Aller au contenu

Oral d'assistant 2013/2014


calire
 Share

Messages recommandés

Si tu bossais mal, si tu ne méritais pas ta place, tu l'aurais vite su. Tes supérieurs ont plutôt intérêt à garder les bons éléments, concours ou pas.


 


Certes, mais ça c'est ans les contes de fées. IRL, dans la FPT on garde aussi les mauvais éléments, ceux dont tout le monde connait les incapacités, les non-méritants, les feignants, les démotivés d'origine, les caporaux-chef-natives, les indignes, les pistonnés, les mous du genou, les bras cassés. Par ce qu'ils sont titulaires de la fonction publique. A vie.


 


Faut pas devenir comme eux, mais faudra apprendre à vivre avec....


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si tu bossais mal, si tu ne méritais pas ta place, tu l'aurais vite su. Tes supérieurs ont plutôt intérêt à garder les bons éléments, concours ou pas.

 

Certes, mais ça c'est ans les contes de fées. IRL, dans la FPT on garde aussi les mauvais éléments, ceux dont tout le monde connait les incapacités, les non-méritants, les feignants, les démotivés d'origine, les caporaux-chef-natives, les indignes, les pistonnés, les mous du genou, les bras cassés. Par ce qu'ils sont titulaires de la fonction publique. A vie.

 

Faut pas devenir comme eux, mais faudra apprendre à vivre avec....

 

Je parlais du statut des contractuels en fait. J'ai connu un collègue contractuel qui était en poste depuis quasiment 1 an et finalement, parce-que les collègues titulaires se plaignaient de lui (entre autres), son contrat n'a pas été renouvellé. Les contractuels sont sur un siège éjectable donc soit tu bosses bien et ils font en sorte de te garder et de te trouver des contrats, soit tu ne fais pas l'affaire et tu dégages. C'est dans ce sens que je disais ça.

Pour ce qui est des mauvais éléments, évidemment qu'il y en a dans la FPT, je le sais, j'en connais mais c'est partout pareil. Après, c'est sûr, ils ont leur emploi à vie et comme tu dis, il faut apprendre à vivre avec même si c'est injuste...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Certes, mais ça c'est ans les contes de fées. IRL, dans la FPT on garde aussi les mauvais éléments, ceux dont tout le monde connait les incapacités, les non-méritants, les feignants, les démotivés d'origine, les caporaux-chef-natives, les indignes, les pistonnés, les mous du genou, les bras cassés. Par ce qu'ils sont titulaires de la fonction publique. A vie.

 

Ça c'est bien vrai !

Mais il y a des solutions pour les virer, si si, ça s'appelle le reclassement. Ceux qui foutent rien, les gros boulets, on les benne dans un autre secteur d'activité. Le truc nul, c'est que c'est souvent la bibliothèque la dernière étape.

C'est comme ça que, dans une des bibs où j'ai bossé avant, on s'est récupéré LA grosse incapable qui pourrissait la vie des gens à la mairie, et qui savait rien faire de ses dix doigts. Ben oui, mais de toute façon, "c'est pas pour ce que vous faites en bibliothèque, vous trouverez bien un truc à lui faire faire".

Je n'en dis pas plus, avant de me lancer dans un laïus rageur sur la vision qu'on a de nous et la déprofessionnalisation, tout ça, tout ça.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ceux qui foutent rien, les gros boulets, on les benne dans un autre secteur d'activité. Le truc nul, c'est que c'est souvent la bibliothèque la dernière étape.

"On les benne" : tu veux dire que les médiathèques sont les poubelles des collectivités ?

Je t'invite à lire ça, tu y trouveras un laïus rageur !!! http://bouillegribouille.blogspot.fr/2014/04/les-mediatheques-poubelles-des.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Fritex et Lunalithe


 


Vous avez raison toutes les deux. Quoi qu'un bon contractuel ne verra pas forcement son contrat renouvelé pour autant et restera un produit" jetable". N'oublions pas que la seule raison réelle de l'embauche de contractuels, c'est une raison économique. Et que le "mérite" ne fait pas partie des critères principalement retenus pour prolonger quelqu'un.


 


Lunalithe, tu as fortement raison (et c'est vrai que le lien offert par Isa te le montrera), nous sommes les lieux principalement choisis pour le reclassement des administratifs. J'ai même connu une collègue dans une toute petite bibliothèque, qui dirigeait la structure avec des bénévoles : elle était adjointe de la filière administrative, mais à mi-temps en bib et conservée à mi-temps en mairie. Elle était un peu paumée. Elle faisait ce qu'elle pouvait.


