que vider la poubelle ou arroser les fleurs ne font pas partie de ta mission "gestion de la bibliothèque", à titre annexe, accessoire ou temporaire. Si l'autorité territoriale considère que ces missions en font partie (comme bien d'autres non listées) par défaut, tu l'as dans l'os. Et avec ce type de formule large "gestion de la bibliothèque", crois-moi qu'on peut t'en faire faire des choses ...


 


Le piege guette également les cadres qui , jusqu'ici croyaient pouvoir refuser de couvrir, ranger etc...Leur grade ne les protège plus à ce niveau. Eux aussi ont la mission "gestion de la bibliotheque", donc....


 


C'est contre ça que je me bats sur le plan syndical. Les jolis textes des Cdg sont souvent de la poudre aux yeux (et parfois même sont conçus pour les DRH !), il faut donc voir concretement ce qui se passe sur le terrain dans des collectivités étranglées financièrement.


Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites
B. Majour

@Ferris


il faut donc voir concretement ce qui se passe sur le terrain dans des collectivités étranglées financièrement.


 


Eh bien, je crois qu'Eugénie nous en donne un bon aperçu.


12h00 de ménage divisées par 4 agents (il en faut un de libre pour gérer le téléphone et le reste), ça nous fait du trois heures de travail par agent disponible. 


10 % du temps de travail, sur une semaine.


 


Une des dix actions de la fiche de poste ?


Parce que cette action représente quand même 10 % du temps de travail de l'agent.


 


Ce n'est pas rien.


C'est même un changement majeur sur la fiche de poste. Non ?


 


En plus, si on est évalué sur cette tâche, ça promet. :hmm:


  Bernard


Edited by B. Majour

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eugenie

Bonjour tout le monde :)


Pour préciser, 12h de ménage chez nous, c'est 100% du ménage, c'est à dire que nous allons bien, à partir du 1er janvier, effectuer l'entièreté du ménage de la structure, et on est très loin du vidage de poubelles ou de l'arrosage de fleurs (que nous faisons déjà au demeurant).


Je suis directrice de cette structure, et ça ne me pose pas de problème de donner un coup de main quand il s'agit de couvrir (des nouveautés attendues par exemple), voire je récure s'il y a eu un pipi intempestif, ou autre. On est une petite équipe, la polyvalence est notre quotidien. Mais considérer que désormais le personnel de la médiathèque fera seul 100% du ménage (serpillère, WC, aspirateur, ...), là, je suis outrée ! Suite à une réunion des collègues ce jour, nous avons regardé quelles tâches missions nous allions supprimer ou modifier. 12h, ce sont des accueils de groupes et de l'ouverture au public qui sautent : par exemple, impossible de réouvrir le mardi matin avec la médiathèque "dégueulasse" suite à la très grosse journée du samedi (le ménage était fait le lundi par les agents d'entretien). Nous avons peu de marge de manoeuvre, mais l'équipe est solidaire, et je ne compte pas me laisser bouffer sans faire un peu de bruit. (pardon pour le langage fleuri, mais là, grrrrr ... :angry: ).


 


Au sujet des budgets vus dans leur globalité, vers quoi s'achemine-t-on si la facture de chauffage continue à grimper (je suis dans les Vosges, et même avec le réchauffement climatique, hum ...), si les assurances augmentent, que le bâtiment vieillissant réclame toujours plus de travaux d'entretien, ... On n'achètera plus du tout de livres/CD/DVD/jeux/presse ? :bye:


 


Après un temps de réflexion ce WE, la seule conclusion qui s'impose à moi est qu'ils ont fait le choix de "maltraiter" un équipement de culture "populaire" dont ils se moquent, pour une bonne part. Peu importe notre succès ou notre réussite, nos actions, notre dynamisme. Ils n'ont pas touché aux musées qui sont l'image touristique de la ville, mais à un équipement culturel populaire, que les élus fréquentent peu. Nous allons leur opposer nos fermetures et annulations de groupes, comme un baroud d'honneur, mais clairement, je ne suis pas du tout persuadée que cela soit efficace ...


Share this post


Link to post
Share on other sites
Ferris

Comme je le disais post 66 "12h c'est impensable".


S'il se confirme qu'il s'agira bien de remplacer 12h par 12h, cela ne va plus. Soit les tâches sont revues à la baisse et apparaissent comme des tâches annexes issues de la nécessité, soit elles sont figées et représentent un nombre d'heures qui ne peut être passé sous silence, surtout si des tâches déja assurées dans les missions doivent en souffrir ou disparaitre. Dans ce cas, il ne s'agit pas de la fiche de poste de telle ou telle personne mais bien de l'organisation du service, et c'est à traiter en Comité Technique. Par ailleurs, personne n'ayant les compétences requises, il peut être opportun de prévenir le CLHSCT (obligatoire à partir de 50 agents dans la collectivité) car des risques professionnels sont liées à ces tâches (maniement de produits d'entretien, travail en hauteur etc...).


 


Pour les missions du CLHSCT (Comité d'hygiene, de securtité et des conditions de travail), voir : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2349.xhtml#N10110. voir aussi sur  http://www.collectivites-locales.gouv.fr/sante-hygiene-securite-et-conditions-travail-dans-fonction-publique-territoriale. : pas mal de phrases sont à tirer de ces textes pour que votre situation (en tant que service) soit mise à l'ordre du jour du prochain CT ou CTP.


 


Donc Eugénie : tu contactes les représentants du personnel élus récemment, syndiqués ou non ce n'est pas le problème, et tu essaies aussi de voir si ces 12h ont été supprimées ou transférées sur d'autres services, car ça pourrait aggraver le cas de ton employeur.


 


Edited by Ferris

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...