Faut pas trop non plus leur jeter la pierre : quand l'élite" (les administratifs sont l'élite de la FPT, y compris au niveau salaires et primes...) veut évincer quelqu'un cela ne veut pas dire que cette personne est necessairement un "boulet", mais quelque fois simplement qu'elle "déplait". Et il existe des cabales montées par des "collègues" pour pousser dehors une collègue qui déplaît. Cela existe plus qu'on croit. De nombreuses jurisprudences l'ont prouvé.


Alors sachons aussi accueillir ces collègues évincées, souvent détruites moralement. Elles peuvent parfois devenir de bons éléments, si elles ont encore le moral pour tenir le coup...


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon, alors si je comprends bien tout ce qui se dit au-dessus... : on ne peut pas tomber plus bas qu'en bibliothèque ! :wink:


 


Et, même si on déplaît, pas de crainte non plus d'être foutu "dehors" par des collègues bibliothécaires. 


Où est-ce qu'ils pourraient bien nous mettre par la suite ? :D


Comme quoi, c''est quand même bien d'être en bout de chaîne. 


 


En même temps.


Fin de chaîne du livre, fin de chaîne administrative, on va finir par nous prendre pour des gros boulets.


 


Association des gros Boulets Français.


Tiens, ça ne m'était pas venu à l'esprit.   :tongue:


 


Merci à vous pour cette découverte d'une nouvelle facette métier.


  Bernard

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Où est-ce qu'ils pourraient bien nous mettre par la suite ?  :D


 


Dans tous les endroits qui relèvent de la filière culturelle (les cimetières relèvent de la filière technique en principe), c'est à dire vraiment beaucoup. Et avec un grade d'adjoint, encore plus qu'on ne pense. J'ai cité des cas à je ne sais plus qui, tout simplement parce que je les connais. Avec la mobilité intercommunale, vous pouvez vous retrouver gardien de Musée, magasinier aux archives, guide touristique (visite d'églises , de grottes, de ruines gallo-romaines etc..), accompagnateur de groupes sur les chemins de randonnées, etc..avec des temps incomplets sur chaque poste de façon à avoir au total un temps plein, des déplacements très nombreux, et des nécessités de service sur les périodes estivales.


 


Il n'est plus nécessaire d'avoir votre avis ou votre accord, ce n'est pas une mutation puisque vous êtes fonctionnaire intercommunal. Simplement un changement d'affectation au sein de la même collectivité et dans le cadre de votre filière et de votre grade.


 


C'est arrivé et cela arrivera de plus en plus avec les problèmes d'effectifs que connaissent les intercos. Cela evitera aussi d'embaucher certains types de contrats courts ou des saisonniers.Cette mutation interne peut être prononcée d'office. Elle est permise par la séparation du grade et de l'emploi. N'oubliez jamais que vous êtes "propriétaire" de votre grade, pas de votre emploi ou de votre poste.


 


Je dois manquer d'humour aujourd'hui, peut-être parce que le vécu des collègues qui connaissent cette situation n'arrive pas à me faire rigoler. Mais si, mon cher Bernard, on peut tomber bien plus bas qu'en Bibliothèque, on peut servir de bouche-trous permanent dans tous les sous-emplois relevant du "culturel". Si passer un concours de cadre A pouvait ne servir qu'à éviter cela, ça vaudrait encore la peine. Parce qu'un A de la filière culturelle, c'est beaucoup plus difficile de le recaser en respectant les prerogatives de son grade. Alors qu'un C...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voilà. Je fais bien te tenter le concours cadre A chaque fois que je peux (tous les 3 ans pour 6 postes en interne... quelle inanité, quand même !).


 



Alors sachons aussi accueillir ces collègues évincées, souvent détruites moralement. Elles peuvent parfois devenir de bons éléments, si elles ont encore le moral pour tenir le coup...


 


Justement, le problème, c'est quand elles n'ont plus assez de moral. Recevoir sans arrêt du public se révèle trop souvent au dessus de leurs forces.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Elles peuvent devenir de bons éléments... ou pas. J'ai ce cas dans ma bib et c'est très compliqué. D'autant que dans une toute petite équipe, il suffit parfois d'un seul élément pour foutre en l'air tout le travail... :/

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon, alors si je comprends bien tout ce qui se dit au-dessus... : on ne peut pas tomber plus bas qu'en bibliothèque ! :wink:

 

Et, même si on déplaît, pas de crainte non plus d'être foutu "dehors" par des collègues bibliothécaires. 

Où est-ce qu'ils pourraient bien nous mettre par la suite ? :D

Si, on peut finir aux archives !! :tongue:

 

Et pour beaucoup, c'est "pire" que la bibliothèque. "Lire c'est bien au moins, ranger des papiers, beurk!!"

 

 

 

Et j'espère vraiment, mais vraiment, que comme le dit Ferris, "Avec la mobilité intercommunale, vous pouvez vous retrouver gardien de Musée, magasinier aux archives, guide touristique (visite d'églises , de grottes, de ruines gallo-romaines etc..), accompagnateur de groupes sur les chemins de randonnées, etc..avec des temps incomplets sur chaque poste de façon à avoir au total un temps plein, des déplacements très nombreux, et des nécessités de service sur les périodes estivales.", ça, ça n'arrivera jamais autant.

 

Parce qu'apparemment ça arrive déjà, mais à quel point? Est-ce qu'il y a des situations où l'agent fait vraiment tout cela sans avoir son mot à dire? Genre musée et bibliothèque et archives et cimetière en même temps? Où est-ce que c'est plutôt couplé  "musée-archives", "bibliothèque-guide"... ce qui n'est pas mieux mais enfin, permet peut-être moins de schizophrénie... en petite novice de la FPT, jamais je n'aurais imaginé que c'était possible...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A lire sur la mobilité dans la FP : bouger dans la fonction publique, présentée plutôt comme un aspect positif en termes de carrière, et en occultant les côtés negatifs. http://www.territorial.fr/PAR_TPL_IDENTIFIANT/18599/TPL_CODE/TPL_REVUE_ART_FICHE/PAG_TITLE/Bouger+dans+la+fonction+publique...+Des+possibilit%E9s+statutaires+de+mobilit%E9,+certes,+mais+pour+quoi+faire+%3F/332-carrieres-publiques.htm


Et un texte sur la mobilité interne, celle qui pose le plus de problèmes, et là il faut savoir lire aussi entre les lignes : http://www.cdg59.fr/fileadmin/Services/Emploi/Espace_RH/Les_dispositifs_de_redeploiement_et_de_mobilite_interne.pdf


 


Ces textes valorisent la mobilité (surtout externe et verticale en fait) car ils émanent des administrations qui ont intérêt à ce que ce concept soit de plus en plus intégré par les agents comme une évidence, voire une nécessité dans la "construction de carrière". La réalité économique, la politique des rentabilisation des effectifs existants et le phénomène intercommunal rendent en fait ces parcours, surtout en interne et en "horizontal", difficiles et souvent dévalorisants.


 


Ne jamais oublier ça, ou le pouvoir du Prince : En cas de mutation interne, l'autorité territoriale (maire, président du conseil général ou régional, président du conseil d'administration) procède aux mouvements des fonctionnaires au sein de la collectivité. Seules les mutations entraînant un changement de résidence ou une modification de la situation des fonctionnaires sont soumises à l'avis des CAP. Lorsqu'il est urgent de pourvoir un emploi vacant afin d'assurer la continuité du service, la mutation peut être prononcée sous réserve de son examen ultérieur par la CAP.


 


1 – La mobilité interne, un levier pour l’optimisation de la masse salariale .Alors que le recrutement dans les collectivités se fait souvent par apport de personnel extérieur, dans un contexte de raréfaction et d’optimisation des ressources, il devient nécessaire pour les collectivités de savoir valoriser les compétences qu’elles détiennent en interne. 


 


Donc tout est possible....


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Lomena


 


Pas grave si je finis aux archives, j'aime aussi les archives. Découvrir le passé dans ces petits détails insignifiants, faire le tri, mener l'enquête entre ce qui est intéressant de montrer et ce qui n'a (peut-être) aucune valeur pris isolément.


Ok, en archives, il y a de la poussière et beaucoup de débris de toutes sortes, mais les archéologues aussi en ont et eux ne s'en plaignent pas. En plus, ils sont terrassiers la plupart du temps, les cimetières ils connaissent.


Que ne ferait-on pour quelques objets de "valeurs".


 


C'est comme en bibliothèque, beaucoup de lectures pour découvrir une perle de temps en temps.


 


Pour les intercos, tu n'es pas la seule novice. Je ne pensais pas que l'on pouvait ainsi jouer au Yo-Yo avec ses agents.


 


En même temps, on ne me mettra pas longtemps comme guide de catacombes, après deux ou trois oublis de touristes, je pense que je servirai de bouche-trous ailleurs. Au bout d'un moment, ils me mettront là où je ferai le moins de dégâts possibles : devant un rayonnage de livres par exemple. :wink:


 


Ben oui, Ferris décrit quand même une personne hyper-polyvalente, capable de remplir tous les trous possibles.


Sans doute avec compétence... parce que sinon, elle finirait en bibliothèque d'après plus haut. :yes:


 


La solution tient aussi là. Si on se montre moins compétent et moins capable... Pas de problèmes, au bout de quelques erreurs de manipulation ou de langage (dans le cadre des guides par exemple, mais pas que), ou encore de pannes d'amabilité/d'accueil, je doute qu'on laisse la personne très longtemps à la place qu'elle occupe dans l'interco. 


 


Avec une personne déprimée et démotivée, c'est bien ce qui se passe : moins impliquée, moins motivée = vite moins compétent, moins capable.


 


L'agent n'a pas son mot à dire, certes. Mais il peut adapter sa bonne volonté, à sa guise. 


De toute façon, son corps finira par parler à sa place.


Alors autant prendre les devants et en discuter avec son supérieur hiérarchique.


 


Tiens, question de concours : qui est le supérieur hiérarchique d'un bibliothécaire interco ?


 


Sûr, il faut vraiment ouvrir un sujet sur l'intercommunalité. 


   Bernard


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tiens, question de concours : qui est le supérieur hiérarchique d'un bibliothécaire interco ?


 


Ben, comme avant , dans l'ordre: le Directeur du Réseau lecture, puis le DAC s'il existe puis le DGS de l'interco,  (puis le Président de l'intercommunalité en tant que représentant de l'autorité territoriale, mais pas statutairement "superieur hierarchique" au sens propre puisque c'est un élu) 


 


Tu as raison, un sujet spécifique s'impose sur les intercos, communautés d'agglo etc...


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah oui, ça se rajoute quand même : Directeur du Réseau lecture, puis le DAC s'il existe.


 


On quitte le cas commun du DGS en seul supérieur hiérarchique.


 


Et le DGS de l'interco, il fait aussi de la direction éclatée ? :wink:


 


 


Question au syndicaliste : comment fait un bibliothécaire qui n'a pas de véhicule pour se déplacer à gauche et à droite de l'interco ?


L'interco gère une flotte de véhicules de service ?


 


Si on ouvre le sujet sur l'interco, je pourrais t'y parler de la pauvre bibliothécaire qui s'est retrouvée deux mois sans salaire, avec ses anciens collègues mairie qui ont été jusqu'à lui refuser l'accès à la photocopieuse municipale (si, si)... alors que son maire était le président de l'interco.


 


Tout ça, bien sûr, sans qu'elle sache qu'elle appartenait à présent à l'intercommunalité. Tu t'imagines sa détresse lorsqu'elle nous a raconté sa situation (pendant une formation). Avec un crédit sur le dos pour payer son loyer et le reste des factures.


 


Question supplémentaire :


Peut-on assigner en justice une municipalité pour défaut de paiement du salaire ?


Et réclamer des dédommages et intérêts. (pour rembourser les frais du crédit)


Statutairement à qui faut-il porter plainte ? CDG ? Préfet ?


 


Pas simple la vie en interco. :no:


  Bernard


Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le DGS reste le supérieur le plus élevé, chef du personnel, exactement comme en commune.


 


Ne pas être payée, tout en ayant assuré ses fonctions ? Jamais vu ça. Surtout deux mois, c'est impensable ! Ce qui est possible, c'est que suite à un transfert ou une mutation interne par exemple d'une commune à une interco, un incident de paperasse ait eu lieu. Dans ce cas, c'est une faute de la collectivité qui n'a pas transmis les documents. Donc ça sera assimilé à un retard de paiement (parce que suppose quand même que ses deux mois ont fini par lui être versés).


 


Les textes sont clairs : Sauf s’il est imputable au salarié (ex : non communication d’un changement d'adresse à son employeur), tout retard de versement du salaire engage la responsabilité de l'employeur, même s’il s’agit d’un incident informatique, d’une erreur comptable ou autre.


 


Par ailleurs, s'il y a eu préjudice, il y aura réparationDans sa réponse du 29 mars 2011 à la question écrite d’un député, le Ministre du Travail, de la solidarité et de la fonction publique rappelle que la périodicité du paiement du salaire est fixée par la loi, elle varie en fonction des salariés. Ces règles de périodicité de versement du salaire sont d’ordre public : il n’est pas autorisé de différer le paiement au-delà des délais légaux.


 


D'ailleurs en cas de problèmes sur un jour ou deux, parfois a cause de ponts ou autres, chez nous la DRH prévient par mail tous les agents ou services, de façon à ce qu'ils puissent prendre leurs disposition vis à vis de leur banque notamment. Elle doit se couvrir à ce niveau.


 


​Dans le cas que tu cites, il faudra assigner la collectivité responsable devant le Tribunal Administratif, qui fixera le montant de l'indemnité due au titre du préjudice causé (qui, du coup pourra être bien supérieur à la somme d'un crédit sur 2 mois, d'autant plus que cette histoire de refus d'utiliser le copieur etc...peut cacher des choses pas très claires). En cas de conflit avec sa collectivité, c'est quasiment toujours devant le Tribunal administratif qu'on engage un recours. En principe le circuit traditionnel veut qu'on prenne d'abord rendez-vous avec le Président de l'interco pour un règlement amiable, recours gracieux etc...mais ce n'est pas une obligation. Dans ce cas précis, ça peut valoir le coup vu que la faute de la collectivité est flagrante. Le préjudice peut se négocier. Etant donné qu'on ne va pas seul au Tribunal administratif mais représenté par un avocat, la collectivité essaiera aussi d'éviter de rembourser les frais d'avocat. A ta copine d'estimer le montant de son préjudice avant d'aller discuter. Maintenant si le President de la Com est le Maire de sa commune de départ, c'est mal parti pour l'établissement des responsabilité. L'avocat parait préférable. Il sera gratuit si la collègue est syndiquée et à jour de sa cotisation.


 


comment fait un bibliothécaire qui n'a pas de véhicule pour se déplacer à gauche et à droite de l'interco ?


Il reste chez lui ou il va au centre, c'est tout tout droit, eh banane, ! :D 


 


Non, je déconne. D'abord il va où le lui permet son "ordre de mission". Pas question de se déplacer comme ça. Certains agents peuvent avoir un "ordre de mission permanent", c'est plus commode. Pour ta question sur les déplacements, bien sûr les intercos ont un parc de véhicules. Et un agent chargé de la planification du prêt de ces véhicules. Faut réserver....En général, on utilise son propre vehicule, par commodité, et on se fait rembourser selon le barême des remboursements kilométriques fixé en Comité Technique.


 


Voilà Bernard, tu me dois 22.55 euros ttc pour la consultation. :D 


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Ferris


Waow, 22,55 TTC, c'est pas cher !


Et en plus, il n'y a pas de provisions à avancer.


 


Rappelle-moi de l'ajouter sur ma facture à long terme dans la case "Crédit pour Ferris" pour le jour où je t'offre une tournée.


alcool%20(14).gif


 


 


Pour la collège sur son interco, oui, c'était bien deux mois... et même une semaine de plus le jour de la formation. Situation de dingues. Et elle assurait bien son service. La boule au ventre, mais elle assurait malgré les difficultés et les plâtres de l'interco.


 


Bon matin


  Bernard


 


bonmatin.gif

Modifié par B. Majour
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"On les benne" : tu veux dire que les médiathèques sont les poubelles des collectivités ?

Je t'invite à lire ça, tu y trouveras un laïus rageur !!! http://bouillegribouille.blogspot.fr/2014/04/les-mediatheques-poubelles-des.html

 

Très bon article, qui résume tout à fait ma pensée ! Et avec certainement moins de jurons à la ligne² que si je l'avais écrit :D  Ça épargnera vos oreilles des yeux.

 

C'est quand même vraiment préoccupant cette "mobilité", on passe des concours difficiles pour faire un métier qu'on aime, pour peut-être servir de bouche-trou... C'est très inquiétant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui mais je prefère être un bouche-trou motivé dans une bonne équipe que d'être dans une équipe pleine de bouche-trous qu'ont rien à faire là. A tout prendre... :blink:


Modifié par Ferris
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@Ferris


oups, 


j'ai passé une journée de dingue en fait!!!!!!! les résultats sont tombés très très tôt ce matin et je l'ai eu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  :)


les notes sont en ligne : 15.50 pour la note et 12 à l'oral


 


comme quoi la 3eme tentative était la bonne! Reste à me faire nommer par ma collectivité (mais là c'est peut être pas gagné) ou à trouver un super poste ailleurs

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

l'attente a été quand même assez éprouvante pour les nerfs 


j'ai trouvé un bon moyen pour s'occuper la veille : partir en sortie scolaire avec 3 classes de maternelles, et 90 gamins dans un musée, c'est pas mal (surtout la petite section)  :wink:


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bravo Claire , je suis vraiment heureux pour toi. :) 


Comme quoi, comme tu le disais, les oraux blancs et les cours du CNED, ça peut payer aussi, non ?


 


je n'arrive pas à savoir si oui ou non cet oral s'est bien passé. Et puis est ce que les jurys veulent des réponses exactes ? (Claire JN, 27 mars 2014)


 


Bon week end  au soleil de Salon !


 


Et dès que tu as un boulot, tu nous en touches un mot..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

×
×
  • Créer...